AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 À la recherche du bonheur [ Pv Kale, à reprendre plus tard ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: À la recherche du bonheur [ Pv Kale, à reprendre plus tard ]   Dim 31 Mai - 23:13

    Andie ne supportait plus cette vie … Ce n’était pas être l’esclave d’un vampire ou devoir se couper les bras qui la faisait pleurer. C’était l’absence de son grand frère ! Kale n’était plus là, il n’était plus à ses côtés pour la protéger et la serrer fort dans ses bras si elle en avait besoin. Andréa était complètement seule dans ce monde noir et effrayant, les rues de Babylon n’étaient plus sûres et les vampires continuaient de s’enfoncer dans le sadisme le plus total. L’adolescente avait eu la chance d’être le jouet de l’une des moins folles de ces créatures de la nuit. Les scènes se déroulant dans la ville étaient comme un de ses pires cauchemars … Il y avait du sang, des cadavres et une odeur horrible. La peur se lisait dans tous les yeux et les rares humains encore en vie étaient devenus des pauvres victimes pitoyables réduites au silence. Andréa marchait dans les rues de Babylon, cette ville perfide et vicieuse qui la scrutait du coin de son œil menaçant. Elle sentait le vent caresser sa peau, s’infiltrer dans ses vêtements et faire voler ses cheveux. Ses bras lui faisaient mal, elle s’était encore faite saigner pour Rebecca ce matin-là. Andie regroupa rapidement ses cheveux et les attacha à l’aide d’un élastique, sa vie était un véritable désastre et cet enfer ne faisait que commencer. Dans ses yeux cependant se lisait l’envie de révolte et de rébellion !

    L’adolescente avait pris les premiers vêtements qui lui étaient tombés sous la main car aujourd’hui, elle voulait fuir ! Retrouver son frère et le serrer dans ses bras jusqu’à s’en faire mal … Kale lui manquait tellement, lui mais aussi tous les autres ! Elle devait lui annoncer le décès de leur grand-mère et le supplier de la pardonner. C’était de sa faute si cette femme courageuse et merveilleuse s’était sacrifiée et le pire était que cet acte avait été inutile. Dire une telle chose brisa le cœur de la jeune fille qui ravala ses larmes, refusant de pleurer dans les rues de Babylon. Elle se remémora une symphonie, un son entraînant et qui l’encourageait à prendre la fuite. Cette chanson parlait d’un mur … Un grand mur qu’il fallait détruire. Andie était vêtue d’une jupe noire et d’un pull-over trop grand pour elle, les manches étaient trop longues et à première vue ce haut appartenait anciennement à un homme. Andréa n’avait pas eu le temps de retourner chez elle. La demoiselle vit passer un duo de vampire, elle commençait à les reconnaître ! Ils avaient cet air de triomphe dans le regard et ils avaient la fâcheuse habitude de dénigrer les humains, de les malmener et de les faire souffrir. Les deux hommes passèrent autour d’Andie qui continua sa marche en pressant le pas, elle maintenait le menton haut.

    « - Tu dois te tromper … Par-là, chérie, c’est la forêt ! »

    En une seconde, le vampire s’était planté sur son chemin, une main appuyée contre le mur d’un bâtiment il avait plongé son regard azur dans celui de l’humaine. Il la considérait certainement comme une proie facile, un casse-croûte capable de les satisfaire assez longtemps avant qu’ils ne trouvent une autre source de sang chaud. Cela dit Andréa opposa une résistance ce qui était rare chez les humains ! En général, ils se faisaient tout petit parfois imploraient leurs agresseurs de les épargner or Andie voulait passer … Se frayer un chemin. Le vampire lança un rire qui retentit dans toute la ville, faisant frémir la demoiselle. Il l’attrapa sèchement par la gorge et la plaqua avec violence contre le mur tout en s’approchant doucement d’elle, ses lèvres effleurèrent le cou de l’adolescente pour ensuite remonter vers son oreille.

    « - Ne joue pas à l’insolente ! Tu risques de le regretter amèrement. »


    Le vampire était d’humeur joueuse, il n’avait pas faim car si c’était le cas il aurait exigé d’Andie qu’elle lui donne son sang. Ils n’eurent cependant pas le temps de continuer leur scène théâtrale car un troisième individu de la même race que les deux autres arriva, il susurra quelques mots à l’oreille de l’agresseur d’Andie qui la relâcha tout de suite. Leurs yeux se croisèrent mais ni lui ni elle ne prononça le moindre mot. L’adolescente était pétrifiée de peur, que lui réservaient-ils à présent ? Pourquoi avait-il ôté sa main si brusquement ? Que lui avait dit l’autre pour lui faire perdre son envie de jouer ? Andréa observa le deuxième vampire, celui qui était resté en retrait depuis le début, il partait … L’être démoniaque avait tourné les talons et se dirigeait dans la direction opposée. L’agresseur de la miss s’approcha à nouveau d’elle avec une rapidité qui la fit sursauter, il la plaqua une fois de plus contre le mur par simple plaisir, voyant dans son regard l’appréhension des évènements.

    « - Tu as de la chance, petite ! J’ai une entrevue avec quelqu’un que je ne peux rater … Mais je te préviens : Approche-toi de cette forêt et mes belles dents trancheront ton joli petit cou. »

    Il lui caressa délicatement la joue du doigt, lui fit un clin d’œil et se retira. Andréa soupira longuement de soulagement, elle avait échappé de justesse à la crise totale … Être prise au piège de la sorte était horrible ! L’impuissance à laquelle elle était réduite la stupéfiait, garder un air las était impossible. L’adolescente jeta un dernier regard à l’homme qui s’éloignait lentement, elle tourna ensuite la tête vers la forêt. Kale y était ! Là-bas entre ces arbres, prêt à l’accueillir à bras ouverts, prêt à s’occuper d’elle comme avant et à veiller à ce que plus jamais cet enfer ne recommencer. Andie releva la tête pour respirer plus profondément, elle avait besoin d’air et de calme pour faire son choix : Fuir ou rester. Les deux solutions comportaient d’énormes risques … Si elle fuyait mais qu’elle était retrouvée, elle passerait un très mauvais moment avec les vampires mais si elle restait son cauchemar continuerait encore et encore.

    *Je prends le risque !*


    Sans se soucier plus sérieusement de la menace du mystérieux vampire, elle reprit sa course mais cette fois elle fut bien plus prudente. La demoiselle évita de marcher dans la rue et se plaqua contre les murs lorsqu’elle entendait des vampires arriver. La forêt était proche, à portée de main … Comment cela pouvait-il être aussi facile ? Il devait y avoir un piège ! Quelqu’un la suivait lentement et dans l’ombre et lorsqu’elle franchirait la limite de Babylon, il se jetterait sur elle et aurait un bon prétexte pour la dévorer littéralement. Au risque de mourir sur place, l’esclave s’enfuit vers la forêt et là-bas étaient installés plusieurs vampires prêts à sauter sur les éventuels fugitifs. Andie fit alors preuve de beaucoup de patience, elle les contourna avec lenteur et trouva la faille dans ce petit groupe : L’un d’entre eux semblait bien gourmant … Il s’absentait sans cesse pour aller s’abreuver. Andréa avait trouvé sa possibilité de passage. Le vampire s’écarta quelques minutes pour réclamer du sang à son esclave posté trois pas plus loin. Andie poussa sur ses jambes comme jamais auparavant elle ne l’avait fais, elle se jeta ensuite dans un buisson pour échapper aux regards des vampires.

    Elle y était … Elle était dans la forêt ! Désormais il lui suffisait d’être discrète pour que les êtres démoniaques ne la voit pas et tout irait bien. Andie n’y croyait pas c’était donc si simple ? Impossible ! Des vampires étaient sur ses pas, c’était sûr. Une esclave reste une esclave à jamais … Elle sentit cependant une montée de joie et de liberté, l’enfer était fini ! Andréa repartit en courant et s’entassa entre les arbres pour fuir. Soudain, elle entendit un bruit derrière elle et ses espoirs furent réduits à néant … Alors c’était ça leur jeu ? Il laissait volontairement entrer des humains dans la forêt, leur faire croire qu’ils avaient réussi et cinq minutes plus tard, ils les rattrapaient. L’adolescente se sentit idiote d’avoir tellement espéré, elle ferma les paupières et inspira profondément. Sa punition pour s’être échappée allait être sévère … Rebecca serait peut-être indulgente ? Non … C’était tout de même l’une de ces créatures ! L’humaine redressa la tête, prête à défier du regard celui ou celle qui la ramènerait de force à Babylon.



Dernière édition par Andréa J. Pierson le Lun 1 Juin - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: À la recherche du bonheur [ Pv Kale, à reprendre plus tard ]   Dim 31 Mai - 23:59

      CHAPTER TWO;
      je sais la route est longue mais même au bout du monde,
      je te retrouverai, je reviendrai.
      Au delà des frontières, tes rêves sont mes terres, je veux rentrer ce soir.


***


    Encore une journée à patienter, à ruminer des plans tous plus invraisemblables les uns que les autres avec Blodwyn. Leurs rapports n’étaient plus froids, ils étaient congelés. Depuis la fameuse discussion dans la forêt, Kale l’évitait ou alors il n’abordait que le sujet de sa sœur. Etre en sa présence brûlait son âme, la tourmentait plus que de raison. Le jeune homme avait l’impression d’avoir fait machine arrière, quand il lui dissimulait ses sentiments sauf que là, même lui doutait d’en avoir encore –mensonge mais au combien salutaire. Le loup, même au milieu de sa meute, se sentait affreusement seul. Un regard à Carolyn lui fit prendre la pleine mesure de son isolement. Si seulement sa sœur était là, son Andie. Un long soupire s’échappa de lui alors qu’il serrait et desserrait les poings pour se calmer. Les larmes menaçaient une nouvelle fois de couler. Son père n’avait eu de cesse de lui répéter que les garçons ne pleuraient pas mais qu’est-ce qu’il aurait aimé lâcher la pression. « Où vas-tu ? » lui demanda un vampire. Kale lui lança un regard torve. « Là où ça me chante, laisse-moi passer suceur de sang » fit-il froidement. Le vampire l’observa avec hargne. Les tensions ne s’apaisaient pas entre eux, malgré les six mois de cohabitation forcée. Kale ne les supportait tout simplement pas. Un en particulier mais il préféra penser à autre chose. « Je t’ai demandé où tu allais. » répéta le suceur de sang en lui barrant la route. « Je vais prendre mon tour de garde crétin ! Qu’est-ce que tu veux que je foute à cette heure là ? »

    Bousculant la créature, il enfonça ses mains dans les poches de son jean, juste après avoir rabattu sa capuche sur sa tête. Le dos légèrement vouté, il s’enfonça dans la forêt, prêt à prendre son tour de garde. Pourtant, au lieu de prendre l’embranchement à droite, il prit celui de gauche, comme mu par une impulsion subite. Poussé par le vent, il marcha, marcha et marcha, alignant pied gauche après pied droit. Comme il aurait aimé rentrer chez lui, sourire à sa grand-mère, taquiner sa sœur pour la voir s’énerver. Puis, à la nuit tombée, monter sur le toit familial pour observer les étoiles. Il se remémorait les fois où Andréa le rejoignait en douce. Blottis l’un contre l’autre, ils veillaient tard dans la nuit, parlant de tout et de rien. Kale se souvenait également de la promesse qu’il avait faite à sa sœur : Toujours, il reviendrait vers elle. Peu importe la meute, peu importe les amours, la vie, il serait là pour elle. Cette promesse, il allait la respecter, coûte que coûte. Kale fit une petite pause, se rendant compte qu’une nouvelle fois, il s’était dangereusement approché de Babylon. C’était inconscient. Il savait pourtant que la route serait longue avant la délivrance de sa petite sœur mais il s’en foutait. Le jeune homme suivrait son instinct, prendrait son envol pour la rejoindre. Au-delà de cette frontière invisible, il la retrouverait, il la serrerait dans ses bras, il la ramènerait à la maison. Perdu dans ses pensées, il vit passer la chevelure caramel de sa petite sœur. Il pouvait la sentir, il pouvait la voir. Puis, elle disparut de son champ de vision, comme un mirage, le bouleversant.

    Kale ferma les yeux. Il devait prendre sa garde, assurer sa fonction dans la meute et dans le clan hybride. L’âme en peine, il baissa la tête, reprenant sa marche en coupant par un raccourci quand il la vit au loin, seule. Les battements de son cœur reprirent de plus belles, la flamme qui brûlait autrefois en son cœur se ralluma. Elle était si proche. Bêtement, il se mit à marcher vers elle jusqu’à accélérer à mesure que la distance se comblait entre eux puis, il s’arrêta brusquement. Le loup avait si peur d’être face à une illusion, comme dans son dernier cauchemar. « Andie » murmura-t-il alors qu’elle se retournait. C’était bien elle. Un peu plus mince, plus décoiffée que jamais –mais bien elle. Une boule se forma dans la gorge de Kale. Sa petite sœur, là. A quelques mètres. « Andie » répéta-t-il bêtement. Fermant les yeux puis les ouvrants dans la foulée, il espérait que sa sœur soit toujours là et ce fut le cas. Alors, prit par un enthousiaste sans borne, il courut vers elle, la serrant dans ses bras. « Oh Andie » ne cessa Kale de murmurer en baisant son visage. Son front, ses joues, ses paupières, il ne se laissait pas de l’embrasser et de la serrer dans ses bras. « C’est si bon de te retrouver » souffla-t-il en l’étreignant avec la force d’un naufragé qui vient de trouver une bouée de secours. « Si bon » . Le loup avait l’impression de renaitre, de sortir d’un long rêve insipide, de retrouver toutes les sensations. Elle était là, contre lui. Un rire nerveux s’échappa de lui alors que les larmes, libératrices, coulaient le long de ses joues. « Plus jamais, non plus jamais on sera séparés petite sœur »

    Kale revivait réellement à cet instant précis. Son cœur noircit par la colère s’ouvrait enfin à la lumière. Il n’avait plus qu’une seule loi en ce bas monde : Toujours revenir vers elle. Oh non, plus jamais, il ne la lâcherait. Il l’écarta tout de même légèrement de lui pour l’observer, pour se repaitre de ses traits. Un sourire heureux effleura ses lèvres alors qu’il posait son front contre le sien. Il était complet. Les Pierson étaient enfin au complet. Embrassant le front de sa sœur, il la serra de nouveau contre son torse, écoutant avec délice cette voix chérie, cette douce mélodie qui apaisait son âme. L’animal en lui grognait sa joie, comme si on venait de lui rendre sa terre.
Revenir en haut Aller en bas
 
À la recherche du bonheur [ Pv Kale, à reprendre plus tard ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Recherche] Technic 8292: l'élévateur à nacelle
» [Recherches] Recherche Bionicle 8942 Jetrax T6.
» [Recherche] Mctoran ou Matoran de Mata Nui
» [Recherche] Recherche pièce BIONICLE de Bohrok
» Recherche joueur ou club en Alsace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK :: ▬ Saison Une & Deux; RP-
Sauter vers: