AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 19:37

    ROOSVELT; saphyre valentia
    26 ans, mais son corps frêle fut figé part la mort
    lors de ses 25 ans.

    âme errante
    « Les charmes de l'horreur n'enivrent que les forts.
    - Beaudelaire »

    WILD CHILD



    I. Story left behind
        Date & Lieu de Naissance ;
        « BILLY ! », s’émana une voix féminine de la salle de bain. Debout, une main sur le bord du lavabo, la seconde crispée sur son ventre, une jeune femme aux cheveux blonds, qui lui tombaient en cascades sur les épaules, fixait le plancher d’où une flaque de sang commençait tranquillement à se former. Levant les yeux vers l’homme qui s’est précipité à elle, les larmes commençaient à lui monter à ses yeux bleus. La peur. Rien d’autre que la peur venait peindre les traits angéliques de la femme… La peur qui, tranquillement et cruellement, vient la ronger alors que ce liquide rouge coule lentement le long de ses jambes. À l’extérieur, l’orage grondait, montrant son mécontentement. La pluie martelait avec violence le toit de cette petite maison, égarée de toute population. Elle lui a toujours dit que vivre loin des gens serait importun. Mais il n’a rien voulu comprendre, jugeait que la verdure de l’endroit était à couper le souffle. Il se maudissait. Il se maudissait tout en l’emmenant rapidement dans la voiture. Se maudissait d’avoir choisi un tel endroit, se maudissait d’être aussi loin, se maudissait… Tout simplement d’être aussi rêveur.
        C’était un vingt-trois juillet, au Texas, où dame nature a décidé de laisser montrer une partie de sa colère. C’était un vingt-trois juillet où un Billy Roosvelt, plus qu’inquiet, emmène sa femme à l’urgence. Sa femme dont le teint était aussi pâle que la neige, dont les faibles gémissements de douleur s’émanaient d’entre ses lèvres, dont les paupières refusaient de coopérer, malgré l’effort de son mari, ainsi que des infirmières. « Madame Roosvelt ! Restez avec nous… Il faut absolument la provoquer… Il faut sortir le bébé, c’est l’enfant qui la tue ! », a prononcé le médecin. C’était un vingt-trois juillet qu’ils emmenèrent Autumn Roosvelt et ont commis une césarienne. C’était un vingt-trois juillet qu’un cri jaillit dans la salle d’opération.Un cri d’enfant, suivi de ses pleurs. C’était un vingt-trois juillet, et il pleuvait, il tonnait… Et les anges pleuraient. « Heure du décès, 21h48. »
        C’était un vingt-trois juillet au Texas que Saphyre Valentia Roosvelt gagnait la vie, mais en enlevait une.

        Date & Lieu de Décès ;
        Avril 1973, Babylon.



Dernière édition par Saphyre V. Roosvelt le Jeu 4 Fév - 17:28, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 19:38

On ne renie pas son enfance ; on l'enfouit au fond de son coeur,
et l'ombre portée, l'ombre magique devient un symbole.

- Dominique Blondeau

« Mon enfance était mon enfer. Mon enfance fait partie des choses que j’ai hâte d’oublier, que j’ai hâte que ma mémoire brûle, comme tout souvenir indésirable qui suit ce châtiment. L’enfance… Tout le monde en parle comme si c’était le meilleur moment de leur vie, le temps le plus magique, emplit de bonheur et d’amour. Mon enfance est pire que ce qu’un tortionnaire fait subir à son martyre. Et mon tortionnaire n’avait aucune pitié. La haine créait une brillance dans ses yeux, une brillance à en pétrifier les âmes les plus dures. Je ne sais pas comment j'ai survécu, et c'est ce qui me fait peur. »

    « PAPA ! PAPA REGARDE ! », s’écria la fillette tout en pointant la fenêtre en face d’elle. De ses petites jambes, elle court en direction de la fenêtre, saute sur le canapé, qui frôle la mort soit dit en passant, et dépose ses deux mains sur cette fenêtre froide. Un sourire se dessine à ses lèvres alors que son front et son nez se colle contre la fenêtre froide, subissant le sort de l’hiver Babylonien. Sa respiration créant de la buée sur la fenêtre, elle recule sa tête et l’essuie alors que les premiers flocons de neige tombent et commencent à couvrir le sol d’un duvet blanc. « Papa, il neige ! », signale-t-elle à son père, tout en tournant sa tête vers lui, créant ainsi un sautillement au niveau de ses boucles dorées. Boucle d’or. Ainsi la surnomment ses grands-parents adorés qui l’ont accueillit dans leur petie maison à Babylon, elle et son père… Boucle d’or à cause de ses jolis cheveux. Mais son père, lui… Que la surnomme-t-il ?... Que fait-il pour elle ? … Soudain, le sourire qui animait ses traits disparaît alors que son père prononce, avec hargne, « Pourquoi tu ne vas pas dehors, et me foutre la paix avec ça ? ». Baissant les yeux, tel un chien battu, Saphyre descend du divan et marche lentement en direction de sa chambre, levant ses yeux vers son père. Ses yeux qui font naître une pulsion agressive chez son père, pulsion qui attend avec impatience pour se faire assouvir. Une faim vorace pour la violence. Une envie de tuer… Ses yeux. Ses yeux sont exactement comme ceux de sa mère. Tout d’elle.. Tout ! Absolument tout d’elle lui fait souvenir sa femme… Sa Autumn qui est morte par la faute de cette gamine en face de lui. Les mains joints, debout devant son père, les sourcils tristement haussés, elle le regarde, lui.. L’homme qui est sensé être son héro… L’homme qui est sensé être son protecteur, son idole, son tout… « Dégage !! », hurla-t-il, créant un sursaut chez la fillette. Automatiquement, les larmes lui montèrent aux yeux. « Dégage, petite mauviette ! », insista-t-il tout en se levant brusquement. Rapidement, elle court dans sa chambre et prend son manteau. Il a voulu qu’elle sorte à l’extérieur ? Alors elle le fera ! Mettant maladroitement son manteau, son chapeau, et son foulard, elle sort à l’extérieur en courant, courant le plus loin que ses petites jambes de fillette de cinq ans peuvent courir. Le plus vite possible, le plus loin possible… Pour oublier le plus possible. Une fois dehors, elle s’arrête et lève les yeux vers le ciel qui fait tomber ses flocons… Derrière elle, le bruit de la porte se claquer la fit tourner en direction de celle-ci, voyant son père, les sourcils froncés, la bière a la main, et le son de la porte de barrer venir résonner dans ses oreilles. Il l’a enfermé ?... « Pa..Pa ? », murmure-t-elle, l’incompréhension se faisant lire dans ses traits. Rapidement, cette incompréhension se transforme en horreur… Il fait froid ! Il neige ! Venait-il sérieusement de perdre la tête ?!

    « Papaaaa ! », crie-t-elle en courant vers la porte pour y bucher de toutes ses forces. « Papa il fait froid ! », dit-elle, levant les yeux vers son père qui la fixait de l’intérieur. Qui la fixait avec une lueur ténébreuse dans son regard. La détestait-il à ce point ?! La détestait-il au point de vouloir sa mort ? Car, on ne se le cachera pas, un corps aussi frêle que le sien ne peut vivre longtemps dans une telle température. Le vent commençait, d’ailleurs, à s’élever, à hurler… Les larmes lui montèrent aux yeux, et coulèrent sur ses joues gelées, rouges par la température. « Papa ! S’il-te-plait ! Il fait froid ! », crie-t-elle, supplie-t-elle. Son père, quant à lui, lui tourna le dos et s’éloigna de la porte, la laissant ainsi seule à l’extérieur. Mais elle ne baissa pas les bras, elle continua a bucher sur la porte jusqu’à ce que la force lui soit évaporée. Jusqu’à ce que son corps frêle abandonne. S’assoyant devant la porte, grelottant de tout ses membres, elle reste à l’extérieur, assise, à fixer le sol tranquillement se couvrir. On dit adieu à l’été, Saphyre… On dit adieu à la chaleur, on dit adieu aux fleurs, aux oiseaux, au soleil et au beau temps… Et on accueil le froid, on accueil la neige. On l’accueil avec nos larmes, avec effroi. On l’accueil avec un vide, le néant… On l’accueil comme on accueil un meurtrier. On l’accueil.

    Combien de temps était-elle assise là, devant la porte ? Trente minutes ? Une heure ? Deux heures ? La notion du temps, pour un enfant de cinq ans, devrait importer que légèrement… Mais Saphyre, elle, elle n’a jamais porté autant d’importance au temps jusqu’à ce moment, où deux paires de jambes s’avancent rapidement vers elle, où des bras l’entourent et lui procurent une chaleur presque curative. « Combien de temps est-elle là ? », prononce une voix rauque, masculine. « Elle a les lèvres bleues… Vite, fais-la entrer, vite ! », prononce une voix féminine, sur le bord de la panique. Ouvrant la porte, celle-ci cognant contre le mur, créant un bruit fort brusque, l’homme en question se dirige rapidement vers une chambre, où il dépose Boucle d’or sur le lit et l’entoure de draps, le plus qu’il peut. « P-p-p-pa-p-p-p-py ? », prononce-t-elle avec difficulté. Son grand-père… Celui-ci dépose une main chaude sur son front, un sourire triste venant se tracer à ses lèvres. Sa grand-mère, quant à elle, rassemble le plus de draps possibles. Ses grands-parents ont accueillit Saphyre et son père suite à la mort d’Autumn, soit la mère à Saphyre. Cependant, Bert et Wonda ne sont pas les parents à Billy, le père à Saphyre, mais bien les parents d’Autumn. Ils ont décidé de les héberger à Babylon, puisque les parents à Billy se trouvaient en Europe, et ils désiraient plus que tout avoir la petite Saphyre près d’eux. « Don’t worry, love… Je suis là. », prononça son grand-père… Ne t’inquiète pas, petite chérie… Ces mots, il les lui a longtemps prononcés… Et, venant de lui, elle ressent cette chaleur venir l’envahir. Rassurée. Aimée. Voilà comment elle se sent quand ses grands-parents la sauvent. Une chance qu’elle les as. Une chance qu’ils sont là. « Dieu, ne me les enlève pas… Garde-les avec moi. Protège-les, Seigneur… J’ai besoin d’eux. Mais fais-le souffrir, pour tout ce qu’il m’a fait. Tue-le…
    Tue-le.
    »

La solitude est bonne aux grands esprits et mauvaise aux petits.
La solitude trouble les cerveaux qu'elle n'illumine pas.

- Victor Hugo.
« Les gens me disaient qu’ils sont partis rejoindre les anges, comme ma mère. Que Dieu avait besoin d’eux, et qu’ils veilleraient sur moi, malgré tout. Je voulais les croire… Je tenais absolument à les croire, mais quelque chose en moi m’en empêchait. J’avais peur… Peur de lui. Peur de moi… Peur de ne pas être capable de retenir. J’avais une envie de tout briser, crier jusqu’à m’en vider les poumons, jusqu’à priver mon corps d’oxygène et les rejoindre. Mais j’ai apprise que toutes les larmes du monde, tous les cris, toutes les tentatives de suicide ne peuvent les faire revenir… J’étais seule. Même avec une foule autour de moi, j’étais seule. Il n’y a rien comme la solitude. Cette sensation qui nous gruge, qui nous bouffe nos intérieurs. Qui nous transforme en une autre personne totalement différente, bien qu’on était différent des autres au départ… Elle ne fait qu’empirer les plaies. Elle est l’alcool versée avec abondance sur une blessure, et elle ne la cicatrise pas… Elle l’étire, la ronge, l’empire… Ne m’en voulez pas. S’il y a un sentiment en moi qui ravit mon cœur, c’est la jalousie que je porte à votre condition. Vous… Vous êtes libérés de ce monde peint d’une cruelle absurdité. Vous êtes libérés, et je vous envie. »

    « Pourquoi tu pleures, encore ? », demanda-t-il d’un ton de voix plutôt provocateur. Levant ses yeux bleus, Saphyre porte son regard sur son père, mais ne répond rien. « Hein ?! Qu’est-ce que t’as à pleurer, encore ?! », hochant négativement la tête, Saphyre reporte son regard sur le plancher de bois, plutôt maganné, et ferme ses yeux. Contre sa poitrine, elle serre un ourson blanc en peluche. Simplement par les taches et l’état piteux de l’ourson, on peut clairement deviner qu’il a vécu avec elle à travers les âges. « Hey ! Quand j’te parle, tu me réponds, c’est clair ?! », prononça-t-il en poussant brusquement la porte de la chambre de l’adolescente de seize ans. Toujours aucune réponse. « Saphyre ! », gronde-t-il une fois de plus. Brusquement, elle se lève et se tourne face à lui, les sourcils froncés. « Tu réalises pas ?! Tu oses me le demander ?! ILS SONT MORTS ! MORTS ! Tu te rends compte ! », crache-t-elle, les larmes coulant le long de ses joues. La nouvelle lui a été dite plus tôt dans la journée, et depuis, elle s’est enfermée dans sa chambre. Muet, Billy ne bouge pas, regardant sa fille droit dans les yeux avec un dégoût qui anime son regard. Hochant finalement la tête de manière négative, Saphyre se laisse tomber, assise, sur le matelas de son lit. « Pffh… Ils l’ont mérités. », dit-il avant de partir de l’embrasure de la porte. « Tu le mérites bien plus qu’eux. », laisse-t-elle échapper entre ses dents serrées. Son corps frêle s’allonge sur son matelas, tout en serrant cette peluche contre sa poitrine, et les larmes continuent de couler sur ses joues… Elles continuent de couler jusqu’à ce qu’elle se fatigue, jusqu’à ce que ses yeux se ferment tout seuls, jusqu’à ce que Morphée la tire dans son propre monde.

    Tout est noir. Il n’y a pas de lueur d’une quelle conque lumière qui puisse potentiellement éclairée la pièce dans laquelle elle se trouve. Une voix lointaine vient lui titiller l’ouïe. Une voix féminine… Comme si la femme au loin souffrait d’une quelle conque douleur… Sans savoir où elle va, elle avance lentement, et plus elle avance, plus l’écho de cette voix vient résonner dans son esprit, plus cet écho devient lourd, répétitif, effrayant. Les gémissements se faisaient de plus en plus proche, jusqu’à ce que le son d’un interrupteur vient allumer une lumière. Mais rien… Pas de femme, mais les gémissements sont toujours persistants, voir même insistants… Sur elle-même, Saphyre tourne pour voir d’où peut bien provenir cette voix, jusqu’à ce que son regard se pose sur ce qui semble être une femme allongée sur le plancher, se tenant le ventre. Fronçant les sourcils, Saphyre tente du mieux qu’elle peut afin de mieux voir cette femme inconnue au loin, cette femme floue… Cette femme dissimulée par le drap noir d’une ombre près d’elle… Involontairement, ses jambes se mirent à courir en direction de cette femme, mais plus elle courait, plus le tout ralentissait, plus elle devenait lourde, et dans l’incapacité d’effectuer un tel mouvement qu’est la course. Le temps de cligner des yeux, elle se trouve face à cette femme qui lui tourne le dos… Elle gémit, recroquevillée sur elle-même, pleurant. Lentement, elle tourne sa tête en direction de Saphyre, silencieuse, le regard empli d’une horreur statufiant ses membres. « C’est de ta faute… », murmure la femme aux cheveux aussi blonds qu’elle. Fronçant les sourcils, elle répète « C’est de ta faute… », entre ses dents serrés. Sa faute ? D’un pas, Saphyre recule tout en la fixant, ayant enfin retrouvé la motricité dans ses fines jambes. « Ta faute, Saphyre ! C’est de ta faute ! ». Hochant négativement la tête, elle ferme les yeux et dépose ses mains sur ses oreilles. Émettant une pression au niveau de ses paupières, elle entend quand même cette voix lui hurler que tout est de sa faute… Et enfin, le silence. Le silence, et rien d’autre. Lentement, elle ouvre les yeux pour voir ses grands-parents devant elle, la regardant la tête tristement inclinée. Retirant ses mains de ses oreilles, elle s’avance lentement vers eux, mais s’arrêtent nettement lorsqu’ils prononcent « C’est de ta faute, Saphyre. », en hochant positivement la tête et en baissant les yeux vers les mains de leur petite fille. Saphyre, quant à elle, ne prononce rien. Malgré qu’elle désire prononcer quelque chose, aucun son ne s’émane d’entre ses lèvres. Ses mains… Ses mains sont couvertes de sang. Un rouge épais les colorie, et vient même colorier le plancher blanc sur lequel elle est debout. Juste au moment où elle allait échapper un cri d'entre ses lèvres, tout s'arrête.

    Calme-toi, petit cœur.
    Ce n’était qu’un rêve.


La jalousie engendre le mal.
La jalousie c'est le mal.

- Agatha Christie

    « Je me suis longtemps posé la question : Pourquoi moi ? … Est-ce que Dieu m’en voulait au point de m’arracher le bonheur, entièrement ? Est-ce qu’Il me détestait au point de vouloir mon malheur pour le reste de mes jours ? Tel est le châtiment de l’enfant qui tue sa mère ? Je me suis longtemps posé la question, mais je n’ai jamais eue de réponses, jusqu’au jour où je t’ai vu… Dans ses bras. J’ai ouvert les yeux sur ma naïveté. Dieu c’est la personne qui n’a absolument rien à foutre de tes désirs, qui les regarde avec un sourire moqueur aux lèvres. Dieu n’existe pas. Dieu n’est qu’une légende, un prétexte pour avoir quelqu’un à qui parler quand on se sent misérable. « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimé. », très peu pour moi, merci. Thanks a lot, Jesus. »

    Tac. Tac. Tac. Tac. Les gouttes d’essence restant dans un bidon coulent sur le plancher de bois d’une chambre en désordre. Désordre… Ce n’est pas le mot. La chambre venait, sans l’ombre d’un doute, de vivre la nuit la plus mouvementée depuis des lustres. En même temps, les preuves sont étalées partout. Une soutif à droite, un pantalon à gauche, une chemise encore sur le lit… Et les deux protagonistes allongés sur ce lit qui a servit de témoin. Deux corps collés l’un contre l’autre. Du côté gauche, l’homme enlace la femme, à droite. Autour d’eux, un liquide pénètre les draps, le matelas. Et devant eux, une jeune femme d’environs vingt-et-un ans sort un briquet de la poche de son manteau. Une jeune femme à la chevelure magnifiquement bouclée, lui arrivant aux épaules. Aux yeux d’un bleu divin, d’un bleu qui nous fait automatiquement penser à l’océan. Au manteau long, typiquement exhibitionniste mais quand même. Une jeune femme, tenant le bidon d’essence d’une main, tout en les regardant avec cruauté, victime d’une jalousie chronique. Ahhh.. Dame Jalousie. Tu nous emmêles dans tes filets, nous capture sans qu’on puisse t’échapper. « Bray’.. Si un jour tu m’es infidèle… Je ne pourrais pas te garantir que notre relation se terminera très bien… », se souvient-elle, alors qu’elle le regarde dormir paisiblement. « Je ne te ferai jamais ça, Saphyre… Je t’aime beaucoup trop. », lui a-t-il répondu, la rassurant que la tromper serait l’une des choses qu’il n’oserait jamais faire, puisque son amour pour elle était beaucoup trop fort, beaucoup trop vrai pour qu’il aie bousiller le tout. Et elle, pauvre naïve, elle l’a cru. Pas une larme ne vient humidifier ses yeux. Pas une seule larme, pas de larmes, pas d’hésitation, rien. Une lueur de malveillance vient animer son regard, une lueur nouvelle qui accompagne la cruauté. Deux mots qui n’ont jamais étés associés à Saphyre.

    De son pouce, elle allume le briquet et regarde le corps nu de son petit ami et de cette femme. Deux corps nus, allongés sous les fins draps de ce lit. Deux corps ayant été soumis aux ordres du vice, du désir, de pulsions. Un léger sourire anime ses lèvres alors qu’elle s’avance d’un pas, et qu’elle laisse échapper son briquet sur le matelas, qui prend immédiatement feu. Quant à elle, elle sort son paquet de cigarette de sa poche, et dépose le filtre d’une cigarette entre ses lèvres, s’avance sur le feu crépitant, et l’allume. Non, mais quelle manière de finir une telle scène. Leur tournant dos, et d’une démarche féline, Saphyre s’avance vers la sortie de la scène, sans aucun remord. Comment peut-elle ne pas être tourmentée par ce qu’elle vient de faire ? Comment peut-elle rester aussi calme, indifférente face à ce qu’elle vient de commettre ? Extérieurement, l’indolence et l’insouciance l’animent. Son visage est dépourvu d’émotion, sauf pour cette lueur de cruauté qui illumine les ténèbres de son regard, qui l’empire. Apathique. Voilà ce qu’est devenue Saphyre. Une âme apathique, complètement stoïque, qui prend le dessus de sa délicatesse et de sa pureté. « C’est le Diable ! Le Diable a prit possession de son corps ! », entend-t-elle déjà ses grands-parents crier d’où ils sont. « Le Diable… Il reçoit les âmes, mais ce n’est pas lui qui les damne. », cite-t-elle Jean-Paul Sartre tout en quittant l’immeuble qui ne tardera pas à prendre feu.

    Les rideaux se ferment.
    Tous applaudissent.

    La mort. L'horreur absolue de la non-existence.
    La mort ne rentre dans aucun schéma.
    Il n'y a pas d'explication à la mort.
    Elle entre, elle vous arrête au milieu d'une phrase : « Non, c'est fini ! » et claque la porte.

    - Anthony Burgess

    « Avril. 1973. Plus rien n’est comme avant. Plus rien. »


    « Fais-le ! », siffle-t-elle entre ses lèvres tremblantes. Collée contre un arbre, le regard plongé dans celui de son adversaire, elle sent les larmes venir lui monter aux yeux, sans pouvoir les empêcher. Larmes si têtues, que même toute l’envie de monde ne pourrait les retenir. « Allez ! Tue-moi, merde ! », lui hurle-t-elle, fermant les yeux et en émettant une pression à ses paupières. En même temps, elle ne comprend pas du tout comment il peut résister. Le sang coulant de sa tempe le long de son visage ne doit pas être facile à résister pour un vampire. Depuis l’attaque sur Babylon, Saphyre a résider dans la forêt, guettant la mort, l’appelant de sa voix faiblarde, lui implorant avec supplice de venir la chercher, de la prendre par la main et l’emporter. Et maintenant, elle en est proche. Elle la goute du bout de la langue, elle la sent venir, froide, cruelle, douloureuse.

    Elle l’entend. Il s’avance. Sous ses pieds meurent brisées des branches d’arbres, des feuilles, des vies. Entre ses dents, un feulement sonore vient provoquer aux paupières à Saphyre de s’ouvrir à un vampire qui s’apprête à se soumettre à une faim longtemps restée enfuie au plus profond de son être. Le provoquant du regard, elle le fixe toujours entrain de s’avancer, lentement. Ne lui a-t-on pas dit de ne pas jouer avec sa nourriture ? Ou peut-être étais-ce qu’il aime le plus… Jouer. Elle sent soudain les doigts du vampire venir traverser lentement le long de son cou pour enfin s’arrêter jusqu’à sa clavicule. Fermant les yeux, elle n’ose plus respirer… N’ose plus bouger sous ces doigts aussi froids que… que la mort elle-même. Soudain, elle sentit ses dents venir creuser sa peau, venir lui mordre sa chair et couler son sang, tel un ruisseau qui n’a aucune barrière. Serrant sur ses paupières, elle empoigne le bras de son « sauveur » et le serre de toutes ses forces, y enfonçant ses ongles. D’entre ses lèvres s’échappe un cri, un cri de douleur, un cri de mort, un cri révélateur. Mais personne ne t’entendra ici, pauvre enfant. Personne ne peut te sauver, maintenant. Tu l’as voulu, tu l’auras.

    Rapidement, il recule. Il recule en la laissant tomber solidement sur le sol, où la terre l’accueille. Déposant ses deux mains au niveau de sa nouvelle plaie, elle lève les yeux en direction de celui qui est sensé lui enlever la vie et le fixe alors qu’il se penche vers elle. D’une main, elle vient la déposer sur ce visage aussi doux et aussi vide et froid que le marbre. Ça commence. Son corps en entier devient humide, comme si un déluge s’empare d’elle en ce moment précis, la mouillant jusqu’aux os. Ses yeux s’écarquillent alors une douleur fulgurante s’empare de sa gorge. Une brûlure. Une brûlure pire que les autres. Une brûlure qui se propage dans tout son corps frêle, ne lui laissant aucune seconde de répit. Rétractant sa main du visage du vampire, elle vient la déposer au niveau de son cou, alors qu’un cri s’émane d’entre ses lèvres. Un cri rauque en provenance du plus profond de son être. Elle sent une douleur comme si son âme vient de lui être arraché. Son corps, crispé par cette profonde affliction, ne semble pas du tout coopérer. C’est comme si son corps en entier vient de se faire tremper dans un bain d’acide, retiré de sa peau, et retrempé dans ce bain d’acide encore, et encore, et encore. C’est comme si vouloir mourir, en ce moment précis, ne l’importe plus, mais ce qui importe, là, maintenant, c’est que ce sentiment de brûlure cesse son trajet dans ses veines, qu’il finisse par la tuer pour que cette agonie ce freine enfin. Mais elle reste. Cette brûlure persiste à tout anéantir dans son corps, petit feu par petit feu, avec la pire lenteur. Pire que ce que n’importe quel tortionnaire ferait subir à son martyr. Pire. Et plus cette brûlure empire, pressant son corps comme si un camion en entier vient de lui passer dessus, plus elle trouve quand même assez d’énergie pour crier. Crier le plus fort qu’elle peut, crier son agonie, sa douleur, sa mort. Crier jusqu'à s'en époumoner. Peut-être qu’en criant, la douleur partira, ou du moins, elle serait moins omniprésente. Mauvaise idée. Son cœur... Son cœur lui cogne contre le torse avec une force qu'elle n'a jamais vue. Se combattant, justement, pour battre malgré les tentatives de cette brûlure qui vient lui provoquer le contraire. BoomBoomBoomBoom. Boom... Boom........ Boom. Un voile noir a été porté sur Babylon, et accessoirement sur elle ce jour où, enfin, tout s’arrêta. Le noir. Le noir absolu. Mais même le noir absolu était plus beau que ce qu’elle vient de réaliser. La réalité frappe plus fort que n’importe quelle affliction. La réalité est beaucoup plus cruelle que la mort elle-même, lui donnant le rôle du gentil petit enfant comparé à elle. Dans ce cas-ci, la Réalité joue le rôle d’un pyromane, flambant tout à l’intérieur de Saphyre. Tout ce dont elle peut avoir. Et soudain, elle a la sensation que quelque chose de bien plus pire vient d’arriver. Elle sent quelque chose pire que la mort. Quelque chose de bien plus douloureux, de bien plus profond, de bien plus brûlant…

    La vie.


Dernière édition par Saphyre V. Roosvelt le Dim 3 Jan - 5:03, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 19:38

    II. Secret words
      BIPOLAR DISORDER ; Depuis sa transformation, Saphyre a de sauts d'humeurs assez importants qui causent en elle un conflit psychologique au niveau de l'équilibration de ses humeurs. Un jour, elle peut être souriante, et quelques jours plus tard, éprise d'une mélancolie profonde.
      NICOTINE ADDICT ; Jamais sans sa cigarette, elle ne peut passer cinq minutes sans fumer. Après tout, elle ne peut pas mourir, autant en profiter, non ?
      SOCIOPATH ; Volontairement, elle se place en marge des autres. Principalement indifférente, elle a vue ses émotions partir en fumée le jour où elle se fit transformée en, ce qu'elle appelle, un monstre. On peut également la caractériser de Psychopathe vue son indifférence et son impulsivité la mènent vers de nombreux crimes qu'elle a commis, et qu'elle commet encore aujourd'hui.
      FIERCLY SEDUCTIVE ; Malgré le fait qu'elle soit antisociale, on ne peut pas dire que Saphyre n'a pas un côté séductrice. Même qu'elle utilise ce côté « femme fatale » pour entourer ses proies autour de son petit doigt.
      CRUELTY TO IT'S FINEST ; Avant sa transformation, Saphyre a commencé à devenir quelqu'un d'excessivement cruel, et ce surtout après le meurtre qu'elle a commise. En tuant son petit ami, elle a également tuer l'ancienne Saphyre... La Saphyre sensible et beaucoup trop gentille à son goût. D'ailleurs, son père n'a pas tardé à suivre...
      SOLITARY PIANIST ; Depuis sa plus tendre enfance, Saphyre a développé un amour inconditionnel pour le piano. Malheureusement, depuis sa transformation, elle n'a jamais eu la chance de glisser ses fins doigts sur les clés de cet instrument. S'il y a une chose qui lui manque de son vivant, c'est bien le son exquis d'un piano.
      FLOWERS ; Elle a toujours été amoureuse des fleurs, surtout des roses. Ses grands-parents lui ont toujours dit que les fleurs favorites à sa défunte mère étaient les roses blanches, et elles sont rapidement devenues ses favorites à elle aussi.
      ARSONIST ; Ayant subit un traumatisme en ce qui concerne sa transformation, elle a développé une passion pour le feu. Demandez-lui pourquoi, elle n'aura absolument aucune raison valable. « J'aime quand les choses brûlent. », vous répondra-t-elle avec un sourire moqueur.

    III. Open your mind
      Quelle est votre vision d'avril 1973 ?
        « Je ne l’oublierai jamais. Tous ces gens qui hurlaient… Tout ces gens qui avaient peur, et qui priaient Dieu pour qu’il vienne les sauver ( rires ). J’ai vue le soleil se coucher sur Babylon. J’ai vue le soleil se coucher de façon permanente et j’ai vue cette noirceur y prendre possession. Une noirceur aussi épaisse que l’encre ( silence ). Quelques jours plus tard je fut engloutie par cette noirceur, m’y cédant corps et âme. Avril '73 m'a changé, m'a transformé en ce que je suis maintenant, et l'envie de me battre me lasse plus que m'excite. Je ne peux pas dire que les Black Blood ont gagnés ma haine. Au contraire, ils ont gagnés mon respect et ma fascination. Je les envie, ça il n’y a pas de doutes. Mais tout règne à une fin. Tout à une fin. »

    IV. What are you hiding?
      Pseudonyme/Prénom ; Psychotic Edge [ Autrefois Vane =) ]
      Âge ; 20 ans... =(
      Fille ou Garçon ; F.
      Célébrité ; Jessica Stam <3
      Code du Règlement ; code ok
      Comment avez-vous découvert le forum ? J'étais Carolyn E. Rousseau et Arielle C. Raichan (a). =)


Dernière édition par Saphyre V. Roosvelt le Jeu 14 Jan - 23:18, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 19:47

Mais que de membres en ce moment, que de membres!

Bienvenue! cheers

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 19:50

    Merci ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mer 16 Déc - 21:34

Re. =)

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Jeu 17 Déc - 7:12

    Merci. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mar 29 Déc - 19:31

Bienvenue Smile
Fais attention ton délai va bientôt être dépassé. Si tu as besoin d'un délais Vane, n'hésite pas à demander Smile

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mar 29 Déc - 19:36

    En fait, j'en ai parlé à Maëva avant de faire la fiche !
    Cependant, je croyais pouvoir la terminer avant mon délais, mais je ne pense pas vraiment en être capable ! =(

    Donc, oui pour le délais ! =)
    Combien de temps puis-je avoir de plus pour terminer la fiche ? =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mar 29 Déc - 22:09

Jusqu'au 5 janvier ça t'irait ? (1 semaine, donc ) Smile

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Mar 29 Déc - 22:15

    Oui c'est parfait ! =)
    Merci beaucoup ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Jeu 31 Déc - 22:23

Je suis désolée, c'est ma faute. J'ai oublié de faire passer le message Vane. ^^
Désolée, j'ai noté délai dans ton sujet. Wink

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Ven 1 Jan - 22:14

    T'inquiètes, Maëva ! ^^

    Thanks pour le délais ! =)
    <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Dim 3 Jan - 0:46

    Désolée du DP mais j'ai terminée la fiche. =)
    Bon, elle est nulle vers la fin mais bref.. T_T Je m'excuse d'avance ! ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Dim 3 Jan - 17:04

Très jolie fiche. C'est le groupe de Margaux donc c'est à elle de trancher. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Dim 3 Jan - 19:19

    =D
    Merci Hélène !
    J'attend avec impatience. (a) =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Lun 11 Jan - 6:26

    Euhmmm..
    Loin de moi l'envie d'être chiante mais.. =(
    Ça fait un bout que j'ai fini ma fichette... =(

    Est-ce qu'il y a quelque chose qui ne convient pas ?
    Je le changerai sans aucun problème !! =/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Lun 11 Jan - 10:01

Nous sommes désolées, c'est Margaux qui est légèrement indisponible. On va voir avec elle.
Désolée, désolée.
Ne t'inquiètes pas. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Lun 11 Jan - 17:43

    Ohh ! Je comprends, je comprends !
    C'est pas grave ! <3
    J'attendrai ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Jeu 14 Jan - 22:58

Merci pour tes éclaircissements Wink
Très jolie fiche, je suis ravie de te compter chez les Wild Child !
Re bienvenue parmi nous, et bon jeu !

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   Jeu 14 Jan - 23:00

    Hann !
    Mais ça fait plaisir ! =)

    Merciii pour la validation et l'accord du changement d'avatar ! <3 =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
▬ miracles don't exist anymore ; SAPHYRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 4 miracles de la femme
» Help! No sounds anymore...
» what's it gonna be cause i can't pretend anymore
» Don't call anymore dude, please ! [Dylan]
» De l'art de la conversion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: A STEP FORWARD. :: DO YOU DARE ? :: ▬ Welcome in Babylon-
Sauter vers: