AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Angus Gallaghan (100%)

Aller en bas 
AuteurMessage
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Angus Gallaghan (100%)   Dim 26 Juil - 22:23

GALLAGHAN ; Angus
222 ans
Tortionnaire


BLACK BLOOD



I. Story left behind
      Date & Lieu de Naissance : Le 12 juillet 1751, à Dublin (Irlande)
      Date & Lieu de Décès : Le 23 novembre 1773, à Limerick (Irlande)


    Enfin de quoi dormir convenablement... il était temps ! Dans sa petite chambre volée, se situant dans la demeure d'une ancien riche de Babylon, Angus avait établi son domicile. Bien sûr, il avait mis à la porte sans ménagement l'être mortel et stupide qui du haut de ses 79 ans, avait tenté avec sa canne de le battre pour l'empêcher de squatter le petit manoir. Le vieillard n'avait pas survécu à la peur de se faire vider de son sang. Il était mort d'une crise cardiaque lorsqu'Angus l'avait menacé, un long couteau à la main. Il n'avait daigné boire son sang, la ranceur du liquide l'aurait écoeuré. D'ailleurs, à quoi bon conserver ses vieux débris dans leur précieux élevage ? Autant les achever pour les exterminer, voilà qui rendrait service à ses si délicates narines. Les rideaux étaient tirés, seul un feu de cheminée éclairait la pièce. C'était une vieille bâtisse mais qui ne manquait pas de luxe à l'intérieur. Elle avait un charme non négligeable avec son jardin, pas bien entretenu, le vieux shnock n'avait pas l'argent pour payer un jardinier, il faisait surement partie des radins les plus expérimentés dans l'art des lamentations. L'intérieur était plus agréable. Les tapisseries dataient du 19ème, elles étaient brodées par endroits de motifs effacés par le temps et s'apparentaient à du velours. Le sol était fait en parquet, avec quelques tapis ici ou là. Il y avait quatre chambres en tout, un grand salon et une cuisine. Si Angus avait pris cette maison là ce n'était pas hasard, elle était assez éloignée du centre ville. Et elle offrait une vue agréable sur la forêt, du moins quand il daignait ouvrir les rideaux. De temps en temps, il chargeait un humain, peu importe lequel de faire son ménage et d'entretenir le manoir. Il détestait la crasse, et maintenant qu'il avait possibilité d'avoir quelque chose de propre, il fallait en profiter. Enfermé à double tour, il tenait un livre entre ses mains blâfardes. Même sans lumière sa nature lui aurait permis d'y voir très bien. Ce livre était intéressant, il racontait une histoire semblable à la sienne et lui donnait de temps à autre quelques occasions de replonger dans le passé. Des moments intéressants mais parfois très douloureux, surtout lorsqu'ils abordaient l'amour. Angus avait subi une histoire bien triste, emplie de trahison et parfois lors de méditations ou de moments solitaires, loin de toute la marmaille vampirique, il se surprenait à vivre assez mal ce passage de sa vie...

    ***


    Journal d'Angus Gallaghan,
    Souvenirs du 23 novembre 1773.


    Le 23 novembre 1773 n'est pas un jour ordinaire. Non, c'est en effet le jour où j'ai tué pour la première fois. Et où je suis mort, trahi par celle que j'aimais et dont je croyais les sentiments réciproques. J'avais profité de mes droits, ceux qui me léguaient les propriétés de mon père, à sa mort. J'étais parti à Limerick, rencontrer la famille qui s'occupait du bien immobilier. Un père et sa fille, des gens ordinaires, suffisamment intelligents pour faire correctement leur travail et pour échafauder mon assassinat. Du début à la fin j'aurais été manipulé. J'aurais sans doute du me méfier, lorsque cet homme à l'air brave m'a accueilli avec toute la gentilesse du monde. L'altruisme et la bonté n'existent pas, ce ne sont que des apparâts d'êtres humains pour tisser des relations sociales, toutes plus inutiles les unes que les autres. Tôt ou tard, ami, femme ou même enfant finissent par ne voir que l'appât du gain et vous plante une douce lame glacée dans le creux des reins. J'étais jeune et riche, surement niais face à une première relation amoureuse et à des sentiments que je n'avais jamais connus, jusqu'au jour de mon arrivée. C'est drôle ce que l'on peut ressentir lorsqu'on entend la voix ravissante d'une belle créature. En y repensant, je me surprends encore à aimer l'odeur de la chevelure que colportait cette traîtresse. Mais diable, quel délice... Son premier regard m'avait coupé le souffle, il était si envoûtant. Ses prunelles bleues qui papillonnaient. Oh bien sûr qu'elle me charmait. Et ça fonctionnait, un homme amoureux est vraiment trop bête. Il est aussi manipulable qu'un pantin.

    C'est ainsi qu'après ébats torrides où la belle s'avéra très talentueuse, nous passèrent aux séances de roucoulements sous les arbres, à nous pelotter comme si nous étions deux peluches. L'amour rend aveugle, lorsqu'elle évoqua l'air innocente que son plus beau souvenir était la bague qu'avait sa mère autour du doigt, mon esprit naïf jugea alors utile d'accomplir son rêve, à peine avoué. Nous nous fianciâmes... quelle erreur ! Le père ne cachait pas son intéressement. Bien au contraire, c'est à peine s'il ne sautait pas de joie. J'ai commencé à me méfier de lui, il pouvait avoir des intérêts dans un tel mariage. Je n'étais pas idiot, un homme de son rang, un bouseux, paysan ne pouvait rêver que d'argent, de terres. Si je n'ai pas rejeté l'hypothèse du meurtre, à mon égard, je me méfiais de ses nouvelles tâches. Il prenait souvent un couteau avec lui, nettoyait son fusil fréquemment. Un soir, une dispute éclata car je lui avais demandé de nettoyer l'écurie, ce qu'il n'avait pas fait. Il m'avait défié sous mon toit alors que j'étais encore le chef de maison. Je l'ai regardé partir, tapotant comme pour se rassurer son couteau dans sa poche. Voilà qui était clair et précis. Je savais à quoi m'attendre, un jour ou l'autre, je recevrais cette arme blanche dans les tripes. Quel triste sort... pour préserver ma future épouse, je ne lui disais rien. J'avais peur de la blesser, de la rendre malheureuse. Son père était ce qui lui restait de sa famille. En y repensant, elle a du être la seule avec qui je n'ai pas fait preuve d'égoïsme.

    Le mariage eut lieu, et elle ne fit que récupérer mon coeur, qu'elle avait déjà acquis. Le pasteur m'avait fait jurer de la protéger, et de l'aimer, j'y étais prêt. Alors que nous consommions officiellement cette union, elle prépara le terrain, d'abord en me disant que c'était le plus beau jour de sa vie et ensuite en me précisant qu'elle n'avait jamais connu plus bel homme. De quoi flatter mon égo déjà assez bien dimensionné. Le lendemain, son père voulait accomplir la besogne. Je le savais... il voulait faire passer ça pour un accident mais j'étais prudent, je déjouais les pièges tranquillement. Ainsi, j'avais évité en une matinée, de glisser sur des marches savonnées, de boire et manger le petit déjeuner qu'il avait préparé, de déraper sur des épluchûres près des fenêtres du second étage, de prendre la porte de devant où étaient posés méticuleusement des clous pour me blesser et me faire tomber. Tout un tas d'embuscades osées, à la limite du génie. Mais je suis joueur de nature, j'aime m'amuser de cette façon, aussi, je pris un malin plaisir à me faufiler comme une anguille dans ses guet-apens. A la fin d'après-midi, il fut si énervé, qu'il ne cachait plus sa rage ni ses intentions. J'étais en train de brosser mon cheval lorsqu'il arriva, fusil à la main. Comme prévu, il glissa sur le crottin et tomba en avant, la tête la première sur la fourche que j'avais placée. Mais un dommage collatéral avait trouvé le moyen d'arriver. Dans sa chute il tira... je ne m'y attendais pas et je fus touché au flanc. Une douleur m'irradiait le côté, rien de grave, heureusement, mais à quelques centimètres près... par contre le cheval fut abattu, la balle s'était logé dans sa tête...

    Je regagnais la maison où ma femme m'attendait. Elle semblait surprise, sur le coup j'ai pensé aux coups de feu, mais maintenant, je sais qu'elle ne prévoyait pas de me voir revenir, autrement que les pieds devants... En silence, elle me suivit et prit quelques linges pour me soigner. Et alors que j'allais lui parler de son père et de sa tentative, je sentis un corps froid et dur pénétrer dans ma chair. Le temps de baisser la tête sur la lame qui me perforait le foie, et de poser mes yeux sur ma femme, je compris que j'avais été idiot. Je me dégageais comme si j'avais soudain pris conscience qu'il me fallait de l'air et de la solitude. Elle trébucha et se heurta la nuque sur une commode, mettant ainsi fin à ses jours. Un accident malheureux... surtout qu'elle venait de parvenir à ses fins... du sang sortait de ma plaie, comme une fontaine, je posais les linges dessus... mais je savais que c'était fini. La douleur m'irradiait, je me vidais malgré mes crispations pour me tenir encore en vie. Jusqu'au dernier instant, j'ai vraiment cru que l'heure était venue... j'avais de toute façon perdu une partie de mon âme... elle s'appelait Amour, elle avait à peine quelques mois.


    ***


    Il reparcourut ce journal qu'il avait ouvert, en parallèle du livre. Oui, il avait été niais, un lamentable humain. Mais depuis cet évènement, son coeur était devenu froid. Il avait tué encore et encore, des femmes, des hommes et même des enfants. Il torturait toujours davantage, pour continuer à extérioser cette douleur. L'amour et la sensibilité, à peine nées après une enfance difficile, avaient laissé la place à la rancoeur, l'amertume et la froideur. Il n'aimait plus personne, à part lui-même. Même s'il était immortel, il savait que parmi les sentiments les plus stupides qui existent, l'attachement était le plus ignoble à vivre. Pourtant... oui, pourtant... il se voilait la face. il y avait une personne pour qui il avait de l'attachement malgré toutes les horreurs qu'il pouvait commettre ou dire... Lisbeth O'Connor. Entre les deux vampires c'était une sombre histoire. Et tandis qu'il y repensait, il feuilleta son journal pour parvenir à la page correspondante. Une page où visiblement, il avait raturé un bon nombre de fois.

    ***


    Journal d'Angus Gallaghan,
    Souvenirs d'une rencontre intrigante.


    Hier soir, nous nous sommes livrés à une bataille sans pitié aucune contre les autres vampires. Ce fut un vrai massacre. Je faisais parti de ceux chargés d'exterminer nos ennemis avec Norman. J'ai tué plus que de raison, sans entendre les supplications de certains et les insultes des autres. Finalement, nous nous sommes retrouvé face à deux individus. Je connaissais l'une d'elle... Lisbeth... je n'a pu me résoudre à la voir mourir de nos mains... ni même à imaginer qu'elle périsse à la lueur de cette lune si blanche. Norman manqua la tuer, il l'avait à sa merci et allait lui donner le coup de grâce. Je suis alors intervenu en lui demandant d'arrêter. Il m'a regardé avec surprise mais il s'est exécuté. Lisbeth fut sauvée par un de ses amis, je suppose, je n'ai pas vu son visage assez longtemps pour y apposer un nom, je sais qu'il s'est très bien battu. Elle était sortie d'affaire, mais moi, pas. Je ne pouvais laisser Norman sans réponse, pas après ce qu'il venait de voir. Nous sommes amis, après tout. Je lui ai donc raconté, ce que j'ai caché depuis tant d'années à tous.

    J'ai rencontré Lisbeth le 20 septembre 1965 à Babylon. Elle était une jolie jeune femme de dix-sept ans. Je l'avais suivie des jours durant. Je la trouvais attirante. Son parfum plein de fougue et d'hémoglobine en ébullition m'avait plu. Je sentais le précieux nectar qui grouillait en elle. Insouciante et visiblement très naïve, je n'eus aucun mal à lui sauter à la gorge. Mais pendant que je buvais son sang avec délice, elle m'adressa la parole. Sa voix avait quelque chose d'indéfinissable... envoûtante intrigante. Elle me demandait de la transformer. De lui laisser la vie sauve pour qu'elle puisse devenir une des notres. Je ne sais pas pourquoi j'ai accepté. Sans doute parce que mon être était subjugué... étonné par l'animalité et le désir de cette humaine. J'ai malgré moi approuvé d'un signe de tête, la conduisant dans un endroit isolé où elle pourrait subir sa transformation sans se faire remarquer. Une chose m'a impressionné, outre son apparence physique surprenante, c'était le fait qu'elle connaisse notre existence. Et si finalement, elle n'avait rêvé que de cet instant.

    C'était trop tard, elle m'avait manipulé et le processus était enclenché... il me restait une solution, la tuer, définitivement en lui arrachant la tête. C'était le moment idéal, avant qu'elle ne prenne des forces surnaturelles... mais je n'ai pas pu. Il aurait simplement suffit que je déchaîne ma sauvagerie sur son cou... je l'ai regardée souffrir. Et je m'en suis voulu... sa douleur me fit de la peine, je la ressentais au plus profond de moi, me remémorant le jour où moi aussi j'avais du vivre cet instant. Elle m'appelait son "ange", son "délivreur"... dans quelle détresse avait-elle pu être pour en venir à ça ? Je ne savais rien d'elle... elle s'est évanouie lorsque la douleur a atteint son paroxysme. J'ai regardé le corps et je me suis senti idiot. Que faire maintenant, partir ? Après avoir ressenti quelque chose d'aussi surprenant ? Je venais de gâcher un repas, j'avais de quoi m'en vouloir ! Je me suis donc levé, j'avais fini ma veille, il me fallait une autre proie. Il fallait que j'oublie ce joli visage et cette voix chaleureuse cet évènement absurde et ignoble. Je partis, la laissant là, dans sa torpeur. J'espérais la revoir et qu'il ne lui arriverait rien quelle sorte à jamais de ma vie. Elle m'avait manipulé, j'en suis certain.

    Norman est resté songeur... et j'ai bien failli lui en vouloir de ne rien répondre. Je n'aime pas qu'on me sonde ainsi. J'ai invoqué le principe qui me liait à elle. Je l'avais créé, il était contre-nature que j'assiste à sa mort. J'ai alors conclu en disant qu'elle ferait un élément de choix dans notre clan. Il suffit de la séduire. Mais suis-je vraiment certain que le but de ma séduction est uniquement le renforcement des Sangs Noirs ?


Dernière édition par Angus Gallaghan le Lun 27 Juil - 1:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Dim 26 Juil - 22:23

    Angus pesta contre lui-même et ferma violemment son journal, qu'il jeta à l'autre bout de la pièce. Il détestait une chose : avoir ne serait-ce que quelques sentiments d'humanité encore ancrés en lui. Et quand il y repensait, oui, la séduction de Lisbeth avait un autre but, beaucoup plus profond... il n'avait pas peur de se montrer odieux, et terriblement distant avec elle, mais certains de ses actes le trahissait. C'était ça que Norman avait du voir. Fortement énervé à l'idée qu'il puisse montrer une marque de faiblesse, il se leva et s'approcha du feu. Que faire dans de telles situations ? Se déchaîner, il en avait besoin... et presqu'aussitôt après avoir pensé cela, un seul nom lui vint en tête... Glenn... son esclave attitré, nouveau jouet qu'il prenait pour cible de sa cruauté. Il avait exigé de son sang quelques instants auparavant, pour se rassasier. Et il en avait pris un paquet... nul dote que s'il demandait maintenant à son humain pitoyable, il s'énerverait... il suffisait defaire des remarques mal placées pour que ce sombre crétin lui parle mal et sorte de ses gonds. Voilà qui allait le détendre ! Il pourrait jouer à son activité préférée : la manipulation. Il ne manquait pas d'intelligence, ça c'était sûr et même certain. Son génie voulait qu'il se déchaîne avec tout un art bien à lui. Il ouvrit la porte de sa chambre et se dirigea vers le placard où il avait autorisé Glenn à dormir. Une chambre était trop grande et confortable pour cette râclure immonde. Il ouvrit la porte à la volée. Glenn était fatigué, il s'était allongé sur les couvertures à même le sol, et il n'avait pas aimé la brusquerie de son maître. Mais il ne dit rien, il savait combien il pouvait prendre mal s'il l'énervait. Angus le saisit par son t-shirt et le souleva pour le mettre debout, craquant légèrement son haut. Il le toisa et lâcha, de sa voix grave et ferme, légèrement sifflante :

    - J'ai faim !

    - Encore... ? Je me sens faible...

    - Je m'en moque, amène ta sale carcasse nauséabonde. Je ne tiens pas spécialement à toi, et je me fous que tu y survives. Tu n'es strictement rien qu'un pauvre loque qui se lamente. Tu m'appartiens, ta vie m'appartient. Même sur ça tu n'as pas pu garder le contrôle, te rends-tu compte seulement de ce que tu es ? Rien, strictement rien, je peux trouver des centaines de sacs à sang frais dans cette ville, me nourrir autant que je veux. Toi tu ne peux compter sur personne pour survivre... pas même ta famille. Les gens te détestent, ils te haïssent. Et ce ne serait qu'un plaisir et un soulagement pour eux que tu crèves comme un animal. Tu n'es qu'un animal... un vulgaire gibier sur patte. Tends ton bras !

    Glenn le regarda, la colère sur son visage. Un seul regard, de défi, qui informa Angus qu'il avait gagné à son petit jeu sadique. L'humain hésita une seconde de trop à s'exécuter, et il en profita. La gifle partit toute seule mais ce n'était pas une claque ordinaire, de fillette. Elle manqua assomer le jeune Leblanc qui tomba sur le côté. Les vampires avaient un poin positif pour eux, ils étaient forts et puissants dans les combats. De quoi profiter d'une puissance indiscutable pour torturer ce mortel. Il empoigna Glenn avec force, en le soulevant du sol. Ses doigts solidement serré contre sa gorge, il regarda l'être s'agiter pour récupérer de l'air et s'aggriper à son bras pour qu'il le lâche. Angus attendit que son visage devienne violacé pour le lâcher subitement et le faire s'écrouler sur le sol. Glenn reprit son souffle la respiration sifflante, une quinte de toux le prenant aux tripes. Son maître s'agenouilla et répéta :

    - Tends ton bras !

    En toute réponse, l'humain lui cracha au visage. Gallaghan ne cacha plus sa satisfaction. Il se leva, s'essuya et donna un coup de pied dans le ventre du malheureux, qui avait été trop impétueux. Angus le prit la jambe et le traîna, n'ayant aucun scrupule ni aucune pitié à le cogner contre les murs. Il l'emmena dans le petit salon, où il y avait une cheminée allumé. Il le propulsa violemment contre le mur le plus proche manquant lui faire un traumatisme crânien puis il prit le tisonnier, chaffé à blanc. Il posa le fer chaud sur la poitrine de Glenn et le regarda hurler quelques secondes. Il inversa le bout métallique, la partie brûlante consumant sa paume dans une fumée blanche. Le contact froid de sa chair sur le morcau rougeoyant agissait comme de l'eau. Il regarda Glenn dont des larmes de douleurs coulaient sur son visage, puis avec un air glacial, il lui donna un coup avec le manche du tisonnier sur le corps, en plusieurs endroits. Vite écoeuré par l'odeur de chair calcinée, il décida d'en finir plus tôt que prévu. Il propulsa le morceau de fer forgé contre son visage et l'assoma définitivement. Il se sentait mieux ! Il laissa le corps meurtri du jeune humain par terre, rangea tranquillement le tisonnier et regarda la chair de sa main repousser. Avec un petit sourire satisfait il retourna à sa chambre, en fermant la porte. Il aurait bien mangé mais l'odeur lui donnait envie de vomir, aussi, préféra-t-il s'abstenir.

    Il récupéra le journal, reprit place sur son lit et continua de feuilleuter. Dans le livre qu'il lisait il était question de famille... La famille, qu'est-ce que l'ouvrage pouvait bien entendre par là ? Il resta longtemps songeur, à se demander comment il devait voir sa famille. Peut-être que c'était ses géniteurs ? Ah mais là, il allait falloir remonter un peu plus loin dans ses souvenirs... au tout début. Et après deux siècles de mémoire, ça commençait à faire. Il avait beaucoup de chose dans sa tête qui le travaillaient, et ses souvenirs les plus anciens étaient très effacés. Il chercha dans son journal pour voir s'il avait écrit quelque chose à ce sujet, lorsqu'il était plus jeune. Rien... il fouilla dans la poche revolver de son jean et en sortit un portefeuille. Oui, il avait un portefeuille, c'était très utile pour mettre l'argent et aller chercher la nourriture des esclaves. Bien sûr, s'il n'avait d'argent, il volait. Il était allé quérir des vivres dans quelques villages autour. Rien de bien important, Declan n'aimait pas qu'on parte de Babylon... Dedans il y rangeait deux lames de rasoir, des faux-papiers et quelques notes sur un petit bloc. Il le sortit d'ailleurs, tourna les pages, et trouva ce qu'il cherchait. Parfois, lorsque relater des faits le mettait hors de lui, il écrivait rapidement sur ce petit bloc, car il n'y accordait que très peu d'importance. C'est un bric-à-brac de trucs parfois inutiles, de notes sur des proies, ce genre de choses. Il parcourut des yeux la toute petite feuille, n'ayant pas besoin de froncer les surcils pour mieux déchiffrer son écriture miniature, illisible...

    ***


    Calepin d'Angus Gallaghan,
    Souvenirs de famille.


    Je profite du fait que je m'en souvienne pour consigner ce fait, datant de mon enfance. Il y a quelques heures à peine, j'ai tué les parents de deux enfants : un frère et une soeur. Le père était mort depuis un paquet de temps, ou alors il était allé voir ailleurs... en tout cas, la veuve ou la cocue s'amusait comme jamais avec son amant. Ils étaient ivres, puaient la transpiration à dix lieues mais leurs phéromones sexuelles avaient aiguisé mon vorace appétit. Tandis que j'allais profiter de leur ébat pour me régaler, mon ouïe fine entendit une conversation familière. La grande soeur venait de battre son frangin à coup de pantoufle. Lui pleurait comme une madeleine, mais c'était couvert par le son de la télévision.

    Moi aussi, j'avais eu une famille dans ce genre. Mon père est mort j'étais encore tout jeune... il m'a laissé avec une mère alcoolique, dépressive et obèse et mes trois soeurs. Je n'ai pas connu l'aînée comme j'aurais voulu. Elle était trop occupé à s'envoyer en l'air dans ma chambre de bébé, pensant qu'à quatre ans, on ne voit rien... et que l'on entend rien. Elle est parti avec un noble volage qui lui a brisé le coeur un nombre incalculable de fois. Bien fait. La seconde, était aussi la plus peste. Une morue très moche avec un ignoble grain de beauté sur le bout du nez qui lui donnait l'ait d'une sorcière de Salem. Elle m'avait pris en grippe et comme cette fillette, elle me battait, me pinçait, me mordait, me faisait peur dans le noir, m'enfermait dans des pièces sombres ou me poussait dans les escaliers. Je la détestais. Elle s'est finalement suicidée un après midi, se servant de la poutre de ma chambre. Quand je l'ai retrouvé, j'ai vu sn regard vide qui semblait me dire merci. Je n'ai pu lui refuser cette politesse et je lui ai répondu "de rien", avant de récupérer mes affaires et d'aller dans une autre chambre.

    La troisième était si gentille qu'elle m'agaçait au plus haut point. Discrète, douce et sacrément chiante, elle m'avait mis de côté, pourtant. Alors forcément, lorsqu'à l'adolescence, je me suis coupé du monde familial et que je parlais plus à ce qui n'était que moitié de sperme égarée, elle est revenu, pour nouer un lien. Je lui ai dit que j'avais des choses plus importantes à faire et elle est partie. Elle a vécu jusqu'à 75 ans, en compagnie d'un homme fort charmant, paraît-il. Nous ne nous sommes jamais revu et elle a eu trois enfants, dix petits-enfants et vingt-un arrière petits enfants. Aucun ne porte le nom de Gallaghan, je suis le seul à l'avoir préservé. En voyant cette gamine tortionnaire, je me suis décidé à lui laisser un message très clair. J'ai vidé les deux sac à viande de leur sang puis j'ai pendu la mère à la fenêtre de la chambre de cette sale mioche. Lorsqu'elle est allé se coucher, j'ai entendu délicieusement ses hurlement de terreur de l'autre côté de la rue. Quel parfum agréable... la vengeance, même quand elle n'est pas adressée contre les vrais coupables.


    ***


    Il sortit habilement un trombone de sa table de nuit et joignit la page du calepin à son journal non sans un sourire. Certes, il y avait trop de choses sur sa famille à son goût mais la fin était tordante de rire. Du moins pour lui... et tandis qu'il feuilletait son journal, il s'arrêta sur une page écrite après avril 1973. Cette page... il savait que quoi elle parlait ou plutôt de qui... à l'évocation de son nom, il lui venait deux sentiments, opposés : la haine et l'admiration. Declan... c'était son chef, l'illustre chef du Clan Black Blood. Il avait un sacré caractère et une force considérable. Pourtant, Angus le méprisait autant qu'il lui portait du crédit. Un drôle de sentiment qu'il avait retranscrit sur cette page, il n'y avait aucune râture et c'était si bien écrit qu'on aurait pu penser que son auteur adorait ce passage... mais non... pas vraiment...

    ***


    Journal d'Angus Gallaghan,
    Avril 1973, peu de temps après la bataille.


    Declan est tout fier. Il a réussi son coup, le voilà chef de Babylon, désormais. Il a su mener ses chiens de garde à la bataille, et arracher la victoire autant qu'il a arraché de têtes. C'est un combattant valeureux, courageux, il s'est retrouvé seul contre six jeunes vampires, venus pour protéger les humains, mais est quand même parvenu à les maîtriser et à les anéantir. Lorsque la bataille a été terminée, il fut rapidement célébré en héros... en chef. Le clan Black Blood s'est donc emparé de ce dont il avait besoin. Il est sorti de sa torpeur de son coma pour enfin se mettre en action. Il était temps...

    Malgré son air supérieur et cette victoire, Declan va retomber dans sa mollesse de base, il va se reposer sur ses lauriers, polémiquer avec sa "compagne" pour des broutilles et asseoir son autorité, en comettant des actes violents mais marquants. Suis-je donc le seul à penser qu'il ne durera pas ? Il ne peut pas rester chef... car il ne suffit pas de combattre et de gagner, il faut aussi penser à la postérité des actes. Norman se moque de moi, lui non plus ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Declan est un incapable, il n'a pas la stature de chef. Il faut quelque de mon genre, qui n'a pas d'attachement et qui fera mieux. Je m'en sais capable, je sais que je suis voué à réussir.

    J'y parviendrais et dès demain, je mettrais en oeuvre mon plan pour récupérer sa place. Declan a l'âme d'un second pas d'un numéro 1.



Dernière édition par Angus Gallaghan le Dim 26 Juil - 22:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Dim 26 Juil - 22:24

    ***


    Angus referma le livre avec rage. Le lendemain, il était allé voir Declan mais n'avait rien dit, il s'était contenté de regarder les autres l'acclamer et le consolider dans son fauteuil. Si seulement il avait eu un quelconque soutien, si son clan le soutenait totalement, alors oui il aurait pu intervenir. En fait non... il cogna violemment contre le mur, faisant un petit trou sous l'impact. Il devait l'avouer, intérieurement... il était lâche. Trop lâche pour affronter directement Declan. Il voulait tout ce qu'il avait, mais que ça vienne naturellement... et bien entendu, ça n'arrivait jamais. Se battre contre le chef était chose folle, il le savait. D'abord parce qu'il l'admirait et ensuite parce que sa puissance était supérieure. Il avait beau chercher une faille, chaque fois, il se retrouvait seul. Pouvait-il prendre la place d'un rassembleur alors que la majorité de son clan l'ignorait superbement ? Non. Declan était intelligent, il savait mener sa barque. Et il le voyait venir... deux esprits se rencontraient, l'un allait devoir faire plier l'autre ou le rompre. C'était ainsi... Et à cet instant, comme un pendu qui tombe dans le vide, la voix de sa deuxième soeur, la peste résonna comme une vieille casserole qu'il se trimballait, réminescence du passé : "Tu aimerais bien m'achever n'est-ce pas ? Mais la réalité, petit blatte, c'est que tu n'as pas de couilles pour le faire !". Et tandis que le rire de sa soeur résonnait dans sa tête, Angus se leva brusquement, demanda en criant, le silence et sortit de sa chambre en claquant violemment la porte, sa haute silhouette et son air élancé s'évaporant dans l'obscurité du manoir. Au faisceau d'un faible raid de lumière, ses yeux bleus, ternis par la mort n'inspiraient qu'une haine froide... l'impuissance d'un orgueil blessé.


II. Secret words
    ▬ Le rêve le plus cher d'Angus de son vivant était d'avoir un enfant pour lui montrer les lacs du Connemara. Fille ou garçon il s'en moquait, il voulat jouer le rôle d'un père, qu'il n'a jamais eu.
    ▬ Il a failli mourir à cause de sa seconde soeur. Cette dernière l'a violemment poussé dans l'escalier. Il s'en est sorti avec une double fracture du bras que ça soeur en ensuite mutilé à plusieurs reprise. Il en garda pour sequelle une faiblesse qui disparut lorsqu'il devint vampire
    ▬ Lisbeth est la seule à qui il a donné vie en tant que vampire. Il termine toujours de boire une proie, sauf bien sûr si cela met son existence en danger. La jeune O' Connor a cependant eu un acte préférentiel, qui bouleverse leurs vies à tous les deux.
    ▬ De son vivant, Angus avait souvent des migraines. Pour les apaiser il utilisait des dérivés d'opium. Au fil du temps, il a pris une accoutumance à cette drogue. Aujourd'hui, il s'en procure en petit quantité pour son usage personnel, même s'il n'a plus mal à la tête. Personne n'est au courant, il vole des produits opiacés dans les pharmacies et les hôpitaux.
    ▬ Malgré sa haine et sa jalousie envers Declan, il serait prêt à tout pour lui. Il admire le chef comme beaucoup de ses comparses même si souvent il le conspue. Son attitude changeante lui vaut toutes les méfiances mais même s'il parvient un jour à avoir le courage de destituer Bowden, il s'avèrera incapable de le tuer ou de le faire tuer.
    ▬ Glenn a beaucoup de chance de l'avoir comme maître. Angus n'est pas réputé pour s'enquiquiner d'humains. Ils les tuent de sang froid dans aucun remord. Il estime le jeune homme pour son passé. Il le connait de réputation et partage sa vision de la cruauté. Cependant, ce n'est pas pour autant qu'il souhaite l'épargner.
    ▬ Sa couleur préférée est le bleu, comme ses yeux. En fait cela remonte à son enfance où le seul souvenir qu'il avait de son père était un bateau peint en bleu par ce dernier. Posé sur un support d'ébène, importé des Alpes, le bateau par son originalité, l'a toujours émerveillé.
    ▬ Il est arrivé à Angus de se nourrir de rats, au tout début lorsqu'il ne pouvait plus résister. Se considérant comme incapable de se contrôler et comme un jeune imbécile, il a peu à peu fait abstraction de ces détails. Pourtant, il n'y avait pas pire dératiseur que lui.
    ▬ Il ne sort jamais sans un couteau. Il a également un vieux colt datant de l'époque de son père. Il l'a utilisé une seule fois jusqu'à présent, pour abattre un chasseur...
    ▬ Quand il était jeune, Angus s'est fait tatouer une divinité de Madagascar sur l'omoplate droit. Le Dieu se nomme Angat et symbolise le diable. Depuis ce jour, Angat lui sert de surnom, parfois presqu'amical.


III. Open your mind
    Quelle est votre vision d'avril 1973 ?
      Avril 1973 n'a rien changé de spécial pour lui. Il a l'impression d'être un peu plus important alors que c'est faux. Vampire solitaire et mystérieux, Angus repousse plus les membres de son camp qu'il ne les attire. Peu ont vu sa façon de combattre et sa force non négligeable. En réalité seul Norman a pu le voir à l'oeuvre et peut-être que Declan en a eu des échos. Il n'empêche qu'il est toujours considéré comme un presque pariah par ses congénères. Cependant la bataille aura eu deux effets, qu'il nie en bloc. D'une part, ses sentiments pour Lisbeth semblent refaire surface et ça le dérange suffisamment comme ça. D'autre part, il retourne à une vie citadine avec un minimum de confort, chose qui lui manquait depuis le temps que le Sangs Noirs voyageaient en nomades. Le fait de posséder un esclave est nouveau pour lui et la méthode d'élevage des humains, pour qu'ils les asservissent le dérange un peu. Il préférait le temps des chasses à l'humain, à travers les rues pleines de brume et les forêts sombres tout autour de Babylon. Rien n'a changé niveau caractère, il veut toujours la place de Declan, plus que jamais mais n'a pas le courage d'aller la chercher. Simple remarque, depuis qu'il a tout le loisir de méditer dans son manoir, Angus n'a jamais été aussi observateur et éveillé. Son instinct de chasseur continue de vivre, et il n'exclut pas de traquer un humain qui tente de s'échapper et de le tuer comme il le faisait avant. Cela sans l'autorisation de quiconque, juste par pur plaisir...


IV. What are you hiding?
    Pseudonyme/Prénom : Alex
    Âge : 22 ans
    Fille ou Garçon : XY
    Célébrité : Chace Crawford
    Code du Règlement : code ok.
    Comment avez-vous découvert le forum ? Euh... ça date mais je fais un come back, dans la même peau en plus. Oui, j'ai du bol. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Lun 27 Juil - 11:22

Bienvenue cheers
la fiche est superbe. Shocked i'm in love with you
Revenir en haut Aller en bas
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Lun 27 Juil - 12:55

Merci. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Lun 27 Juil - 20:17

REEEEEEEEEEEEEEEEEEE. <3
Superbe fiche. i'm in love with you Pauvre Glenn. Et Declan s'en prend plein la figure. xD
Faut attendre la validation de Maëva comme c'est son clan. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Lun 27 Juil - 21:52

Sans problème.

Comme tu dis, pauvre Glenn.
Mais bon, ça va, généralement, là, j'ai juste voulu montrer à quelle torture il pouvait en venir sur son esclave. En temps normal, il piétine sa nourriture ou le pousse, ce genre de chose.

Là c'était vraiment pour montrer les limites (même si sa cruauté n'en a pas vraiment XD).

Ouaip, Declan en prend plein les dents. J'ai préféré passer du "Je" à 100% à une alternance entre "je" et "il" pour la narration. On peut mieux comparer la différence entre ce qu'Angus écrit, et ce qu'il se passe vraiment. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Mar 28 Juil - 20:34

Ce qui le rend d'autant plus flippant. Laughing
J'ai reçu délégation de Maëva donc je te valide avec un grand plaisir.
Bon jeu. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Mar 28 Juil - 21:14

Merci ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Mer 29 Juil - 21:29

Bienvenuuuue !
Superbe Fiche !

Chace
Revenir en haut Aller en bas
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Jeu 30 Juil - 1:58

Merci. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Ven 31 Juil - 23:50

J'ai beaucoup aimé ta fiche. =)
J'avais écrit un message mais il est pas passé. Enfin. J'aime beaucoup ta façon d'écrire. Il manque quelques mots par endroit mais c'est très agréable et ça montre bien qui est Angus.
Welc'. Wink

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Sam 1 Aoû - 15:15

Declan W. Bowden a écrit:
J'ai beaucoup aimé ta fiche. =)
J'avais écrit un message mais il est pas passé. Enfin. J'aime beaucoup ta façon d'écrire. Il manque quelques mots par endroit mais c'est très agréable et ça montre bien qui est Angus.
Welc'. Wink

Euh... Embarassed

Les mots en moins, c'est parce que je me relis pas souvent. Quand je me relis, j'ai l'impression de mal tourner mes phrases, alors je réécris. What a Face

Sinon, merci, je tâcherais d'y faire attention à l'avenir. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Sam 1 Aoû - 15:27

Re-bienvenue Monsieur le vampire sanguinaire ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Lun 3 Aoû - 23:00

Hiiiii meilleur ami! Very Happy Vais-je enfin en avoir un FIXE? Razz

Bienvenuuue!

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Mar 4 Aoû - 12:05

Ah attends, j'ai pu récupérer Angus qui me passionne comme perso, c'est certainement pas pour le lâcher ! Cool

J'ai eu du bol, là, surtout qu'avec Chace en avatar, j'imagine pas le nombre de personne qui ont du le prendre. Pour les fiches que j'ai pu voir, il est passé entre de nombreuses mains. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Sam 8 Aoû - 22:10

Oui assez Smile
Mais en tout cas, tu es celui qui l'a le mieux cerné jusque là.
La fiche est vraiment superbe, et bonne chance pour pervertir Lis' et l'amener du côté obscur de la force xD

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Angus Gallaghan

avatar

Masculin Nombre de messages : 229

Age : 30
Votre Prénom/Pseudo : Alex
Nourriture : Blood
Humeur : Épouvantable...
Date d'inscription : 25/07/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 222 ans
● Citation: La cruauté est le remède de l'orgueil blessé.
● Relations:

MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   Dim 9 Aoû - 2:08

Merci.

Je ne manquerais pas de la convertir. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Angus Gallaghan (100%)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Angus Gallaghan (100%)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: A STEP FORWARD. :: DO YOU DARE ? :: ▬ Welcome in Babylon-
Sauter vers: