AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 17:20

Découvrez la playlist gabriel avec Strays Don't Sleep


cherryblossom.

LEWIS; gabriel eden
soixante-dix-sept ans.
vagabonde
« citation/phrase/chanson »

WILD CHILD




II. Secret words
      Gabriel...
    ▬ est brisée par son enfance et ne montre que très peu ses émotions,
    ▬ ne contrôle pas sa puissance,
    ▬ refuse l'aide de quiconque,
    ▬ aime le cinéma,
    ▬ est méfiante,
    ▬ déteste avoir tord,
    ▬ adore les cigarettes,
    ▬ est une bonne amante,
    ▬ aime les fraises et le champagne,
    ▬ apprécie la solitude et la musique douce,
    ▬ peut vous être fatal.


Dernière édition par Gabriel E. Lewis le Jeu 15 Avr - 22:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 17:21



mischievous wink

I. Story left behind
      Date & Lieu de Naissance ; vingt-cinq octobre 1874 à Paris.
      Date & Lieu de Décès ;
    dix-neuf décembre 1898 à Babylon.

partie première

Dieu était une erreur. Mais il est difficile de déterminer si elle fut commise trop tôt ou trop tard..
Elias Canetti

    « Ils ont voulu m'appeler Gabriel. Sans le "lle", s'il vous plait. Tout ça pour conserver le culte de l'ange. S'ils me voyaient, maintenant... Après tout, ce ceux ont, qui ont décidé de ne pas m'offrir ces deux L. Deux ailes. C'est peut être ce qui fait de moi le personnage que je suis aujourd'hui. Peut-être auriez-vous peur de moi. Oh bien sur, je n'ai pas l'air dangereuse quand on me regarde. Mais si vous saviez mon histoire, et si vous saviez ce que je suis, vous prendriez vos jambes à votre cou et me fuirez, aussi loin que possible. J'en ai le nom mais pas le cœur... Tout comme un ange de l'enfer. »

    La pièce était petite, lugubre. Une forte odeur de renfermé régnait dans l'espace, et saleté et poussière recouvraient le sol. Privée de lumière, elle était perdue. Depuis combien de temps était-elle ici ? Un jour, deux jours ? Une semaine ? Peut être plus. Elle était presque dans un état de claustrophobie constante, et ses yeux cherchaient la moindre trace de lumière. Rien. Alors elle avait peur et elle hurlait. Elle avait pour seule réponse des cris, des menaces, et des mots qu'elle ne voulait pas entendre. Quel âge pouvait-elle avoir, cette gamine ? Huit ans, peut être dix ? Même elle, avait oublié. Peut être était-ce le jour de son anniversaire. Elle avait perdu toute notion du temps. La fillette cherchait de ses mains un mur, une porte, une poignet. Tout pour retrouver une lumière, un signe de vie, une lueur d'espoir. Elle voulait y croire, parce qu'elle en avait besoin. Voilà qu'elle hurle, encore. Elle criait à l'aide, ses petits poings se heurtaient contre les murs. Et des larmes mouillaient ses joues. Personne ne l'entendait. Ou personne ne voulait l'entendre. Personne ne pouvait la sortir d'ici. Cet enfant, c'était Gabriel. Disparue depuis quelques semaines, personne n'avait eu de signe de vie de la petite fille. Une famille bouleversée, qui aurait offert sa vie pour cette gamine aussi douce que le velours. Elle avait disparu, comme ça, en un claquement de doigt. Elle-même ne savait pas où elle était.

    Le temps s'écoulait lentement, dans cette cage sordide. Cela faisait peut-être deux jours qu'elle n'avait pas bu et mangé, et qu'elle n'avait pas vu le jour. Gabriel était épuisée; elle passait son temps à hurler, à frapper les murs avec ses poings, à tenter de trouver une sortie. L'espoir la quittait, peu à peu. Allongée sur le sol, ses paupières se fermaient, contre sa volonté. Et si la lumière venait. Si la lumière venait, si ses yeux sont fermés... Elle ne verrait rien, et resterait coincée ici à jamais. Alors elle attendait et lutait de son petit être. La fillette savait que tôt ou tard, la porte s'ouvrirait. Elle savait que l'espoir s'atténuait, mais ne s'éteignait jamais. Jusqu'à ce que la porte s'ouvre. La lumière aveugla la brunette; une silhouette noire était dressée dans l'embrasure de la porte. Un faible sourire se dessina sur le visage de la française. Son sauveur était là, enfin. Quelqu'un l'avait finalement entendu. Elle ne voyait pas son visage, pas même ses traits. Mais qu'importe, on était venu pour elle. Encore fallait-il que ce quelqu'un soit une bonne personne... La silhouette était imposante, surement celle d'un homme. Il était encore trop loin pour que Gabriel puisse voir son visage, si ses yeux pouvaient encore lui permettre. La belle était à bout de force, et son petit âge ne lui permettait pas de vivre sur sa réserve. Elle tenta alors de pousser sur ses petits bras pour se redresser. Mais la force l'avait déserté. Des larmes de fatigue se mirent à couler le long de son visage, le regard suppliant tourné vers la lumière. La silhouette se rapprocha, et avait l'air peu sympathique. Mais elle s'en fichait, Gabriel. Elle savait que cet homme la sortirait d'ici. Finalement, elle avait eu raison. L'homme -qui se révéla être une armoire à glace- lui saisit brusquement le poignet, et le serra avec fermeté. Des cris de douleur: elle sentait son poignet fragile broyé sous la force du colosse.

        gabriel – mais lâchez-moi ! vous me faîtes mal ! je vous en supplie, vous me faîtes mal...

    Une lourde gifle fit pivoter son visage. Il ne voulait rien entendre, le géant. Une gifle tellement puissant que la fillette fut assommée sur le coup. Elle n'aurait pas pu se débattre, de toute façon. Alors, elle se laissa glisser, trainer par l'homme en noir, balayant la poussière au sol. Cet homme n'était pas son sauveur, personne ne pourrait la sauver. La petite flemme qui brillait en elle s'essoufflait, jusqu'à ce qu'elle s'éteigne, à jamais. Elle ne se réveilla pas tout de suite, la gamine. Peut-être aurait-il même fallut qu'elle ne se réveille pas. Elle était là, toute endormie, assise sur une chaise terriblement sale, les poignets liés. Des larmes, encore. Elles mouillaient son visage, et le nettoya même de la poussière qui s'y était déposé. Et puis elle avait peur, Gabriel. Une femme, a la corpulence qui triplait la sienne, était dressée en face d'elle. Le regard de la petite n'eut aucun impact sur elle; pas une once de compassion sur le visage rond. Rien. Seulement de l'agacement. D'un geste brusque, elle attrapa le nez de Gabriel et le pinça pour la forcer à ouvrir la bouche. Une purée visqueuse à la couleur et au goùt douteux se glissa dans la bouche de la petite française. Et les larmes, encore et encore.


Les sanglots des martyrs et des suppliciés sont une symphonie enivrante sans doute..
Charles Baudelaire

    Quatre ans plus ard, elle était sortie. Après quatre longues années, en enfer. Elle avait réussi à s'échapper. A force d'étudier les moindres recoins des pièces où elle était enfermée, de s'efforcer à retenir les heures de visite et les moindres gestes de ses bourreaux, elle y était arrivée. Ces quatre années avaient été affreuses et douloureuses. Gabriel n'avait que sur le dos une robe, qui ressemblait plus à un vieux tee-shirt, sale et déchiré. Le froid dehors ne lui faisait pas peur. Après tout, l'extérieur serait toujours plus accueillant que la pièce sordide où elle avait passé quatre ans de sa vie. Elle courait, et ne s'occupait pas de ses pieds nus qui devaient souffrir sous l'effet rugueux du sol. Son corps était presque devenu insensible à la douleur, après toutes ces années de souffrance, ce n'était pas étonnant. La jeune adolescente courrait toujours, et criait à l'aide. Ses bras et ses jambes étaient meurtris et couverts de cicatrices. Les marques que ses bourreaux lui avaient laissées, des souvenirs qui la hanteraient à jamais. Les brûlures, les mutilations, des coups, les cris, la peur, la haine.


Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir..
Voltaire

    Gabriel Eden Lewis. Peut-être que ce nom ne vous est pas inconnu. Peut-être l'avez-vous déjà vu dans les journaux. L'histoire d'une enfant martyr qui pendant quatre ans n'a pas vu le jour. L'histoire d'une gamine dont la vie a été détruite par des humains -si l'on peut employer ce mot- froids et sans coeurs. Pendant longtemps, la fillette eut peur; si l'on entendait sa voix, c'était dans des cris. Si l'on pouvait la toucher, c'était parce qu'elle était sous calmants. L'enfant n'était jamais tranquille, toujours nerveuse et agitée, peureuse et craintive. Mais comment lui en vouloir, après ce qu'elle avait vécu. Sa famille avaitfait le nécessaire, pour qu'elle retrouve un cour de vie normale. Mais il s'était avéré que la belle avait des comportements violents avec celui qui l'approcherait de trop près. Une sorte de carapace pour se protéger. Une carapace que son frère bien-aimé tentait de crever, en vain. Alors on l'envoya dans un hôpital pour fous, où l'on s'occupa convenablement d'elle. L'ange déchu appris alors à se faire soigner, à lire et à parler calmement, à écrire et à dessiner. Toutes ses choses simples que tout gosse sait faire, mais qu'elle avait oublié dans sa prison de béton.

    Les années passèrent, et la belle Gabriel ne semblait pas s'en rendre compte. Elle vivait dans un petit appartement à Paris, non loin de son frère, David. Par chance, elle réussit à quitter l'hôpital où elle avait passé le reste de son adolescence. Ce temps-là était bien loin derrière elle; la belle avait déjà vingt-quatre ans. Durant toutes ses années passées à l'hôpital, elle préparait sa vengeance. Un désir qui l'écrasait, la carotte qui la faisait avancer. Elle était consciente que plus tôt elle serait sortie, plus tôt elle pourrait retrouver ses bourreaux. C'était dur, au début. Mais les progrès qu'elle faisait encourager les infirmières à aller plus vite, à aller plus loin dans l'apprentissage, et à la faire sortir plus vite. Plus vite, il fallait que ça aille plus vite. Toujours plus vite.

    Gabriel épluchait les journaux, jour et nuit. Chaque jour, elle regardait si ses malfaiteurs avaient été arrêtés. Mais rien. Toujours rien. Ca n'allait pas assez vite. C'est surement pour cela qu'elle partit se procurer une arme. Un pistolet, petit et léger, parfait pour une jeune femme comme elle. Après tout, elle n'avait nul besoin d'une arme gigantesque pour tuer; une arme discrète se trouvait être encore plus dangereuse qu'un fusil de chasse... Qui aurait cru que quelques jours seulement après son achat, une lettre aussi alléchante que mystérieuse se glissa sous la porte de son appartement. L'expéditeur n'avait pas laissé son nom, ni même une adresse. Mais ce n'était pas le plus important, après tout. Gabriel s'était assise, et lisait la lettre avec une grande attention. L'écriture était claire et agréable, celle d'une femme surement. Attentive, la belle arrondissait les yeux lentement, ses mains se mirent à trembler, et son regard se fixa sur le bout de papier. Des larmes se mirent à couler le long de ses joues, gommant peu à peu la poudre rose qu'elle avait délicatement déposé sur ces dernières.

    Cette attitude passive en arlerta plus d'un. Surtout son frère. Il ne pouvait s'empêcher de penser à elle et à son passé, se sentant coupable de son agression. Après tout, il aurait pu la défendre. C'était son devoir, de veiller sur elle. Cette culpabilité obligeait David à se rendre le plus souvent possible chez sa soeur. Il savait déjà qu'elle avait beaucoup changé, et qu'elle commençait à trainer, désespérée par ses recherches vaines. Il était inquiet de l'avenir de sa soeur, plus concentrée que jamais sur ses recherches le jour, et bien plus qu'inconsciente la nuit.
        david– jte reconnais plus, gab'...t'es sûre que ça va ?
        gabriel– bien sur que ça va.
        david– je...je sais même plus si tu es ma soeur ou pas. t'es tellement... étrange en ce moment.
        gabriel– parce que je n'ai pas le droit de changer d'humeur ?

    La conversation tournait mal. Gabriel, si douce à son habitude, devenait agressive, répondait séchement. Persuadé que quelque chose n'allait pas avec sa soeur, David insista.
        david– t'es pas ma soeur. tu...peut-être que t'es droguée, ou possédée. une merde dans le genre !
        gabriel– stoppe les livres, david. maintenant laisse-moi, j'ai des choses à faire.
        david– le prénom de maman ?
        gabriel– pardon ?
        david– le prénom de maman, dis-le moi !
        gabriel– juliette. là, tu es content ?
        david– comment s'appellait ton dernier copain ?
        gabriel– david, ca ne m'amuse pas.
        david– avec combien d'hommes passes-tu tes soirées, hein ?!

    Le dialogue virait à l'interrogatoire. Gabriel regardait son frère avec une incompréhension la plus totale. Elle ne comprenait pas où il venait en venir, et surtout pourquoi. Tout semblait stupide et suréaliste. Quant à David, il est sûr que quelque chose n'allait pas avec sa soeur, dont il avait gardé l'image de la douce et tendre petite fille...
        gabriel– tu me prends pour une salope ou quoi !?
        david– combien !
        gabriel– un. un seul.
        david– son prénom ?
        gabriel– je l'ignore. arrête maintenant.
        david– une dernière question, et là je serai fixé.
        gabriel– comme j'ai le choix...
        david– ton pire souvenir ?

    Un verre s'explosa sur le sol, sans prendre la peine de rebondir. Paralysée, la jeune femme le regarda, les yeux aussi ronds que des billes. Il savait, pourtant. Il savait que ce souvenir la rongeait. Il savait que la flamme qui l'animée n'était entretenue que par un esprit de vengeance. Et pourtant, il l'avait dit. Il l'avait fait. Gabriel ne lui donna aucune réponse. Son frère lui attrapa le bras, et insista sur cette question si douloureuse. Le visage livide et hantée par la peur. Et les yeux de son frère qui ne la quittait pas. Malgré sa faible force, la belle se dégeaga et s'enfuit de chez elle. C'était la dernière fois qu'elle croisa le regard de son frère.

    L'inconnu aux lettres lui avait donné rendez-vous quelques jours après, non loin de chez elle. Gabriel s'était mise en route et déjà, des milliers de questions troublaient son esprit. Qui se cachait derrière cette lettre ? Un homme, une femme ? Était-ce du sérieux, ou une blague idiote que des gamins puérils lui auraient fait ? Et si c'était vrai ? Et si c'était faux ? Elle était bientôt arrivée; autant vous dire que son cœur battait vite, si vite qu'il aurait pu sortir de sa poitrine où sa main s'était posée. Ses yeux scrutaient maintenant la rue; elle n'était guère rassurante, et très peu éclairée. Pourtant, le courage ne la quittait pas, et malgré l'obscurité et les grincements étranges, la belle ne reculerait pas.
        inconnu– mademoiselle gabriel eden lewis?
        gabriel– elle-même... à qui ais-je l'honneur ?
        inconnu– cela n'a aucune importance. que diriez-vous... d'aller parler autour d'un café chaud ?
        gabriel– je préfèrerai que cela soit bref...sans vouloir vous manquez de respect.


    L'inconnu ne lui laissa pas le temps de réfléchir; délicatement, il lui prit le bras et l'emmena dans un café chic des rues parisiennes, où il avait déjà réservé une table. Gabriel en fut d'autant plus surprise. Un détraqué ? Devait-elle avoir peur ? De toute façon, elle était armée. Armée. Seul ce mot parvenait à calmer son esprit de plus en plus tourmenté. La gène était bien présente, aussi Gabriel n'osait pas regarder le visage de l'inconnu. Il était pourtant plaisant, cet homme. D'une beauté incomparable, des traits fins, un regard prenant. Un silence de plomb hantait la table 21. Le bel inconnu releva le menton de la brune, l'obligeant alors de plonger son regard dans le sien. Le regard azur du jeune homme fit presque rougir la belle; finalement, il était bien plus agréable de regarder son visage que cette vieille table en bois.
        inconnu– pourquoi cachez-vous un si joli visage ? avez-vous donc peur que je vous mange ?
        gabriel– avoir peur de vous ? mmh. non, vraiment.


    Une main délicate dégagea celle du jeune homme. Son charme était certain, et Gabriel était même sure que jamais elle n'avait vu un homme si beau.
        inconnu– j'ai une proposition à vous faire. mais pour cela, vous devez me promettre de rester calme et de ne pas partir en courant.
        gabriel– venons-en aux faits, voulez-vous ? j'ai bien compris que vous saviez où se trouve les personnes qui ont pourrit mon enfance. maintenant j'aimerai savoir où ils se cachent.
        inconnu– vous le saurez. mais laissez-moi vous offrir une chose précieuse, une chose que vous avez mérité, et dont vous auriez besoin quand vous ferez face à ces infâmes humains. quelque chose de bien plus efficace que l'arme que vous cachez si bien dans votre veste.
        gabriel– comment vous... et c'est quoi, cette chose ?

    L'homme lui sourit, tendrement. Il savait déjà que la belle ne refuserait pas son offre. Après tout, qui refuserait l'offre d'un vampire qui goùte à l'immortalité depuis plus de deux cents longues années ?
        inconnu– l'immortalité, ma jolie...


Dernière édition par Gabriel E. Lewis le Mar 13 Avr - 22:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 17:24



mischievous wink

partie seconde

Notre âme a plus de capacité pour le plaisir que pour la douleur. Une douleur violente fait taire tout sentiment agréable, tandis qu'un plaisir vif ne peut étouffer le sentiment d'une douleur violente.
Maine de Biran

    « J'avais un creux, dans le ventre. Un vide soudain et dévorant, comme un manque. Ma gorge était séche. Il m'avait murmuré à l'oreille qu'une créature comme moi devait avoir la beauté éternelle. Je ne savais pas où j'étais, je savais simplement que nous avions fait un long voyage. J'avais quitté ma France natale, pour une ville et un pays dont j'ignorais tout. Je me souviens d'une douce sensation sur ma peau, comme de la soie ou du satin. Je ne saurai dire de quelle matière était les draps dans lesquels j'étais. A mes côtés, mon bel inconnu. Mes yeux me brulaient, tout comme ma gorge et mon coeur. Mon être entier me faisait souffrir. Et... »

    Et c'était seulement le début. Son âme était en train de mourir, lentement. Aussi lentement que son souffle. Le regard de la belle vers le vampire se faisait interrogateur. Pourquoi souffrait-elle autant ? Alors que les doigts de l'immortel parcourait doucement son dos, l'humaine murmura quelques mots.
        gabriel pourquoi...j'ai si mal...?
        vampire ton corps se meurt ma belle
        gabriel mais je... je croyais que tu...

    Les doigts délicats du vampire se posèrent sur les lèvres de la brune. Son regard se faisait de plus en plus fébrile, et perdait un peu plus de lumière a chacune des secondes qui défilaient. Gabriel avait peur. Cette sensation là, elle l'avait déjà vécu. Et des flashs revenaient. Les murs, l'odeur de souffre, l'obscurité, l'énergie qui la désertée. Le silence qui régnait la chambre d'hôtel se brisa brutalement. La gorge de l'ange se déchira en lambeaux, pendant que son regard se noyait dans les larmes. Des bouffées des chaleurs, et bientôt des perles de sueurs naissèrent sur sa douce peau nue. L'instant devenait un supplice, auquel l'immortel n'était pas insensible. Il prit alors la belle contre lui, et la berça en lui murmurant des mots rassurants. La transformation s'était enclenchée.

    À la plus surprenante beauté, elle joignait l'esprit le plus vif, le plus fin , le mieux cultivé, cet esprit héréditaire dans sa famille..
    Mme de Sévigné [/center]

    Féline. Regardez-la, cette fille. Une beauté à la limite de l'imaginaire. Une silhouette digne des plus grands mannequins. Et puis ses jambes; interminables. Qui aurait pu lui résister ? Que peu d'hommes. Son sourire en coin les faisait craquer, tout comme son si joli décolté. Gabriel était une femme. Une vraie, une femme. Fatale. Cela faisait maintenant plusieurs années qu'elle était morte. Vivante; vampire. Elle était jeune, et puissante. L'ange aimait le sang. Tellement. La jeune immortelle profitait de sa nouvelle vie pleinement, heureuse d'être si vivante sans vraiment l'être. Elle croquait la vie à pleine dents. Ou plutôt le cou de ces messieurs, dont elle s'amusait follement.

    Je ne saurai vraiment vous dire l'heure qu'il était. Minuit, peut-être plus tôt, peut-être plus tard. Une ombre se glissait dans une sombre ruelle de Babylone, que seuls les lampadaires qui jouaient entre eux éclairés. Une silhouette longue et fine se dirigea vers une porte, manifestement celle d'un bar, peu fréquentable à vue d'oeil. Sans vraiment attendre son entrée complète, les regards se dirigèrent vers l'étrange personnage qui leur faisaient face. Un silence, puis des sourires en coin. Cette nana était décidément sacrément canon. Un regard furtif de cette dernière, suivit d'un sourire en coin, satisfait. Gabriel, puisqu'il s'agissait d'elle, se dirigea vers un jeune homme, dont le physique n'était pas négligeable, et prit place à ses côtés.
        gabriel je peux ?
        inconnu je ne pourrai pas refuser de la marchandise pareille...
        gabriel quelle élégance. tu me paies un verre.
        inconnu je dis pas non...
        gabriel c'était pas une question.

    Gabriel avait soif. Pas d'alcool, ni d'une autre boisson. Si l'on peut dire ça...Elle voulait du sang. Déjà, elle se mordait légèrement la lèvre inférieur; signe d'impatience. Le chasseur avait fait son choix, et la proie tombait dans son piège. Au fil de la conversation, la belle usa de ses charmes, sans quitter des yeux l'objet de ses convoitises; ce cou si tendre qui se présentait à elle...

    Une poignée de minutes plus tard, le jeune inconnu traina la belle dans une rue déserte. Seul le bruit de la pluie sur les dallages se faisait entendre. Puis un soupir, peut-être deux. Celui des deux jeunes gens dont les ombres ondulaient lentement sur le mur. Gabriel aimait ces moments là. Laisser la proie s'amuser, avant de la voir glisser à ses pieds, comme un animal crevé. Un dernier baiser, puis les lèvres de la belle sur le cou de l'inconnu; je ne vous l'avez pas dis, qu'elle était fatale ?


Dernière édition par Gabriel E. Lewis le Jeu 15 Avr - 0:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 17:25

III. Open your mind
    Quelle est votre vision d'avril 1973 ?
      Les cris, le sang, la peur. La terreur de l'instant était semblable à celle que la belle Gabriel a subi durant sa rude enfance. Ainsi, Gabriel prend peur et se cache, comme elle peut. Terrifiée par son image et par ce qu'elle est devenue. Comment elle regrette, le jour où elle a rencontré ce magnifique vampire qui lui a offert la vie éternelle. Dans la détresse la plus totale, l'ange est devenue encore plus fragile qu'elle ne l'était déjà. Sa jeunesse ne lui offre pas encore la chance d'être forte et sûre d'elle. Elle a simplement peur de revivre les mêmes années que son enfance, peur de cesser de vivre.


Dernière édition par Gabriel E. Lewis le Jeu 15 Avr - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 17:25



wild child

IV. What are you hiding?
    Pseudonyme/Prénom ; coqueline* ; pauline (ouais tout de suite c'est moins classe)
    Âge ; dix-sept ans et touuuutes mes dents :'B
    Fille ou Garçon ; fille, enfin je crois.
    Célébrité ; kemp muhl <3
    Code du Règlement ; code ok.
    Comment avez-vous découvert le forum ? j'étais autrefois inscrite (Gabriel Alice Carrol me semble-t-il, je me souviens plus...), mais ayant eu un problème d'ordinateur, je n'ai jamais pu fini ma présentation x). je risque de reprendre des éléments de ma présentation (que j'ai vu flottée dans la poubelle), alors ne soyez pas surpris si cette fiche vous dis quelque chose (j'emploie presque toujours ce personnage, je l'aaime :'D). ce forum me tenant à coeur, je suis là de nouveau~
Revenir en haut Aller en bas
Blodwyn V. Graham

HOWL I held it in but now it seems you've set it running free

avatar

Féminin Nombre de messages : 168

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : PURPLE RAIN
Nourriture : gibier.
Humeur : hantée.
Date d'inscription : 27/10/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans
● Citation: Le monde lèvera les yeux et criera « Sauvez-nous ! », et dans un murmure je dirais « Non. »
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 22:16

J'aime beaucoup ta façon d'écrire !
Les musiques sont sublimes ^^
Re bienvenue sur le forum et bonne chance pour la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 22:17

    oh, merci beaucoup ! et effectivement, les musiques, elles sont ♥️ (et paf, un petit coeur de facebook...)
    merci encore~
Revenir en haut Aller en bas
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 22:20

    AFI. i'm in love with you
    D'accord avec Lisa, tu as une superbe plume. Bienvenue parmi nous.
    Ou rebienvenue, alors. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 13 Avr - 22:22

    haaan, merci beaucoup x) et oui, afi *ç*
Revenir en haut Aller en bas
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mer 14 Avr - 20:23

Re-bienvenue dans ce cas.
Bon courage pour la fiche, déjà merveilleusement débutée.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mer 14 Avr - 20:27

    merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Alexander P. MacDraw

avatar

Masculin Nombre de messages : 921

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Chris.
Nourriture : Si seulement ils étaient comestibles.
Humeur : Insatiable, jamais rassasié de la peau froide de son ennemie.
Date d'inscription : 06/12/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: vingt-cinq ans.
● Citation: Il y a une extase qui marque le sommet de la vie, et au-delà de laquelle la vie ne peut pas s'élever. Et le paradoxe de la vie est tel que cette extase vient lorsque l'on est le plus vivant, et elle consiste à oublier totalement que l'on est vivant.
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Jeu 15 Avr - 13:45

    Je crois que je vais exiger un lien dès que tu seras validée. : ) J'adore ton personnage. i'm in love with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Jeu 15 Avr - 13:52

    merci beaucoup ♥️ ! ce sera avec grand plaisir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Ven 16 Avr - 21:04

    je pense avoir fini, mais si ce n'est pas suffisant, je m'y remettrai !
Revenir en haut Aller en bas
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Dim 18 Avr - 19:43

Margaux et LN s'occupent de toi dès qu'elles peuvent, désolée pour l'attente. <3
J'ai pas le temps de me pencher sur ta fiche. Je passe le message qu'elle est finie. Wink

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Dim 18 Avr - 19:45

    oh mais ce n'est pas un problème, je conçois bien qu'il y a une vie à côté de celle du forum, je ne suis pas pressée au point de harceler les administrateurs Wink
    cependant merci de ton post !
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 20 Avr - 22:41

Très jolie fiche, validée bien sur Smile
Bonne chance pour la suite.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   Mar 20 Avr - 22:43

    merci beaucoup ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)   

Revenir en haut Aller en bas
 
gabriel ▬ un ange sans ses deux l. (finie~)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jouer sur deux pc différents avec un seul jeu?
» Nombre de jours sans boire?
» [152] Libeccia; pandawette Floribonde
» question sans reponse sur sirocco
» Main sans valeur et fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: ▬ Anciens membres; présentations-
Sauter vers: