AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Lun 14 Sep - 19:44


      Be calm - love me - today - yesterday.
      You - you - my life - my all - farewell.


    03 : 56 – Il venait de quitter les grottes, se laissait tomber sur le lit qu’il s’était approprié, à la ferme. Une nuit folle, assurément aussi insensée que le fantasme le plus ahurissant. D’audacieuses heures, en compagnie de la créature la plus dangereuse qu’il n’eût jamais côtoyée. Des minutes qui lui avaient paru des secondes, si délicieuses qu’il éprouvait une certaine peur à l’idée de se les remémorer. Toutefois, ce n’était pas la crainte qu’il sentait se diluer dans son sang et s’écouler dans ses veines, sinon une violente détresse. Son esprit était embué, ses membres semblaient tous engourdis, transis d’anticipation. Que se passerait-il, ensuite ? Le départ précipité de Lisbeth, son désir de fuite à peine dissimulé, l’avait bousculé. Il connaissait les raisons de cette disparition dans la forêt, il l’avait lui-même défiée. A dessein, bien qu’il eût espéré autre réaction – plus vive – que la dérobade. Ne s’agissait-il pas d’une habitude entre eux ? Ils se provoquaient, puis regrettaient amèrement, tandis qu’ils voyaient l’autre souffrir, réagissant comme le premier n’aurait pu l’imaginer.

    Mouvement dans le lit voisin.

    CONRAD ; « Ew, tu pues le vampire. »

    Un grognement rauque accueillit la bravade. Son odeur était tout ce qu'il lui restait.

    ALEXANDER ; « La ferme ! »
    BLODWYN ; « Laissez-moi dormir, bande d’idiots ! Pour une fois que les suceurs de daim s’occupent de surveiller les alentours… »
    ALEXANDER ; « Je ne suis pas certain qu’ils apprécient le surnom, Blodwyn. »

    Le jeune Aniotas l’entendit souffler, se retourner dans un mouvement brusque, menaçant. Il avait beau être l’Alpha, il avait compris depuis fort longtemps qu’il fallait faire preuve de prudence face à une louve en manque de sommeil. Il s'appuya sur un coude, la chercha des yeux.

    ALEXANDER ; « D’accord. Dors. »

    Une minute. Deux. Six. Les ronflements de son bras droit ne tardèrent pas à emplir la pièce, ainsi que le souffre plus profond de Blodwyn. Seul le chef de meute ne trouverait pas le sommeil, laisserait son esprit s’hasarder, retrouver celle qu’il pensait perdue.

    23 : 07 – La journée n’aurait pu être plus éprouvante. Lorsque Conrad avait refusé d’accompagner Vilde et les siens à la chasse afin qu’il puisse utiliser ses pensées pour donner l’alerte si les BB attaquaient, Alexander s’était violemment transformé et s’était jeté sur lui. Blodwyn n’aurait pas été là, il ne se serait pas retenu de lui apprendre à lui obéir. Par la force, certes. Puis, ses pensées s’étaient toutes dirigées vers une et même personne, celle-là même qu’il cherchait, en cet endroit, au cimetière. Si les années les avaient séparés, il était certain de la connaître mieux que personne. Mieux qu’elle-même, probablement. Il avait lu la douleur dans ses prunelles rouges, décolorées par la soif. Il savait qu’elle viendrait. Il n’avait plus qu’à attendre, face à la tombe de son petit frère.

    Soudain, un parfum. Si brûlant qu’il aurait été fortement désagréable s’il ne connaissait celle dont il était l’empreinte. Il se redressa brusquement, ses mains glissèrent dans les poches de son jean. Il fit un pas en direction de l’effluve.

    ALEXANDER ; « Je te demande pardon. Je m'en veux. »

    Les seuls mots qui purent bien franchir ses lèvres. Rien n'aurait pu être plus sincère, néanmoins.


    BEETHOVEN ▬ texte.
    DAMNPRECIOUS23 ▬ icons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Lun 12 Oct - 17:58

Oh continue to love me - never misjudge the most faithful heart of your beloved.
Ever thine. Ever mine. Ever ours.




Elle aurait aimé ressentir la morsure du froid. Frissonner, remettre un pull en laine. Enfoncer ses mains dans ses poches. Avancer la tête enfoncée dans les épaules pour ne pas laisser passer le moindre courant d'air. Ou ressentir la chaleur, le soleil qui grille doucement la peau et en change la couleur. La vérité était qu'il ne demeurait de ses émotions humaines désormais, que la soif. La soif était toujours présente. L'envie de la satisfaire également.

Récemment, deux sentiments profondément humains, évidemment perdus avaient refait surface dans son cœur. Ils l'avaient surpris, décontenancé, et l'espace de quelques jours, elle avait été complètement perdue. Le premier à avoir glacé son corps d'une manière qui pouvait désormais lui donner froid dans le dos, était la peur. Sentiment désagréable, que même humaine elle s'était forcé de maîtriser à chaque instant. Pourtant aujourd'hui, la peur hantait le moindre de ses pas. D'abord, la menace sur sa propre vie, peur légitime mais peu importante au fond. Elle était déjà morte une fois, elle connaissait. Ensuite, la peur pour la vie d'un autre. Directement liée à ce second sentiment revenu des tréfonds de son humanité, qu'elle avait tenté de cacher un moment. Et enfin, une peur bien plus grande. Bien plus forte. Dominant toutes autres forme de raison. Cette menace qui planait sur leurs vies à tous. Cette rumeur qui grandissait. Ce danger en route.

Ce deuxième sentiment, aurait surement du être plus agréable que la peur. Une humaine aurait eu la tête dans les nuages, un sourire scotché à son visage de porcelaine. Fidèle à ses habitudes, Lisbeth réagissait à contre-courant. Ce sentiment n'était pas vraiment bien accueilli. Et la plupart du temps, elle préférait l'étouffer ou le cacher. Ce n'était pas le moment de se permettre ce genre d'écart. Il n'était pas la bonne personne avec qui elle pouvait se permettre ce genre d'écarts. Rien n'allait.

Toutes ces pensées, elle les avait ressassé et ressassé encore des milliers de fois ces derniers jours. Elles s'étaient toutes ancrées dans son esprit. Lisbeth y pensait en courant dans Babylon pour échapper à une traque, en tuant un humain perdu pour son repas, en sautant d'une falaise pour se laver dans l'eau glacé près de Catskill Mount. Elle y pensait encore aujourd'hui, en se rendant au Cimetière. Là où était née cette terrifiante rumeur. Un peu enhardie, elle avait voulu voir de ses propres yeux. En chemin pourtant, elle s'était arrêté devant une tombe familière, qu'elle venait souvent voir au beau milieu de la nuit.

Chose peu étonnante, l'objet de ses peurs et ressentiments se trouvait devant la tombe en question. Accroupi à la hauteur de la pierre froide, il la fixait. Un mouvement imperceptible de son torse lui fit comprendre qu'il avait pris connaissance de sa présence. Plus de possibilité de fuite désormais. Il se redressa, s'avança vers elle.

ALEXANDER ; « Je te demande pardon. Je m'en veux. »

Elle ne répondit rien, le laissa s'approcher. Il n'avait pas l'air d'avoir peur. Le danger n'était pas parvenu jusqu'aux oreilles des Loups ? Si tel était le cas, il faudrait qu'elle pense à le prévenir. Plus tard. Car désormais, dans son esprit confus, il n'y avait plus qu'une seule pensée. Lui.



    BEETHOVEN ▬ texte.
    DAMNPRECIOUS23 ▬ photo.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Dim 18 Oct - 20:17


      we watch the season pull up its own stakes
      and catch the last weekend, of the last week.
      before the gold and the glimmer have been replaced,
      another sun soaked season fades away.
      you have stolen my heart.

    Le silence. Telle une menace qui planait au-dessus de leurs deux corps paralysés, un danger qui s’immisçait dans la moindre, la plus intime de leurs pensées, un avertissement un peu flou qui les empêchait de faire le dernier pas en direction de l’autre. Si tout cela ne tenait qu’à lui, il était pourtant évident que le jeune MacDraw aurait laissé les mots s’évader de son esprit, glisser sur ses lèvres et claquer dans l’air glacial qui les entourait. Ils étaient deux, néanmoins, et il n’était pas certain que Lisbeth fût prête à entendre une telle confession. Les syllabes qui revenaient le hanter étaient toujours les mêmes. Insistantes, persistantes au point de lui en donner le vertige. Il les craignait, de surcroît. Comme il n’avait jamais craint auparavant. Les créatures de la nuit, le meurtre de son petit frère, de son bras droit. Il avait traversé ces épreuves. L’âme fendue soit, mais il en était ressorti plus fort. Comme anesthésié. La douleur n’était plus, lorsqu’il se retrouvait face à elle excepté.

    Pathétique.

    Il avait grandi avec ce secret, mûri, était devenu un homme, l’alpha d’une meute. Comment pouvait-il frémir face à l’idée de révéler des sentiments trop longtemps enfouis ? Le danger imminent n’était-il pas plus abominable ? La perspective de perdre tout ce qu’il s’était appliqué à construire, à préserver, n’était-elle pas plus affolante ? Un feulement presque bestial s’échappa des tréfonds de sa gorge lorsque la vérité le heurta. Paradoxalement, ces menaces ne l’inquiétaient pas outre mesure, lorsqu’il méditait sur le pouvoir que Lisbeth exerçait sur lui. D’une simple sentence, elle avait la capacité de le détruire. Définitivement.

    Il risqua un pas dans sa direction, médita sur les mots qu’il devait employer. Puis, comprenant que la tentative de trouver une moindre réponse dans ses yeux enflammés était vaine, il s’immobilisa, lâcha un soupir et eut un léger mouvement d’épaules. Alexander n’était plus de ceux qui réfléchissaient longuement à leurs paroles, plutôt de ceux à les révéler sans détour. Pourtant, il était des situations dans lesquelles il ne se précipitait pas. Evidemment, ces situations étaient toujours les mêmes, de celles à le ramener plusieurs années en arrière, lorsqu’il avait l’air si peu sûr de lui.

    ALEXANDER ; ; « Je n’aurais jamais dû te parler comme je l’ai fait… »

    Dans la grotte. N’aurait-elle pas été vampire et lui loup qu’à la simple évocation de ce souvenir, il se serait vivement rapproché pour emprisonner ses lèvres des siennes. Mais ils n’échappaient pas à leurs conditions, et le jeune homme n’était pas certain de vouloir tester les instincts de Lisbeth.

    ALEXANDER ; « Je sais qu’il comptait pour toi ; c’était injuste de ma part de l’utiliser pour te blesser. »

    La preuve était là, sous ses yeux. Elle s’était déplacée jusqu’en ville, simplement pour se recueillir quelques instants sur la tombe de Caleb. Elle se raidit. Il s’en sentit responsable mais ne fit rien pour rompre le silence qui s’était à nouveau imposé à eux, s’abîmant dans le tourbillon de ses pensées.

    Il n’y était jamais arrivé. Pourtant, il avait violemment tenté. En abordant le sujet de son petit frère avec elle, il avait voulu se donner l’illusion qu’elle souffrait au moins autant que lui. Il n’y était jamais arrivé. Jusqu’à ce jour, jusqu’à ce qu’ils ne se croisent, qu’il lise tout le mal – dont il était certainement l’auteur – dans ses iris pourpres.

    ALEXANDER ; « Tu vois les choses différemment, n’est-ce pas ? Les... vampires voient le monde différemment, non ? »

    Changement de sujet plutôt abrupte, mais soit. Il devait lui faire part de sa pensée.

    ALEXANDER ; « Avec plus de précision, d’intensité ? »

    Elle ne répondit pas, se contenta de le fixer avec cette intensité dont il faisait allusion. Il en fit une réponse qui le contenta, continua sur sa lancée.

    ALEXANDER ; « Tout est ressenti ainsi ? Plus précis, plus intense ? »

    Il s’était ostensiblement rapproché pendant qu’il parlait. En réalité, il aurait été difficile d’être plus proches. Ses yeux papillonnaient sur son visage, imprimaient les moindres détails dans son esprit, et sa main s’évadait déjà dans les boucles brunes, soulevant des bourrasques de parfum qui, d’ordinaire, auraient dû lui faire plisser le nez.

    ALEXANDER ; « Même la peine et la douleur ? »

    Il ne pouvait plus s'empêcher de la toucher, toujours plus surpris par la texture et la douceur de sa peau. Toujours plus surpris du contrôle qu'il avait sur lui lorsqu'elle était à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Sam 24 Oct - 15:42

Un long mugissement se fait entendre. Il se rapproche progressivement jusqu'à devenir assourdissant aux limites du supportable. Lorsque finalement, il assourdit les personnes présentes, une légère secousse fait vibrer les éléments alentours, qu'ils soient vivants ou non. Elle s'intensifie et la pagaille s'installe rapidement. Puis soudain, tout s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Lun 2 Nov - 22:36

    ALEXANDER ; « Tu vois les choses différemment, n’est-ce pas ? Les... vampires voient le monde différemment, non ? »

    Ce n'était qu'un euphémisme compte tenu de la situation. Il devait y avoir autant de différences entre un humain et un animal, qu'entre un humain et un vampire. Tout était vu sous un autre angle. La soif précédait la faim, précédait même tout le reste. Les rapports sociaux se basaient sur les rapports de force, et les vampires étaient des êtres profondément solitaires. Sur bien des points, elle ressemblait plus à un prédateur, qu'à la jeune femme qu'elle avait construit pendant près de 17 ans. A peine en conservait-elle des restes de son apparence charnelle. En ce moment même, si elle ne se concentrait pas sur les sentiments complexes qui la liait indubitablement à l'être en face d'elle, elle se mettrait à adopter une posture défensive de chasseur. Elle feulerait, s'éloignerait et se préparerait à une attaque contre son ennemi légitime.

    ALEXANDER ; « Avec plus de précision, d’intensité ? »

    Lisbeth continua de fixer le jeune loup, attendant patiemment qu'il arrive à la fin de sa réflexion. Il fit un pas vers elle.

    ALEXANDER ; « Tout est ressenti ainsi ? Plus précis, plus intense ? »

    Son odeur la répugnait, le contact de sa peau la brûlait, sa proximité la dérangeait, ses instincts lui hurlaient de s'éloigner. Et pourtant, par quelque magie qui aurait été inconcevable à tout autre vampire, lorsqu'il s'éloignait, la souffrance était pire. Et s'il fallait endurer la flamme pour ne pas avoir à souffrir du bûcher, elle prenait. Elle le prenait tout entier.

    Il glissait ses mains dans ses cheveux, et elle se demandait s'il ressentait la même chose, ou si pour lui, la répugnance était moins forte ou l'alchimie plus grande. Il semblait ne souffrir d'aucun mal lorsqu'il la regardait dans les yeux en glissant ses mains sur elle. Tout pour lui, semblait être naturel et couler de source. Ne souffrait-il pas de leurs différences ? N'était il pas mal à l'aise vis à vis de ses pairs, d'entretenir une relation avec l'ennemi ? Elle était seule et n'avait de comptes à rendre à aucun être, mais qu'en était il de lui ? Peu à peu l'égoïsme et l'égocentrisme du à l'isolement la quittait pour se concentrer sur lui. Et lui seul. Qu'importait les autres loups, les autres hommes, et les autres vampires, tant qu'il calmait toujours la douleur par sa simple présence.

    ALEXANDER ; « Même la peine et la douleur ? »

    Elle acquiesça simplement. Et en goûta l'intensité la seconde suivante.

    Un cri perça ses tympans, venant de sous ses pieds, très proche d'elle, trop proche. Le mugissement se transforma en hurlement que son ouïe fine ne pouvait supporter sans ciller. Elle plaqua d'abord ses mains sur ses oreilles, mais le son la désorienta tellement que son équilibre en pâtit et elle se retrouva au sol. Le sol se mit à trembler. Des secousses tellement fortes qu'elles l'auraient fait tomber si elle n'était pas déjà au sol. Trop focalisée sur sa douleur, elle ne savait absolument pas comment se portait Alexander à ses côtés. Lisbeth ne savait même plus si elle entendait toujours un cris ou si elle le produisait. Au moment où la douleur atteint un point maximum de tolérance, elle s'arrêta brusquement.

    En quelques secondes ce fut comme si rien ne s'était passé. Le sol était stable, le silence régnait. Et n'importe qui aurait juré avoir rêvé si il n'y avait pas eu autours un silence bien trop pesant. Les animaux se taisaient tous. Le vent ne soufflait même plus. Et elle, le terrifiant vampire, était prostrée au sol, les ongles enfouis sous la terre, les yeux écarquillés et le souffle court comme après un cri. Immobile, elle attendait une nouvelle salve de douleur.

    LISBETH ; « A-Alex ? »

    [ HJ: si sa réaction est si violente, c'est parce que les évènements relatés par le maître du jeu ont en réalité lieu dans le cimetière, sous sol, juste en dessous d'eux Wink ]

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Jeu 5 Nov - 10:53

    Tout était très étrange lorsqu’il s’agissait de Lisbeth. Différent. Dès l’instant où ses doigts frôlaient ses boucles brunes, les dissemblances semblaient plus flagrantes encore. Son parfum n’était plus la douce caresse qu’il avait connu autrefois, celui qu’il avait l’impression de respirer dans ses rêves, mais plutôt une odeur persistante, âcre, qui lui incendiait les narines, se diffusait dans son corps et ravivait la brûlure, le feu, qu’il s’appliquait à maîtriser lorsqu’elle était à ses côtés. Sa peau avait pâli et, bien que sa texture le fascinât plus que tout autre détail inédit, il ne pouvait plus se surprendre de sa chaleur, comme lorsqu’elle le prenait subitement par la main pour le forcer à la suivre. Pourtant, il ne s’en souciait plus. Et, il fallait être aveugle pour ne pas s’en apercevoir, Lisbeth en était sublimée. Il n’avait jamais douté de son pouvoir de séduction, ni même de l’attirance évidente – qu’elle seule n’avait remarquée – qu’il avait éprouvée – et cachée – pour elle, mais elle était devenue sublime, parfaitement irrésistible. À vrai dire, l’immortalité lui allait bien. Et c’était sans aucun doute la pensée la plus difficile à accepter.

    Soudain, interrompant ses pensées et l’examen de la silhouette face à lui, un cri déchira l’air glacial de Babylon. D’abord un hurlement sourd, presque étouffé mais horriblement long. Puis, un cri si puissamment aigu qu’il faisait vibrer la terre, avec toujours plus d’intensité. Les pierres tombales semblaient être arrachées, et les arbres, à l’extérieur du cimetière, se courbaient tant les secousses devenaient puissantes. Le jeune MacDraw eut à peine le temps d’apercevoir Lisbeth s’écrouler sur le sol et, répondant à une réaction presque chimique, contre laquelle il ne pouvait plus lutter, il explosa – littéralement. Il s’éleva, ses vêtements (plus que chiffons et cuir lacéré) s’écrasèrent sur le sol tremblant. Un feulement, et la bête au pelage ambré retomba nonchalamment. Tout s’accéléra. Conrad, transformé, seul au beau milieu de la forêt, s’étonnait du phénomène. Blodwyn, transformée elle aussi, accompagnée de Vilde, tentait de les joindre par la pensée. Tout cessa. Subitement. Comme tout avait commencé.

    La surprise, l’incompréhension, la peur. Il comprit que seul le dernier sentiment lui appartenait réellement. Il s’agissait bien là du seul défaut qu’il acceptait d’attribuer à sa condition de lycanthrope. Ils n’avaient plus d’intimité. Les membres de la meute connaissaient tout, les moindres secrets. Ses nuits à rêver de Lisbeth lorsqu’il avait douze ans, le soir où il avait retrouvé Caleb, le premier vampire massacré, violemment décapité, ainsi que la nuit dans la grotte. Il était même difficile de différencier son propre ressenti à celui de la meute. Pourtant, ils avaient tous appris à le faire et, il en était certain, la peur était sienne. La crainte – stupide, certes, mais justifiée – que Lisbeth eût été blessée, ou même simplement sonnée.

    LISBETH ; « A-Alex ? »

    Il l’aperçut se relever, marquer un temps d’arrêt lorsqu’elle le remarqua, à quelques mètres d’elle. Bien qu’elle ne fût pas des siens, il pouvait lire dans son esprit. Elle énumérait très certainement les nombreuses différences qui les séparaient, tel un rempart qui semblait infranchissable. Le loup s’immobilisa, guetta la moindre réaction. Il n’était pas certain qu’elle supporte la vue de la réalité, de ce qu’ils étaient aux yeux de tous. Ennemis légitimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Sam 5 Déc - 0:30

Un bruit caractéristique fige les acteurs en présence. Un changement dans l'air. Quelque chose de pratiquement imperceptible pour tout humain. Mais cette variation de l'atmosphère ne laisse pas indifférent nos tragédiens. Une menace approche. Rapidement. A tel point que l'oeil humain serait incapable de le percevoir. Une chance qu'aucun humain ne se trouve dans les environs. Mais les créatures présentes en ce lieu damné sont-elles pour autant à l'abri ? Et n'y-a-t-il pas dans leurs secrets les plus inavouables l'occasion de baisser la tête ?

Erik Sorensen avait 241 ans de lourds secrets derrière lui. Bien sûr il avait renoncé à l'attrait du sang humain un siècle auparavant. Mais pour ce Ragnarök, il n'y avait nul doute que de sombres vices se dissimulait sous ses traits angéliques et blonds. Alors qu'il vivait à Babylon, il avait réussi à se mêler à la population et nombre de délicieuses humaines avaient été attirées par lui. Comme les papillons l'étaient par la lumière. Au risque de s'y perdre. Mais aujourd'hui, que restait-il de ce séduisant jeune homme d'apparence au regard d'or en fusion ?

Ses pupilles noires enfer semblaient n'exprimer aucune émotion. Ses traits si enjoleurs étaient fermés, aussi chaleureux que l'acier de la hache sur la nuque nue d'un condamné. Ses vêtements autrefois parfaits étaient mâtinés de déchirures et de sang nécrosé. Derrière chacune se trouvait une histoire, une douleur, une souffrance. Mais rien en comparaison de ce que l'on pouvait deviner si l'on avait le malheur de croiser son regard.

En une fraction de seconde, il fut au coeur de la situation, brisant la tension evanescente en venant la remplacer par une menace grondante. Il ne fut jamais plus à sa place qu'en ce cimetière laissé à l'abandon. Il observa haineux les protagonistes. Sa tête pencha de côté et une grimace de dégoût voila l'espace d'un instant ses traits déformés par la haine alors que ses yeux sombres se posèrent sur Alexander. Mais bien vite, il reporta son attention sur Lisbeth. Il feula à son égard et sans autre signe avant coureur, il se jeta sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Mar 29 Déc - 20:09

    La jeune femme se retourna, tremblante. Et si son cœur avait encore eut la volonté de battre il se serait arrêté face au spectacle. Jamais Lisbeth n'avait encore vu Alexander sous sa forme de Loup. Pour elle, ce n'était encore qu'un simple état de fait qui les séparait, pas une véritable nature. Pourtant à le voir là, à voir l'animal immense devant elle, elle saisissait l'ampleur de la situation. L'ampleur du gouffre qui les maintenaient séparés. Pourtant nul doute ne persistait quant à savoir s'il s'agissait bien de son Alex. C'était lui. C'était ses yeux dorés et intelligents qui se posaient sur elle, derrière la haute stature, la fourrure épaisse et les crocs.

    Une odeur vint la déranger brusquement. Une troisième personne était là. Un fumet dérangeant. Perturbant car il ne lui était pas familier. C'était un vampire et pourtant... L'odeur lui brûlait les narines et perturbait ses sens. Ses yeux se posèrent au delà d'Alexander, là où l'être venait de faire son apparition. Un vampire blond à la peau laiteuse. Rien d'impressionnant dans l'allure, jusqu'à ce qu'on ne s'attarde sur ses pupilles. Lise n'avait jamais rien vu de tel. Ses yeux à elle viraient au cramoisi très foncé lorsqu'elle n'avait pas mangé depuis des jours, mais jamais ils n'allaient jusqu'à ce noir profond et dérangeant qu'arborait son ennemi. Aucun doute, il n'était pas un vampire ordinaire. Sans plus d'hésitation, il était un ennemi.

    Le loup fit volte face dans un nuage de poussière, faisant face à son rival légitime. D'une démarche féline et sur ses gardes, Lisbeth vint se placer au même niveau, pour faire front contre l'inconnu. Qu'importe son odeur dérangeante, il ne seraient surement pas trop de deux pour se battre contre l'étrange spécimen. L'ennemi feula, et le loup gronda. Lisbeth, elle, tentait de mettre au point rapidement une technique de combat, mais les combats en équipe n'avait jamais été son fort, et pour l'instant, elle considérait Alexander plus comme un point faible à protéger que comme un allié utile. Ses yeux étaient rivés sur l'étranger, qui montrait les crocs et les vrillait de son regard haineux.

    Sans crier gare, il se jeta sur elle. Il était plus rapide que ce qu'elle aurait jamais pu imaginer. Presque deux fois plus qu'elle. Et Lise eut à peine le temps de réagir, que déjà, il l'a projeté contre un arbre à une trentaine de mètres. La jeune vampire n'eut le temps de reprendre ses esprits que grâce à l'intervention du loup, qui pu distraire leur ennemi. Lisbeth se mit en position d'attaque, et bondit sur le cou de l'ennemi.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Lun 11 Jan - 18:49

    Jamais il n’aurait imaginé une telle réaction à sa transformation ; immobile, parfaitement statufiée, elle se contentait de le vriller des ses pupilles de sang, pourpre, écarlates, sans qu’il ne puisse y lire la moindre trace d’un sentiment quelconque. Alors qu’il s’était attendu à des réflexes plus naturels, plus enclins à sa race, il s’étonnait de l’indifférence - le calme troublant, menaçant - avec laquelle Lisbeth le contemplait, redoutait quelque peu la suite des évènements. Après tout, les penchants naturels de l’un le forçait à combattre l’autre et, alors qu’elle le voyait sous sa forme animale, il devait être plus difficile pour elle de ne pas satisfaire ses instincts. Lui n’éprouvait pas grande différence, ne parvenait toujours pas à s’imaginer se jeter à son cou pour l’attaquer. Seule son odeur était plus forte, plus âcre, moins aisément supportable. Ce n’était pas la première fois qu’il remarquait que ses sens étaient décuplés lorsqu’il se transformait. Bien qu’ils fussent déjà plus développés que lorsqu’il était un simple être humain, ils ne trouvaient l’apogée de leur intensité que lorsqu’il était un loup. Et la preuve était là ; une autre odeur, qui lui brûlait les narines. Trop violente, trop acariâtre, il n’avait jamais rien connu de comparable. Il avait l’habitude de l’odeur des vampires, bien qu’ils soient toujours hautement désagréables pour le lycanthrope qu’il était, contrairement à l’effet qu’elle produisait sur les êtres humains, mais jamais il ne s’était senti aussi repoussé, brutalement dégoûté, comme si la créature dont ce parfum émanait était plus vile encore, plus atrocement mauvaise que tout ce qu’il avait rencontré jusque-là.

    Une bourrasque de vent se leva soudainement, lui faisant comprendre que le parfum qui le dérangeait tant venait de derrière lui. Quittant la contemplation du visage de Lisbeth – à regret – le jeune loup se retourna sauvagement, répondant aux instincts violents qui l’animaient, soulevant la terre sèche dans un nuage épais. Un ange. Blond, pâle. Un ange dont les pupilles étaient si horriblement sombres qu’elles semblaient ne refléter que la mort, et le contraste avec sa peau laiteuse, à l’aspect si doux, si souple, ne faisait qu’en renforcer l’obscurité. Un ange tout droit sorti des ténèbres. Le loup sentit Lisbeth se rapprocher, mais ne put détourner ses yeux du visage fermé, sombre, de l’apparition, qui sortit soudain de sa paralysie pour se jeter au cou de la jeune femme. En un dixième de seconde, et l’animal n’eut la force de réagir que lorsqu’il aperçut sa jolie brune tanguer sous le poids de l’attaque, percuter un arbre dans un bruit assourdissant. Profitant alors que l’attention de l’ange démoniaque se porte sur le jeune vampire, le loup au pelage ambre se catapulta littéralement sur lui, tentant de lacérer la peau translucide de ses griffes. Seul le tissu de ses haillons céda, et sa colère se réveilla, car il envoya le lycan aussi loin qu’il le put ; lycan qui retomba lourdement sur ses pattes arrières. Un craquement écœurant claqua dans l’air, causé par une douleur fulgurante, et Alexander ne put retenir un grondement tandis qu’il tentait de se relever.

    Lisbeth et le vampire opportun s’affrontaient à nouveau ; cette vision lui était intolérable. Il avait parfaitement conscience qu’elle risquait moins que lui face à sa race, il était parfaitement conscient de sa force et de sa rapidité. Mais il se remémorait le regard sombre, noir, et ce souvenir animait une crainte qu’il ne pouvait contrôler. Ce vampire était différent, plus puissant ; il émanait de lui une force qu’il ne pouvait s’empêcher de craindre. Il se releva, pourtant, s’élança en direction des deux corps qui se battaient, et, s’élevant du sol, se jeta sur son véritable ennemi avec un peu trop de satisfaction – pour la première fois, Lisbeth était une alliée et cette pensée lui procurait un plaisir indicible, qu'il ne cherchait même pas à dissimuler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   Dim 14 Fév - 21:24

Le combat était rude. Ils étaient deux, il était seul et pourtant sa rage était telle qu'il les mettait en difficulté. Si seulement ils savaient. Erik n'était pas Erik. Il avait été choisi, et à présent il attaquait. Ses crocs brillants mordaient avec avidité et ses grognements se faisait de plus en plus hargneux. Il rêvait de mort. Il voyait ses deux ennemis à terre, se vidant de leurs sangs. Et Erik se délectait de cette vision.

Il n'était plus un Ragnarok, il n'était qu'une marionette enragée dont les sentiments les plus profonds avaient eu raison de lui. Quelque chose l'avait poussé. Et il ne s'en rendait pas compte. Il était obnubilé par Lisbeth et Alexander, excité de pouvoir les tuer. Tellement exité qu'il ne vit pas l'attaque de Dwight. Comment un vampire aussi expérimenté que lui avait pu rater ça?

Peut être tout simplement parce qu'il n'était pas lui-même. Les fils venaient de se briser et le pantin se désarticula. Il tomba à terre sur le coup, sonné et le cousin O'Connor qui avait surgit de nulle part attaqua de nouveau. Une attaque de trop car Erik lui arracha la tête avec une force icommensurable avant de s'affaler au sol. Ses yeux d'un noir ébène s'éclaircirent et ses traits semblèrent se détendrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex   

Revenir en haut Aller en bas
 
●● immortal beloved ▬ lisbeth ; alex
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK-
Sauter vers: