AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This time has come to change. TOPIC COMMUN

Aller en bas 
AuteurMessage
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Jeu 18 Fév - 0:12

TOPIC COMMUN : THIS TIME HAS COME TO CHANGE



    Midi sonne au clocher de l'église de Babylon. Les aiguilles se sont stabilisées ensemble, droites et fières, pointant le ciel sur le cadrant. Le ciel, toujours gris de la ville, tend vers le noir ce jour-là. Habitués, les vampires n'y prêtent pas la moindre attention. Ni même au pesant silence des rues, du au recul dans les hautes forêts de tous les animaux. Pas un son ne perturbe l'air, même pour l'ouïe aiguisée des immortels. Parfois seulement, quelques bruits de succion, de déglutition montrent que certains se nourrissent. Les humains sont entassés dans un coin, esclaves et sous hommes, terrifiés et faibles. Simple garde manger pour une race supérieure, une race invincible.

    Brusquement, une rafale de vent dérange l'air. Perturbe le calme ambiant de la cité vaincue par un groupe au sang aussi noir que l'esprit. Certains immortels froncent leurs paupières carmins, un pressentiment les étreint. Depuis quelques jours, une étrange rumeur circule, sur ces vampires brusquement dotés de pupilles noires et d'une force surpassant de loin celle d'un vampire entraîné. Cependant, les Black Blood, conscient et fiers de leur supériorité et doutant de l'existence d'être capables de les détrôner ne sont pas anxieux. Ne sont pas inquiets ou sur leurs gardes. Ils ont tord. Et ils vont payer pour leur orgueil.

Participants ;
-Makkapitew **
-Declan W. Bowden **
- Blodwyn Graham *
-Linoa Drew Masen **
- Léandre Altar
- Ellana Van Dyke *
- Angus Gallaghan **
- Saphyre V. Roosvelt
- Tennessee Raleigh
- Alexander Macdraw
- Norman Fitzpatrick *
- Isobel Llobera
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makkapitew
CURSED ADMIN | Felt the coldness in my eyes.
avatar

Nombre de messages : 30

Age : 38
Votre Prénom/Pseudo : M&M's.
Nourriture : Humain.
Humeur : Massacrante.
Date d'inscription : 02/02/2010

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 1855 ans.
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Jeu 18 Fév - 0:15

Un mois qu’il avait enfin recouvert cette liberté chérie. Il avait pris son temps toutefois. Il avait savouré chacun de ces instants précieux. Des instants et des sensations qu’il avait dû apprivoiser à nouveau. Dans le premiers temps, il avait eut la désagréable impression d’être un nouveau né. Un enfant qui découvrait un univers qui lui était jusqu’à présent inconnu et qui l’émerveillait dans chacun des détails. Il avait oublié le bienfait enivrant de sentir un vent frais venir caresser sa peau glacée, lui apportant un oxygène dont il n’avait pas besoin. Des odeurs tellements différentes les unes des autres qu’elles faisaient exploser en lui une kyrielle de sentiments et d’émotions qu’il était incapable de contenir. Il avait savouré ces instants. Tout comme il avait savouré la mort qu’il avait semé. Ces vampires si jeunes, d’à peine un siècle. Ceux qui l’avaient délivré n’avaient pas eu conscience du réveil qu’ils avaient provoqué. Makkapitew aurait pu leur être reconnaissant et les épargnait. Mais il n’était pas d’humeur. Son réveil était furieux. Le monde allait connaître sa colère. Et l’engeance de ses fils allait subir les foudres de sa vengeance.

Pour autant, il avait attendu. Faire dans l’éclat n’était plus de son ressort. Il n’était plus humain depuis longtemps. Il ne voulait plus assurer une légende qu’il était déjà. Il savait la raison de la présence des vampires dans ces lieux. Son ego en aurait pu être complimenté dans l’hypothèse où il ne considérait pas ces êtres comme de la vermine de la pire espèce. Des lâches qui s’attaquaient aux plus faibles et qui ne savaient où se trouvait leur place. Avaient-ils oublié ce qu’ils avaient été ? Avaient-ils seulement conscience qu’il n’était pas tout en haut de la pyramide alimentaire et qu’un autre pourrait leur faire subir un sort guère plus enviable ? Non bien sûr que non. Et ces végétariens qui s’en prenaient aux esprits simples et bestiaux des animaux, reniant leur régime alimentaire de base. Ce pathétisme l’exaspérait au plus haut point. Ils avaient eu des siècles, des millénaires pour comprendre le mécanisme de leur état. Et aucune avancée n’avait été faite. Même ses fils avaient eu plus d’intelligence. Mais il allait régler les choses. A sa manière.

Il n’eut pas à attendre bien longtemps. Il se tenait au beau milieu de la place centrale de Babylon. Quelques vampires étaient déjà présents et tournèrent un regard surpris vers lui. Ils ne l’avaient pas entendu venir. Ils ne l’avaient pas davantage senti avant qu’il ne soit là. Evidemment. Il eut un léger sourire dédaigneux. De la vermine. Il était entouré de vermines. La silhouette odorante d’une humaine attira son regard. De longs cheveux blonds, une peau nacrée, il posa son regard grenat sur cette dernière et la jeune mortelle eut un sursaut. Elle savait ce qui allait lui arrivait. Il l’attrapa et commença à se repaître de son précieux élixir sous le regard surpris de son auditoire, qui malgré des facultés déjà exceptionnelles, n’avait pas eu le temps d’intervenir.

« Qu’oses-tu faire ?! » feula Becca. Elle prit son élan pour l’attaquer mais fut arrêter en plein milieu dans son geste. Makkapitew avait levé une de ses mains qui lui intimait de ne pas bouger. La vampire aurait souhaité faire un pas de plus, enfoncer ses crocs dans celui qui était en train de bafouer leurs lois sur leur domaine mais elle était incapable de remuer. Il termina son repas et le corps de la mortelle vint s’effondrer au sol, sans qu’aucun signe d’une vie puisse transparaître. Il s’essuya délicatement le coin de ses lèvres bien que nulle tâche de sang ne vienne les empourprer. Il n’était pas un vulgaire nouveau né sans manière. Il reporta alors son attention sur celle qui avait osé l’interrompre et s’était montrée si belliqueuse à son égard.

La tête haute, il s’approcha lentement d’elle. D’une lenteur extrême en comparaison de ce qu’il était capable de faire. D’une lenteur qui permettait aux humains présents de se rendre compte de ce qu’il se passait. D’une lenteur suffisante pour insuffler des gouttes de terreur et d’effroi à l’égard de chacune des personnes, vivantes ou mortes présentes. Une lenteur qui proposait les attaques à qui osait. Arrivé devant Becca qui s’était agenouillée au fur et à mesure de son approche et qui tremblait de tout son être, semblant lutter contre son propre corps, il s’arrêta. Ses lèvres minces semblèrent porter l’ombre d’un sourire tandis qu’il l’observait avec attention. Il leva sa main et vint à caresser ses longs et soyeux cheveux blonds pour terminer par la douceur de sa peau pâle.

L’instant sembla durer une éternité, comme suspendu par les ailes d’un ange. Lentement, il approcha son autre main pour venir en miroir à la première et dans la même seconde, il arracha la tête de la vampire pour la jeter un peu plus loin. Elle rebondit dans un bruit dérangeant alors que des cris horrifiés se mêlaient à des feulements agressifs. Il leva son regard sur deux sanguinaires qui se trouvaient proche de lui. Un grand brun à la coupe de cheveux qui laissait à désirer et une pâle jeune femme brune à la silhouette légère et dansante. Brûlez ce corps. Dans la seconde, ces deux vampires avaient ramené de l’essence et du feu, jetant les restes encore remuant de la vampire dans le brasier. Il revint se placer au centre exact de la place. Et se positionna de manière aussi distinguée, les mains derrière le dos. Il promena un regard indifférent sur l’auditoire qui se partageait entre effroi, haine, colère et crainte.

« La récréation est terminée. A aucun moment, je ne vous ai autorisé à régner sur ces terres qui sont miennes. A nul instant, je ne vous ai autorisé à faire de ces humains des êtres dénués de raison et de volonté. Et jamais, je ne vous ai accordé de vivre. » Il promena son regard furieux sur l'auditoire. Sa fureur se faisait ressentir dans les tréfonds de leur esprit. La nature même semblait figé dans la crainte de ses instants et si l'ont tendait bien l'oreille, l'on pouvait entendre distinctement les pierres pleurer. « Je suis Makkapitew. Et je ne tolèrerai pas une minute de plus les déviances que mon engeance a engendré parmi les mortels. Peu d'entre vous mérite le statut d'immortel qui leur a été accordé sans ma bénédiction. » Il détourna son regard des sanguinaires alentours pour le dévier sur la forêt proche d'où il sentait l'âme des végétariens et des nouveaux-nés vibrer. « Je m'engage à réparer ces erreurs sur le champs. »

_______________________________



Petit poltron veut devenir grand mais il reste assis. Petit bouffon insulte le sultan mais il est puni. La vie est injuste mais ça dépend pour qui. La vie est injuste, surtout pour les petits. M.RIM - comédie, tragédie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Dim 21 Fév - 14:30

Les murmures s’étaient tu tout comme le cœur avait cessé de battre. Declan laissa retomber le corps inerte sur le sol sans lui accorder un regard. Il passa sa langue sur les coins de ses lèvres pour récupérer quelques gouttes de sang qui s’y était égaré et inspira profondément, geste inutile mais vieille habitude. Le vampire se leva alors, se dirigeant vers la porte d’entrée de la mairie, faisant craquer sans état d’âme les os du mort alors qu’il marchait dessus.

Midi sonne et Declan relève la tête, il sait que c’est un jour spécial mais ne peut déterminer pourquoi. Quelque chose se prépare. Bien ou mal, personne n’en sait rien. Mais il sait que le sentiment se propage dans les rangs de son clan. Et même s'ils sont trop fiers pour s'en soucier réellement, Declan, lui, se méfie. Le doute s'est installé dans son esprit depuis quelques jours et il sait très bien qu'il a relâché un peu les reines du clan. Surtout depuis que Draven est mort.

Une énième blessure dans son cœur nécrosé. Celui dont il avait fait son bras droit, celui qu'il avait transformé, celui qu'il avait aidé, tout simplement son meilleur ami, son frère. Ses poings se contractèrent de rage. Comment avait-elle osé? Car il savait parfaitement qui avait orchestré cela. Son odeur l'avait trahie. Livia payerai.

C'est Isobel qui l'avait prévenu d'une attaque et il était rentré de sa chasse en quatrième vitesse. Il avait trouvé Draven au sol, littéralement en morceaux. Declan avait ordonné qu'on le transporte en urgence au village afin de reconstituer le puzzle. Mais la tâche s'avéra tout bonnement impossible. Les morceaux étaient beaucoup trop nombreux, certains manquaient, et Draven était trop faible.

Un bûcher fut élevé sur la place du village, c'est Linoa qui l'alluma. Declan aurait voulu la consoler mais sa peine était trop forte et il préféra s'enfermer dans son fief, laissant faire Becca.

Et les jours s’étaient écoulés. Jusqu’à aujourd’hui où son cœur se fissurerait pour toujours. Declan sortit sur le pas de la porte, le vent soufflait, faisant trembler les arbres alentours, troublant la quiétude des lieux. Et une plainte le transperça, le frappant de plein fouet. Comme si un être invisible venait de le traverser de part en part.

« Becca… » Haleta t-il en se courbant de douleur. Aussi vite qu’il pu malgré la douleur, il se traina vers la source. Et ce qu’il vit le glaça sur place.

Ses pupilles, autrefois claires de s’être repu, plongèrent dans le néant et devinrent noires. Il se retourna sans attendre et voulu se jeter sur l’intrus. Tuer, il voulait le voir souffrir, le saigner, lui arracher les membres un à un, lui crever les yeux… Il aurait pu faire n’importe quoi, souhaitant juste rendre la douleur qu’il ressentait. Elle n’était plus et Declan ne l’acceptait pas.

Son cri retentit dans tout Babylon et bien au-delà des limites de la foret, apportant encore plus de terreur là où le monde s’était tu. Le vampire se précipita sans prendre garde dans les flammes qui commencèrent à lui lécher le corps, mais il était trop tard. Elle n’était que cendres.

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Mer 3 Mar - 1:37

Ding... Dong... Ding... Et cela continua, douze fois consécutives. Midi et le ciel était gris. Linoa leva les yeux et les ferma, elle sentait, comme tous ses congénères, que quelque chose allait se passer, quelque chose qui ne serait pas anodin pour l'histoire des vampires. Ils étaient nerveux, ça ne se voyait pas, enfin pas pour un oeil humain, mais elle réussissait à le distinguer dans l'attitude des plus jeunes d'entre eux. Elle et Becca se trouvaient sur la place, Némésis était la aussi, enfin ce qui restait de son esclave, car elle avait perdu son cher et tendre et ne s'en remettait évidement pas, Linoa comprenait cela, elle même avait le coeur brisé, déchiré, perdu a tout jamais. Plus jamais elle ne serait capable d'aimer. Mais la vampire ne montrait rien de ces sentiments, elle s'était forger une carapace et tout ce qu'elle désirait maintenant, c'était ne pas en parler. Plus jamais. Elle savait que jamais elle ne l'oublierai, mais parler de lui était tout simplement impossible pour Linoa. Y penser même était trop dur. Elle aurait voulu la tuer ! Livia... Linoa aurait voulu la déchiqueter comme elle l'avait déchiqueter lui et l'éparpillée à travers le monde, tout en brulant quelques morceaux, oh oui elle aurait voulu prendre sa revanche, mais Livia était aussi très forte et l'attaquer serait trop dangereux, seule en tout cas.

Un vampire arriva, un vampire qui dégageait quelque chose de spécial, de puissant et de terrifiant... Elle ne le connaissait pas et jeta un regard interrogateur sur lui, puis a Becca, qui n'avait pas l'air de le connaitre non plus... Le vampire les regarda alors tous un par un et s'arrêta sur Némésis, il s'approcha et planta ses crocs dans son cou. « Qu'oses-tu faire ? ! » Linoa la vit alors prendre son élan pour attaquer le vampire, mais une force invisible l'arrêta, émanant sans doute de ce mystérieux vampire...

Tous les vampires présent restèrent immobile devant la puissance qui se trouvait face à eux, la craignant ou la respectant. Quand le vieux vampire se fut délecte du sang de Némésis, il laissa retomber son corps vide sur le sol et s'approcha de Becca, Linoa était la, elle ne bougeait pas et même si elle l'avait voulu, elle n'aurait pas su. L'instant dura, se prolongeât, jusqu'à ce qu'il arracha la tête de son amie, Linoa aurait voulu protester, se jeter sur ce vampire qui se permettait de la tuer elle! Mais elle ne se contrôlait plus, n'était plus libre de ses gestes et c'est alors que le vampire se tourna vers elle et un autre vampire et leurs ordonnèrent de bruler le corps. Un bucher fut installer, et le corps bruler. Linoa avait le cœur en pièces, elle ne voulait pas! Et Declan qui avait déjà perdu son meilleur ami, et qui maintenant perdait sa compagne, elle aurait voulu pleuré, elle aurait voulu sortir tous cela mais en était incapable depuis la mort de Draven. Elle aurait voulu tellement de chose, mais surtout qu'il soit là avec elle pour surmonter tout ça...

Le vampire se plaça au milieu de la foule et prit alors la parole, Linoa le fixait, et son regard exprimait une profonde colère mêlée a une sorte de crainte et, aussi, de la curiosité. « La récréation est terminée. A aucun moment, je ne vous ai autorisé à régner sur ces terres qui sont miennes. A nul instant, je ne vous ai autorisé à faire de ces humains des êtres dénués de raison et de volonté. Et jamais, je ne vous ai accordé de vivre. Je suis Makkapitew. Et je ne tolèrerai pas une minute de plus les déviances que mon engeance a engendré parmi les mortels. Peu d'entre vous mérite le statut d'immortel qui leur a été accordé sans ma bénédiction. Je m'engage à réparer ces erreurs sur le champs » Quand il eut finit son discours, Linoa et surement tout autres êtres vivant aux alentours, entendit un cri dont la tristesse et le désespoir était a fendre l'âme. Declan arriva et se précipita dans les flamme, mais qu'est-ce qu'il espérait? Becca était morte et personne n'y pouvait rien! Elle soupira et couru vers lui et l'attrapa, le forçant a rejoindre les autres vampires. « Declan! Ça ne sert à rien... » . Elle ne savait pas quoi ajouter, à vrai dire, elle aurait peut-être fait pareil pour Draven...


Dernière édition par Linoa Drew Masen le Lun 22 Mar - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 31
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Sam 6 Mar - 1:26

    Le clocher affichait presque midi... et Angus était nerveux. Il sentait que quelque chose n'allait pas et il était loin de se douter de ce qui allait arriver. Il repassait en boucle les derniers évènements dans sa tête, obnubilé par la crainte d'avoir fait une erreur stratégique... Sa rencontre, très limite, avec Norman, d'abord. Le fait que son meilleur ami ait tout appris, non sans réaction, le faisait se poser des questions. Aurait-il toujours sa confiance et son amitié ? Pourrait-il la récupérer surtout, si elle était perdue ? C'est qu'Angus se sentait déjà seul au sein de clan de Black Blood... s'il n'avait personne pour l'épauler ou avec qui discuter. Il avait commis une bêtise en tentant de mettre des gants et en ne parlant pas de ses plans avec Fitzpatrick. La poursuite de son complot et de la mise en place dudit plan ne pouvait que tendre les choses. Norman se doutait bien que Draven allait probablement tuer Livia, mais même si elle y avait échappé, Angus se dit qu'il y avait là un terrain possible de rancoeur entre eux deux. Pour que ses projets réussissent, il s'était rapproché de Draven. Jusqu'à présent, Gallaghan haïssait le bras droit de Declan, il jalousait sa réputation, sa popularité, sa place au sein du clan. Il le trouvait stupide, mais suffisamment violent pour être utile. En public, Angus était toujours resté "serviable", il ne tenait pas à se faire sauter dessus par ce monstre de muscles... bien que la distance fut de mise un peu par craint même si évidement, son égo refusait de le reconnaitre. Ces derniers jours, il avait bien évidemment revu sa position, il s'était rapproché pernicieusement, à l'abri des regards et des oreilles. Draven avait un point faible, et il était d'autant plus plaisant que ce point faible soit également son point fort : la violence. Il était cruel et sans pitié. A force de conversations, et de propos bien sentis, il avait éveillé une soif de sang. Et donc, un soir il désigna une cible, planifiée et voulue.

    Le vampire était tombé dans le piège, les deux pieds dedans. Mais le combat fut ardu et difficile, attisé par la haine et surtout par le désir de se venger de Gallaghan, Draven avait vaillammant combattu. Il n'avait compris que trop tard qu'il avait été trahi et que tout était planifié. Angus se remémorra le plaisir qu'il avait éprouvé lorsque Livia lui avait séparé la tête du corps. Le craquement des vertèbres avait déclenché la joie générale chez lui ça avait desseré le noeud de trouille qu'il avait à l'estomac. La témérité n'était pas son point fort... il préférait largement la lâcheté qui lui assurait de vivre encore et toujours une vie damnée. Nul doute que si Draven avait gagné, il serait mort dans d'atroces souffrances. Il n'avait pas attendu pour partr, il était en territoire ennemi, il savait que rester là plus qu'il ne le fallait risquait de lui coûter la vie enfin ce qu'il en restait à lui aussi... Il avait quand même gardé ses distances et comtemplé la scène de loin avec une certaine jubilation. Et comme il l'avait prévu, Declan fut ébranlé par la mort de son meilleur ami. "Echec au Roi", avait-il pensé. Il avait désormais l'initiative pour le mettre mat, et ce, définitivement. Mais il n'était pas assuré d'avoir des soutiens...c'était justement ça son handicap. Il était trop peu apprécié dans le clan, souvent rejeté d'ailleurs. Il s'inquiétait, il repassait en détail tout l'évènement pour savoir s'il pouvait avoir commis une erreur. Il y avait toujours cette odeur pestilentielle de Livia qui le poursuivait ! Il n'arrivait pas à s'en débarrasser ! Norman l'avait reconnue, sans aucun mal... mais apparamment pas les autres. Ce qui n'était pas plus mal. Néanmoins, l'odeur de Livia imbibant le cadavre ou ce qu'il en restait de Draven avait été sentie par Declan. Angus n'osait plus l'approcher de crainte de voir le Chef des Black blood s'en rendre compte. Plutôt fuir que d'affronter un possible échec.

    Mais il le savait, s'il voulait gouverner, il allait devoir renverser le calife. Les luttes de pouvoirs se passaient souvent comme des guerres ouvertes et donnaient naissance à des combats physiques. Or Angus avait beau être bien bâti et agile, il ne faisait pas du tout le poids face à la force impressionnante et vigoureuse de Declan. En trois coups de poing bien placés, le sanguinaire lui briserait les os et aurait alors le choix de l'achever ou pas... Face à ce constat amer, puisqu'il avait tout de même un égo et une fierté à lustrer, il avait pris la décision d'agir pacifiquement. Enfin, le mot ne correspondait pas trop aux desseins mais plutôt à la méthode. Declan était abattu par la perte de Draven, Angus exploitait cette faille en faisant remarquer de façon judicieuse et détournée toute la faiblesse de son Chef. Au fur et à mesure, les soutien allaient se faire rares pour lui et il serait contraint de céder la place. Et bien évidemment, Gallaghan n'en manquait plus une pour se faire remarquer, fuite d'humains, intrusions de vampires extérieurs, il serrait les vis, s'adonnait même à la réduction d'humain en lambeaux aux yeux de tous, pour bien montrer que la provocation n'était plus sanctionnée... il faisait étalage de sa pseudo-supériorité et cela avait plutôt l'air de fonctionner... il profitait de quelques silences, pour dire que cela ne serait jamais arrivé si les Sanguinaires n'avait pas relâché la pression et s'ils avaient exterminé ce qui devait l'être. Lentement, méthodiquement, il construisait son piédestal pour y monter lorsque l'heure viendrait. Midi sonna. Angus sortit sa main des tripes humaines dans lesquelles elles baignaient. Le cadavre dégoulinait de sang, sang qu'il avait soigneusement étalé surtout son corps nu. Il fallait à tout prix qu'il masque cette odeur, que nul ne sache qu'il avait vu Livia. L'eau n'y avait rien fait... il fallait passer à la seconde étape. Le sang semblait l'apaiser et avec celui dont il aait imbibé ses vêtements, l'odeur de la jeune femme était camouflée.

    Il s'habilla tranquillement. Dehors il y avait un calme assourdissant qui éveilla son attention. Aux aguets, il attendit qu'un mouvement se fasse percevoir qu'un craquement se fasse entendre. Rien ne vînt. Et ça lui parut anormal. Il enfila un t-shirt juste à l'instant où un cri le fit sursauter. Son sang mort se glaça un frisson le parcourut tout entier. Ce cri, ça n'était pas un cri normal... il exprimait tant de douleur. Angus n'eut aucun mal à reconnaître Declan de là où il était. Il se hâta de sortir pour aviser de ce qu'il se passait. Un sentiment de crainte le saisissait à son âme damnée. Il s'approcha discrètement de la place où bon nombre de vampires avait les yeux rivés sur l'être qui semait le trouble. Dès qu'il posa son regard sur lui, Angus sut qu'il était quasi-invincible... il dégageait tellement de puissance qu'il se surpris à trembler. Mais il détourna son regard et se dirigea vers Linoa et Declan... qui visiblement avait voulu jouer dans le feu. Un instant, Angus se demanda s'il souhaitait se suicider et il se dit que crier comme ça pour quelques flammes, c'était grotesque et ça cassait totalement le mythe. Il empoigna un humain qui eut le malheur de croiser son chemin et lui demanda, avec brutalité, en désignant Declan du menton avec mépris :


    - Qu'est-ce qu'il a ?

    - Il... Makkapitew, il va tuer tout le monde... il a... il a tué sa fem... sa chose...

    Le visage d'Angus devint aussi pâle que la mort, du choc, il relâcha l'humain qui s'enfuit en détalent. Il posa à nouveau son regard sur l'être étrange puis sur Declan. Linoa l'avait sorti des flammes... mais lors Gallaghan vit le visage de cet âtre qu'il détestait et admirait à la fois, il eut une déchirure au coeur, une vieille plaie qui se réveillait. Tuer Draven, oui... mais Becca, jamais il ne l'avait imaginé. Pourtant il ne l'aimait pas et elle non plus. Mais il savait ce que l'amour représentait, pour avoir été trahi et avoir eu le coeur brisé de son vivant. Il n'osait même pas imaginer ce que vivait Declan à cet instant. Il aurait voulu s'avancer vers lui et sans hésiter lui poser ses deux mains sur chacune de ses épaules. Pour la première fois depuis sa mort, sa voix aurait été teintée de compassion, et totalement dénuée de défi envers lui, quand il aurait dit : "Declan... je suis désolé... sincèrement désolé..."

    Mais il n'en fit rien, il avait une image à préserver et s'il devait témoigner un quelconque sentiment autre que la défiance à Declan il le ferait en privé. Il regarda Makkapitew. Peu à peu un plan naquit dans son esprit. Nul doute que cet être était le plus fort de tous ici. Si Angus arrivait à tirer profit de la situation, il sauverait ses fesses, et peut-être celle des autres. Non pas qu'il en avait quelque chose à faire, sauf pour Norman... mais il lui serait difficile de gouverner un clan décimé. Il toisa l'être longuement, puis il s'avança d'un pas et demanda, la voix glaciale, pas vraiment assurée au fond mais suffisamment posée pour le paraître :

    - Qu'attends-tu de nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blodwyn V. Graham

HOWL I held it in but now it seems you've set it running free

avatar

Féminin Nombre de messages : 168

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : PURPLE RAIN
Nourriture : gibier.
Humeur : hantée.
Date d'inscription : 27/10/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans
● Citation: Le monde lèvera les yeux et criera « Sauvez-nous ! », et dans un murmure je dirais « Non. »
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Sam 6 Mar - 13:19

    Tic tac.

    Les pattes puissantes de deux loups foulaient à intervalle régulier la terre encore humide de la forêt qui avait été victime d’une pluie d’alluvienne la veille au soir. Le sol vibrait à leur passage et les êtres qui pouvaient le ressentir se terraient précipitamment de peur de devenir la proie de ces prédateurs. Mes ces derniers n’étaient pas en chasse. Ils couraient vite sans jamais s’écarter d’un chemin qui semblait tout tracé : Droit devant. Pas une seule branche, pas une seule racine, pierre ou animaux ne formaient un obstacle susceptible de les arrêter. La forêt est leur territoire qu’ils connaissent bien depuis de nombreuses années et plus encore depuis avril 1973. Elle était devenue leur refuge, leur maison, pour eux et tout ceux qui s’opposaient ou se cachaient des Black Blood. Un grognement sourd monta le long de sa gorge, un grognement de colère et de frustration qu’elle n’avait pu retentir en pensant aux responsables de tant de malheurs. « Maîtrise toi, ce n’est pas le moment de flancher.» La louve jeta un rapide coup d’œil à Conrad dont la voix avait résonné durement dans son esprit. Le bras droit prenait son nouveau rôle très à cœur. « Blodwyn » Soupira ce dernier en captant ses pensées. « Ca suffit » lança leur chef qui sentit leur échange bien que ce dernier avait conservé sa forme humaine et était incapable d’entendre quoi que se soit. Alexander se trouvait au milieu, encadré et protégé par les deux loups, en tant que meneur c’est lui qui prendrait la parole. La jeune femme ne répliqua pas, agacée de s’être emportée et trop fière pour s’excuser maintenant alors que ses nerfs risquaient de flancher à tout moment. Plus tard. Elle se contentant donc d’observer avec méfiance les vampires végétariens qui couraient à leurs côtés. Depuis leur départ ils affichaient tous un air grave qui ne rassurait personne.

    Tic tac.

    Une étrange et fugace rumeur circulait depuis quelque temps, créant l’agitation parmi les vampires. Une rumeur a différentes versions, toutes plus folles les unes que les autres. Ce que les loups avaient surtout retenu, c’était que les sangsues avaient peur. Une rumeur qui amusa Blodwyn dans un premier temps mais qui, malheureusement se rendit compte dans une deuxième temps que cela n’annonçait rien de bon. Quelque chose arrivait en ville, quelque chose de grand et de terrible, quelque chose qui bousculerait une nouvelle fois la vie de tous et certainement pas en bien. Ils n’étaient cependant pas les premiers à avoir sentit cette ombre qui planait au dessus de leur tête. Un grand brouhaha régnait dans la forêt causé de jour comme de nuit par les animaux agitaient. Puis, des vampires nouveaux nés avaient été retrouvés taillés en pièces et ni les chasseurs, ni les végétariens, ni les Black Blood, ni les loups étaient responsables. Une multitude de questions s’entrechoquaient dans les esprits, rendant l’atmosphère lourde et tout le monde encore plus nerveux qu’à l’accoutumé. Ce que personne ne pensait possible en vue des journées qu’ils passaient à cohabiter par nécessité et non par choix. D’ailleurs de nombreuses disputes éclata, dont une qui aurait mal finit si elle n’avait pas été interrompu par un cris qui résonna dans tout Babylon et à travers la forêt. Un cri venant d’un cœur brisé, d’une âme asséchée par la tristesse et le désespoir. « On dirait que ça a enfin commencé. J’ai cru reconnaître la voix de Declan. » Lança un végétarien, laissant les loups plus que perplexes. Blodwyn se tourna vers ses compagnons un sourcil arqué en signe d’interrogation. Question muette que tout un chacun avait sur le bout des lèvres. Alexander et Livia se dévisagèrent pendant ce qui sembla une éternité puis il finit par hocher la tête. « Allons-y. » Le départ était donné.

    Tic tac.

    Le clocher sonna midi, le soleil était haut dans le ciel, c’était une belle journée mais personne ne le remarqua. La scène qui se déroulait sous les yeux des Crusaders interdits n’était que trop impensable pour qu’ils puissent en détacher leurs regards. Avoir un nouveau vampire en ville qui tue ses congénères et fait le salle boulot aurait du réjouir la jeune femme. Mais la puissance et la cruauté qu’il démontrait l’en empêcha. Ce quelque chose était définitivement une mauvaise nouvelle et annonçait des ennuis en perspective. Si Blodwyn pensait que rien ne pouvait être pire qu’avril 1973, elle se trompait lourdement et allait le découvrir à ses dépends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makkapitew
CURSED ADMIN | Felt the coldness in my eyes.
avatar

Nombre de messages : 30

Age : 38
Votre Prénom/Pseudo : M&M's.
Nourriture : Humain.
Humeur : Massacrante.
Date d'inscription : 02/02/2010

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 1855 ans.
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Sam 13 Mar - 19:19

Il ne réagit pas en entendant le cri déchirant et clairement non humain que poussa Declan en constatant de la mort de son épouse. Il connaissait le lien qui les maintenait fermement l’un à l’autre. Il connaissait cet amour puissant et indestructible que la mort avait lié à tout jamais jusqu’aux confins de l’humanité et aux limites de la sauvagerie. Il savait sans doute ce que Declan, le traître, ressentait à cet instant précis. Il le devinait sans le moindre doute. Mais en montrait-il quelque affliction que ce soit ? Pas le moins du monde. Il continuait de poser son regard ennuyé sur l’assistance qui se pressait toujours plus importante autour du brasier. Il sentait l’approche furtive et silencieuse des autres vampires, les autres clans. Cette pensée causa un infime mouvement de flux sanguin dans ses veines. De la rage bien enfouie sous des siècles de détachement. Si enfouie qu’elle n’émergerait jamais autrement que par un regard froid et glacial, qu’un ordre invectivé avec calme, qu’une décision tranchante. Ils étaient si nombreux qu’ils avaient formé des clans et chacun de ces clans représentait une déviance vampirique qui le maintenait en horreur. Entre pacifisme et torture sourde, entre sauvagerie et civilisation. Non, aucun de ces clans ne serait protégé de son ire. Une insignifiante cambrure de ses lèvres fines marqua le pas. Les loups étaient arrivés, étranges alliés de ces végétariens. Allait-il les punir également ? Non. Eux avaient eu la politesse de ne pas se développer comme se développent les rats. Et ils ne constituaient pas davantage une menace que le dard de la guêpe furieuse un jour de printemps.

Une voix sembla s’adresser directement à lui et réveilla la torpeur dans laquelle l’ensemble des êtres présents étaient plongés. Comme si l’arrivée de Makkapitew et ses actes les avaient anesthésiés. L’ancêtre commun mit un certain temps avant de lui accorder son attention en se tournant vers lui. Ce qu’il attendait d’eux, cela semblait tellement évident qu’il s’interrogeait en son for intérieur sur la prétendue évolution intellectuelle des humains depuis la période lointaine où il n’était que de chair et de sang, avec une vision morbide proche de son futur. Il posa son regard sombre sur Angus mais ses lèvres ne se descellèrent pas pour autant. Il s’approcha en douceur alors du vampire, le traître également. Le retour de bâton était toujours de la même teneur que le premier coup. Declan s’étonnerait-il s’il savait la vérité ? Il sentit l’ensemble de la foule réprimer un sursaut de terreur, de crainte qu’il ne réserve le même sort à Angus qu’il ne l’avait fait à Becca. Il n’accorda pas la moindre attention aux vampires toutefois et s’arrêta à quelques centimètres de l’humain dans un état déplorable qui se tenait à ses côtés. Déjà, il sentait le grognement sourd mais pourtant fermement maintenu du vampire à qui il appartenait. Mais il n’allait pas faire le moindre geste. Il sentit également la tension au bord de l’explosion des loups dans l’ombre de la forêt. Leur chef incontesté les maintenait pourtant sous ses ordres.

L’humain tremblait de froid et de terreur mêlé. La peur qui parcourait ses veines teintait son odeur d’un délicat et enivrant parfum qui laissa pourtant Makkapitew indifférent. Il se pencha vers l’humain qui arrêta soudainement de respirer, se voyant déjà mourir. « Pars. » lui murmura-t-il dans un souffle à peine audible qu’il dût répéter pour que l’humain saisisse véritablement ce qu’il venait de lui ordonner. Il papillonna quelque peu des cils avant de prendre la mesure de la liberté offerte. Il ne savait pas encore que faire. Etait-ce un piège ? L’ancêtre commun lui tourna le dos et d’une voix forte, il leva avec grâce les bras, en appelant aux spectateurs immobiles de la forêt. « Que tous les humains partent immédiatement. » Les principaux intéressés sursautèrent tandis que des feulements se faisaient entendre de par et d’autres des Sangs Noirs. Ces derniers n’étaient pas d’accord. Ces derniers ne voulaient pas quel leurs esclaves fuient. Et pourtant, ils ne bougeaient pas. Ils n’empêchaient pas l’hémorragie qui avait débuté au sein de ces derniers quand progressivement un à un ils se réfugiaient vers la forêt. Makkapitew alla s’installer à quelques mètres de cette dernière et plongea son regard dans celui d’Alexander. Il ne le distinguait pas mais il le devinait : « Prenez les en charge. » Il ne pouvait influencer ces derniers comme il le faisait des vampires mais il n'ignorait pas leur vocation première : protéger proies humaines.

Il se retourna brutalement vers Babylon et levant la main, claqua des doigts, faisant signe de venir comme s’il appelait vulgairement ses chiens. « Et vous, les morts, approchez ici. Cessez de vous terrer lâchement dans les ombres de la forêt. » Lentement, volontaires ou suivant les ordres de leur ancêtres, ils s’approchèrent doucement, avec appréhension mais n’ayant pas véritablement le choix. Et pour la première fois depuis des siècles, les clans étaient tous réunis en un seul et même lieu sans qu’une bataille ne les déchire, unis par un seul sentiment, l’appréhension de la suite des évènements.

« Angus Gallaghan, le traître. Celui qui a mené à la mort l’un des siens pour accéder au pouvoir. Celui qui a conduit Draven Van Helling vers un piège tendu par des loups, des humains et cette végétarienne. Angus Gallaghan me demande ce que je veux de vous. » Il se rapprocha du brasier duquel s’étaient désormais éloignés Norman et Linoa, ne se retrouvant plus sous sa coupe. Il avança la main vers les flammes mortelles qui le léchèrent sans provoquer nulle douleur, nulle atteinte. « Il me semblait que c’était pourtant évident. » Il resta quelques instants silencieux, attendant que quelqu’un ne finisse par comprendre et ne le formule à voix haute mais dans le silence persistant, il dût se résoudre à le faire lui-même : « Que vous vous sacrifiez. »

_______________________________



Petit poltron veut devenir grand mais il reste assis. Petit bouffon insulte le sultan mais il est puni. La vie est injuste mais ça dépend pour qui. La vie est injuste, surtout pour les petits. M.RIM - comédie, tragédie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Lun 15 Mar - 1:50

    e l la n a _ Il y a quelque chose qui ne va pas en ville.

    Une simple phrase lâchée sur le ton de la conversation, nulle trace d’inquiétude dans sa voix simplement une sérénité qui ne lui était en rien coutumière. Un calme qui alerta aussitôt Léandre avec qui elle chassait. Elle avait capté des vibrations qu’il n’avait pas encore perçut, un changement dans l’air. Un cri inhumain d’une douleur insoutenable qui résonna ensuite dans la forêt confirma les dires de la jeune femme, qui n’en était en fait pas une. Le sourire qu’elle afficha glaça les sangs, enfin ce qu’il en restait, de son partenaire de chasse, il ne l’avait encore jamais vu sourire de la sorte, mais il avait entendu parler de ce rictus dans la bouche d’Alexander, qui l’avait lui-même perçut dans la mémoire de Nathanael, feu compagnon de la vampire blonde qui se tenait à ses côtés les coins des lèvres maculés de sang. Elle souriait comme une démente, ses yeux brillants d’une lueur qu’il ne lui avait pas encore connue. Soudainement il comprit ce qu’avaient dues ressentir les anciennes proies de celle qu’on surnommait « la chasseresse » et qui avait hanté longtemps les bois de l’Irlande. Elle était d’une beauté froide, quasi effrayante, ses yeux brillaient d’une sauvagerie qui contrastait étrangement avec l’éclat de sagesse et d’expérience de ses prunelles dorées. Se tournant vers son compagnon elle sourit doucement, son visage retrouvant son impassibilité habituelle, cette beauté froide, glacée qui séduisait tant les mortelles. Remettant en place une mèche de ses cheveux blonds ses yeux reprirent leurs tranquillités. Mais elle souriait toujours de cette étrange façon.

    e l l a n a _ Les blackblood on perdu l’un des leurs … et je donnerais cher pour féliciter celui qui a causé la mort de Rebecca, la compagne de Declan. Je reconnaitrais ce cri entre mille pour rêver de lui faire pousser bien souvent…

    En voyant l’expression de surprise tintée de dégoût de Léandre elle ne pu retenir un rire. Parfois elle oubliait que tant de sauvagerie était mal vu chez les végétariens, un clan qu’elle avait à présent rallié. Mais, sa phrase n’était pas totalement vraie. Elle ne rêvait pas de féliciter celui qui avait causé la mort de Rebecca car l’odeur de la mort, du feu qu’elle percevait encore était accompagner de tout un tas d’autres odeurs.

    e l l a na _ Retourne au camp, regroupe tout le monde. La guerre commence. Le sang a coulé. Je connais les Blackblood, ils n’auraient jamais déclenché cela en pleine ville. Il y a quelque chose d’autre, quelque chose de noir… Je pars en éclaireur. Regroupe les autres, ameutes les cabots. Vite.

    Elle le voyait hésité alors qu’elle achevait d’étancher sa soif sur l’élan qu’ils venaient d’abattre, elle savait ce qu’il pensait, si le sang avait coulé elle pourrait être prise de frénésie, elle était trop jeune encore, trop fragile dans son nouveau système alimentaire une novice. Mais il ignorait beaucoup de chose d’elle. Comme ses deux mois passés sans se nourrir ou presque lors de leurs traversées de l’Atlantique afin de ne pas alerté l’équipage qui les conduisait. Où cette année d’exil durant laquelle elle avait arrêté de se nourrir durant des mois, pour mourir.

    e l l a n a _ Je suis suffisamment forte Léandre. Fait moi confiance. Tu n’as pas le choix en fait, je suis beaucoup plus rapide que toi si tu envisages de m’arrêter…

    Menace ou bien simple constatation ?

    […]

    Résister. Tout son être se révolta alors que l’ordre emplissait son esprit. Elle se trouvait encore loin de la ville, mais pas suffisamment pour ne pas flairer la peur, l’odeur du feu du brasier, la colère sourde, et la pulsation du sang des humains. VIENS ICI. L’ordre claqua dans son esprit tel un fouet. RESISTE. Je ne suis pas assez forte. RESISTE.La pression sur son esprit augmenta. Elle détailla mentalement chaque nuance de la fourrure de son ancien amant, le bleu gris de ses yeux,mais rien n'y faisait. Elle reprit sa course mais pas délibéremment cette fois. Elle ignorait à qui appartenait cette voix dans sa tête, elle n’avait encore jamais rien connu de tel. Elle n’avait encore jamais ressentie une pareille peur. Tout ce qui était vivant ou mort au sein de Babylon tremblait. Elle fut jeté au sol avec une incroyable rapidité, elle n’eut pas le temps de comprendre, de parer l’attaque, trop concentrée qu’elle était sur le blocage de cet ordre intimé par une voix désincarnée. Les mâchoires claquèrent à quelques centimètres de son visage mais elle ne se sentie en rien agresser, pas cette fois, cette fois l'agression était dans son esprit. Elle avait reconnu le pelage et savait qu’il ne lui ferrait rien. Pas ici, pas maintenant, elle sentait sa peur, son inquiétude et lisait le message dans ses iris.

    e l l a n a _ Protège ta meute, protège les humains. Laisse moi faire. Un vampire aussi vieux qu’il soit ne triomphera pas sur moi. Je vivrais encore longtemps pour pouvoir un jour te dépecer Alexander et me faire un manteau avec ta fourrure. Lâche-moi si tu veux vivre.

    Ne jamais se mettre entre un chasseur et sa proie. Mais qui était le chasseur aujourd'hui ? Etait ce bien Ellana ?

    […]

    Ses pas la conduire là où se déroulait l’affrontement, pourtant elle avait soumit son esprit au sien.

    Ellana Van Dyke était entrée en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Lun 22 Mar - 0:26

Angus était aussi la, il s'avança dans les rangs de vampires et demanda alors a l'ancêtre ce qu'il attendais d'eux, des vampires. A vrai dire Linoa se posait la même question, mais ne 'lavait pas formulée a voix haute. En faite, tout les vampires se posait surement la même question. Pourquoi Makkapitew était-il là, et surtout, que voulait-il?

Linoa sentit que quelque chose se passait dans la foret, les loups ? Surement, ils devaient toujours se mêler de tout ceux la, c'était la même chose pour la bataille de 1973. Ne pouvait-ils pas tout simplement rester dans leurs forets et se mêler de ce qui les regardaient pour une fois? Linoa tourna la tête vers les bois, rien ne bougeait, aucun oiseaux ne s'envola, effrayer pas une de ces grosses bêtes... C'était une scène figée. Comme ici, en cet instant. Puis Makkapitew daigna enfin porter son attention sur Angus. Il s'approcha de lui et parla a l'humain qui se trouvait aux cotés d'Angus. Il ordonna alors a tous les humains de partir se cacher, enfin il ne le dit pas comme ça mais en gros, c'était ça. Puis ils ordonna a tous les vampires de se réunir sur la place. Linoa ressentit encore une fois cette force de persuasion que le vampire avait lorsqu'il ordonnait quelques chose aux vampires. Linoa n'aimait vraiment pas ça, elle détestait avoir l'impression de n'être qu'un pantin dans les mains d'un marionnettiste, surtout si le marionnettiste était ce Makkapitew, il faisait peur, personne ne pouvait le nier. Mais arriverait-il a tous les tuer? Les vampires étaient tout de même nombreux. Mais Linoa savait aussi parfaitement bien que la plupart des vampires ne seraient pas assez courageux pour se battre. Ceux-la mourrait en premier.

A ce moment-là Makkapitew prit la parole « Angus Gallaghan, le traître. Celui qui a mené à la mort l’un des siens pour accéder au pouvoir. Celui qui a conduit Draven Van Helling vers un piège tendu par des loups, des humains et cette végétarienne. Angus Gallaghan me demande ce que je veux de vous. » Quand Linoa entendit ça, elle laissa échapper un grognement que tous avaient pu entendre, elle se tourna vers Angus et lui jeta le regard le plus furieux qu'elle ai jamais jeter. Elle avait envie de lui sauter au cou, de le massacrer là tout de suite ! Mais Linoa savait se tenir, de plus elle ne pensait pas être de taille seule face a Agnus, quoi qu'elle était très forte et très agile. Elle se débrouillerais pour lui faire payer, d'une manière ou d'une autre !

Makkapitew leur annonça donc ce qu'il voulait, qu'ils se sacrifient, tous. Bien sûr comme si ils allaient le faire! Il ne fallait pas exagérer non plus ! Linoa ne bougeait pas, elle ne regardait pas le vampire qui voulait leurs morts à tous, elle ne savait pas quoi dire, la vampire n'avait vraiment pas envie de finir comme son amie, comme Becca... C'était décidément trop pour elle... La mort de Draven, puis de Becca.... Un autre vampire arriva, surement un végétarien, ou plutôt une végétarienne car c'était une femme, enfaite c'était Ellena Van Dyke, mais Linoa l'ignorait, elle ne connaissait pas la vampire, et n'en avait de toute manière pas envie si celle-ci n'était pas une Black Blood.
Revenir en haut Aller en bas
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 31
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Lun 22 Mar - 1:21

De tous les scénarios possible, Angus n'avait imaginé que des parades pour contourner et éviter les problèmes. Les affronter, ça n'était pas son genre. Il était lâche et préférait largement fuir plutôt que de se confondre dans une situation dangereuse pour lui. Mais de toutes ce suppositions, pas un seul instant il n'avait imaginé qu'un énergumène de vienne massacrer Rebecca et d'autres vampires en se prétendant supérieur. Pis ! Jamais il n'avait envisagé que cet être soit puissant au point de les surpasser. La situation l'agaçait au fond. Il préparait son acte final, sa prise de pouvoir et voilà que ce débris venait briser non seulement ses rêves de grandeur mais aussi ses plans qu'il avait mis tant de temps à construire et à peaufiner. En temps normal, Angus serait resté en retrait, à l'abri, il aurait laissé faire. D'ailleurs, il aurait du savoir et prévoir que se mettre en avant constituait un acte dangereux, un acte fou même... A mesure que Makkapitew approchait, un frisson lui glaça le sang encore davantage. Et s'il le tuait ? Il se mit à grogner comme pour dissuader cet inconnu d'approcher davantage de lui. Cela ne l'arrêta pas et indirectement, le sanguinaire ne put réprimer une lueur d'espoir. La libération arrivait-elle ? Depuis sa morsure, sa personnalité avait profondément changé. Il aurait du mourir mais il était toujours en vie, il était même damné pour l'éternité. Quel était l'intérêt pour un mort de continuer à vivre ? Aucun... et il avait beau torturer, démembrer, boire des litres de sang, sa soif n'était jamais apaisée. Il se posait l'ultime question : que fais-je encore là ? Dans cet instant où il sentait que la situation lui avait totalement échappé, avant même que l'ancêtre ne parle, dans cet instant où il savait que sa précipitation allait le ruiner définitivement, il accepta l'idée même d'être décapité sur le champ. Il l'attendait.

Mais il fut déçu lorsque l'être s'arrêta. Il aurait tant voulu qu'il continue, intérieurement. La rancoeur et la haine passèrent sur son visage en un éclair. Il ne savait pas ce que cette choses allait devenir pour lui, si ça allait être un chef de plus à faire tomber, ou un soldat dans les rangs. Il ne savait pas qui en sortirait vivant ou pas. La seule chose dont il était certain c'est que cette engeance, il la haïssait de nature, comme si le simple fait qu'il refuse de le libérer enfin valait ce sentiment de rage sourde et violente. Et paradoxalement, dès l'instant où il l'avait regardé dans les yeux, Angus fit de son cas une affaire personnelle. Il s'en fallut de peu pour que son propos le décontenance. Ce n'était pas un vampire ordinaire, c'était au dessus... s'il avait été croyant un seul instant, Gallaghan aurait employé le mot Dieu. Mais il ne croyait qu'en une chose la souffrance, comme si le fait de la voir dans ceux qu'il persécutait suffisait à ce que la sienne ne se sente plus seule. Il lisait dans les pensées, il voyait dans son esprit comme dans un livre ouvert. Et à peine eut-il fini sa phrase qu'il entendait un grognement sourd à côté de lui. Ce grognement qui venait rompre le silence pesant de cette révélation. Le regard d'Angus se planta solidement dans celui de Makkapitew. Ses yeux azurs étaients sans équivoque, le jeune vampire en faisait une affaire personnelle. Il reporta son attention autour de lui. Il sentait le regard de ses congénères peser sur sa personne. Il tourna vivement la tête vers Linoa qui continuait de grogner. Sans réfléchir, et avec dextérité, le coup partit. Il venait de fracasser son poing dans les côtes de la vampire qui éirent un craquement sinistre. La tension se crispa, le silence s'installa même si la haine commençait à se lire très nettement sur le visage des autres sanguinaires. Angus regarda Linoa avec un regard meurtrier, ce n'était même plus un secret qu'il n'avait qu'un envie, la tuer de ses propres mains. D'un ton glacial il brisa l'absence de bruit :


- Tu m'accuses alors que tu ne sais rien. Tu me juges sans même savoir, sans même avoir une seule preuve que ce qu'il dit est vrai. Tu me considères comme un ennemi sur les simples mots de ce traître.

Se tournant vers les autres sanguinaires, il continua, toujours aussi froidement :

- Ce n'est pas moi qui aies trahi notre race en laissant nos esclaves et notre nourriture s'échapper en compagnie et sous la protection de ces bâtards à l'haleine pestilentielle. Ces créatures immondes qui nous empestent par leur odeur et nous aimerions voir exterminées. Ils sont nos ennemis et quoi ? Un traître vient, tue des membres de notre clan, libère ce qui nous appartient et cherche à nous diviser en semant la discorde parmi nous. Qui est le véritable traître ?

Gallaghan porta son regard dur sur Declan pour la première fois depuis la révélation. C'était un regard sans aucune once de sentiment, totalement indifférent. Et les propos qui l'accompagnèrent tranchèrent directement dans le vif, comme des milliers de lames de rasoir :

- Tu es le chef de ce clan et tu laisses ce traître détruire ce que nous avons contruit, tuer ceux qui nous sont chers, Rebecca comme Draven, car je n'ai pas tué Draven. Tu le laisses voler ce qui nous appartient, sans rien dire. Cette situation là, elle est à ton entière faute. C'est toi qui es sensé agir, et tu ne fais strictement rien du tout. Personne ne fait rien, personne ne dit rien ? Où est passée la verve dont notre clan se targue ? Est-elle morte avec Draven ? Et toi, Declan où es-tu ? Toi aussi, tu es mort, toi aussi tu n'es qu'une misérable coquille vide, tu n'existes plus ? Il t'appartient de faire un choix, de décider de l'avenir de ton clan. Mais je ne vais pas rester là, à laisser un traître parler et mentir pour nous diviser.

Il tourna à nouveau son attention sur Makkapitew. Si l'ancêtre lisait dans les pensées, il n'avait aucun moyen de prouver leur véridicité, du moins Angus l'espérait. Il n'avait pas besoin de lui parler, il communiait avec lui par l'esprit. Et son âme ne cachait rien. Gallaghan était terrorisé par cet être. Il n'avait plus peur de Declan, mais cette nouvelle incarnation de force et d'autorité le remplaçait avec efficacité. Contestaire, il l'avait toujours été. Il voulait le pouvoir et il était prêt à tout pour y arriver. Pourtant, malgré cette peur naturelle, son esprit était sans équivoque : il voulait provoquer la chute de ce nouveau chef, et le réduire à l'état de rien, de cendres. Malheureusement, seul, il savait qu'il n'y parviendrait pas. Et il se demanda un instant qui le suivrait. Son discours n'avait pas manqué d'assurance. Il était même étonnant pour quelqu'un qui comme lui était lâche au point de fuir les risques. Certains s'étaient peut-être attendu à ce qu'il brédouille, à ce qu'il perde ses moyens. Angus lui même était impressionné et terrifié à l'idée d'avoir levé autant le ton. Il avait passé des heures à se demander ce qu'il ferait si Livia venait à dire la vérité, et la décrédibiliser lui était apparu comme la solution la plus appropriée. Heureusement qu'à défaut de courage, il avait l'avantage d'être observateur et de s'adapter aux situations, même les plus périlleuses. Sans cette intelligence, Angus aurait signé sa fin de façon nette. Mais au final, n'avait-il pas fait que l'ajourner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Lun 22 Mar - 21:05

Le vide. Le trou noir. Tout n’était que néant chez Declan. Il ne savait plus s’il ressentait de la peine, de la haine, de l’amour, de la pitié ou autre. Aucun sentiment ne transparaissait. Comme le disait si bien Angus, il n’était qu’une coquille vide. Il se serait cru mort si par définition il ne l’était pas déjà. Tout ce en quoi Declan croyait venait de se briser en mille morceaux. Comment avait-il pu tomber si bas ?

Il ne se sentait même pas la force de tuer, toute soif avait disparu de son être et sa gorge s’était nouée. Declan n’écoutait rien, ou tout du moins, il n’arrivait plus à comprendre le sens des murmures ambiants. Tout passait par une oreille et ressortait par une autre sans passer par la case cerveau. Il n’aurait su dire si les vampires parlaient de lui ou non, si l’inconnu était parti ou non. Rien.

Avait-il mal fait ses choix ? Mais en avait-il vraiment eu ? Tout était arrivé si vite. Tout avait basculé. Et il n’avait pu que se résoudre. A présent, tout retombait sur lui. Declan ne fit un mouvement que lorsqu’il entendit le craquement sinistre des os de Linoa. Comment osait-il ? Il frémit légèrement comme si une brise venait de lui caresser l’épiderme, alors que même le vent semblait s’être tu. S’il avait pu, il aurait pleuré. Declan ne savait pas exactement pourquoi étant donné qu’il avait depuis longtemps réprimé ce sentiment mais il su qu’il n’aurait pas résisté. Il était déjà plus bas que terre, ce n’est pas en montrant ouvertement son désespoir que cela allait changer quelque chose. Petit à petit, le monde sembla retrouver vie autour de lui. Il revenait de son monde vide.

Le vampire ouvrit la bouche. Il voulait parler, mettre des mots sur tout ce qui se passait en lui. Mais seule une longue plainte sifflante en sortit. L’on pouvait y sentir tout le désespoir qui l’animait. La peine qu’il ressentait était bien plus forte que la haine qu’il vouait. La perte d’un être cher ne se venge pas. L’on n’oubli pas. Surtout lorsque l’on est immortel.

Et cet inconnu, ce vampire qui semblait avoir des millénaires derrière lui. Il semblait tellement au dessus de tout cela, tellement irréel. Comme s’il n’était qu’un mirage ou un être venu de l’au-delà. Il était la cause de tous ses mots. Celui qui devait périr. Mais Declan sentait son emprise. Le vieillard avait comprit ce qui l’animait et le maintenait sous son emprise, tout du moins juste ce qu’il fallait pour qu’il ne tente rien. Mais pour Declan, cet être n’était rien. Declan n’était pas complètement bête, il savait qu’il ne pourrait rien contre lui et aussi il ne tenterait rien. Il sentit petit à petit l’emprise se défaire, et Declan se retrouva maitre de son corps. Comme si un dialogue invisible s’était instauré entre les deux êtres.

Il se leva. Dépliant tout son être, il se redressa de toute sa stature. Et avec une force incroyable, il trouva le courage d’avancer, de mettre un pied devant l’autre. Sans un mot, il s’approcha de Linoa avec une lenteur extrême pour ceux de son espèce. Et doucement il vient lui poser un baiser sur le front, lui intimant, sans le formuler oralement, de faire attention à elle. Declan savait qu’elle avait compris. Les deux êtres n’avaient jamais été vraiment trop proches mais ils s’étaient toujours voué un profond respect et une compréhension mutuelle s’était instaurés. Elle se tenait les côtes mais ne bougea pas. Elle guérirai vite de toute façon, Declan ne s’en faisait pas pour elle.

Il regarda ensuite autour de lui, scrutant chacun des vampires et loups présents. Declan gardait quand même un minimum de fierté. Une fierté qu’il n’allait pas tarder à perdre. Angus se tenait droit comme un i, observant le manège et Declan s’approcha. Aucune trace d’émotions ne transparaissait sur son visage d’albâtre. Le vampire n’aurait jamais cru faire ça mais un sourire ironique vient se fixer sur ses lèvres alors qu’il se trouvait à deux maitres de celui qui avait toujours convoité sa place. Et il s’inclina. Une révérence de défi. Un dernier geste fou avant de s’éclipser.

« Longue vie au chef… » Susurra Declan, prononçant alors ses premiers mots. Sa voix était froide, lointaine presque miellieuse mais tellement pertinente et audible. Chaque mot semblait avoir un poids énorme et une signification lourde de sous-entendu. Le vampire séloigna ensuite, disparaissant dans les prodondeurs de la fôret. Declan le chef n'était plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Mar 23 Mar - 3:54

    Les choses s'enchaînaient à une vitesse folle. Pourtant, ce matin-là, rien n'aurait pu prédire que le chaos régnerait sur Babylon, ville à la mécanique si bien huilée depuis l'arrivée au pouvoir des Black Blood. Declan menait la cité d'une main de maître avec sa femme à ses côtés, et Norman ne voyait aucune raison de s'alarmer, à part peut-être le fait que son meilleur ami lui avait fait un coup dans le dos. Pour autant, il ne s'en formalisait pas car il savait que Livia rêvait depuis toujours de tuer son créateur. Il avait juste été surpris de voir qu'elle allait passer à l'acte. Qu'elle était passée à l'acte. Oui, Angus était bel et bien sur le point de devenir chef, mais c'était le seul bouleversement que Norman aurait pu prévoir.

    Mais cet inconnu qui vint sur la grand place comme si tout lui était du, Norman ne l'avait pas vu venir. Il était occupé à martyriser Mayra avec les souvenirs de son défunt père, la fameuse corde sensible, lorsque l'incident diplomatique éclata et que l'intrus, qu'il venait à peine de remarquer, dégusta le sang d'une esclave. Stupéfait, Norman attendit calmement que le maître de la mortelle ne lui saute à la gorge pour la faute qu'il venait de commettre et pourtant, ce ne fut que Becca qui vint s'interposer. Ce qui n'eut pas vraiment l'air d'être au goût de l'individu. Norman délaissa complètement Mayra, terrorisée, et observa la scène qui se déroulait sous ses yeux. Becca, qui semblait lutter contre elle-même, qui semblait souffrir. Il ne comprenait pas. Puis, la décapitation. Il en eut le souffle coupé, bien qu'il ne respirait plus depuis des siècles. Puis, cet ordre.

    Il lutta désespérément contre ce corps qu'il maîtrisait à la perfection et qui cette fois, lui désobéissait. Il semblait être dans une transe démoniaque et avant même qu'il ait le temps de réagir, il avait déjà allumé un brasier dans lequel Linoa et lui-même jetait le corps de la défunte maîtresse des Black Blood. De très loin, il entendit le hurlement de douleur de Declan, et le vit se jeter vers son aimée. Il n'éprouvait pas de peine pour lui, ni même de pitié pour cette sanguinaire qu'il n'avait jamais apprécié tant que ça. Non. Il était juste paniqué à l'idée que son corps ne lui réponde plus, et que quelqu'un ait une emprise sur lui. Il eut envie de lui arracher la gorge, de l'éventrer et le castrer tout à la fois, tant il haïssait cette sensation. Et en même temps, il avait peur. Peur des représailles, car ce type était louche. Il était puissant, bien plus que lui ou que n'importe quel autre vampire qu'il avait croisé. Son corps tout à coup lui répondit, mais déjà le corps de Becca était consumé. Il fixa le nouveau venu avec un intérêt non dissimulé.

    Il entama un discours qui se voulait distingué, fait de belles phrases auxquelles Norman ne comprit rien. Qui se croyait-il, pour oser s'adresser ainsi à eux? Etait-il leur Alpha, l'équivalent du chef suprême chez les loups garous? Quand on voyait l'emprise qu'il avait eu sur lui, Norman était prêt à le croire. Les rumeurs sur l'ancêtre commun lui revinrent en tête, mais il chassa cette idée saugrenue de son esprit, bien que son attitude laissait à penser que c'était le cas. Et attendit la suite. S'il le fallait, il se battrait. Mais en attendant, mieux valait ne pas faire trop de vagues.

    Angus intervint. L'odeur familière de son ami le rassura un peu, il se sentait tout à coup moins seul, bien qu'il lui en voulait toujours à cause de ce fichu pacte qu'il avait passé avec Livia. Pourtant, Angus était son point d'ancrage, son ami, son repère dans ce monde qui évoluait sans cesse. S'il le fallait, il se battrait à ses côtés car c'était comme ça qu'il avait toujours vu les choses. Angus était un fou ambitieux, qui était parvenu à ses fins, et il l'avait toujours su. Il ne prêtait pas attention à ses plans pour détrôner le roi, mais savait que quoi qu'il arrive, il le soutiendrait, l'épaulerait et deviendrait, en un sens, le nouveau Draven. Comme pour symboliser ce soutien, Norman se déplaça très lentement derrière son fidèle ami, à bonne distance tout de même, comme pour lui prouver qu'il n'était pas seul. Makkapitew approcha et Norman eut alors peur pour la vie d'Angus. Peur de devoir à nouveau être contraint de brûler un corps mais cette fois, ce geste le rendrait totalement fou de rage. Il retint pourtant un grondement de rage qui aurait pu provoquer la colère chez le fou furieux.

    Puis, un nouvel événement. Il semblait que Makkapitew libérait les humains. Du moins, c'est ce que Norman comprit un peu tardivement, lorsque ses compagnons grondèrent de rage face à cette décision, outrés d'avoir à se ranger face à un inconnu. Norman n'esquissa pas le moindre mouvement, ne fit pas le moindre bruit. Que Mayra parte, il saurait la retrouver. Il avait toujours de toute manière détesté la politique de Declan qui consistait à se nourrir du sang des humains par le biais de poches de sang. Le retour à la vraie chasse risquait d'être plus qu'intéressant, surtout si les végétariens et les Aniotas s'y opposaient. D'ailleurs, en parlant de végétariens, Makkapitew les incita à venir les rejoindre et Norman eut alors la surprise de voir une foule de vampires sortir de la forêt pour venir grossir leurs rangs. Les nouveaux-nés également. Spectacle oh combien hallucinant. Il chercha du regard Livia par instinct, et lorsqu'il la trouva, constata qu'il ne la voyait plus de la même façon alors qu'il la savait meurtrière.

    Puis l'ancêtre reprit la parole. Il déclara tout haut ce que lui savait déjà, surprenant la plupart des vampires qui se tenaient là. Mais Norman tressaillit malgré lui. Makkapitew venait bel et bien de parler de deux êtres chers dans la même phrase. Il jeta un coup d'oeil vers Livia, qui baissa la tête, et revint vers Angus lorsqu'il entendit Linoa grogner. Il lui lança un regard noir, le genre de regard qui signifiait clairement qu'avant même qu'elle n'arrive à lui, Norman lui aurait déjà arraché la tête. Par contre, lorsque Makkapitew poursuivit, Norman lui prêta soudain une attention particulière. Qu'ils se sacrifient? Qu'est-ce qu'il voulait dire par là? Ce type débarquait, voulait faire sa loi et pourquoi, parce qu'il estimait qu'ils n'étaient que des bâtards qu'il n'avait pas souhaité? C'était trop facile. Norman se battrait, même si c'était contre des moulins à vent, plutôt que d'avoir à se sacrifier, comme il le disait.

    Angus prit de nouveau les choses en main. Calma tout d'abord les débordements de rage de Linoa d'un coup violent, avant de s'adresser à l'ensemble des vampires, ou plutôt aux Black Blood. Norman l'écoutait, et voyait naître en lui le chef qu'il avait toujours voulu être. Il était manipulateur, menteur même puisqu'il essayait de se déculpabiliser de la mort de Draven. Mais il était d'un tel charisme que chacun était pendu à ses lèvres. Lui d'ordinaire si sournois, si lâche même, affrontait tout à coup l'autorité suprême. Norman recula un peu, rencontra la corps de Siam qui semblait terrifiée. Il l'attrapa par la taille et la serra contre lui, bien qu'il savait ce geste totalement inutile. Angus prit à parti Declan, le provoqua. Pourtant, tout ce qu'il disait était vrai. Declan n'existait plus. Il avait cessé d'être au moment où Becca était morte et Norman pouvait comprendre. Si Livia avait été tuée de la sorte, tuée tout court même, il serait dans le même état.

    Malgré tout, celui qui était encore chef s'avança vers celui qui le défiait, toujours aussi droit et fier malgré la souffrance intérieure qui semblait l'envahir. Siam resserra la pression sur son bras mais il ne put détourner les yeux de ce spectacle. Makkapitew n'intervenait pas, n'intervenait plus, comme si les événements le divertissaient au plus haut point et surtout, comme si tout se déroulait exactement comme prévu. Et là, Declan fit une courbette. Norman en poussa un soupir estomaqué. Jamais il n'aurait cru voir ça. Il tira sa révérence, passa le pouvoir à son rival en quelques secondes, puis s'évanouit. Ca y était, Norman venait de monter en grade. Il embrassa doucement Siam sur la joue, puis s'avança vers Angus, devenant lui aussi le centre de toutes les attentions. Il avait jusqu'alors été spectateur mais il comprenait maintenant qu'il était de son devoir d'agir, de montrer qu'il n'était pas qu'un simple vampire couard. Il se posta derrière Angus, ignorant complètement Makkapitew qui n'avait rien à faire là pour le moment, et posa une main amicale sur son épaule. Il lui murmura à l'oreille, de sorte que seuls les vampires les plus proches purent l'entendre. Il n'était pas doué pour les discours solennels.

      - Je suis là. Tu as beau t'être comporté comme un parfait connard, tu restes mon meilleur ami. Alors, tu peux compter sur moi, car faire des sacrifices pour toi, ça en vaut la peine, mon frère.

    Il adressa un regard entendu à Makkapitew, qui avait sans doute tout compris malgré la distance. Evidemment qu'il le provoquait à demis-mots, référence à la phrase qu'i lavait dite un peu plus tôt. Se sacrifier pour ceux qui en valaient la peine, oui. Mais pour la bonne cause, oh non.

    Et voilà, il venait de jurer allégeance au nouveau chef. Il aurait pu être très théâtral, s'agenouiller et parler très fort pour que tout le monde l'entende, mais non. Pour lui, c'était un acte intime, entre angus et lui. Un lien invincible.

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makkapitew
CURSED ADMIN | Felt the coldness in my eyes.
avatar

Nombre de messages : 30

Age : 38
Votre Prénom/Pseudo : M&M's.
Nourriture : Humain.
Humeur : Massacrante.
Date d'inscription : 02/02/2010

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 1855 ans.
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   Dim 4 Avr - 22:06

Il assistait, impassible et indifférent, aux conséquences obscures et incertaines de la bombe qu’il venait de lâcher. Il pouvait sentir l’odeur de trahison qui émanait de chacun d’entre eux, à différentes degrés. Fous qu’ils étaient de ne s’être rendus compte de rien alors que l’essence décadente du sang versé dans leur dos enflammait les sens. Mais pouvait-il leur jeter la pierre ? Lui qui n’avait vu la malice et la soif dévorante de ses fils que lorsqu’ils n’étaient que trop tard. Il n’en voulait pas aux indiens locaux. Ils étaient manipulés dans l’idée obsédante de se débarrasser du démon qui assassinait les membres de leur tribu dans une orgie sanguine et écœurante. Ils n’avaient pas compris qu’en faisant ça, ils signaient leur perte à tous. Et au vu de la prolifération vampirique qui se retrouvait sur cette place, cette perte était significative. Il observa les humains, clopins clopants, rejoindre avec angoisse et soulagement les ombres de la forêt. Ils ignoraient ce vers quoi ils allaient mais ils savaient ce qu’ils fuyaient. Makkapitew ressentit émaner d’eux comme une sorte de remerciement et de reconnaissance. Fous. Ils représentaient pour lui nulle autre chose que du bétail. Ils le comprendraient bien assez tôt. Mais à l’image de ses ancêtres et de ses croyances, le bétail devait être respecté et chassé avec parcimonie. L’excès était l’ennemi le plus dangereux de l’homme.

Croisant les mains dans le dos, il recula de quelques pas, observant la suite des évènements d’un air indifférent. Il avait sonné le glas des Black Bloods. Et pourtant, il n’avait eu à rien faire d’autre que d’énoncer la vérité. Les regards et les accusations coulaient sur Angus, le traître. Tous étaient plus stupéfaits les uns que les autres et avaient visiblement du mal à imaginer qu’il avait enfin eu le cran de porter un coup bas à son chef. Depuis le temps qu’il marmonnait dans son coin, il avait enfin eu l’audace de réaliser ses désirs. Qu’est ce que ça fait d’avoir atteint son objectif, mon petit ? Il reporta son attention sur les nouveaux venus, les végétariens qui observaient l’une des leurs avec la même surprise. Et à l’image de celle portée à Angus, elle était teintée de dégoût et de respect. Ils saluaient l’exploit. Ils méprisaient la façon de procéder.

La nature humaine continuait de l’émerveiller et de le surprendre. Malgré le fait que les vampires étaient passés à une phase de conscience bien plus supérieure que celle qu’ils acquerrait durant leur existence humaine, les coups de sang mortels perduraient sous leur masque de froideur et ils continuaient de se laisser bercer par leurs émotions. Oh, ce n’était pas la réaction ô combien prévisible et qu’il attendait d’Angus qui le déstabilisait temporairement. Non, c’était celle de Declan. Il n’en montra toutefois rien comme à son habitude et accusa le coup. L’espace d’un instant, il sentit une légère pointe de familiarité avec cet irlandais. Ils se ressemblaient sur un certain point. Mais une chose était sûre : aussi douloureuse avait été la perte, lui n’avait jamais abdiqué son pouvoir. Il observa silencieux le départ de Declan et ne reporta son attention que lorsque Norman plia genou devant Angus. Tiens donc. Si ses souvenirs étaient bons, ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde quelques jours auparavant. Etonnant ce que l’attrait du pouvoir avait comme influence sur les esprits des petites gens.

Lentement, un frisson d’hésitation parcourut l’échine des sanguinaires. Certains plièrent genoux tandis que d’autres feulaient de rage et de désespoir à l’égard d’Angus. Les errants et les végétariens se contentaient d’assister à la scène sans intervenir, attendant simplement la raison pour laquelle ils avaient été appelés. Se débarrasser d’un tyran ne signifiait pas toujours que le suivant n’était pas pire. L’Ancêtre Commun marcha entre leurs rangs et dans un ordre exaspéré les obligea à plier genou devant leur nouveau chef. * Cessez vos manières et respectez les volontés de votre ancien chef. * Un à un, les sanguinaires, même les plus récalcitrants, plièrent genou et promirent allégeance à leur nouveau leader. Certain s n’étaient pas ravis de la situation mais ils comprenaient que c’était la seule issue possible s’ils ne voulaient pas rejoindre les rangs désordonnés et dangereux des Errants, et s‘ils ne voulaient se plier à l’alimentation restreinte des végétariens.

Un à un ils se relevèrent et la phase suivante des opérations débuta. « Lorsque je vous ai expliqué ce que j’attendais de vous, je ne disais que la vérité. » Et avant qu’ils aient pu intervenir, avant qu’ils ne se rendent compte de quoi que ce soit, ils ne remarquèrent que des cris, des bruits caractéristiques de corps qu’on brise, l’odeur putride des cadavres en décomposition qu’on jette dans le feu que trop tard. Finalement, Makkapitew ralentit suffisamment la cadence pour qu’ils se rendent compte que un à un certains de leurs camarades tomber. Et sans qu’un ordre ne soit donné, une poignée de vampires l’imitèrent. Mais il mit fin au chaos en devenir et se frotta les mains avant de revenir au centre de la place, au centre de l’attention. Ils ne restaient plus que 39 vampires debout. 13 dans chaque clan. « Vous êtes encore trop nombreux à mon goût. Je veux en voir tomber de jour en jour. Et les 3 derniers d’entre vous pourront survivre. Pour le reste … je suis patient. Il prendra le temps qu’il faudra et je vous laisse à vos occupations de clans. » Le tonnerre gronda des montagnes, roulant jusqu’à la petite ville, présageant l’orage qui se préparait. « Une seule règle à respecter toutefois. » Il promena son regard sur tous les membres encore présents. « Je ne tolèrerai aucune transformation. Vous avez faim, sucez jusqu’à la dernière goutte de sang. Vous avez des velléités parentales, adoptez un chien. » Une large goutte de pluie vint repaître la terre meuble, bientôt suivie par d’autres. « Angus, Vilde et … peu importe qui dirige ces vulgaires vagabonds, je saurai vous trouver. » Il les salua d’une révérence avant de disparaître dans les ombres de la forêt.

_______________________________



Petit poltron veut devenir grand mais il reste assis. Petit bouffon insulte le sultan mais il est puni. La vie est injuste mais ça dépend pour qui. La vie est injuste, surtout pour les petits. M.RIM - comédie, tragédie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This time has come to change. TOPIC COMMUN   

Revenir en haut Aller en bas
 
This time has come to change. TOPIC COMMUN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: BABYLON, VA. :: OTHERS :: ▬ Faulkner place-
Sauter vers: