AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lénore McConnell is coming

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 13:07

Lénore MacConnell

Ban by Misery Angel
17 ans
A la recherche de son frère.

« La vie de famille requiert une force, une persévérance, un oubli de soi dont le bonheur de ses membres est le fruit. »

Paranoid Recumbent






IV. What are you hiding?
    Pseudonyme/Prénom ; La crevette à plumes pour qu'une personne me reconnaisse ; Emilie.
    Âge ; 19 ans.
    Fille ou Garçon ; Sale gamine !
    Célébrité ; Taylor Momsen
    Code du Règlement ; code ok
    Comment avez-vous découvert le forum ? Par une gentille membre qui est en fait ma soeur d'où mon choix de personnage. Elle va hurler mais je l'aime tellement ! ^^


Dernière édition par Lenore McConnell le Lun 8 Juin - 15:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 13:08

II. Secret words
    Lénore est un véritable moulin à paroles. Vous pouvez la mettre face au plus laconique des personnages, elle parviendra à lui tirer quelques phrases parfaitement construites. Il faut avouer que sa joie de vivre et son flot de paroles hallucinant permettent de décoincer pas mal de personnes. Cette manière de toujours parler est un moyen de la rassurer et de lutter contre les silences qui lui font horriblement peur.
    Porte autour du cou un médaillon qui a appartenu à sa mère. Elle l'a reçu après le décès de sa mère et ne le quitte pratiquement jamais, surtout depuis que son grand frère n'est plus à ses côtés et qu'elle passe son temps à le caresser du bout des doigts en se disant que bientôt tout rentrera dans l'ordre.
    La douceur incarnée derrière ce masque ironique. La jeune fille est une personne plus que sarcastique, elle possède toujours cette petite phrase cinglante qui est là pour briser une atmosphère bien trop tendue. Elle a pour habitude de dire ce qu'elle pense mais il n'en reste pas moins qu'elle est une jeune fille pleine de bons sentiments et qu'elle est capable de s'approcher de son pire ennemi pour le consoler.
    Elle ne se maquille jamais ... sauf pour le carnaval mais ça va faire bien longtemps qu'elle n'a pas fêté le Carnaval. Pourquoi ne se maquille t-elle pas ? Et les baleines ? Vous y pensez ? Greenpeace est encore et toujours dans ses veines...
    Un brin anarchiste, elle déteste les leaders et est toujours là pour les remettre à leur place.
    Elle a peur des araignées. Il pourrait lui arriver d'hurler à la mort si jamais elle croisait la route d'une énorme araignée ... Pas pratique quand on doit se faire discret.
    Allergique au maïs.
    Ne jure que par Hendrix. D'ailleurs, elle est encore sous le choc puisque son frère a pu se rendre à Woodstock alors qu'elle était trop petite pour y aller. Elle déteste cette idée selon laquelle elle a loupé un des plus grands guitaristes du monde, de l'univers, de tous les temps ... oui, elle le comble de compliments.
    Elle chante pour se destresser. Oui, c'est sensé la rassurer mais croyez-moi avec sa voix de casserole, mieux ne vaut pas qu'elle soit stressée. C'est un réel supplice.
    Lénore ne fume que depuis deux mois. A croire que tout change en ce moment. Au début, elle trouvait cela écœurant surtout que ça a un mauvais goût en plus mais il faut bien avouer que maintenant qu'elle s'y est mise, elle trouve cela plus que relaxant quand elle a une montée d'adrénaline.




III. Open your mind
    Quelle est votre vision d'avril 1973 ?
      Avril 1973. Tout est de ma faute. Tout est absolument de ma faute. Si je ne lui avais pas montré cette fenêtre, si je ne l’avais pas réveillé. Il serait encore là. Il serait encore là près de moi. Si je n’avais rien dis. J’ai perdu mon frère et je tiens à utiliser ce mot en ce sens que je ne sais pas où il est mais qu’il est toujours en vie. Ne me dites pas qu’il est mort, qu’il n’y a aucune chance de le retrouver. Mon frère est quelqu’un de fort, de courageux et de vaillant ; il ne mourra pas facilement et il se battra. Il va me laisser le temps de le retrouver, de pouvoir le resserrer dans mes bras. Je lui fais confiance. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour le retrouver … jamais, je ne le laisserais.

    Quelle est votre vision de la situation actuelle ?
      [i] Un peu perdue au milieu de tout cela, l’adolescente reste à cet endroit uniquement parce qu’elle sait que c’est un moyen comme les autres de rester en vie et qu’ils possèdent peut-être des informations sur son frère et sur ce qui lui est arrivé. La jeune femme est prête à tout pour retrouver son frère. Accompagnée de Mason, elle espère tout simplement qu’ils parviendront à s’unir pour remettre la main sur lui mais en pleine crise d’adolescence, la jeune adolescente a encore du mal à supporter l’autorité de quelqu’un …


Dernière édition par Lenore McConnell le Lun 8 Juin - 15:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 13:08

I. Story left behind
    Date & Lieu de Naissance ; Staunton ; Le 14 Février 1957


« Au creux de ses bras, la vie … la vie d’une petite sœur qu’il va falloir protéger et rassurer. »

    Une arrivée plus que remarquée et remarquable. A peine était-elle en train de grandir dans le ventre de sa mère que tout le monde s’attendait à la voir pointer le bout de son nez rosé. On lui avait préparé une petite chambre dans laquelle elle pourrait se sentir réellement chez elle, on avait tout expliqué à son grand frère qui l’attendait avec impatience. La petite Lénore était plus qu’attendue et ce jour-là davantage que les autres. C’était son retour à la maison, un retour qui devait se faire de manière douce mais qui devait également marqué les esprits puisque c’était la première fois que le frère et la sœur s’échangeraient des regards, c’était la première fois que ce tout petit bout d’humanité allait découvrir la maison familiale qui était tenue et entretenue d’une main de maitre par Mary-Ann, la mère qui était toujours là pour réconforter ses enfants au moindre souci. Elle était souvent seule dans cette maison puisque William, militaire, devait bien souvent partir à l’étranger, laissant ainsi sa femme seule à la maison pendant quelques temps. Mais comme vous le voyez, cela n’empêchait pas la famille de s’agrandir et de vivre de merveilleux instants de bonheur comme ce jour-ci.

    C’est ainsi que la petite Lénore connut son frère. Il courrait vers sa mère mais il était bien plus impatient de découvrir ce qui se cachait derrière cet amas de couvertures qui protégeait la petite du moindre courant d’air.

    Mary-Ann : Lénore, je te présente Agustin. Ton grand frère. Tu veux la porter jusqu’à la maison ?
    Agustin : Elle est si petite … je vais lui faire …
    Mary-Ann : Tends les bras, mon chéri. Un peu plus haut … Tu vois, elle t’aime déjà !
    William : Allez Hurricane. Rentrons. Je crois qu’il y a une grand-mère qui a envie de faire connaissance avec la petite merveille.
    Une magnifique scène familiale. Le sentiment que l’on se trouve sur un petit nuage et que rien ne peut nous arriver, que personne ne peut nous faire tomber de ce trône nuageux et idyllique. La petite Lénore avait ce jour-là croisé le regard de son grand frère qui l’avait tenu pendant quelques minutes dans ses bras frêles. Elle avait entrouvert les yeux, avait souri comme si elle comprenait parfaitement que son frère allait la protéger jusqu’à la fin. Confiante, elle était dans une famille des plus parfaites … et tout s’annonçait à merveille. La famille s’agrandissait, les choses allaient changées. Agustin allait avoir davantage de responsabilités, la maman allait devoir partagé son amour, le père aurait davantage de peine à partir à l’étranger en quittant cette famille unie, la grand-mère allait avoir une enfant de plus à choyer et à couver … Davantage d’amour chez les McConnell.


« Le bonheur est un sentiment éphémère qui peut partir plus vite que prévu … et il dévaste tout sur son passage ! »

    Cinq ans. L’âge où l’on pose un tas de questions, où l’on essaie de comprendre ce qui se passe autour de nous surtout quand personne ne semble nous voir. Haute comme trois pommes, elle tenait la robe de sa mère ce jour funeste où leur père dut partir à la guerre, au Viêt-Nam. Elle ne comprenait pas s’il fallait se réjouir ou s’il fallait pleurer, tout ce qu’elle savait c’est que son papa allait partir loin loin loin et qu’elle n’allait pas le voir pendant longtemps. C’est pourquoi la petite tête blonde courut vers son père pour enrouler ses maigres bras autour de sa taille en fermant les yeux. Lénore embrassa son père en lui tendant un dessin qu’elle avait fait quelques heures avant, un dessin pas très inventif puisqu’il s’agissait d’une maison avec au-devant chacun de ses membres. C’était plutôt attendrissant et on savait – tous – que ce dessin allait davantage tordre le cœur de cet époux, de ce père qui devait partir à l’autre bout du monde pour défendre des principes dont il ne comprenait rien. Quitter sa famille pour un pays qui ne lui rendait pas forcement service. La petite Lénore voyait son père partir en héros et espérait pouvoir le revoir bien vite surtout qu’elle allait bientôt rentrée à l’école mais ce fut la dernière fois où ses prunelles claires se posèrent sur le visage de son père. C’est son dernier souvenir et inutile de vous dire qu’il est bien plus que flou aujourd’hui. Elle ne se souvient de pas grand-chose hormis de son père qui leur disait au revoir et elle comprend seulement aujourd’hui que cet au revoir avait davantage la tonalité d’un adieu. C’est pour cette raison qu’elle parle souvent avec Agustin de son père, de ce qu’il faisait, ce qu’il aimait … elle essaie tout simplement de se construire un père à travers les souvenirs de son grand frère qui a eu la chance de partager avec lui.

    La petite Lénore ne se souvient même plus de ce drapeau enroulé que lui apporta l’armée américaine. Elle ne se souvient plus de cet été brûlant qui fut certainement le pire pour la famille McConnell. La petite fille avait les joues pleines de terre et assistait à la scène en tant que tiers. Trop petite, elle n’avait pas son mot à dire, on passait à côté d’elle comme si elle était transparente. Elle avait assisté à la scène un peu plus loin, elle n’avait entendu que quelques murmures et sanglots. Ne comprenant pas ce qu’il se passait, elle n’entendit que son grand frère qui lui disait de venir plus près pour réconforter sa maman qui pleurait plus que de raison. Lénore s’approcha alors prudemment de sa mère pour finalement venir se blottir contre elle pour déposer un tendre baiser sur sa joue.

    Lenore : Il ne faut pas pleurer maintenant … je ferais attention la prochaine fois … ce n’est que de la terre. Dit-elle de sa petite voix enfantine, pensant que sa maman pleurait de voir sa robe tachée par la terre mouillée.
    Mary-Ann : Ce n’est pas ça mon ange … Ce n’est pas grave. C’est papa. Il ne reviendra pas. C’est un héros …
    Lenore : Pourquoi ? Ce sont les méchants qui ont fait ça ?
    Mary-Ann : On ne sait pas vraiment qui a fait ça, on sait juste que papa a sauvé de nombreux soldats …
    Lenore : … Lénore comprenait seulement que son papa ne reviendrait pas, il ne serait pas là pour son premier bal, pour gronder son premier petit ami. Elle serra davantage sa mère dans ses bras et laissa une larme rouler sur sa joue.

    Les années passèrent et Lénore avait grandit. Elle était devenue une jolie jeune fille et était un véritable rayon de soleil gonflé d’innocence et de candeur. Toujours un sourire aux lèvres, elle trouvait toujours le moyen de réconforter son frère ou de taquiner sa mère quand elle voyait que les choses tournaient au vinaigre. Heureuse, elle n’avait rien vu venir. Encore une fois, la vie plaçait sur son chemin un nouvel obstacle. Lénore tenait la main de sa mère et lui racontait que l’un des médecins allait certainement être le plus beau jeune homme qu’elle aurait vu dans sa vie : grand, brun, yeux verts, il avait un sourire à faire fondre n’importe qui. Mary-Ann esquissa un sourire amusé en voyant sa petite fille plus qu’épanouie. Lénore n’avait pas conscience qu’elle allait perdre sa mère, que sa mère était au bord du gouffre et que la faucheuse l’attendait de pied ferme. Elle ne voyait qu’une mère un peu fatiguée et souriante en écoutant les frasques de sa petite dernière. Lénore est plus que ravie de ce souvenir car elle considère que c’est un merveilleux moyen de conserver une image positive d’un membre de sa famille qui aurait perdu la vie.
    Lenore : Je t’aime ma petite maman.
    Mary-Ann : Je t’aime aussi ma chérie … et tâche de ne pas embêter ton frère, ne pas trop lui donner de souci.
    Lénore : Je serais sage comme une image, tu le sais bien.
    Lénore se pencha vers sa mère pour la serrer dans ses bras avant de donner la main à Agustin pour se laisser guider par son frère qui semblait savoir où il allait.



« Renouer avec le passé ! »

    Douze ans. La petite Lénore était en train de parler de musique avec deux pensionnaires de cet orphelinat qu’elle détestait. On pouvait entendre leur rire des couloirs. Toujours le mot pour rire, Lénore était surtout pressée de revoir son frère pour savoir s’ils allaient pouvoir enfin quitter cet endroit pour voler de leurs propres ailes. Lénore était en train de faire le pitre comme à son habitude dans cette chambre, simulant le fait qu’elle était une actrice et saluait la foule avec un air hautain qui lui allait à ravir… Ses camarades étaient mortes de rire alors que la porte s’ouvrit soudainement. Les trois jeunes filles cessèrent de rire et trois paires d’yeux se posèrent sur ce jeune homme qui avait une bonne nouvelle à annoncer. A sa remarque, Lénore poussa un petit cri strident avant de sauter dans les bras de son frère, manquant de l’étouffant en enroulant ses bras autour de son cou.
    Lenore : On rentre vraiment ?
    Agustin : C’est pour du vrai cette fois !
    Lénore grimpa dans la voiture de ce docteur tout en regardant par la vitre le paysage qui défilait sous ses yeux un peu perdus. Elle n’avait pas beaucoup de souvenirs mais essayait justement de se raccrocher à cet arbre sur le bord de la chaussée, à cette maison mais rien … Les sourcils froncés, elle avait le sentiment de ne pas connaître cet endroit mais quand son frère se posta à ses côtés pour lui faire la présentation des lieux, un sourire commençait à naitre sur les lèvres rosées de l’adolescente.
    Agustin : Tu te rappelles des choses ? Là, tu as piqué une crise pour avoir une peluche. On avait l’habitude de manger là tous ensemble. Oh est c’est ici que je me suis cassé le bras en faisant le guignol à vélo. Maman avait hurlé en me voyant dévaler la pente. Et ici, il y a le nom de papa gravé. On déposera une gerbe de fleurs dès qu’on le pourra.
    La petite essayait de se retrouver dans ce décor et écoutait son frère avec beaucoup d’attention jusqu’à ce que la voiture s’arrête. Un portail blanc et une large haie cachaient la maison des McConnell mais la petite Lénore avait le sentiment qu’elle était déjà venue ici. Elle se souvenait de cette fois où elle tournait le plus vite possible pour faire voler sa robe rose que son père lui avait achetée. Elle avait au moins un souvenir et son sourire s’accentua alors qu’elle prit la main de son frère, rassurée.


Dernière édition par Lenore McConnell le Lun 8 Juin - 14:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 13:20

« Je ne suis pas si petite que ça ! »

    Lenore : Je veux venir avec toi !
    Agustin : Je ne préfère pas Lenore. L’adolescente regardait son frère préparer ce voyage qui la rendait complètement hystérique. Plus qu’agacé à l’idée de ne pas pouvoir y aller, elle cherchait toujours un moyen de le convaincre. Woodstock. C’était quand même quelque chose, non ?
    Lenore : S’il te plait. Il y aura Jimi. Et Joan Baez.
    Agustin : T’es pénible. J’ai dis non. Tu iras dormir chez les Dawn. En plus, tu t’entends bien avec leur fille. Tu vas passer des chouettes soirées pyjamas avec elle …
    Lénore : Mouais … une soirée pyjama … pendant que toi, tu verras Hendrix, les Who, Jefferson Airplane et Joe Cocker. Soupira t-elle en fronçant les sourcils. Il déposa un baiser sur le front de l’adolescente alors qu’il prenait le chemin vers la porte de la maison pour rejoindre une voiture qui l’attendait dans la rue.
    La petite Lénore passa donc quelques jours chez les Dawn à jouer aux cartes, au Monopoly, à parler de musique alors que son frère devait certainement s’éclater. Lénore écoutait alors le père de cette famille parler de ce festival où il n’y avait que des communistes, des hippies et des drogués … ces paroles firent naitre un sourire sur le visage de la petite fille qui imaginait son frère en train de s’amuser alors qu’elle était coincée ici.

    Madame Dawn : Les filles ! j’ai préparé des cookies et ce soir n’oubliez pas qu’on doit aller au cinéma en plein air.
    Ces paroles lui firent oublier le festival de musique et elle tapa dans ses mains, pleine d’enthousiasme avant de s’emparer de la main de son amie pour rejoindre la mère de famille qui les attendait dans la cuisine. Ce n’était pas si mal tout compte fait. Elle lui raconterait tout ça quand il sera de retour … sauf qu’à son retour, il n’était pas seul. [/color]

    Agustin : Je te présente Mason Watkins, un … un ami que je me sui fais à Woodstock.
    Lenore : Ton ami ou ton petit ami ? Je le savais ! Tu peux rien me cacher Agustin. Allez fais pas cette tête. Je suis contente que tu aies trouvé quelqu’un à aimer. Je trouve ça cooool. Filez prendre une douche, vous empestez encore la ganja.[i] Dit-elle avec un large sourire aux lèvres en voyant son frère désemparé. Avait-elle passé que quatre jours seule ou alors était-il parti pendant quinze ans ?
    Lénore avait en effet grandi. Elle était devenue une jolie jeune fille et elle était plus que mature pour son jeune âge. Lénore s’empara du bras de ce Mason pour lui faire visiter les lieux en se faisant un malin plaisir à en savoir davantage sur Hendrix et sur le festival en lui-même mais apparemment il n’avait pas tout vu … à croire qu’ils avaient passé leur temps à fumer et que les groupes n’étaient là que pour la musique de fond. La honte !


« Ne me laisse pas. Pas maintenant. Pas comme ça ! »

    Lenore s’était levée en pleine nuit pour se rendre dans l’antre du couple insolite qui vivait dans cette maison. Elle était vêtue d’une chemise nuit sur laquelle on pouvait discerner quelques fleurs dignes d’une hippie et secouait doucement l’épaule de son frère. Elle ne fit pas attention à ses plaintes et s’empara de lui pour le mener à cette fenêtre.
    Lenore : Regarde et dis moi ce que tu vois. Dit-elle inquiète en faisant les cents pas. Elle se rongeait les ongles alors que son frère essayait de percevoir ce qu’il se passait dans cette clairière.
    Agustin : Merde. C’est quoi ? Des gars défoncés qui trippent dans les champs ? Faut appeler les flics. Amène moi le téléphone.
    Lenore : C’est pas des toxicos Agustin. C’est … ça a l’air très naturel comme truc. J’ai peur. Dit-elle en se blottissant contre son frère.
    Lénore était tout contre son frère ne voulant pas entendre ces cris qui lui glaçaient le sang. Puis, tout se passa si vite. Elle était là blottie contre son frère qui tentait vainement de la protéger quand quelque chose s’empara vivement de lui. Elle n’avait fait qu’entrevoir le visage du coupable mais elle savait qu’elle ne l’oublierait jamais. Lénore avait dû lacher la main de son frère … puis, ils étaient seuls. Elle et Mason dans cette chambre, face à une fenêtre en éclats. Lénore pleurait et enfouissait sa tête dans ses mains alors que la respiration de Mason se faisait davantage haletante.

    Lenore : Mason. Je veux mon frère. Je veux mon frère. Il est où ? Et c’était quoi ce truc ?



« Il est en vie. Je le sais. Je le sens. »

    Lénore : Mon frère est en vie. Je le sais Mason. On va le retrouver.
    Mason : Oui mais si jamais …
    Lenore : Avec Agus’, on a ce truc bizarre, ce lien ! Et je serais au courant si jamais il lui était arrivé quelque chose. C’est moi l’adolescente sensible qui devrait me morfondre alors secoue-toi … Dit-elle en lui donnant un coup de coude.
    Mason : T’as peut-être raison … et dis moi tu vas où là ?
    Lenore : Je vais faire un tour. Et ne t’inquiète pas, je sais me défendre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 15:04

Je pense avoir terminé ma fiche.
J'espère qu'elle vous plaira et que tout roulera comme sur des roulettes ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 16:25

Bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 16:28

Bienvenue parmi nous.
Le code est bon.
On lit ta fiche et on en discute entre admin. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 18:17

Bienvenue =)

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 18:34

    Bienvenue parmis nous =D
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 18:34

Fiche validée Wink

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 18:44

Bienvenue ma p'tite soeur IG et IRL =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   Lun 8 Juin - 19:42

Bienvenue à toi =)
Belle fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lénore McConnell is coming   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lénore McConnell is coming
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coming soon... SPACE HULK !!
» 1.13 is coming soon???
» The Coming Storm (OSG)
» WoW : Coming in November - Scourgewar
» Greshnark coming

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: ▬ Anciens membres; présentations-
Sauter vers: