AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce trou béant qui laisse notre coeur impuissant [Ellana]

Aller en bas 
AuteurMessage
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Ce trou béant qui laisse notre coeur impuissant [Ellana]   Dim 28 Fév - 16:46

      « Léandre, s'il te plait... »

    La voix, plaintive, s'échappait d'une grotte près de laquelle le bel anglais avait installé son campement. Elle abritait différents locataires qui allaient et venaient selon les déplacements de leurs protecteurs et recueillait souvent des blessés, ironiquement. Depuis maintenant une semaine, c'était Andrew qui y avait élu domicile et son ange gardien, une Crusader affamée, avait chargé Léandre de veiller sur lui tandis qu'elle réglait quelques affaires en plus de sa chasse. Le vampire n'avait su refuser, bien qu'il se sentait à bout de nerfs dernièrement. Si la souffrance s'estompait peu à peu, ses restes trainaient toujours sur le campement improvisé et emplissaient les esprits. Mentalement, la douleur était difficile à supporter et Léandre n'en pouvait plus d'avoir à affronter ces visages attristés et nostalgiques. En même temps, il n'aurait su leur reprocher. Pour avoir connu la perte des deux personnes qu'il aimait le plus au monde, il savait combien le deuil était nécessaire. Mais égoïstement, il en voulait aux Black Blood d'avoir si mal choisi leur moment. Ils auraient du s'y prendre avant, quand il allait encore si mal. Mais non, ils avaient décidé de se ruer sur eux alors que Léandre commençait à aller un peu mieux et voilà qu'il replongeait à nouveau dans une spirale de douleur. Un jour, il saurait les faire payer pour ça.

      « Léandre! »

    La voix doucereuse d'Andrew se fit plus pressante et Léandre soupira de lassitude. Cet humain commençait à l'agacer assez sérieusement. Pourtant, le végétarien était des plus patients d'habitude. Mais là, ça commençait à lui peser. Les premiers jours, Andrew n'avait fait que se plaindre. En même temps, il essayait de se remettre de plaies sévères infligées par une horde de nouveaux nés. Mais depuis, il en jouait et appelait son nouveau protecteur à tout bout de champ, pour les raisons les plus futiles qui soient. A l'écouter, il fallait refaire son bandage toutes les heures ou lui servir l'équivalent de trois repas. Léandre faisait en sorte de ne pas s'énerver et obéissait à ses demandes mais aujourd'hui, c'était trop. Il pénétra dans la caverne et fixa son protégé.

      «  Andrew, je ne suis pas à ta disposition. »
      « Si tu l'es. Nelly t'a demandé de... »
      « Nelly m'a demandé de prendre soin de toi, pas d'être ton esclave! »
      « Mais justement, prends soin de moi! J'ai faim! »
      « Tu as mangé il y a tout juste une heure. Nous ne sommes pas un service de restauration, tu le sais. Alors, tu attendras. »
      « Ahhh, ma blessure! »
      « Andrew, ça suffit maintenant! Tu me fatigues avec tes jérémiades! »

    Vilde accourut immédiatement, alertée par le ton qu'avait employé Léandre. Lui d'ordinaire si doux et attentionné n'élevait jamais la voix. Hors, là, elle avait su l'entendre à quelques mètres. C'était de mauvaise augure, elle le savait bien. Elle posa alors la main sur son épaule et essaya de l'apaiser.

      «  Tu as besoin de repos, mon ami. Je m'occupe de lui. »
      «  Merci Vilde. »

    Andrew se tapit dans l'ombre d'un recoin en apercevant le regard que Léandre lui lança. Après tout, il était un vampire lui aussi, et il savait qu'il ne fallait pas mettre un vampire en colère, même végétarien. Pourtant, il n'avait rien à craindre. Cela faisait plusieurs siècles que Léandre n'avait pas goûté au sang humaine et la tentation était de moins en moins forte. A part peut-être en ce qui concernait Victoire, mais c'était là une toute autre affaire. Il l'évitait purement et simplement, et cette solution lui convenait parfaitement. Le monstre tapi en lui s'évaporait petit à petit et c'était parfait comme ça.

    Une fois sorti de la grotte, Léandre partit pour une balade dans les bois à une vitesse plutôt inhabituelle chez lui. Effectivement, Léandre détestait les pouvoirs que son rang de vampire lui conférait et se comportait en règle générale comme un humain. Il respirait même si c'était inutile, s'octroyait des temps de repos la nuit et marchait normalement, sauf peut-être pendant la chasse. Mais aujourd'hui, cet Andrew de malheur avait un peu trop tiré sur ses nerfs et Léandre préféra évacuer ce début de colère en partant comme une flèche en direction d'une clairière qu'il appréciait particulièrement pour son calme.

    Mais une fois sa destination atteinte, Léandre fut surpris de constater qu'il n'était pas seul. D'ordinaire, il aurait ignoré le vampire qui lui tenait compagnie et se serait paisiblement allongé dans l'herbe pour retrouver une once de paix intérieure avant de devoir à nouveau affronter la souffrance alentours. Mais ce n'était pas n'importe quelle vampire qui se tenait là, dos à lui, assise dans l'herbe avec ce qui aurait pu passer pour de la désinvolture si Léandre avait été dupe. Il fut envahi par une profondeur sensation de douleur qui émanait d'elle et pourtant, lui d'ordinaire si protecteur et sociable, ne pouvait s'empêcher de ressentir une grande méfiance. Ellana n'était pas une créature comme les autres. Elle était venue grossir leurs rangs après avril, mais son passé se murmurait sur toutes les bouches.

    Les choses que Léandre avait entendues à son propos n'était vraiment pas glorieuses. Il se doutait qu'une part de vérité y subsistait, mais il savait bien par expérience qu'il ne fallait pas se fier aux ragots. Mais le fait qu'elle soit une ancienne Black Blood n'était pas pour le rassurer. De ce qu'il s'était laissée dire, Ellana avait été une mercenaire, n'hésitant pas une seule seconde à tuer sous les ordres de Declan. Ce côté sanglant de la belle vampire l'effrayait beaucoup, et il craignait un peu qu'elle ne soit un danger pour son clan meurtri. Mais le poids qui avait fait chavirer la balance avait été sa faiblesse, ses sentiments – dont elle ne semblait fort heureusement pas dépourvue – pour un membre du clan ennemi. Alexander lui avait un jour tout dévoilé de cette romance inattendue qui avait coûté la vie à Nathaniel. C'était une sombre histoire qui le touchait au plus profond, car il était terriblement bien placé pour comprendre la douleur ressentie lors de la perte d'un être aimé.

    Léandre ne savait donc pas très bien comment se positionner par rapport à Ellana. Il y avait chez elle une part d'ombre qui l'incitait à la méfiance extrême et en même temps, une souffrance qu'il partageait et qui l'attirait vers elle. C'était à la fois le pôle nord et sud d'une même pile. Pourtant, la partie protectrice de Léandre prenait le dessus. Il s'était bien endurci depuis la dernière bataille, meurtrière et tellement marquante qu'il en gardait encore quelques cicatrices physiques. Il avait du se battre, chose qu'il répugnait, et avait vu tellement des siens souffrir qu'il avait vu une colère enfouie se réveiller à l'encontre des sanguinaires Black Blood. Il évitait toute violence si possible mais il était certain que si aujourd'hui, il croisait un sanguinaire, il n'aurait pas cherché à fuir, mais à l'affronter. Ils le méritaient, tous. C'était la raison pour laquelle il se méfiait d'Ellana. Et pourtant, il savait qu'il ne fallait pas se fier aux idées reçues.

    C'est pourquoi cela faisait maintenant quelques minutes que Léandre se tenait derrière elle, à plusieurs mètres de distance. Il se doutait bien qu'elle l'avait remarqué, mais il hésitait encore sur la façon de l'aborder. Il voulait se faire sa propre idée sur elle, savoir où elle se plaçait dans le nouveau contexte des clans. Il s'approcha alors silencieusement d'elle, en gardant une petite distance de sécurité néanmoins, car il ne savait pas bien comment elle pouvait réagir.

      « J'aime beaucoup cet endroit. Il est si... paisible. Il n'y a pas mieux quand on a la tête sur le point d'exploser. »

    Il lui adressa un sourire. Après tout, ça n'était pas parce qu'il craignait son comportement fougueux qu'il ne pouvait pas être poli. D'ailleurs, tout ça était vraiment très délicat. Léandre était un être bien trop raffiné pour foncer dans le tas et annoncer sans détour: « Bon, allez, raconte. Tu es avec nous, ou tu te places là parce que l'exil t'oblige à aller chez l'ennemi, mais tu nous détestes profondément et n'hésiterais pas à nous tuer par plaisir? » Non, tout de même, il était plus fin que ça même si c'était un peu ce qu'il pensait. Il préférait instaurer un climat de confiance pour obtenir des explications claires et ne pas la brusquer, la froisser ou tout autre chose.

    Il essaya de capter son regard tout de même, pour créer un contact ne serait-ce que visuel.

      « Je sais que les autres peuvent être un peu hostiles. Je sais aussi que tu as de bonnes raisons de ne pas fricoter avec les loups. Et je sais surtout combien tu dois te sentir seule à cause de cet énorme trou laissé dans ta vie... »

    Avant la grande bataille, Léandre avait toujours esquivé habilement la question de son passé. Sa femme, son fils, leurs morts avaient été si dures à encaisser qu'il refusait catégoriquement d'en parler et avait donc passer de nombreuses années en compagnie des Rägnaroks sans que ceux-ci ne sachent vraiment pourquoi il était souvent si triste et nostalgique. Depuis, il s'était confié à Vilde qui avait elle aussi perdu deux êtres chers et envoyait de subtiles indices à Livia. Mais avec Ellana, bizarrement, il se sentait prêt à en parler, peut-être parce que le chagrin qu'elle ressentait ne lui était pas étranger et qu'il savait qu'elle était à même de comprendre ce dont il parlait. Et il savait aussi qu'elle n'émettrait pas de jugements et peut-être qu'un soutien mutuel leur serait utile. Il ne savait pas bien au final. Il n'était sûr de rien.

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ce trou béant qui laisse notre coeur impuissant [Ellana]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les instruments de musique de notre époque
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» "Inscrivons notre région pour la 11ème édition"
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK-
Sauter vers: