AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Blake Widow • Don''t say that I''m freaky, ''cause i''m worse   Mar 12 Mai - 19:02






    © fay

    L'impatient fera des actions de folie.
    Et l'homme dissimulé se rendra odieux.




    Blake Widow
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    âge : vingt ans d'apparence
    occupation : aucune
    clan : Cruor Ac Corpus. Le fait qu'il soit \\\"nouveau-né\\\" le poussa à ne pouvoir intégrer que ce clan... Entre autre. Car la personnalité complexe et troublée de Blake ne lui permet guère de vivre dans un clan trop organisé et hiérarchique. L'anarchie des Cruor ne pouvait en vérité que le satisfaire.


      « Le patient n°923 ; Blake Prince Widow, a été soumis aux tests des médecins, et nous en retirons formellement que ledit patient est atteint d'une sociopathie légère qui se traduit par une tendance générale à l'indifférence vis-à-vis des normes sociales et aux codes culturels ainsi qu'aux émotions et aux droits des autres, souligné par un comportement impulsif. Son trouble de la personnalité est néanmoins pour le moment à surveiller seulement ; le patient a fait preuve d'une grande sérénité et d'une sympathie saine lors de son auscultation. Cependant nous n'éloignons pas la dangerosité du patient dont la vision du monde demeure altérée et trouble. En outre, les tests relèvent d'une tendance forte à la violence et au sadisme qui pourraient le révéler dangereux au vu de son absence totale d'empathie envers les autres. Blake a également été soumis au test clé du quotient intellectuel, et il en résulte un quotient de 180. Le patient possède donc des capacités intellectuelles plus élevées que la moyenne. Pour le moment, nous le jugeons dangereux de par les gestes impulsifs qu'il peut avoir, mais nous ne pouvons faire preuve d'autorité tant que le patient n'aura pas de nouvelles victimes à son actif. Nous jugeons néanmoins que Blake est tout à fait conscient de son état sociopathe.
      Dr Frederik Sanfield. »







WHAT ARE YOU HIDING ?


    Prénom/Pseudo : Tanya
    Age : poupoupidou (a)
    Sexe : F
    Présence sur le forum : 5/7
    Code du règlement : edit code ok.
    Nom et prénom de l'avatar : Ed Westwick
    Comment avez vous découvert le forum ? : via un partenariat (:
    Multi-comptes : nope
    Autre : un bug de FA m'a empêché de poster correctement ma fiche ce midi, j'espère que ça ira cette fois T.T


Dernière édition par Blake Widow le Mar 12 Mai - 23:57, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:02

      « 25 Avril 1953 ;
      Blake semble progresser de plus en plus dans le domaine de l'intellectuel. Le patient âgé de huit ans fait preuve d'une précocité reconnue qui démontre formellement que l'enfant est surdoué. Il a développé néanmoins en contrepartie une tendance certaine au sadisme, cependant nous pensons que des soins intensifs pourraient pallier cette tare. Au vu des témoignages recueillis par sa famille, Blake aurait également une vision du monde véritablement altérée, et ne ressent aucune culpabilité quant à ses actes vidés de toute empathie. Son père refuse encore de le soumettre à un psychiatre afin d'en trouver la cause, pour le moment nous ne pouvons établir ces traits que par des tests de la personnalité cohérents.
      Dr Frederik Sanfield. »


    -- Blake ? Où est le chat ?

    Le petit garçon ténébreux fronça les sourcils un instant, claquant sa langue contre son palais, agacé, avant de reprendre sa lecture qu'il jugeait passionnante. Penché sur un livre d'algèbre à en étudier la théorie de Cramer, il ne fit guère plus attention à son frère cadet dont la voix fluette parvenait jusqu'à lui, inquisitrice et énervée. La silhouette de Thomas passa alors le seuil de la chambre du petit garçon qui ne daigna pas lever son regard sur ce dernier. Il semblait dans son monde, complètement insensible à la présence agitée de son cadet qui fronçait les sourcils alors qu'il s'avançait vers son aîné.

    -- BLAAAAKEUUU où est Fluffy ?
    -- ... sais pas... fit-il dans un haussement d'épaules indifférent, son regard sombre toujours posé sur le livre.
    -- Si tu sais ! C'est avec toi qu'il était la dernière fois.

    Thomas tapa du pied au sol avec colère, son regard furibond posé sur son frère qu'il adorait tant, mais qui l'agaçait tellement aussi à ses heures. Taciturne, Blake tourna la page de son livre, trop plongé dans sa lecture pour daigner répondre ou même se soucier de l'inquiétude évidente de son cadet qui, alors, se pencha sous le lit afin de chercher la bestiole. Les murmures exaspérés du gamin cherchant sa bête de compagnie exaspérèrent Blake, qui alors leva sa voix plate et indifférente.

    -- Dehors sans doute. Mangé par le chien de la voisine, ou agonisant quelque part sur la route.
    -- T'es pas drôle , fit Thomas en serrant les poings.
    -- Je ne veux pas être drôle, je te propose des éléments de réponse.

    Blake haussa les épaules ; le petit garçon d'à peine huit ans pouvait être aussi odieux et froid que chaleureux et souriant ; un trouble dont son petit frère avait fini par vivre avec... son père un peu moins. Dans la famille, on n'évoquait guère la folie de l'aîné, il n'était pas fou, il avait seulement pour lui une attitude marginale et un comportement trouble. Par ailleurs l'on mettait ce fait sur sa précocité intellectuelle, son cerveau en perpétuelle ébullition l'empêchait de demeurer comme tout le monde. Du moins c'était en outre ce que son père ressassait sans cesse. Depuis le décès de leur mère, les enfants Widow s'étaient quelques peu refermés sur eux-même ; Thomas était devenu craintif et peureux, lui qui autrefois aimait tant se loger dans les arbres afin d'y jouer les aventuriers. Blake quant à lui, avait développé un côté sombre et froid, alors qu'on avait connu l'aîné que comme un enfant adorable et joyeux ; voilà qu'il devenait cynique. Les mauvaises langues du voisinage vinrent à en accuser leur père ; ancien soldat combattant, patriotique et quelque peu rèche, qui s'était rabattu sur l'alcool après la mort de sa tendre et bien-aimée épouse. En l'occurence, les voisins n'avaient pas tord ; Mr Widow était loin d'être l'homme parfait qu'il semblait être, et les deux petits garçons en pâtissaient. La perte de l'amour d'une mère, en échange de la violence d'un paternel, voilà qui faisait beaucoup en une année, pour les deux petits. Et si Blake se faisait battre sans mot dire, la mâchoire serrée et le visage froid, Mr Widow avait bien vite senti une étrange gêne lorsque le regard de son fils aîné fixait le sien avec intensité sous les coups cinglants de ceinture. Comme une provocation à aller plus loin, et à le battre à mort. L'étrangeté de l'aîné avait poussé le père à rabattre sa violence sur Thomas, malgré toute la protection que Blake pouvait avoir pour lui. En outre, si le trouble de la personnalité de l'aîné aurait dû les séparer, c'était bien tristement la violence du père qui les rendait si soudés, bien que les écarts sadiques de Blake demeuraient parfois trop violents et insoutenables. La preuve en était aujourd'hui, sous les yeux embués de larmes de Thomas qui finit par ouvrir le placard dans un grincement sinistre. Le petit garçon s'était figé, reniflant doucement et pleurant sur la mort de la boule de poils étendue morte dans le plcard étroit et sombre. Blake sauta alors de sa chaise, rejoignant son cadet sans jamais cesser de toiser la bestiole au cadavre raidi.

    -- Je voulais voir combien de jours Fluffy pouvait tenir sans boire une seule goutte d'eau. J'avais parié sur trois.
    -- T'es qu'un cinglé Blake...

    Le petit garçon reniflant alors avec plus d'intensité, tourna dès lors les talons non sans donner un coup d'épaules à son frère, s'éclipsant en vitesse de la chambre de son aîné. Ce dernier demeura de marbre, son regard intéressé et froid posé sur le cadavre de feu Fluffy, il finit par soupirer avant de retourner à sa lecture savante.


      « 9 Décembre 1957 ;
      La vision altérée du monde de Blake s'est avérée bien plus complexe et dangereuse que nous ne voulions le penser. Ce trouble l'a poussé à commettre un homicide qu'il ne semble pas même regretter. Les circonstances aggravantes de la folie du jeune garçon se réfèrent à un environnement de vie déplorable, nous soupçonnons très fortement Mr Dorian Widow avoir fait preuve de maltraitances envers ses enfants. Blake n'étant âgé que de douze ans, et atteint d'une maladie incurable, nous ne pouvons faire grand chose, si ce n'est que l'interner afin de tenter de le soigner.
      Dr Frederik Sanfield. »


    -- Ce n'était pas ma faute !
    -- Blake, c'est toi qui a pourtant noyé ton frère...
    -- Je ne l'ai pas noyé, il a arrêté de respirer.

    Le médecin en blouse blanche avisa le jeune garçon avec sérieux, d'un air grave et inquiet. Il ne releva pas l'atrocité des mots du petit garçon ténébreux, qui paraissait tant convaincu de l'innocence de son acte qui lui semblait anodin. Blake fronça les sourcils, dardant de son regard glacial l'homme lui faisant face et qui ne cilla pas. Pourtant, le jeune garçon malgré son jeune âge faisait preuve d'un charisme et d'une présence écrasants, il avait l'âme d'un leader derrière son étincelle de folie. Jetant un dernier regard assassin au docteur, Blake finit par se laisser enfermer dans une chambre sans mot dire, emplie de quelques enfants au comportement que l'on jugeait "inaproprié". Les jours passèrent, longs et interminables, sans que jamais son père ne vienne lui rendre visite, trop méprisant envers le seul fils qui lui restait, fuyant le regard inquisiteur des médecins également, mais Blake ne s'en souciait guère. S'occupant divinement au piano dont il était passé maître malgré son jeune âge autant qu'à ses lectures multiples, il ne vivait guère son internement comme un mal en soit. Ce fut par ailleurs sur place qu'il rencontra pour la première fois la belle et douce Katrina, s'avançant vers lui un sourire angélique aux lèvres, ses airs séraphins attirèrent le regard du jeune garçon.

    -- Salut. T'as fait quoi pour être là toi ?
    -- Il paraît que j'ai tué mon frère. Mais c'est lui qui a arrêté de respirer.
    -- Oh... je veux bien te croire, fit-elle gênée, tombant des nues sans le montrer néanmoins.
    -- Et toi ?
    -- Je ne veux plus me nourrir, alors ils m'ont enfermée ici pour me forcer.
    -- Pourquoi ? demanda le garçon ténébreux dans une froideur intéressée.
    -- ... J'ai plus envie de vivre. Enfin je crois.
    -- C'est stupide. Blake marqua une pause, l'avisant avec sérieux. On aurait pu penser que le jeune garçon lui ferait la morale, pourtant ce fut un tout autre discours qui s'échappa de ses lèvres. Si tu ne veux plus vivre, je peux te prêter la carabine de mon père, c'est plus radical.
    -- Trop aimable, rétorqua la jeune fille dans un léger rire face au sérieux de son camarade. Au fait, moi c'est Katrina McDonnel.
    -- Blake. Blake Prince Widow.
    -- Prince ... ?
    -- Je peux être ton prince, si tu le souhaites.

    La fillette avait sourit, alors que Blake la toisait dans un sérieux et une sincérité touchante. C'était les traits angéliques de la petite blonde, son parfum sucré, sa douceur et son sourire divin qui, étrangement, avaient attisé l'intérêt et la sympathie de Blake, lui qui habituellement demeurait si sombre et froid. La belle eut un rire amusé, avant d'hocher la tête d'un geste affirmatif. La recontre des deux enfants semblait avoir été écrite dans le marbre ; leur destin était à présent lié.


Dernière édition par Blake Widow le Mer 13 Mai - 0:56, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mayra Robinson

avatar

Féminin Nombre de messages : 533

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Lou
Multi-Comptes : Isobel Llobera

Nourriture : nourriture humaine.
Humeur : N'est plus que l'ombre d'elle même...
Date d'inscription : 29/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 18 ans.
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:06

Wouuuhouuhouuuuuu
Je l'attendais Ed' i'm in love with you

Bienvenu et bonne chance pour ta fiche Tanya !

En tout cas, j'aime beaucoup le début (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:08

Merci i'm in love with you
j'ose pas toucher à ma fiche pour le moment, ça me fait des choses étranges quand je l'édite Oo
mais bon je vais tâcher de finir ma fiche en soirée (l)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:12

Bienvenue !

Bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:20

Tout d'abord bienvenue.
Ensuite, même si ce n'est pas mon clan, je relève déjà une incohérence. Il ne peut pas faire parti des Cruor et être interne à l'hôpital (il n'y a d'ailleurs pas d'hôpital proprement dit à Babylon). Ils sont trop animaux pour vivre parmi les humains et avoir un comportement normal et maîtrisé. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:23

Eeeeed i'm in love with you

Bienvenue et bon courage pour la fiche ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 19:41

merci (l)
pas de souci, je vais arranger ça (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 20:00

Ouais un autre vert cheers
Bienvenue à toi =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 20:59

Hoho Ed' ! i'm in love with you
Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 22:06

Ed! i'm in love with you

Bon courage pour ta fiche Wink

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 23:31

Merci <<3
Fiche finie, mais je poste le reste ici, étant donné que ça ne rentre pas.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



      « 16 Mars 1962 ;
      Blake est toujours atteint des symptômes de la sociopathie, néanmoins ces derniers demeurent beaucoup plus légers. Son sadisme n'a pas refait surface depuis qu'il est sorti de l'hôpital au bout d'un an d'internement. L'attachement de Blake à cette fille est étonnante et fait preuve d'une exception rare ; incapable de ressentir des sentiments envers les autres, il semblerait que le patient se soit amouraché de Katrina McDonnel. A ses côtés, Blake retrouve un comportement absolumment basique et normal, il semblerait que son amante balaie tous les troubles du comportement de Blake. Serait-il possible que les sentiments aussi fort soient le remède absolu contre les troubles du comportement ? Je garde le dossier de Blake sous la main, afin de suivre son évolution. Car je crains que la perte potentielle de Katrina ne le fasse d'autant plus sombrer dans la folie.
      Dr Frederik Sanfield. »


    Elle, si belle et si pure, à la beauté lancinante qui faisait battre son coeur de pierre, demeurait sa raison de vivre. Abattus par un coup du sort qui les avaient menés à se faire enfermer comme du bétail entre quatre murs, ce fut dans cet épisode malchanceux et sombres qu'ils s'étaient pour le moins trouvés. Les amants ne s'étaient plus séparés, et chaque jour encore, Blake louait la beauté de celle pour qui il s'était épris. Loin de ses troubles trop gênants, loin de cette empathie dont, en théorie, il aurait dû faire preuve, se moquant bien du regard des autres, le jeune homme alors âgé de seulement vingt ans, l'avait faite sienne un mois à la brise légère de Mai. Jeunes mariés insouciants, goûtant à l'amour loin de ce monde trop lourd d'angoisse et de brutalité sans nom, Blake et Katrina s'étaient installés ensemble depuis peu, dans une maison en bord de mer, quelque peu délabrée mais suffisante pour les deux amants. De son regard à son sourire, de ses rires à ses lèvres, il n'y avait plus rien dont le jeune homme ténébreux n'était pas charmé. Il avait troqué son sadisme contre de la tendresse, son agressivité s'était éteinte au profit d'une sérénité sans nom ; elle était son addiction. Et en ce jour d'Octobre où le jeune homme s'était voulu romantique, il avait amené sa douce à l'orée de la forêt qui doucement, se glissait dans les ténèbres froides de la nuit.

    -- Tu m'emmènes où Blake ?
    -- Sur la colline. Le ciel y est si dégagé que l'on se croirait ailleurs. Pour t'offrir la lune, fit-il dans un murmure suave.
    -- Mais on dit... que la forêt est hantée. La moue étonnée et suprise de Blake poussa la jeune fille gênée à enchérir de nouveau. C'est vrai, il y a des gens qui s'y sont aventurés, et qui ne sont jamais revenus.
    -- Une bête à abattre. Ou bien des supersitions pour des simples d'esprit. Tu n'as rien à craindre.

    La demoiselle frissonna légèrement à la vue de l'orée sombre du bois, resserrant sa main dans celle de son amant, elle lui sourit néanmoins, soudainement soulagée par l'oeillade tendre de ce dernier. Les deux jeunes insouciants s'engouffrèrent alors, Blake marchait d'un pas assuré, le dos droit, la mine fière voire arrogante, Katrina avait toujours été attirée par son charisme sombre quand elle, demeurait trop douce. De longues minutes de marche, terribles pour la demoiselle dont l'angoisse s'intensifiait à chaque seconde malgré la présence rassurante de son amant, la jolie blonde tentait de garder son sang froid quand en vérité son palpitant s'affolait dans sa poitrine. Sentant les tremblements de sa douce, Blake se retourna vers elle, arquant doucement les sourcils.

    -- Tu veux qu'on fasse demi-tour Katy ?
    -- Oui... Je veux rentrer j'ai... tu as entendu ?

    Blake se stoppa, tendant l'oreille dans un calme olympien, un frémissement se fit effectivement entendre, brusque et soudain, ainsi que des bruits de pas rapides. Dans un premier réflexe, le jeune homme tourna la tête derrière lui, surpris ne voir que l'ombre mouvante d'une haut buisson, cependant lorsqu'il se retourna de nouveau, une silhouette délicieuse s'était postée tout près de lui, dans un sourire mauvais. Il avisa la femme lui faisant face, pourvue d'une beauté innommable et de prunelles noirâtres qui firent monter en lui une peur soudaine.

    -- Bonsoir, bel enfant.
    -- Katy ?

    Le regard sombre du jeune homme avait enfin dévié la délicieuse et énigmatique créature, se posant sur la silhouette de sa bien-aimée soudain assaillie par une autre ombre vivace. Les cris et les plaintes de sa douce lui furent insoutenables, aussi Blake n'hésita pas à s'élancer envers cet homme à la pâleur de cygne qui s'était emparé avec vivacité de la jolie blonde. Mais soudain, des mains fermes se posèrent sur ses bras, l'attirant vers l'arrière et obligeant le jeune homme à abandonner son élan héroïque. Néanmoins l'arrogance de Blake fit qu'il se refusait à se laisser aller à une quelconque peur ou faiblesse, il se débattait tel un démon, pestant contre la créature dont la force demeurait trop puissante pour lui. L'étrange femme à la beauté subjuguante s'était donc postée derrière lui, avant de se pencher au creux de son oreille et de lui avancer qu'elle le trouvait bien trop à son goût pour qu'elle ne le tue. C'est alors que cette désagréable sensation se fit sentir, indescriptible. La femme avait planté ses crocs, et déjà Blake sentait son flux vital s'extirper de ses veines, paralysé par le venin qu'elle lui injectait sans doute. Le vampire le lâcha alors, après de longues minutes interminables et atrocement désagréables, mais ce n'était rien comparé à la souffrance et l'atrocité de cette torture innommable qui suivrait alors ces trois jours. L'étrange femme avait fini par le ramener dans ce qui semblait être une demeure abandonnée quelque part dans le ventre de la forêt. Seule, elle avait laissé derrière elle son compagnon de traque avec la belle demoiselle appeurée. Les jours d'ignobles supplices passèrent, plus d'une fois le jeune Widow somma à son bourreau de l'achever. Il n'y avait ni peur ni supplique dans sa voix, seulement de la colère, de la rage, presqu'une once de folie, furieux de ressentir autant de souffrance en lui qui ne s'achevait pas. Si encore, il possédait une arme à feu sur lui, il n'aurait pas hésité à se tirer une balle pour ne plus endurer une telle douleur lancinante. Puis un soir, le mal avait diminué de lui-même, la douleur s'estompait peu à peu, il se sentait revivre, tout en se sentant différent. Cette nuit-là, l'étrange femme lui certifia dans un sourire qu'il avait passé l'étape cruciale, qu'il était devenu vampire. Incapable de répondre de lui même, Blake se leva du lit qu'il n'avait plus quitté depuis trois jours, chancelant légèrement sous la faim qui lui tenaillait l'estomac. Néanmoins la rage fut bien plus forte, il sentait en lui une puissance infinie qui s'acharna contre son bourreau, la projettant sur les murs avec une force telle qu'il lui aurait sans doute rompu les os, si elle ne demeurait pas inhumaine. Voyant les prunelles de Blake se dilater avec rage, la créature qui avait engendré ce nouveau vampire plein de fougue prit peur, elle ne sentait que trop qu'il allait pour la tuer. Voilà que la femme gracieuse venait de se rendre compte de son erreur ; l'humain qu'elle avait engendré avait pour lui un caractère fort et une rage bouillonnante. Et à présent transformé, ses instincts là s'en étaient retrouvés décuplés. La scène qui s'en suivit alors demeura des plus sanglantes, régi par la haine, la colère, la faim, la douleur de se voir condamné, Blake ne répondait plus de lui même. Une barre de fer soutenant la table branlante devint alors son arme de rage farouche qu'il abattit de plein fouet sur sa créatrice, pris d'une brutalité sans nom... Et ce fut elle qui cette fois, le supplia de le tuer. Ce fut chose faite lorsqu'après de longues minutes d'agonie, il s'employa à s'acharner d'avantage sur la créature, entachant les murs crasseux de sang. Bientôt, le corps sanguilonant du vampire fut entassé comme un pantin disloqué dans la cheminée, son cadavre partant en poussière dans une odeur nauséabonde. La mutation de Blake se fit alors dans la plus grande violence, et depuis ce jour le vampire garda pour lui les effluves ennivrantes de la cruauté morbide. L'amant ne retrouva jamais le corps de sa bien-aimée, portant encore en sa folie impulsive et meurtrière, son deuil lancinant. Par ailleurs, son premier repas ne fut autre que son propre père ; le glas froid de la vengeance avait sonné.





      « 15 Août Mars 1965 ;
      Les gros titres des journaux semblent confirmer mes craintes ; Blake Widow et Katrina McDonnel demeurent introuvables, on soupçonne un meurtirer en cavale qui s'en serait pris aux amants. Les corps n'ont jamais été retrouvés, et pour la première fois dans ma vie de médecin, je dois avouer que l'attachement à mon patient s'est vue trop intense. Fait qui peut-être me soulage, le cadavre atrocement mutilé de Dorian Widow a été retrouvé quelques jours après la disparition des jeunes mariés, dans son salon. La main de Dieu semble avoir frappé, en châtiment des atrocités qu'il a put commettre envers ses deux fils. Ainsi s'éteind donc l'entière famille Widow. Puisse l'âme de Blake trouver le repos. Je clos le dossier.
      Dr Frederik Sanfield.»


    Quand la peur nous assaille car nos doigts se rétractent de leur propre chef, c'est que l'âme est là, d'un fantôme muet, pointant son nez dans l'ombre. Et lui était là, fier enorgueilli d'appeurer ses victimes lorsqu'il le pouvait, lorsque l'appel du sang âpre était trop puissant pour ne pas y céder. En cette nuit qui aurait pu être des plus clémentes, bercée par la brise fraîche et portant en son sein bleu les rayons pâles de la lune, c'était pourtant lui, le vampire, qui assailli par ses propres rêves tourmentés ressentait les affres de la peur, de l'appréhension, de la tristesse et de la peine. Car il ressassait ses souvenirs d'humain, pénibles et lancinants, lointains également ; Blake se souvenait de son amour perdu. Depuis sa transformation, il avait erré de villes en villes, trouvant refuge dans les lisières sombres des forêts, se faisant atroce bourreau et meurtrier d'humains innocents devenus ses proies favorites. Au fil de ses rencontres avec quelques rares compères, Blake vint à apprendre l'existence de Babylon, qui demeura alors son dernier pélerinage. Là bas, le jeune vampire fut vite en contact avec d'autres créatures engendrées depuis peu, et c'est ainsi qu'il rejoignit le clan anarchique des Cruor, nourrissant une antipathie terrible et macabre envers les autres clans vampiriques. Sans aucune raison apparente ; car Blake resta toujours taciturne face à cette haine farouche. En vérité, le jeune homme n'accepta jamais sa condition de suceur de sang, attribuant la faute de sa nouvelle vie maudite aux plus Anciens, et se noyant toujours autant dans sa propre folie sadique qui s'était doublement éveillée.
Revenir en haut Aller en bas
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 23:41

Margaux (Lisbeth) s'occupera de toi dès qu'elle aura un peu de temps vu que tu postules pour son camp. Wink

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mar 12 Mai - 23:55

Ca me pose pas de soucis, je suis patiente , merci (:
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mer 13 Mai - 15:00

Très jolie présentation, vraiment =)
Et la musique i'm in love with you

Bienvenue chez les Cruors, tu es validé Smile

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   Mer 13 Mai - 15:43

Merci ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blake Widow • Don't say that I'm freaky, 'cause i'm worse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: ▬ Anciens membres; présentations-
Sauter vers: