AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille [PV]   Lun 2 Nov - 17:07


I can control, don't follow me!
Ellana & Alexander
Just a little late, you found me !


.





    Ellana parcourait ce monde depuis trois siècles et jamais jusqu’alors son existence lui avait parue aussi vide de sens, terne, sans intérêt. Les livres qui s’entassaient autour d’elle en un cercle parfais n’était d’aucuns secours pas plus que la musique que diffusait le lecteur de vinyle posé sur la table basse, rien n’avait de saveur. Rien ne semblait pouvoir la distraire de la douleur qui était sienne, qui la rongeait au plus profond de son âme. Rien si ce n’était la soif dévorante qui lui brûlait la gorge, la dévorant de l’intérieur. Jamais elle n’avait pensée lui survivre plus de quelques heures, et pourtant elle était en vie, si c’était par le mot « vie » que l’on pouvait designer l’état dans lequel elle se trouvait. Assise en tailleur au milieu de la bibliothèque de la maison que son nouveau clan partageait avec les cabots Ellana s’interrogeait sur sa condition. Jamais en trois siècles d’existence elle n’avait souhaitée mourir, mais ne disait-on pas qu’il y avait un début à tout ? Son « début » remontait à un an lorsque son âme sœur avait trouvé la mort à cause de sa crédulité. Elle inspira une bouffée d’air pour se calmer et grimaça aussitôt, mauvaise idée, LEUR odeur était partout. Cette odeur nauséabonde qui lui rappelait le jour où son existence avait basculée.

    FLASHBACK


    Son nez se fronça légèrement lorsque le vent tourna... Cette odeur... Non elle devait rêver, Norman n'avait pas réagit alors qu'il respirait le même air qu'elle, elle avait du rêver, prendre ses envies pour la réalité, et quand bien même Ellana ne se serrait pas tromper, qu'IL se trouva dans les bois, alors lui aussi la sentirait, il découvrirait les odeurs d'un autre sur sa peau lisse et froide, et elle savait comment il réagirait, elle n'avait pas voulut le blesser rien qu'a cette idée elle sentit son esprit vacillé aux portes de la follie, elle avait simplement essayé de résister a ce que lui criait son âme. Alors que le vent tournait la capuche de Norman glissa légèrement, révélant sa peau blanche qui brilla de milles feux l'espace d'un instant avant qu'il ne rabatte brutalement son capuchon sur son visage, le front d'Ellana se plissa l'espace d'une seconde. Elle savait que le soleil révélait les cicatrices qui parcouraient son corps long et fin, stigmate d'une guerre qui ne tarderait à reprendre... Elle savait que ses cicatrices étaient visibles de façon plus claire à la lumière du soleil... Lui avait une peau lisse parfaite, aussi ne supportait-il pas le soleil pour cette raison. Détestait-il le contact de la lumière qu'Ellana appréciait tant ? Il lui posa alors la question qu'il avait sur le bout de la langue depuis qu'elle avait commencé à le sentir. Elle lui répondit d’une voix fraiche et calme, presque amusée, elle allait continuer lorsque le vent tourna à nouveau, cette fois elle sut qu'elle n'avait pas halluciné, car Norman se figea lui aussi, reniflant follement l'air... Elle le vit bougé la seconde suivante... Nathaniel...

    « NON !!! » Elle avait grondé le saisissant violemment par le cou, elle l'envoya valser de l'autre côté de la clairière, loin de Nate qui était vulnérable sous sa forme de loup face à un vampire abreuvé de sang. Elle avait eut l'avantage de la surprise, il n'avait pas réagit, étonné de se retrouver saisit à la nuque par une des siens. Ellana s'était accroupie au sol grondant virulemment entre ses dents serrées, se tenant précisément entre Nathaniel et Norman, entre la proie et son chasseur. Elle gronda à nouveau quand Norman se redressa, elle lisait la stupeur dans son regard rouge sang... Elle sentait l'odeur de Nate dans son dos, il s'était rapproché. Elle se retourna tournant le dos à son ami/ennemis et murmura en direction des bois. « Va-t’en... Je ne risque rien. » Elle savait qu'elle venait de se trahir, mais sa réaction aurait pu s'expliquer par une vengeance qu'elle voulait sienne, mais ses paroles n'avaient d'autres explications, elle le protégeait, lui leur ennemi héréditaire ! Coûte que coût il fallait qu’elle tienne, le temps qu’il regagne le territoire de la meute. Dents découverte elle se jeta sur Norman. Bien sur elle avait l’expérience de son côté mais il était plus jeune et surtout mieux nourrit qu’elle. Elle était assoiffée et cela jouait contre elle, pourtant elle lui arracha une épaisse couche d’épiderme qu’elle recracha aussitôt dégoûté. Elle échappa d’un bon à l’étreinte que Norman tentait de refermer sur elle. Son bond vers l’arrière la propulsa à la lisière des arbres, elle capta la lueur des grands yeux bleus du loup dans la pénombre.

    « Va-t’en Nate ! Je t’en supplie va t’en ! Je te retrouverais ! Va-t’en ! »
    « Comme c’est mignon la grande Ellana Van Dyke qui s’est éprit d’un cabot car c’est bien de ça qu’il s’agit n’est ce pas ? Tu es devenue faible à ce que je vois. »
    Elle lisait dans les yeux de Norman de l’intérêt, et il n’y avait rien de pire que de susciter l’intérêt d’un de ses siens, lorsque l’éternité n’est que source d’ennui, la moindre distraction est bonne à prendre… Jamais il n’abandonnerait. Lorsque Norman bondit elle ne chercha pas ç lui échapper, elle s’effondra au sol comme une poupée de chiffon, alors que résonnait distinctement à ses oreilles le bruit de la cavalcade feutrée de son loup dans les talus. Elle soupira de soulagement, il était en sécurité à présent. Et même lorsque les dents de Norman se plantèrent dans sa gorge elle ne cessa de sourire.

    […]


    « Je devrais te tuer » Cracha Declan, dans un nouvel excès de rage ses dents luisirent de venin.
    « Fait le Declan, qu’attends tu ? Que je te supplie ? » Répliqua t-elle sans même se débattre pour échapper à la poigne des deux nouveaux nés qui la maintenait à genoux. « Je ne t’ai jamais considéré comme supérieur à moi, j’aurais pu prendre ta place à la mort de Génésis, mais le pouvoir ne m’a jamais attiré. Ce qui comptait c’était ma liberté. Je suis libre, plus libre que tu ne l’as jamais été. La mort ne serait pas une fin, mais toi aurais-tu le courage de me tuer ? » Elle le provoquait pour qu’il craque, elle n’avait pas peur de la mort, la seule chose qu’elle craignait été que LUI meurt. Declan fit un pas en avant, Ellana sourit enfin il se décidait. La porte s’ouvrit soudainement sur Becca et Ellana gronda de dépit.
    « Declan ! Il faut que je te parle. » Il brillait dans ses yeux une lueur joyeuse qui effraya Ellana. Elle chuchota longuement à l’oreille du chef et plus elle parlait plus il souriait. Ellana sentit un grand froid l’envahir lorsque Becca quitta la pièce guillerette.
    « Conduisez la où vous l’avez trouvé. » Ordonna Declan aux nouveaux nés avant de se tourner vers Ellana. « Je te condamne à l’exil Ellana non pas par sympathie, mais parce que la mort serait une punition trop douce pour toi… Si jamais tu reviens, nous te tuerons… »

    […]


    Elle courrait encadrée par les nouveaux nés, la boule dans sa gorge se resserrait à chaque pas qu’elle faisait, le sourire sardonique de Rebecca la hantait, que cachait-il ? Soudainement les nouveaux nés se volatilisèrent, elle se retrouva seule au milieu d’une clairière familière. Elle sentit l’odeur du sang, une odeur chaude, trop sucrée pour être celle d’un humain, une odeur familière. Elle comprit qu’il lui était arrivé quelque chose à la seconde où elle sentie son odeur sans percevoir le bruit mouillé et rapide qu’émettait son cœur. Elle découvrit le corps du loup gris à deux kilomètres de là, l’odeur de la meute flottait tout autour. Ellana se laissa tombée à genoux, ses doigts agrippèrent convulsivement la fourrure maculée de sang, son visage se crispa reflet parfais d’une douleur indescriptible. Ses yeux la brûlaient, mais elle ne pouvait pleurer. La plainte qui s’échappa de sa gorge résonna dans le silence. A Babylon l’étrange mélopée émue les ombreux habitants déjà dans les rues à cette heure matinale. On l’entendit jusque dans les montages à l’est. Soulevant le corps dans ses bras comme s’il ne pesait rien elle se mit à courir.

    FIN FLASHBACK


    Ellana se releva d’un bond, provoquant l’effondrement de nombreuses piles de livres, elle se précipita vers l’appuie de la fenêtre, il fallait qu’elle court. Tennessee la saisit par la cheville alors qu’elle se préparait à bondir à l’extérieur, elle ne du qu’à se prodigieux réflexe de ne pas perdre l’équilibre, toutes dents dehors elle se retourna et feula tel un animal en colère.

    « Je peux la contrôler. Laisse-moi. » Elle se dégagea d’une secousse et plongea dans les ténèbres. Alexander fit irruption dans la pièce à la minute où elle toucha le sol. Tennessee se tourna vers lui avec sa grâce habituelle, déjà il entreprenait de ranger les livres sur les rayonnages.
    « Elle se contrôlera. Arrête de la croire faible. Elle a besoin d’être seule. » Mais comme toujours Alexander n’écouta pas….

    […]


    La nuit était tombée sur la ville depuis de longues heures, enveloppant ce monde endormi de son manteau noir. Prise d’une envie irrémédiable de sang frais, une soif et un appétit incroyable, la jolie blonde courrait, partant en chasse dans les alentours de Babylon, se perdant dans les montages à l’Est. Ses sens se décuplant toujours plus, en même temps que son instinct animal prenait le dessus sur elle, elle s’engouffrait dans cette forêt, à la recherche de son futur repas. Elle avait faim, et ses yeux noirs, s’assombrissant au fil des secondes, ne trompaient pas. Même en chasse, ses gestes se voulaient tous fins et délicats ; elle se mouvait avec une étrange grâce, et ce n’était pas ce pantalon de cuire noir, qui mettait certes ses longues jambes en valeur, qui l’empêchait de se déplacer à une vitesse incroyable. Elle était libre du moindre de ses mouvements, sa vue perçante lui laissant tout le loisir de courir à travers ce bois, dans cette nuit noire. Le silence, ses sens en alerte, sa faim qui la poussait toujours plus loin… La chasse avait toujours été le passe temps favori d’Ellana, celui qui lui vidait l’esprit, bien sur aujourd’hui elle ne chassait plus le même gibier, ce soir elle traquait un cerf. Toute à sa traque elle avait relâché sa vigilance sur ses instincts, c’est alors qu’elle les sentit. Un couple de randonneurs égarés. Elle dévia sa course sans même s’en rendre compte, trop allécher par l’odeur. Celle puissante du cerf s’effaça de son esprit, celle des humains était beaucoup plus alléchante. Elle se trouva à moins de cinq cent mètres lorsque l’image de Nate s’imposa à elle, elle avait perçut dans l’air l’odeur sucré de L’homme. Elle se figea brusquement, passant de la course folle à l’immobilisme complet. Il fallait qu’elle recule… Elle fit brusquement volte face et tomba nez à nez avec un grand loup brun… Nate ?
Revenir en haut Aller en bas
 
La lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vampire en avril
» Je recherche Vampire L'âge des ténèbres
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.
» Le coup de lune........
» le réveil.. qui ne réveille pas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK :: ▬ Saison Une & Deux; RP-
Sauter vers: