AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't be scared. Come && See - 100%

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 21:16



© Jazzy.B

    Prénom & Nom : Edward O'Ryan
    Date & Lieu de Naissance : 17 Février & Londres
    Date & Lieu de Décés : 21 Mai & Londres
    Âge : 135 ans
    Clan : Ragnarök

    Spoiler:
     




Dernière édition par Edward O'Ryan le Mer 6 Mai - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 21:17


    « Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir »
    Citation de Théocrite


    Un vent glacial souffle sur la ville encore endormie de Londres, la figeant un instant. Je frissonne. De nature peu frileux, j’en serais presque étonné si mes doigts ne me faisaient pas autant souffrir. De toute ma courte vie, je n’ai jamais connus un hiver aussi rude à Londres. Je me suis trouvé un abris de fortune pour passer la nuit et même si mes parents étaient morts depuis maintenant trois ans, je n’étais vraiment pas prêt à les rejoindre. ( Une incroyable force de survie me possédait. ) Assis sur un vieux carton sur le pont, le vent s’engouffre violemment et sournoisement dans mon pull en laine et ma veste. J’essaie de frictionner mes doigts pour faire passer cette douleur atroce, mais en vain. La vie est de plus en plus difficile dans cette ville noire et bourgeoise où je me retrouve seul depuis pas mal d’année.

    Mon père me manque. Ma mère et son sourire bienveillant me manque aussi. Dans un moment tel que celui-là, j’aimerais qu’elle soit prêt de moi, me sert dans ses bras et me laisse s’asseoir sur ses genoux au coin du feu crépitant. A la mort de mes parents, lorsque je n’avais que huit ans, je ne suis pas resté longtemps à la maison. Une ou deux semaines, tout au plus. J’ai marché pendant des jours et des jours pour enfin atteindre la capitale britannique. J’avais décidé de partir de chez moi, car plus rien ne me retenait à présent et que mon avenir se jouait dès maintenant. La route fut longue et difficile. Je me souviens encore de mes anciens souliers complètement arrachés. N’ayant pas d’argent pour en acheter d’autres, ni les moyens pour les réparer, je dus me résigner à les porter, ce qui bien sûr me causa plus de mal que de bien sur ma route. En arrivant enfin en ville, je la découvris complètement subjugué. J’appris très rapidement à voler pour me nourrir et m’habiller, à subvenir à mes besoins.

    Quand le soleil apparut enfin à l’horizon, laissant ses reflets d’orange prendre possession de la ville, je me suis décidé à me lever et à me diriger vers le centre, en quête de nourriture… Mon estomac se contorsionne dans tous les sens, laissant échapper de longs et lourds grondements d’insatisfaction. D’un léger massage pour calmer son mécontentement, je me dirige vers le centre ville, d’un pas déterminé, bien résolu à manger quelque chose ce matin. Un nombre incalculable de gens se mirent à me bousculer sans que je ne mis attende me faisant presque trébucher.

    Je n’ai pas eu besoin de marcher bien longtemps. De là où je me trouve, un doux fumet de volaille vint me chatouiller les narines. Me faufilant dans la foule, avec la grâce d’un félin, je n’eus aucun mal à vole des fruits et du pain, cachant le tout dans ma veste. Puis, alors que je retourne sur mes pas afin de retrouver, ce que j’appelle, ma « maison », une étrange boutique m’attire. Je ne pouvais continuer ma route, il fallait que j’aille voir ce que c’était. Une fois que je fus devant la « vitrine », mon regard se mit à vagabonder d’un bouquin à l’autre. Je me souviens alors que mon père en possédait, lui aussi, avant. Ne pouvant lutter contre l’attraction que cette boutique avait sur moi, je suis rentré. Ça sens tellement bon dans cette petite bibliothèque que je ne peut pas m’empêcher de regarder tous les livres et les toucher. Décidant dans prendre un, je rangea le premier me tombant sous la main dans ma veste avec le reste de mes « trouvailles ». Plutôt confiant et sûr de moi, je me dirige vers la sortie. C’est au moment de passer le pas de la porte qu’une main de fer s’abat sur mon épaule, faisant tomber toute ma nourriture et le livre par terre dans un gras fracas. M’attendant à recevoir un coup, je mis mes mains au dessus de main tête par reflexe. Mais à ma grande surprise, le coup que j’attendais avec angoisse ne se fit pas ressentir. Ouvrant les yeux, j’ai remarqué que la main du libraire n’était plus sur mon épaule. Ecarquillant les yeux de surprise, je le vis ramasser mes affaires tombé au sol. Un doux sourire fendit son visage et de légère pattes d’oies se formèrent de chaque côté de ses yeux. Quand ce dernier se releva, il me tendit gentiment ce que j’avais laissé tomber.

    Lui. « Tiens, petit... Quel est ton nom ? »
    Moi. « Edward, M’sieur ! »
    Lui. « Et quel âge as-tu, Edward ? »
    Moi. « Onze ans. »
    Lui. « Et bien, quel grand jeune homme ! J’aurais certainement besoin d’un grand gaillard comme toi pour m’aider dans cette librairie… Avec tous le boulot que j’ai ici. Ça te dirait de travailler avec moi ? »

    Je le regarda éberlué, complètement sonné. Comment un homme qui m’a vu voler dans sa boutique voudrait de moi comme employé ? Encore sous le choc, j’ai mis quelques minutes avant de me décider à parler. Au revoir la rue, les vols pour survivre, et bonjour mon nouveau toit.

    Moi. « Oh oui, Monsieur ! Je serais vraiment heureux de travailler aec vous ! »
    Lui. « Tu m’en vois ravie, mon garçon ! Viens, je vais te montrer ou tu te logeras… »

    Je le suivis et voilà comment une nouvelle vie commença pour moi. Une vie pleine d’espoir et de rêve nouveaux qui s’offraient à moi.



    Les années passèrent auprès de cet homme. J’appris à mieux le connaître. Il s’appelait Ewen Littleton et depuis son plus jeune âge, son père lui avait transmis la passion pour la littérature. Il m’apprit à lire et à écrire, et par la même occasion, Mr. Littleton me transmit son amour pour les mots et les livres. Il ne m‘apprit pas seulement à écrire et lire, il me donnait des conseils, me disait de m‘ouvrir au monde et d‘aider son prochain si ce dernier désirait de l‘aide .Je l’admirais et le respectais énormément, si bien qu’il fut presque comme un père à mes yeux. C’était un homme bon doté d’une très grande intelligence et d’un esprit ouvert. Le genre d’homme avisé que l’on souhaiterait compter parmi ses amis.


Dernière édition par Edward O'Ryan le Mar 5 Mai - 22:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 21:18



« Il n'y a pas de mauvaise route, il n'y a que des mauvaises rencontres. »
Citation de Patrice Leconte



    Il faisait froid ce jour-là. Un temps devenus quotidien et même habituel pour les Londonien. Mais aujourd’hui, on pouvait s’estimer heureux qu’il ne pleuve pas. Après que j’ai eu finis d’aider Mr. Littleton, ce dernier décida qu’il serait temps que j’arrête et que j’aille prendre un peu l’air. N’ayant pas forcément envie de sortir par ce temps qui me déprime, Mr Littleton dut m’ordonner de sortir pour que je le fasse. Grognon, je me mis à arpenter les rues sans réellement avoir de but précis. Je saluais les gens dans la rue par politesse et pour montrer que Ewen Littleton avait bien éduqué son clochard. La nouvelle, il y a de ça bien des années, avait fais un grand bruit chez les habitants de Londres. « Comment ? Mr. Littleton aurait adopté un de ces voyous que nous rencontrons dans la rue ? Ce pauvre homme a surement perdus l’esprit ! » ou « Si j’étais lui, je verrouillerais tous mes coffres à doubles tours. » ou encore « Vous verrez, ce garçon lui planterait un couteau dans le dos, dés qu’il baissera la garde. ». Je n’avais que faire de ces vieilles pies. Ce qui me faisait de la peine en revanche, c’était Mr. Littleton. Il était un bon homme et ne méritait pas ce genre de commérage.

    M’arrêtant devant plusieurs enseignes, j’osais entrer dans les magasins. Ne sachant pas quoi faire, l’ennuis me gagna rapidement. Je m’arrêtais sur la place, m’assit sur un banc en regardant l’église, l’esprit vide. Une sorte de paix intérieurement m’envahit. Ce genre d’état ne m’était presque jamais arrivé et ça arrivait souvent quand je m’ennuyais ferme. Je m’évertuais à penser à quelques choses mais rien ne me vint à l’esprit. Au bout de plusieurs minutes, ne sachant toujours pas quoi faire de mes heures de libre, je me leva de son banc et continua à marcher.

    Alors que je passais dans une ruelle, un cris de détresse émanant d’une femme me tira de mes pensées et m’alerta. Me fiant à mon ouïe, je me dirigea vers la source de cette voix. Quand je fus enfin arrivé dans une autre ruelle, je remarqua au loin, un petit groupe de jeune s’agglutinant autours de quelques choses. Curieux, je m’avança vers ce qu’il regardait avec une trop grande attention à mon avis. A mesure où je m’avançais, je vis une forme distinct : Une jeune femme. Furieux qu’ils agressent ainsi une femme, je tapota l’épaule du premier avec décontraction. Une fois qu’il se retourna pour voir qui avait bien pus le toucher de la sorte, mon poing atterrit sur son nez, le faisant, au passage, saigner avec abondance. Dés qu’ils furent tous les trois partis, je me retourna vers la jeune femme. Elle était vraiment très belle et devait avoir à peu près mon âge, si ce n’est moins. Elle avait l’air apeurée et déboussolée. Voulant la rassurer, je me rapprocha d’elle avec douceur mais quelques peu distrait par sa beauté. Je remarqua son regard distant et je décida de briser la glace.

    Moi. « Eh bien, quelle franchise dans le regard… Je… Je veux dire es-ce que ça va ? »
    L’ange. « »

    Je ne savais vraiment plus où me mettre. J’arborais un sourire pour qu’elle soit moins apeuré. Lorsque j’avais ouvert la bouche, je remarqua qu’elle avait l’air de se reprendre car elle hocha doucement la tête et prit la main que je lui tendais.

    Moi. « Je m’appelle Edward... N‘ayez pas peur, vous ne craigniez rien, je ne vous ferais aucun mal. Ça va aller maintenant… Comment vous appelez vous, Mademoiselle ? »

    Lorsque je posais mon regard sur cet ange, à l’apparence d’une jeune femme, face à moi, je ne pus m’empêcher de penser que c’était à coup sûr le ciel qui l’avait mis sur ma route. Je me promis que je veillerais toujours sûr elle, quoi qu’il arrive. Le contact entre ma main et la sienne, me procura une brûlure. Non, pas une brûlure désagréable, une douce brûlure qui celait mon amour pour elle qui ne devait certainement pas être terrienne.

    L’ange. « Je m’appelle Louise… »

    Louise, Louise. Quel prénom magnifique. Il ne quitterait certainement pas mon esprit de si tôt. Il lui allait tellement bien, que je ne put m’empêcher de sourire lorsqu’elle me parla. A partir de ce jour, je sus que je voudrais entendre sa voix mélodieuse jusqu’à la fin de ma vie.

    ...


    On pouvait vraiment dire que la présence de Louise, à mes côtés, m’était vraiment bénéfique. Je n’ai jamais aimé autant quelqu’un de ma vie et quand Mr Littleton s’en est allé vers les cieux, après une longue et douloureuse maladie incurable, elle devint très vite ma raison de vivre. Plus rien ne me retenait à Londres maintenant. Je n’avais plus un sous, et je me retrouvais à la rue, une fois encore. Une irrésistible envie de voir le monde, voyager et devenir artiste s’empara de moi. Je voulais être mon propre chef, j’étais en quête de liberté et de beaux paysages. Bien sûr, faire tous ça n’avait aucun sens si la personne que vous aimez le plus au monde ne vous accompagne pas. C’est pour cela que j’en ai parlé à Louise, lui faisant comprendre que nous pourrions quitter Londres et aller à Paris. Bien entendus, si elle n’avait pas acceptée, je l’aurais attendus. Hors de question de la laisser ici pendant que je voyageais. Nous avions tous prévus. Le plan que nous avions mis au point était presque sans faille. Se retrouver à Minuit, sur les docks attendre l’autre et prendre le premier bateau pour la France. Tout était parfait, mais c’est là que tout avait tourné au désastre...


    « Les départs donnent souvent l'illusion d'une renaissance. »
    Citation de Jacques Languirand



    Il faisait froid. Un froid glacial était tombé sur la ville britannique endormie. Il ne faisait pas bon de sortir la nuit dans la ville de Londres. Mais aujourd’hui, c’était une nuit spéciale. Cette nuit, je devais retrouver Louise, pour que nous fuyons à Paris. Mes affaires empaquetées avec précipitations mais soins dans une valise, je sortis de mon abris de fortune. J’avais tellement hâte de vivre enfin pleinement mon amour avec Louise. J’avais la certitude qu’elle était la femme de ma vie. Celle qui devait me donner de l’espoir pour l’avenir, ce serait elle. Je ne tenais plus en place, une véritable pile électrique. J’étais tellement heureux et pressé de la retrouver. Mon cœur tambourinait à tout rompre dans mon corps, si fort que j’en eu presque mal. Je voyais déjà mon avenir avec Louise. Moi artiste, vivant de mon art pour subvenir à ses besoins. Peut-être le voyais-je trop bien… Alors que l’imposante pendule de l’église allait bientôt sonner minuit, je me dirigeais dans les ruelles et rues noires de la ville. Je n’avais pas remarqué qu’on me suivait depuis un bon moment, avant qu’une ombre se dessine face à moi. Fronçant les sourcils, je ne savais pas qui, ou quoi, ça pouvait être mais c’était merveilleux. Une beauté merveilleuse émanait de cette ombre anodine. Je m’avançais tranquillement vers cette dernière, entourée par cette brume peu rassurante.

    L’ombre. « Edward… »

    Avait-elle dis mon prénom ? Je n’en étais pas sûr, moi même. C’était comme un murmure. Sans comprendre, elle se retrouva face à moi. Je devais surement être encore en train de dormir. Une jeune femme se tint face à moi. La première chose que je remarqua chez elle était sa chevelure de feu et ses yeux d’un rouge éclatant. Mon regard ne pouvait pas s’empêcher de se poser sur elle. Un homme sein d’esprit se serait sauvé mais mes pieds refusèrent de bouger, comme s’ils ne pouvaient pas se décoller du sol.

    Un sourire carnassier, mais tellement séduisant, fendit son visage blanchâtre. Elle se rapprocha de moi et d’une vitesse incroyable, se retrouva dans mon dos. Elle m’observa avec curiosité. Elle devait certainement se demander pourquoi diable, je ne m’enfuyais pas. Quand elle posa sa main droite sur mon cou, mon pouls s’accéléra mais je ne bougea toujours pas, même sous le choc de ses doigts glacés sur ma peau brûlante. La rouquine se mit à parler très vite, ce qui rendait ses paroles incompréhensible pour une oreille humaine et totalement terrifiante. Qu’allait-elle bien faire de moi ? Je devais impérativement aller voir Louise, qui allait certainement s’inquiéter.

    L’ombre. « Vous êtes vraiment de drôle de créature, les humains… »

    Les humains ? Que voulait-elle dire par là. Qu’était-elle si elle n’était pas humaine. L’angoisse monta telle une flèche dans mon organisme. Il fallait absolument que je parte. Elle avait certainement dus le comprendre car elle se replaça devant moi pour me bloquer le passage.

    L’ombre. « Je t’ai observé longuement, Jeune Edward et je sens vraiment chez toi le potentiel idéal… »

    * Le potentiel pour quoi ? * aurais-je voulus lui dire mais ma bouche reste fermée et ma gorge devint de plus en plus sèche.

    L’ombre. « Ce que je vais t’offrir n’a pas de prix, alors apprécie le à sa juste valeur ! »

    Sans que je puisse réellement comprendre ses propos, elle attrapa mon bras. Je voulus me dégager mais sa main de fer sur mon poignet m’en empêcha. Ses doigts de glace m’emprisonnaient. Ses lèvres vinrent se poser sur mon bras et ses dents se plantèrent dans mes veines. Une douleur indescriptible transperça mon corps de part en part. La brûlure ne cessait de s’intensifier au fil des minutes, puis des secondes. Atroce torture, voilà les deux mots qui décrivait le plus ce que je ressentais. Trois jours de souffrances, sans répit, se sont écroulés avec la rouquine près de moi pour me veiller. A mon réveil, je ne percevais plus rien de la même façon mais je sus presque tous de suite que je ne devais plus approcher Louise, si je ne voulais pas qu’elle meurt.



Dernière édition par Edward O'Ryan le Mer 6 Mai - 18:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 22:14



    « Deux êtres qui s’aiment se rencontrent toujours »
    Proverbe Danois


    Deux ans ont passés mais mon amour pour cette jeune humaine n’a jamais pris fin, au contraire. C’est certainement pour ça que je m’évertuais encore à veiller sur elle de loin. Même si j’avais une soif intarissable de liberté ( et de sang ), je ne pouvais me résigner à la laisser seule dans cette ville hostile. Je n’osais pas non plus trop m’approcher d’elle de peur de me laisser aller à mes nouveaux instincts de tueur. Je voulais qu’elle m’oublie afin qu’elle puisse vivre pleinement sa vie d’humaine mais j’ai remarqué un bon nombre de fois qu’elle n’avait pas l’air heureuse ou satisfaite, ce qui me rendait malheureux par la même occasion.

    Un jour, j’appris qu’elle n’allait pas bien. Persuadé que les médecins humains trouveraient un remède pour la remettre d‘aplomb, je ne m’en suis pas trop fait pour elle. Puis, les médecins passaient et chacun diagnostiquaient une mort prochaine et particulièrement douloureuse. Ne voulant pas la voir mourir, je me rendis chez elle en prétextant être un ami très proche et voulant prendre de ses nouvelles, ce qui était en quelque sorte la vérité. On me fit entrer et lorsque que je me retrouva dans sa chambre, je la vis allongé sur le lit, avec des yeux vitreux et vides. J’avais peur qu’il soit trop tard et c’est pour ça que je me précipita vers elle avec toute la rapidité qu’on pouvait acquérir étant vampire. J’alla m’asseoir sur son lit et poser ma main sur la sienne. Ce genre de contact la surprise, si bien qu’elle retira vivement sa main. J’avais essayer de la rassurer en lui parlant mais rien à faire, elle ne disait. Serais-je arrivé trop tard ? Certainement pas ! Par un excès de colère soudain, je me suis mis à faire valser un meuble, qui s’écrasa dans un fracas pas possible contre le mur.

    Je ne voulais pas la transformer comme moi. Je voulais qu’elle vive comme j’aurais préféré le faire mais avait-il un autre moyen ? Voir autant de souffrance sur son visage me décida à rapprocher mes lèvres contre son cou pour procéder à la transformation. Elle serait sauve mais à quel prix ? M’en voudrait-elle ? Pour ne pas qu’elle se fasse mal en trop se débattant, je l’étreignit.

    Moi. « Je t’en prie… Pardonne moi, mon amour… »



    Nous avons énormément voyagé durant 133ans d’existence sur cette terre. J’étais certainement le plus heureux des vampires avec Louise à mes côtés. Elle m’apaisait et me rendait fou d’amour encore plus d’année en année, je n’imaginais pas mon existence sans elle près de moi. Nous nous nourrissions essentiellement de sang humain mais après que nous ayons tués un couple ayant une petite fille, nous avons décidés que ce n’était plus une vie pour nous, enfin surtout pour Louise qui refusa de s’alimenter après ça. Je faisais tout pour qu’elle se remette à se nourrir, mais en vain. Elle m’exposa ses pensées sur le fait que nous tuions des humains. La voyant dépérir, je décida d’aller me renseigner sur les clans de vampires. Un parmi les autres attira fortement mon attention, les Ragnarök. Il était tous ce dont nous attendions d’un clan. Nous ne mirent pas longtemps à rencontrer certains de ses membres et voilà maintenant une trentaine d’année que nous aussi faisons partis de ce clan de végétarien.


Dernière édition par Edward O'Ryan le Mer 6 Mai - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 22:51

Welcome on board =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 23:00

Rha, un Ragnarök adorable !

Bienvenue parmi nous Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 23:10

    Merci à vous Deux (:
Revenir en haut Aller en bas
Saphyre V. Roosvelt

avatar

Féminin Nombre de messages : 185

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : .bittersweet
Multi-Comptes : //

Nourriture : Le sang humain.
Humeur : Indescriptible.
Date d'inscription : 08/04/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 26 ans, dont une seule et pauvre année de vampirisme.
● Citation: « Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit : « Souviens-toi » » - C. Beaudelaire
● Relations:

MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mar 5 Mai - 23:27

Bienvenue ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 0:27

Bienvenuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 11:17

Bienvenue sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 20:06

    Merci à vous trois !
    Je pense avoir terminée ma fiche (:
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 20:15

Nepy s'occupera de ton cas dès qu'elle aura le temps Wink

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 21:36

Tout d'abord bienvenue,
Ensuite ta fiche est très bien. Tu as un bon style.
Toutefois, fais attention à la lourdeur et au flou de tes phrases en raison de ta conjugaison aléatoire. Soit tu écris au présent, soit tu écris au passé simple, soit tu écris à l'aimparfait mais tu écris tout au présent, tout au passé simple, tout à l'imparfait. Si tu ne le fais pas, ça rend la compréhension de ton texte plus hardu et désagréable. Le lecteur aime être sur une surface stable. Wink

et attention

Citation :
Celle qui devait me donner de l’espoir pour l’avenir, ce serait elle. Je ne tenais plus en place, une véritable pile électrique.

Une pile electrique ? Milieu XIXe ? Je ne crois pas que l'expression existait non. Laughing

Mais pour le reste, c'est bon.
Je valide.
Bon jeu parmi nous. Wink

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 21:38

    Merci, Nepy.
    Je vais faire attention pour tous ce que tu m'as dis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 21:47

Bienvenue!
Mince j'aurais préféré Paolo! Laughing

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   Mer 6 Mai - 22:06

XD Moi aussi mais Matthias est pas mal non plus =)
Bref contente que tu sois validé =3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't be scared. Come && See - 100%   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't be scared. Come && See - 100%
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: ▬ Anciens membres; présentations-
Sauter vers: