AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Celebrate good times, come on !

Aller en bas 
AuteurMessage
Makkapitew
CURSED ADMIN | Felt the coldness in my eyes.
avatar

Nombre de messages : 30

Age : 38
Votre Prénom/Pseudo : M&M's.
Nourriture : Humain.
Humeur : Massacrante.
Date d'inscription : 02/02/2010

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 1855 ans.
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Celebrate good times, come on !   Mer 27 Oct - 22:41


Le regard de Makkapitew ne se détacha que difficilement de la lune qui commençait à apparaître dans le ciel azur de ce mois d’été. Cela faisait combien d’année déjà ? Il refusait de compter. Se préoccuper de son âge n’était pourtant pas l’apanage des dames. Il était également celui des vampires. A la différence que pour eux, il s’agissait d’une toute autre préoccupation, davantage positive et diablement moins alarmiste. Voir les années s’écouler ne constituait pas un souci pour eux qui bénéficiaient de la beauté éternelle et intemporelle de la mort. Peu importait que cela fusse plus de trois siècles que la dernière bouffée d’oxygène ne soit sortie de leur bouche exquise. Ils demeuraient incontestablement les mêmes. Mais les années s’écoulant apportaient un réconfort pour eux. Plus ils prenaient de l’âge, plus ils devenaient forts. Bien sûr, il était difficile de rivaliser avec la force incommensurable physique des nouveaux nés mais les plus vieux d’entre eux pouvaient rivaliser avec ces derniers sans même froisser leurs vêtements. Une fois qu’on avait dépassé le millénaire, il n’y avait pratiquement rien qui puisse venir vous ôter cette seconde vie. Makkapitew en avait parfaitement conscience. Pas même la faim. Il leur était possible de ne pas se nourrir pendant des siècles. Il était parfaitement bien placé pour le savoir. Grâce à ses chers fils. Il n’avait pas cherché à reprendre en contact avec eux. Il aurait pu envoyer un des vampires les prévenir de son retour sur ses propres terres et les mettre en garde de sa vengeance noire et sourde. Mais il n’en avait rien fait. Il souhaitait distiller la peur. Qu’ils apprennent son retour selon des rumeurs. Il les connaissait. Il les avait faits après tout. A la première rumeur, ils n’en croiraient pas un mot. Et au fur et à mesure que les vampires colportaient des détails, des faits de plus en plus assurés, ils allaient commencer à s’interroger. Et après s’être interrogé, une période de doute puis la peur vicieuse s’insinuerait dans leurs veines nécrosées. La méfiance allait s’insinuer dans chaque instant de leur existence jusqu’à ce que cette dernière devienne intolérable. Et l’Ancêtre Commun n’aura pas même eu à lever le petit doigt.

Un craquement se fit entendre sur sa droite et il sourit tout doucement. Oui, aujourd’hui était le jour de sa naissance sur Terre. De sa naissance en tant qu’être humain mortel. Il était de ceux qui aimaient à le fêter. Il en avait été frustré durant des années de ne pouvoir le faire. Il n’allait pas laissé passer l’opportunité de ces retrouvailles avec des coutumes ancestrales. Un feu prit soudainement sur sa droite et un cri déchirant se fit attendre. Il semblerait que cet Ellroy ne soit que guère doué pour allumer un feu. Comment l’être lorsqu’on le craignait après tout ? Il ne se retourna pas pour autant tandis que de partout affluer les vampires qu’il avait convié à sa fête. Parmi eux, il y avait ses propres troupes évidemment. Ceux qui lui obéissaient aveuglément et avec une révérence absolue sans qu’il ait eu besoin de les forcer. A leur tête se trouvait la charmante Livia Hagebak. Il appréciait la dévotion qu’il lisait dans son regard. Elle se détestait autant qu’elle haïssait les membres de son espèce. Pas un seul instant, il ne s’était interrogé sur la raison de cette rancœur. Il n’en avait que faire après tout. Se trouvaient également ceux qui le respectaient par peur viscérale. Ils avaient vu ce qu’il était capable de faire et n’avait guère envie de s’y frotter. Enfin, se trouvaient également ceux qui le haïssaient de chaque cellule de leurs corps morts et qui donneraient leur misérable existence pour le tuer. Ce Declan et cette Lisbeth en tête. Utopistes. Naïfs. Ils étaient nombreux et redoutables. Mais ils ne faisaient pas le poids.

Finalement, il se retourna avec lenteur et son regard se posa sur la foule immense et silencieuse des vampires ici présents. De cette dernière ne s’élevaient que des petites larmes et cris d’animaux blessés des humains qu’ils lui avaient apportés en guise de présent. Il sourit légèrement, ce qui le rendit encore plus effrayant et finalement murmura alors que les flammes du feu dansaient de leur lueur sur ses traits parfaits :

« Merci d’être venu. » Comme si ils avaient eu le choix. « Que la fête débute. »

_______________________________



Petit poltron veut devenir grand mais il reste assis. Petit bouffon insulte le sultan mais il est puni. La vie est injuste mais ça dépend pour qui. La vie est injuste, surtout pour les petits. M.RIM - comédie, tragédie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Celebrate good times, come on !   Ven 12 Nov - 3:43

    La mort rôdait encore dans les parages. Il la sentait. Norman n'aimait pas ce lieu. Pas depuis les événements récents, pas depuis qu'il lui rappelait ce qui pourtant était une victoire pour son clan. Oui, les sanguinaires avaient ici gagné le privilège ultime d'être les maîtres de Babylon, les créatures barbares qu'ils avaient toujours été s'étaient révélées aux yeux des humains qu'ils avaient pris pour esclaves. Et ce qui aurait dû être une formidable avancée pour Norman n'avait en fait été que le début d'un déclin quasi-imperceptible. Lui-même ne s'en était pas aperçu tout de suite. Il s'était longtemps bercé de douces illusions, convaincu que la chasse ne lui manquerait pas, qu'après tout, il avait de la chance avec cette esclave au sang délicieux sur laquelle il pouvait passer ses nerfs quand il le voulait. Mais c'était faux. Ca n'était qu'un moyen pour lui de croire qu'il allait de l'avant. Alors que sa fureur ne faisait que croire à l'intérieur. Siam à ses côtés essayait de l'apaiser, y parvenait presque d'ailleurs. Mais rien n'y faisait. Au fond, il regrettait amèrement le temps où les habitants de Babylon ignoraient tout de leur existence et vivaient dans la peur de cette rumeur qui déjà à l'époque parlait d'eux. Il avait tellement aimé jouer avec eux, se faire passer pour un jeune homme fringant et séducteur avant de planter ses crocs dans les cous chauds et appétissants. Et tout cet intérêt avait disparu, d'un seul coup.

    Retourner ici ne lui plaisait pas. Il aurait presque eu envie de ne pas y aller, s'il n'y avait pas eu Angus. Encore un autre changement. Tout ça faisait beaucoup d'un coup. L'arrivée au pouvoir de son meilleur ami. La découverte de sa trahison. Le lien avec elle. La peur qu'il lui ait menti, qu'il lui ait planté un horrible couteau dans le dos et pourtant, pourtant, ce serment d'allégeance qui était sorti de sa bouche à l'instant où Angus était passé nouveau maître incontestable des Black Blood. Je serais ton bras droit, lui avait-il promis. Et il tenait parole, s'efforçant de se rappeler qu'Angus était le seul élément de sa misérable vie qui lui servait à peu près de repère. Se mettre à en douter n'arrangerait rien, il l'avait vite compris, alors il avait mis ses questions dans un coin de sa tête, les avait enfermées à double tour et avait jeté la clef très loin. Il n'avait plus qu'à faire confiance, et c'était la raison pour laquelle aujourd'hui il se traînait à cet événement morbide et totalement futile. Parce qu'en bon bras droit, il se devait d'être là. Et parce qu'il craignait un ultime revirement de situation. Ca n'était pas la peur, comme pour certains autres membres de leur espèce.

    Norman n'avait jamais compris pourquoi ses congénères le craignait tant. L'ancêtre commun. Le père de nos pères. Le premier vampire de l'histoire. En fait, il n'était qu'un vieux être qui était resté trop longtemps enfermé et qui croyait encore que son sens de la démesure était d'actualité. Il se trompait. Le massacre des autres vampires, la libération des esclaves, tout ça était tellement théâtral. La seule chose qui aurait pu arriver à Norman s'il désobéissait, c'était de mourir. Et alors? Après tout, le monde qu'il croyait tant connaître s'effritait petit à petit alors, pourquoi pas? Qu'est-ce que ça changerait, au final? Non pas que des idées suicidaires lui étaient venues ses derniers temps, au contraire. Le fait de pouvoir à nouveau chasser librement avait nettement amélioré son humeur et plus encore sachant que les végétariens veillaient sur eux. C'était tellement amusant qu'il aurait presque remercié ce vieillard au prénom imprononçable. Makkapitew. Franchement.

    Mais son goût pour la démesure ne s'était pas arrêté à cet acte symbolique de l'indépendance - ou presque - des humains et voilà qu'aujourd'hui, il remettait ça. Il fallait que tous viennent fêter son anniversaire. C'était tellement grotesque. Norman ne parvenait même pas à se souvenir de sa date de naissance, ni celle à laquelle il avait été transformé. Les jours de la semaine filaient sans qu'il ne les compte, tout juste savait-il en quelle année il se trouvait. Alors, un anniversaire? Et pourquoi pas un gâteau? Mais il n'avait pas contredit Angus et était venu sans broncher. Si certains du clan avait été jusqu'à revêtir un smoking - oui, oui, un smoking - il était plus sobre. Un t-shirt surmonté d'une veste, un pantalon, un chapeau qui cachait partiellement ses épaisses mèches brunes. Le tout en bichromie noir/blanc, pour l'unité.

    Quand ils arrivèrent sur place, ils n'étaient pas les premiers. Il fut étonné de voir qu'ils étaient autant, mais n'en tint pas rigueur. Ce qui le marqua avant tout, c'était cette odeur ennivrante. Une foule d'humains étaient parmi eux, la majorité ne venait même pas de Babylon. Ses froussards avaient même été jusqu'à lui offrir des présents de chair et de sang? Ridicule. Il se contenta de lever les yeux au ciel, soupirant en n'ayant qu'une hâte: que tout cela se finisse. Ou que l'ancêtre ne se décide à partager un peu de ce sang frais qui déambulait autour de lui.

    Dans toute cette masse, il la chercha. Il le faisait toujours. Il l'aperçut à une bonne dizaine de mètres, et dut se concentrer pour se persuader qu'il s'agissait bien d'elle. Livia. Elle avait tellement changé... Cet éclat dans son regard était presque effrayant, quand on connaissait tout le pacifisme de la végétarienne. Déjà, elle avait tué Draven et depuis, Norman avait du mal à penser à elle sans être profondément bouleversé par ce côté de sa personnalité. Pire encore, elle s'était associé à son meilleur ami, un sanguinaire assoiffé de pouvoir et sans aucun scrupules bref, tout ce qu'elle avait toujours détesté. Et là, il semblait lire dans ses yeux de la haine, une haine profonde envers ce qu'ils étaient, tous, des créatures à demis-mortes et destructrices. Elle était devenue l'ombre de cette femme qu'il avait aimée. Et en même temps, il avait envie de l'enlever, de l'emmener loin d'ici pour la préserver une fois de plus de tout ce merdier. Mais il ne pouvait pas. Ca faisait longtemps qu'il n'était plus là pour elle, et inversement. La vie les avait séparés, et il ignorait si un jour il pourrait changer quoi que ce soit à toute cette situation. Avait-elle atteint le point de non-retour? Il n'en savait rien, tout comme il ignorait s'il pouvait parvenir à lui pardonner. Mais ce qu'il savait, c'était qu'il avait toujours cette étrange morsure au ventre quand il pensait à elle et surtout, quand il la voyait comme ça, disparue derrière un masque d'ombre et de colère.

    Que la fête débute... Norman ignorait de quelle teneur allait être cette soit disant fête mais tout ce qu'il savait, c'est qu'il aurait donné très cher pour qu'elle ne commence jamais.

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Celebrate good times, come on !   Sam 20 Nov - 15:44

Elle était fière et heureuse. Un sentiment de plénitude l’avait envahi même si le stress était bien présent. Tant de choses avaient changé depuis l’arrivée de Makkapitew. Elle-même avait énormément changé depuis près de deux ans. Si peu de temps et temps d’évènements qui l’avaient marqué et profondément métamorphosé. L’enfant qu’elle était restée malgré les années, malgré la violence de sa mort, malgré les déchirures et malgré les pertes douloureuses, était finalement mort. Lili avait poussé métaphoriquement son dernier souffle lorsqu’elle avait lancé la tête de Draven Van Helling dans le feu. A partir de cet instant, elle avait radicalisé sa position, se rendant compte que tuer un membre de sa propre espèce, son maître même, ne lui causait aucune difficulté. Contrairement aux êtres humains, elle estimait que ces êtres ne méritaient pas de vivre et que pour le bien de ces mortels tant aimé, il fallait les éliminer. L’arrivée de l’Ancêtre Commun lui avait enfin permis d’ouvrir les yeux et lui avait redonné un nouveau souffle. Elle avait trouvé un but dans son existence dénué de vie. Enfin, elle savait ce qu’elle ferait. Enfin, elle avait trouvé une utilité à sa condition d’immortelle. De fait, elle avait rapidement rejoint ses rangs, bien que Vilde et la plupart des anciens Ragnarök n’apprécient guère ces nouvelles règles. Une rupture s’était consommée entre eux et un fossé s’était élargi. Elle ne les comprenait pas. Makkapitew était l’étincelle dont ils avaient toujours eu besoin. Plus que de se nourrir uniquement de sang animal, il fallait réduire la population vampirique et respecter des règles très précises. Son pacifisme étant mort suite à la bataille d’avril 1973, elle avait trouvé un nouvel idéal. Et elle était rapidement devenue un des fidèles lieutenants de celui que beaucoup voyaient comme gourou. Mais il était un messie. Leur Maître était revenu.

Elle posa son regard sur les vampires qui arrivaient progressivement dans la grande clairière et un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres fines. Oui, elle était fière de servir son nouveau Maître. Cependant, elle ne put s’empêcher d’avoir une petite grimace et un frisson en remarquant les malheureux mortels que certains avaient amenés comme présent à l’Ancêtre Commun. Elle servait ses idéaux mais ne les partageaient pas dans leur totalité. Fidèle à elle-même et à ses convictions, elle refusait toujours de s’alimenter de sang humain et ne se gênait pas pour le dire. Quitte à décevoir Makkapitew ou le faire entrer dans une colère noire, elle n’avait pas la moindre intention de revenir dessus. La scandinave croisa les bras et ses traits se refermèrent tandis que son regard parcourait la foule bigarrée. Elle estimait déjà de la possibilité de sauver ces humains. Makkapitew ne serait peut être pas très heureux de cette trahison mais peu importait. Fête ou pas, les mortels étaient des êtres vivants méritant le respect, pas des cadeaux.

A partir du moment où il lança le début des festivités, elle traversa la foule afin de se rapprocher des humains. Si elle pouvait en sauver au moins un, ce serait toujours ça de pris. En chemin, alors qu’elle tournait la tête, elle se figea instantanément en découvrant Norman qui venait de pénétrer dans la clairière. Immédiatement, son cœur mort battit la chamade et saigna douloureusement. Elle se rappelait encore de ce qu’elle avait lu sur son visage à l’arrivée de Makkapitew lorsque ce dernier avait influé son esprit. Elle ne le connaissait que trop bien. Il devait continuer de lui en vouloir. Comment pourrait-elle le lui reprocher ? Et d’une certaine manière, elle lui en voulait également. Il aurait pu prendre n’importe lequel d’entre eux. Pourquoi avait-il forcé le fier irlandais ? La haine et la colère qu’elle lut dans son regard lui causèrent plus grande douleur encore que le fait de voir le premier humain mordu par Makkapitew qui se délectait visiblement de son sang. Incapable de soutenir son regard, elle détourna les yeux et se rapprocha du groupe d’humains. Mais c’était déjà trop tard pour eux.

Elle poussa un soupir déçu et rebroussa chemin. Elle secoua ses jolies boucles blondes tandis qu’un des vampires montait le volume du poste radio qu’il avait emporté avec lui, déversant ses notes de rock. Elle ne put s’empêcher de rire doucement en constatant de la réaction surprise et intrigué de l’Ancêtre Commun. Même si ses manières, sa façon de parler ou encore ses vêtements ne laissaient aucun doute sur le dernier humain qu’il avait rencontré, c’était toujours surprenant de le voir réagir au monde moderne. Et rire lui faisait un bien fou. Après tout, ils avaient raison. Il y avait eu si peu d’occasion de s’amuser surtout entre les différents clans. Certains étaient venus de manière volontaire, comme elle, et avaient l’intention de s’amuser. Quant aux autres, ils avaient eu pour consigne obligatoire de faire de même et de ne pas faire d’esclandre. Elle tenait peut être là une occasion en or. Elle chercha à travers la foule Norman et une fois qu’elle l’eut à nouveau repéré, entreprit de s’approcher de lui. Cependant, ses pas ralentirent en constatant qu’il était déjà en charmante compagnie. Si Lili était morte, ses bonnes manières ne l’étaient pas.

Elle sursauta lorsqu’elle sentit une main la saisir afin de l’entraîner sur la piste de danse. Elle jeta un regard intrigué sur Alister et ne put s’empêcher de lui sourire doucement « Il faut qu’on parle. » lui murmura-t-il tandis qu’ils dansaient ensemble. Elle approuva de la tête. « Plus tard. Là, on s’amuse ! » Il fronça légèrement les sourcils avant de se laisser convaincre. Ils s’étaient éloignés l’un de l’autre depuis un petit bout de temps. Elle savait qu’il avait toujours du mal à lui pardonner de ce qu’elle avait fait des années auparavant et elle avait du mal à savoir qui elle était désormais.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celebrate good times, come on !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Celebrate good times, come on !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: BABYLON AREAS. :: SHENANDOAH FOREST :: ▬ Mesoke Glade-
Sauter vers: