AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Est-ce que ton corps se bat comme le mien ? [Natenska]

Aller en bas 
AuteurMessage
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Est-ce que ton corps se bat comme le mien ? [Natenska]   Mer 14 Oct - 15:30



    C'était un jour triste et sombre, à l'image de tous ceux qui s'écoulaient depuis avril. Malgré la relative chaleur des jours d'été, aucun des êtres de son clan recomposé n'avait su ressenti la joie qu'apportait habituellement cette saison et les siens avaient plus encore fui le soleil que d'ordinaire. L'automne était passé sans un bruit et désormais, l'hiver s'était installé tout aussi silencieusement, recouvrant la campagne de son manteau neigeux. La journée du nouvel an n'avait pas été des plus joyeuses et les humains qu'ils avaient recueillis étaient transis de froid, laissant les végétariens déprimés de ne plus pouvoir ressentir ce temps glacial comme autrefois. L'ambiance était donc à la nostalgie et à la déprime, malgré le fait que le mois de janvier avait chassé la neige. Les exilés devaient maintenant patauger dans une gadoue qui les faisait glisser et multipliait les accidents.

    Ce matin là ne fit pas exception à la règle. La mine triste des habitants de leur camp improvisé n'apporta pas une grande joie à Léandre, qui s'extirpa d'une grotte où il avait passé la nuit à veiller sur une adolescente humaine qui avait échappé de peu à une attaque de Black Blood la veille. Ces derniers tentaient de plus en plus de les chasser, malgré le fait qu'ils aient des esclaves attitrés pour leur fournir leur dose de sang. A cette idée, Léandre eut presque un haut le coeur et avait donc surveillé la jeune fille durant des heures pour éviter une quelconque infection. Il était devenu calé en blessures plus ou moins superficielles ces derniers temps, et ne se félicitait pas d'un tel savoir. L'ignorance valait mieux que tout ce sang tentateur qui se répandait dans la forêt, le sang des innocents.

    Néanmoins, ce matin là fut encore plus douloureux. Léandre savait ce qu'il signifiait, c'était le dernier dimanche du mois et cette fois encore, il n'allait pas déroger à la règle. En même temps, c'était lui qui en avait décidé ainsi, lui qui avait préféré utiliser cette solution pour éviter aux humains de risquer leurs vies en s'approchant de Babylon. Ca n'était pas tellement pour lui plaire, mais il fallait savoir faire des sacrifices et ces neuf derniers mois, il avait bien compris le sens de ce mot. Il ne fut donc pas étonné d'être assailli par une horde d'humains en sortant. Leurs voix agitées se pressèrent de lui transmettre toutes les directives, et il ne tarda pas à se retrouver avec une besace pleine. Il soupira, adressa un sourire réconfortant à tous ces malheureux, puis partit en direction de Babylon.

    Le moindre de ses sens était en alerte. Il savait que la vigilance était de rigueur en permanence, alors c'était pire encore lorsqu'il tentait une excursion pareille. D'ordinaire, il emmenait volontiers Livia ou Pernille avec lui, pour leur changer les idées malgré le côté glauque de la chose mais cette fois, il avait comme le pressentiment qu'il fallait qu'il y aille seul. C'était très certainement stupide et infondé mais ces derniers temps, il avait pris l'habitude de se fier à ses instincts, même les plus saugrenus. Et pour l'heure, sur le chemin qui le menait à sa destination, Léandre n'entendait rien d'autre que le bruit quasi silencieux de ses pas sur la neige fondue. Il se focalisait néanmoins sur le moindre son, la moindre odeur qui pourrait surgir de n'importe où mais il fut étonné de remarquer combien la forêt était silencieuse. Même les oiseaux n'osaient plus sortir et chanter, comme endeuillés eux aussi.

    Léandre arriva relativement vite au cimetière de Babylon, mais décida de ne pas y trainer pour éviter une rencontre indésirable. Son flair ne lui signalait rien de dangereux aux alentours, mais il valait mieux éviter de tenter le diable - c'était le cas de le dire d'ailleurs. Il entreprit donc ce rituel macabre et se dirigea vers les tombes habituelles, déposant en face d'elles les offrandes et fleurs correspondantes. En effet, les humains de son camp désiraient sans cesse se recueillir sur les tombes de leurs proches, mais le danger alentour les en empêchait. Alors, comme un infime réconfort, Léandre se faisait leur messager et faisait l'aller-retour pour leur permettre d'avoir ne serait-ce qu'un minuscule lien avec leurs défunts parents. Il savait combien c'était difficile, il avait traversé cette épreuve mais il savait surtout qu'ils n'avaient pas besoin de pierre tombale pour faire leur deuil et se souvenir. Mais en des temps pareils, mieux valait éviter de les brusquer.

    Une fois chaque message transmis, Léandre prit un temps d'arrêt et se posta dans un coin de l'enceinte délabrée, à couvert pour éviter les surprises. Il prit alors le temps de penser, à tout ce qui s'était déroulé depuis avril et à la douleur sourde qui l'entourait chaque jour. C'était pénible, et aussi étrange que cela puisse paraître, sa visite mensuelle au cimetière lui faisait... du bien. Elle l'extirpait quelques heures de cette atmosphère pesante de peine, même si elle le ramenait à d'autres souvenirs violents. La perte de sa femme, son fils. Anne et Lysandre lui manquaient atrocement et s'il passait moins de temps à se morfondre, il n'en avait pas oublié oublié combien il était malheureux. Il baissa la tête quelques instants en signe de respect et par la même occasion, baissa sa garde quelques petites secondes. Qui furent de trop.

    Une odeur lui sauta aux narines. Il fut aussitôt sur le qui-vive, se figea et examina attentivement la senteur. Ca n'était pas un des siens, ni un vampire. Un humain donc, inoffensif à priori. Hormis peut-être cet arôme étrange qui flottait tout autour. du sang. Un chasseur? Non, un chasseur ne s'aventurerait pas aussi près de Babylon tout seul... quoique?

    Quoique.

    Son instinct reprit le dessus immédiatement malgré ce temps de latence où, fort heureusement, il était à couvert entre deux murets de l'enceinte du cimetière. Il ne se sentait pas d'attaque pour se battre mais le nouveau Léandre qui avait émergé de la bataille d'avril était prêt à défendre sa peau. Pourtant, il ne ferait pas de mal à ce chasseur si ce dernier ne se montrait pas agressif. Malgré tout, il ne pouvait pas se permettre de voir comment ce dernier réagirait, il devait agir le premier. il prit alors quelques secondes pour localiser sa cible et effectua un saut à une vitesse telle qu'il était persuadé que son adversaire n'avait pas eu le temps de réagir. Il le plaqua donc avec force contre le sol, posant son bras contre sa gorge pour conserver son avantage. Il remarqua alors qu'il venait de se jeter sur une femme. Peu importait, c'était sa vie qui comptait.

      - Chut. Je ne te veux pas de mal, je suis végétarien. Regarde mes prunelles, regarde. Elles sont dorées. Je n'ai pas l'intention de te tuer.


[J'espère que ça t'ira, je ne savais pas trop comment entrer en matière autrement]

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Est-ce que ton corps se bat comme le mien ? [Natenska]   Sam 24 Oct - 15:42

Un long mugissement se fait entendre. Il se rapproche progressivement jusqu'à devenir assourdissant aux limites du supportable. Lorsque finalement, il assourdit les personnes présentes, une légère secousse fait vibrer les éléments alentours, qu'ils soient vivants ou non. Elle s'intensifie et la pagaille s'installe rapidement. Puis soudain, tout s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Est-ce que ton corps se bat comme le mien ? [Natenska]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» figurine blood bowl sur internet (comme des troll de glace.)
» T'as quoi comme caisse ?????
» Renseignements sur Têtes et Corps OBITSU
» pour les débiles (comme moi :)
» ben un peu comme tout le monde... il passe de l'orange au vert, le nez clignote et ensuite, retour à

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK :: ▬ Saison Une & Deux; RP-
Sauter vers: