AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Praying For A Vampire [PV Leandre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Sam 25 Avr - 19:38

    Le lever du soleil a toujours été le moment préféré d’Emery aussi bien en tant qu’être humain qu’en tant que vampire. Il trouvait cela tout simplement magnifique. Ce synonyme de renaissance, de lumière dissipant les ténèbres de la nuit. « Oui, c'est comme ça, il y a des jours où l'on ne vit pas. - C'est comme ça, il y a des jours où rien ne va, - Des jours de plein soleil où l'on a si froid - Que les plus pauvres joies vous glissent entre les doigts. » philosopha le vampire en se remémorant la très pensée d’un artiste. Cela résumait tellement bien sa propre existence. Il ne vivait pas, il survivait dans ce monde hostile ou être équivaut à faire la guerre. Il y a des jours où rien ne va. Comme cette journée, où poussé par l’envie, le désir de connaître enfin la source de son obsession, il était arrivé à blesser un être humain. Des jours où même le soleil ne le réchauffe plus. Illusion de chaleur qui le laissait transie de froid. Exceptionnellement, en ce mois de mars, Babylon et ses alentours n’étaient pas sous l’emprise de l’orage et des nuages menaçants mais bel et bien sous la bienveillance de cet astre. Et enfin, il y a des jours où les plus pauvres joies glissent entre ses doigts. Emery aurait pu sourire face à cette chaleur mais rien ne le sortait de sa tourmente. Il ressentait encore l’odeur de cette femme, Carolyn. Le timbre cristallin de sa voix, la douceur de son regard et la tendresse de son toucher. Elle était en lui, l’imprégnant de sa délicieuse odeur. « SORS DE MA TÊTE » hurla-t-il au sommet de la montagne. Emprunt à une colère sourde il cogna dans un rocher, le faisant exploser sous sa force de nouveau né. Son regard voilà par la fureur, il ne distinguait rien d’autre que les dégâts qu’il venait de commettre. Alors, la tension le laissa pantelant au milieu des rochers.

    La sollicitude de cette femme l’avait touché comme personne n’avait réussit à le faire et il lui en voulait, désespérément. Pour quelle raison? Car elle ne devait pas lui faire ressentir des sentiments, il n’était qu’un monstre. Les paroles de cette autre humaine résonnaient encore dans son esprit, malgré que les jours passaient : « Tu n’es qu’un monstre ! » lui avait-elle balancé au visage. Ce jour-là, Emery avait usé de tout le self contrôle qu’il possédait pour ne pas l’égorger sur place, lui montrer qu’elle avait raison. Et depuis, il se tairait dans sa chambre. Son unique sortie se résumait à la chasse ou à observer Carolyn. De loin, de très loin. Se redressant, il posa un dernier regard sur l’astre qui renaissait de ses cendres et descendit de sa montagne, sautant de rochers en rochers pour s’enfoncer dans la forêt de Babylon.

    Emery marchait lentement, les mains dans les poches de son pantalon noir, sa chemise à moitié fermée baillait à chaque mouvement de son torse de marbre. Un fin sourire naquit sur ses lèvres en observant son environnement. Il se trouvait quelque part au milieu de la forêt, au milieu d’un rien. « Je suis au milieu de rien, et c'est là que je veux être. Je suis au fond de tout » murmura-t-il en scrutant la cime des arbres. Il aimait se promener en forêt, seul, livré à ses états d’âmes. C’est ainsi qu’il avait fait la connaissance de ce vampire. Leandre. Emery s’était montré défiant et désagréable à son contact mais comme à chaque fois, il se protégeait comme il le pouvait. Combien de fois avait-il vu sur le visage des membres de son clan, la perte d’un des leurs. Ils n’étaient pas soudés comme pourrait l’être une famille. Ils s’entre-tuaient mais il y avait une sorte de retenue quand un vampire mourrait des mains d’un ennemi. Peut-être parce que ça leur rappelait que personnes ne voulaient d’eux. Ni bons, ni méchants, juste des nuisibles.


    Le vampire ressentit alors cette présence familière. Il eu bon de garder pour lui cette phrase sarcastique « Quand on parle du loup, il montre le bout de sa queue ». Comparé un vampire à un loup n’était jamais bien perçu. Une autre guerre, d’autres enjeux. Leur monde ne pouvait-il pas vivre en paix? Ou justement cette paix leur faisait peur? Emery se tint donc sur ses gardes, scrutant les horizons pour savoir d’où viendrait l’attaque. Un peu paranoïaque mais comment faire autrement quand un ennemi approche car Leandre restait un membre d’un clan opposé. « Je sais que vous êtes ici Leandre » l’interpella-t-il. Aussi étrange que cela puisse paraître Emery continuait de vouvoyer les personnes. Un reste de son éducation sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Dim 26 Avr - 1:11

    Léandre n'aimait pas particulièrement croiser des congénères à l'extérieur du manoir. En fait, il n'aimait pas vraiment sortir mais ces derniers temps, Vilde et Livia, comme d'un commun accord, l'avaient poussé à aller s'aérer un peu. S'il avait au début opposé quelque résistance, il finit par céder à leur caprice malgré le fait qu'il n'avait pas faim du tout. Vilde lui avait d'ailleurs répondu qu'il serait bon pour lui de ne pas toujours associer la forêt à la chasse, et cet argument l'avait convaincu définitivement. Bon gré, mal gré, il était sorti au beau milieu de la nuit, vêtu d'un pantalon de costume gris feutré et d'un pull blanc. Livia lui avait volé sa veste de costume qui allait avec, juste pour qu'il se sente un peu plus relax. Ca l'avait vaguement énervé, mais l'air mutin de sa petite soeur de coeur l'avait en réalité amusé.

    Ce qu'il n'avait par contre pas prévu, c'était qu'il allait croiser le chemin d'un dangereux ennemi. Ca aurait pu être un Cruor, car c'était le genre d'espèce à vraiment toujours chercher les affrontements mais cette fois, ce fut bien pire. C'était un Black Blood. Léandre le connaissait vaguement de réputation et savait juste son prénom, Norman. C'était un sanguinaire sadique, un des mercenaires de Declan. S'il était facile de se débarrasser des Cruor, c'était plus difficile avec un Black Blood. Ils traquaient, tuaient pour le plaisir. Et vu l'éclat qu'il lut ce soir-là dans les yeux de Norman.

    Le combat fut lancé après un petit monologue de son adversaire qui se jeta sur lui. Léandre eut à peine le temps de se décaler pour esquiver le coup que déjà, Norman avait dégainé une de ses dagues et lui tailladait la joue. La blessure n'arracha pas un cri à Léandre qui se défendit du mieux qu'il pouvait. Mais le doux Ragnarök n'était pas guerrier, contrairement à l'ennemi qu'il combattait. Il se rendit alors compte que la ruse ne le mènerait à rien dans le cas présent et qu'il lui faudrait compter sur ses forces. Ce fut difficile et laborieux. Ses vêtements, désormais tâché de son sang noir, étaient déchirés à maints endroits. Son visage était écorché par les branches d'arbres qu'il n'évitait pas dans la bataille. Il blessait son adversaire, mais il n'avait pas d'armes blanches. Ses crocs lui furent d'une utilité limitée avec que Norman enchaînait les coups.

    Et alors que Léandre s'attendait à une mort certaine, le Black Blood s'immobilisa soudainement. A terre, Léandre aurait pu en profiter pour fondre sur lui, mais son esprit raisonnable lui dicta de se calmer et d'attendre. Et il eut raison. Queqlues secondes plus tard, les yeux emplis de rage, le sanguinaire s'enfuit sans demander son reste, abandonnant Léandre au moment même où il pouvait l'achever. Mais le végétarien comprit alors en sentant à moins d'un kilomètre la piste de deux de ses amis Ragnarök, Tennessee et Livia. Sans doute devait-il avoir eu peur d'un combat inégal. Soit, il était en vie et avait un peu du mal à s'en remettre.

    Il aurait facilement pu retourner auprès de sa petite soeur pour qu'elle lui panse ses plaies et le soulage un peu du poids de ses émotions, mais il refusait qu'elle ne le voit dans cet état. Il était Léandre Altar, le Ragnarök allégant et toujours propre sur lui. Touchant son visage, il sentit de nombreuses cicatrices qui entaillaient sa peau. Le sang suintait encore. Impossible de se montrer avant d'avoir nettoyé tout ça.

    Il prit la direction d'un plan d'eau et entreprit de réparer un peu les dégâts. Quelques plaies commençaient à peine à cicatriser mais pour le reste, la douleur restait assez forte. Jamais il ne s'était pris une telle raclée, et il en souffrait. Quelle cruauté que ces animaux, ces Black Blood...

    Et alors qu'il s'apprêtait à prendre le chemin du retour, il entendit un cri qui le sortit de ses pensées. Un cri déchirant, de douleur, de peine et de colère à la fois. Un cri qui déformait la voix qu'il connaissait pourtant, mais il ne le savait pas encore. Puis un bruit sourd, quelque chose de brisé. Léandre concentra son odorat sur cette direction et reconnut immédiatement l'odeur. Piqué par la curiosité, et bien que le vampire qu'il avait reconnu n'était pas spécialement amical avec lui, il prit le chemin de la montagne.

    Quand Emery entra dans son champ de vision, il était déjà en plein coeur de la forêt. Léandre ne mit pas longtemps avant de retrouver sa piste, le vampire ayant marché avec lenteur. Il se souvint alors de leurs quelques entrevues, brèves, et surtout de la première. Emery, nouveau-né au physique d'adolescent, s'était montré arrogant et méfiant. De la part d'un Cruor, Léandre ne fut pas étonné. Mais il ne l'attaqua pas. Ca, c'était beaucoup plus surprenant. Ils avaient un peu parlé, Léandre avait surtout écouté et avait senti une blessure chez Emery. Comme avec Tennessee, il semblait attirer par les vampires faillibles. Peut-être sans doute parce qu'ils étaient comme lui. Et Emery l'émut. Il était jeune, figé dans l'âge où l'on est pas encore un homme, et pourtant désormais immortel. Il était bien plus mûr sans doute que tous les adolescents du lycée où Léandre enseignait, mais bloqué à jamais dans ce corps trop étroit, interdit à se voir grandir. Ce paradoxe était étrange et intriguant. Emery était un personnage qui troublait et intéressait beaucoup Léandre.

    Au bout d'à peine quelques secondes, Emery se raidit et sembla guetter un geste. Il venait sans doute de pister l'odeur de Léandre, et s'adressa même à lui. Cette remarque arracha un sourire au végétarien, qui oublia alors totalement la douleur de ses blessures. Il ne fit pas durer le suspense et se montra face à Emery, dans une posture amicale. Il savait pertinemment que le Cruor ne l'attaquerait pas.

    - Emery.

    Il lui adressa un signe de tête et observa l'adolescent. Dans ses yeux carnivores, il lisait la douleur. Quelque chose le taraudait, il le savait, le sentait de son être, mais ne savait pas quoi. Et cette curiosité malsaine faisait qu'il se trouvait là, à cet endroit.

    - Emery, quand comprendras-tu que je ne suis pas hostile?

    *Et quand comprendras-tu que je veux te comprendre, pour mieux t'aider?*

    Néanmoins, il ne prononça pas cette phrase. Il refusait de braquer le nouveau-né car, après quelques rencontres maintenant, il savait comment il raisonnait. Et il était quelque peu caractériel semblait-il.

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Dim 26 Avr - 2:29

    La rage semblait décupler ses réflexes, le rendant incontrôlable, dangereux et pourtant, si on apprenait à le connaître, on ne pouvait que douter de ce constat. Emery n’était pas méchant, il luttait simplement contre une fatalité qu’il ne pouvait contrer. C’était inscrit, il était un vampire. Ce qui résultait le plus, c’est cette sensation de monstruosité qui émanait de cette nouvelle nature. Un monstre, il n’était qu’un misérable monstre. Autour de lui, les débris de pierre lui exposaient le danger qu’il représentait Imaginer utiliser sa force sur un humain, lui fit pousser un grognement. Non, il ne pouvait comprendre et ne comprendrait jamais Lisbeth. Son amie était devenue une créature sinistre de son plein grés. Comment? Pour satisfaire quel désir morbide? Question qu’il ne lui poserait jamais car quoiqu’elle dise, ils ne seraient jamais sur la même longueur d’onde. Le vampire quitta le champ de bataille, comme s’il n’avait foulé cette terre. De loin, on aurait pu le prendre pour une apparition mystique. Des gestes lents et emprunts de grâce, une démarche féline et fluide. Cependant le plus marquant était la nostalgie et la tristesse qui se dégageaient de ses traits. Son expression figée entre colère et désespoir. Tel était Emery R. McHunt. L’ombre d’un homme à jamais condamné à jouir d’une jeunesse éternelle. Quelle ironie quand on y réfléchissait. Les Hommes se tuaient au nom d’une chimère : l’immortalité. Nombreuses étaient les quêtes allant dans ce sens et lui, il n’avait rien demandé, rien recherché et on l’y avait condamné. Comme il aurait aimé retrouver voir tout simplement savoir l’identité du vampire responsable de son calvaire. A ce moment que lui ferait-il? Libérerait-il toute cette violence en lui? Cette colère? Cette soif de vengeance? Peut-être bien, ou peut-être pas. Tout ce qu’il comptait, c’était les nuits et les jours d’agonie. Cette incessante remise en question. Emery donnerait tout ce qu’il possédait pour redevenir humain, ne serait-ce l’espace de quelques secondes pour pouvoir serrer à nouveau ses parents, son frère et sa sœur. De pouvoir rire et pleurer avec eux. De les rassurer. De les côtoyer sans être un danger mortel. D’être tout simplement lui.

    Simplement lui. Un homme piégé dans le corps d’un adolescent pour l’éternité, condamné à être perçu comme une personne étrange par les habitants de villes qu’il côtoierait. Emery était passé brusquement d’une vie dorée, pleine de rêves, d’ambitions, de promesse à une existence noire, chaotique, emplie de cauchemars éveillés. Tout ce qu’il désirait, c’était un peu d’espoir, un peu de lumière. Carolyn brillait près de lui, mais sa lumière l’aveuglait, le brûlait. Elle lui montrait à quel point, il était faible, à quel point, il était différent. « Suis-je condamné à être seul? » pensa-t-il. La solitude qu’il affectionnait tant, son refuge depuis sept ans, devenait au fil du temps une hantise. Vous vous imaginez vivre une éternité sans la douceur d’une étreinte, sans une présence pour vous apaiser, sans la force d’un amour? Non, lui, il ne voulait même pas y songer. Mine de rien, malgré sa froideur, Emery restait une personne avec des sentiments et cette façade qu’il se donnait, n’était rien d’autre qu’une protection. Dwight l’avait ébranlé, l’avait touché mais elle résistait envers et contre tous. Qui saurait y mettre un terme? Briser sa carapace d’indifférence, de défiance.

    Le vampire laissa échapper un soupire hautement futile -il ne respirait plus depuis longtemps; Cette promenade le déprimait. La nature lui avait toujours offert un cadre salutaire. Tout ce vert, la couleur de l’espoir, les arbres donnant l’impression de toucher le ciel. Cette végétation l’apaisait mais aujourd’hui, Emery avait l’impression d’étouffer, d’être constamment menacé. Cette sensation désagréable empira quand il sentit sa présence. Leandre. Un vampire, un ennemi qui ne se comportait nullement comme tel. Emery ne savait sur quel pied danser. Était-il un ennemi ou non? Qu’attendait-il de lui? Voulait-il l’endormir avec de belles paroles pour mieux le tuer? Lui prouver qu’il n’était rien qu’un nouveau né? Ce statut même le mettait en danger. Personne ne voulait d’eux. A jamais vu comme une menace, ils devaient faire attention aux moindres paroles, moindres gestes. Pourtant, il se sentait attiré par ce vampire au charisme indéniable. Comme avec Declan mais pas pour les mêmes raisons. Le Black Blood l’attirait par cette aura de danger et de pouvoir. Leandre respirait la sagesse et l’espoir. Une espérance d’un autre mode de vie, que tout n’était pas destiné à être figé. Que malgré le statut de vampire, il pouvait changer. De vie, d’alimentation, de façon d’appréhender cette éternité. « Je sais que vous êtes ici Leandre » l’interpella-t-il un peu au hasard. Enfin, le vampire se montra. Si Emery fut choqué de son état, il ne montra rien, conservant cette posture défensive.

    Pourtant, à l’intérieur, une foule de questions se bousculaient. Comment? A cause de qui? Sans se l’avouer, il s’inquiéta pour lui, peut-être parce que des le début, Leandre l’avait traité correctement, ni en allié, ni en adversaire. Toutefois, le vampire conserva l’état d’esprit d’un combattant. Il ne devait se laisser attendrir, ne pas sous-estimer les ressources de son opposant. « Emery. » le salua-t-il suivi d’un hochement de tête. Ce dernier eu l’impression d’être scruté au plus profond de son être. Désagréable perspective. Il se sentait mis à nu, vulnérable. L’envie de le rabrouer, de faire preuve de méchanceté le titilla. Tout pour ne pas être soumis à ce regard scrutateur. « Emery, quand comprendras-tu que je ne suis pas hostile? » poursuivit Leandre, dans une attitude posée et sereine. Emery se détendit imperceptiblement. On ne savait jamais. « Que.. Que vous est-il arrivé? » osa-t-il enfin poser sa question, sans toutefois oublier de poursuivre sur un ton plus cassant « Vous recherchez à vous venger sur un nouveau né? C’est pour cela que vous êtes là? »

    « Idiot » se traita-t-il mentalement. Même sa répartie l’abandonnait. N’avait-il rien de mieux a dire que cette piteuse attaque? « Pourquoi? Pourquoi vous n’êtes pas comme les autres? Pourquoi agissez-vous ainsi? ». Cette question l’obsédait depuis des semaines. Depuis leur première rencontre à vrai dire. Leandre restait toujours calme même quand il se montrait désagréable. Cela frustrait Emery qui n’était pas habitué à ce genre de comportement d’un ennemi. Le besoin, l’envie d’en savoir plus se faisait ressentir, toujours plus forte. Plus présente à chacune de ses apparitions. Le vampire tenta de s’approcher mais on sentait qu’il n’osait faire un pas. Dans son regard, on pouvait lire une sollicitude cachée derrière cette barrière de glace.
Revenir en haut Aller en bas
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Dim 26 Avr - 3:03

    Léandre était la preuve vivante et incontestable qu'on pouvait rester humain tout en étant un vampire. Passé le premier stade de l'animosité, tout vampire était capable de se contrôler, si tant est qu'il en avait l'envie bien évidemment. C'est ce que Léandre avait fait. Il en éprouvait une sorte de fierté sourde qu'il n'exhibait nullement, car la plupart des Ragnaröks avaient accompli le même exploit seuls. Mais ce qui le rendait un peu plus humain encore, c'était cette faculté qu'il avait à s'intéresser aux autres. Si le clan des Ragnaröks était le plus soudés des trois régnant à Babylon, la majorité de ses membres restait relativement égoïste. L'instinct de survie et un soupçon d'égocentrisme les poussait, semblait-il, à ne pas s'attacher. Dès que quelqu'un se montrait hostile, ils montraient les dents, point barre. C'était le pure loi de la jungle.

    Mais Léandre n'était pas comme ça. Emery en était d'ailleurs la preuve. S'il ne lui avait pas sauté dessus, il lui avait parlé de façon purement désagréable. Pour autant, Léandre n'avait pas sorti les crocs et n'avait pas fui. Il était resté face à lui, intrigué par le personnage, par l'aura de mystère qui l'entourait. Le sixième sens de Léandre semblait aiguisé pour repérer les personnes qui en valaient la peine. Il n'avait eu aucun mal à sympathiser avec Livia et Vilde, et il évitait soigneusement ceux qui marmonnaient dans son dos. Quant à Tennessee, il voyait en lui une personne d'une grande bonté qui lui renvoyait sa propre image d'homme blessé. Peut-être était-ce un peu du masochisme. Ou alors un cœur un peu trop grand qui poussait Léandre à s'intéresser à l'âme de certaines personnes.

    Bien que Léandre ait tenté une approche particulièrement douce et calme, à son habitude, Emery semblait toujours aussi angoissé. Mais, chose qui n'était jamais arrivée jusqu'alors, il se soucia de Léandre, le ramenant à l'affrontement qui s'était déroulé il y avait à peine une heure. La douleur se fit de nouveau ressentir dans le corps du beau végétarien. Néanmoins, il était trop intrigué pour s'en inquiéter outre mesure et préféra songer à ce que la remarque de son interlocuteur impliquait.

    Emery avait beau être nerveux et tendu, il avait manifesté de l'attention à son égard. En même temps, vu l'étendu des dégâts, il aurait fallu être aveugle pour ne pas s'en rendre compte. Mais il aurait pu ne rien dire ou bien lui balancer une remarque désobligeante, ce qu'il n'avait pas fait. Il semblait presque inquiet, même si Léandre n'aurait pas été jusque là avec certitude.

    Léandre s'apprêtait à répondre, mais Emery ne lui en laissa pas le temps et enchaîna avec une répartie qui lui sembla ridicule et lui décrocha de nouveau un sourire. C'était absurde. Si Léandre avait eu un esprit de vengeance, ça aurait été à l'encontre de Norman après tout. Léandre allait de nouveau répondre quant Emery prit de nouveau la parole. Décidément, son angoisse le rendait bavard et peu sûr de lui. Léandre patienta calmement et quand son interlocuteur sembla en avoir fini avec sa tonne de questions, il entreprit de lui apporter des réponses.

    - Calme-toi Emery. Pour répondre à ta première question, un Black Blood s'est légèrement acharné sur moi et m'a laissé quelques petits souvenirs de son passage. Et pour ta deuxième réponse, crois-tu vraiment que je vais passer mes nerfs sur toi alors que, d'une, je ne suis absolument pas bagarreur, de deux, tu ne m'as rien fait et de trois, tu es à peu près cent fois plus fort que moi?


    Léandre essayait tant bien que mal de détendre l'atmosphère. Lui-même était très à l'aise, il savait qu'Emery ne représentait pas une menace. C'était juste un ado malchanceux qui s'était trouvé, à coup sûr, au mauvais endroit au mauvais moment. Léandre était d'ailleurs certain que sa transformation était encore très récente, moins d'une dizaine d'années à son propre avis. Mais il n'était sûr de rien. Rien du tout.

    Après s'être assuré que Emery s'était légèrement calmé, Léandre s'était un peu approché de lui, doucement, pour se poster à quelques mètres de lui. C'était un peu comme un animal sauvage, farouche. Un solitaire, tout comme lui. Il continua à lui parler avec douceur, comme pour dompter un étalon prêt à s'enfuir à tout instant.

    - Quels autres? Les Cruors ou bien tes ennemis? Au fond, ils agissent tous pareils, pas vrai? Ils luttent tous pour le pouvoir, pour Babylon. Et toi, tu es dans un conflit qui ne te concerne pas. Je suis au cœur d'un combat qui ne me regarde pas. Je suis perdu dans un univers que j'ai du mal à comprendre malgré mon siècle d'expérience et toi tu te perds dans un monde auquel tu n'appartiens plus. Je crois que nous sommes plus proches que tu ne veux le croire, Emery. Peu importe le régime alimentaire.

    Avec encore plus de délicatesse, comme s'il survolait littéralement les feuilles mortes, Léandre s'approcha un peu plus, pour mettre en confiance son jeune interlocuteur qui semblait ne pas trop voir où Léandre voulait en venir. En fait, il essayait de lui faire comprendre que ça n'était pas parce qu'ils étaient de deux clans différents que tous les opposaient. Les clans impliquaient un affrontement auquel ils ne s'adonnaient pas.

    Et Léandre voulait comprendre. Il voulait savoir pourquoi il se sentait si proche de ce jeune vampire nouveau-né.

    - Quel âge as-tu, Emery? Depuis combien d'années es-tu coincé dans ce corps adolescent si parfait? Depuis combien de temps es-tu privé du bonheur de grandir?

    C'était là ce qui lui faisait penser à son fils, et une blessure béante s'ouvrit dans le coeur de Léandre. Lysandre était mort alors qu'il n'avait que 5 ans. Il n'avait pu grandir et, petit ange qu'il était là-haut à le surveiller, il était lui aussi coincé dans son petit corps d'enfant. Emery était, il le comprenait maintenant, le reflet sur terre de son angelot de fils.

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Dim 26 Avr - 16:09

    Emery observait le vampire dans un mélange parfait de suspicion, d’envie et d’inquiétude. La suspicion de part leur clan ennemi. Combien de fois avait-il du lutter pour sa survie lors de ses excursions dans la forêt pour se nourrir? Il ne sortait que rarement à cause de cela. Emery n’était pas attiré par la guerre, par la violence. Durant toute sa vie humaine, il avait toujours été protégé, choyé, privilégié. Jamais, il n’avait du se battre pour obtenir quelque chose. Bien sûr, il avait travaillé dur afin d’être le meilleur dans tout ce qu’il entreprenait mais on ne parlait pas de vie ou de mort à cette époque. Aujourd’hui, il se retrouvait pris entre deux feux, obligé de faire preuve de cruauté, de mettre en sourdine sa conscience. Son seul exécutoire était sa musique. Il composait pour oublier cet enfer, pour évacuer ses images de vampires démembrés, de victimes pétrifiées. Emery ressentait aussi l’envie. Leandre représentait un espoir qu’il croyait inaccessible depuis des années. Il désirait être comme lui mais en même temps non. Tout se compliquait dans sa tête. Il ne savait plus du tout où il en était. Partagé entre deux visions, deux camps. Celui de Declan et celui de Leandre. L’un pour la puissance, l’autre pour la sagesse. Qui suivre? La guerre se profilait, il le sentait parmi les Cruors. Dwight lui en parlait régulièrement. Est-ce qu’il pouvait y échapper? Se réfugier dans le giron d’un aîné pour se sentir à l’abri? Quelle sensation désagréable. Emery se dégoûtait pour cette faiblesse. Il avait trop pris l’habitude de compter que sur lui-même que le moindre signe de sympathie devenait un supplice. L’envie, la nécessitait même de se reposer sur une autre épaule, de se sentir enfin libre de mener une vie insouciante le taraudait. A plus forte raison depuis sa rencontre avec Leandre. La douceur et la sympathie qui se dégageaient de ce vampire l’attiraient comme un moustique l’est par la lumière d’un réverbère. Et enfin, l’inquiétude habitait son être. Angoisse fasse à ses blessures. Il ne pouvait pas disparaître de sa vie, pas après lui avoir montré une voie si lumineuse.

    La colère s’écoula une nouvelle fois dans ses veines. Contre Leandre, contre ce vampire qui l’avait attaqué et contre lui. Il s’en voulait d’être si faible, si enclin à se réfugier derrière la force du Ragnarök. « Tu ne peux compter que sur toi-même, oublis le » se répéta-t-il, comme une litanie. « Calme-toi Emery. Pour répondre à ta première question, un Black Blood s'est légèrement acharné sur moi et m'a laissé quelques petits souvenirs de son passage. Et pour ta deuxième réponse, crois-tu vraiment que je vais passer mes nerfs sur toi alors que, d'une, je ne suis absolument pas bagarreur, de deux, tu ne m'as rien fait et de trois, tu es à peu près cent fois plus fort que moi? » l’interrompit-il dans ses pensées. Emery l’observa approcher, une soudaine tension lui faisant crisper les muscles de ses épaules. Vous ne pouviez imaginer comme il se sentait idiot à cet instant précis. Il aurait tout donné pour pouvoir se montrer désagréable, faire preuve de cynisme afin d’écarter ce vampire décidément trop influant. L’écossais conserva le silence, se contentant de le scruter à la recherche du moindre signe de violence. Il ne trouva rien pour la simple et unique raison que Leandre ne désirait pas se battre avec lui. Néanmoins, dans sa psychose, Emery ne le voyait pas. « C’est pour cela que vous nous tuez, parce que vous avez peur de notre force. » murmura-t-il à lui-même.

    Il s’était toujours demandé pourquoi cette vendetta contre les nouveaux nés existait. Pour qu’un vampire naisse, il fallait bien le mordre, le transformer. Alors pourquoi cette guerre contre eux? A l’origine, ils étaient tous semblables. Leandre s’approcha de nouveau , jusqu’à se poster à quelques mètres de lui. Emery tenta par tous les moyens de se détendre mais rien n’y faisait. Il était stressé par ce lien qui se tissait petit à petit entre eux. « Quels autres? Les Cruors ou bien tes ennemis? Au fond, ils agissent tous pareils, pas vrai? Ils luttent tous pour le pouvoir, pour Babylon. Et toi, tu es dans un conflit qui ne te concerne pas. Je suis au cœur d'un combat qui ne me regarde pas. Je suis perdu dans un univers que j'ai du mal à comprendre malgré mon siècle d'expérience et toi tu te perds dans un monde auquel tu n'appartiens plus. Je crois que nous sommes plus proches que tu ne veux le croire, Emery. Peu importe le régime alimentaire. » continua le vampire, sans se préoccuper de sa précédente intervention. Le Cruor écarquilla les yeux, en se reculant brusquement, comme piqué au vif. Les mots de Leandre s’infiltraient en lui, le marquant au fer chaud. Ses paroles le touchaient car c’était exactement ce qu’il pensait. Non, il n’avait pas le droit de lui parler ainsi. Il ne voulait pas de sa sollicitude. Il voulait qu’il se batte, qu’il l’attaque comme les autres vampires. Emery se refusait à se laisser aller face à lui.

    Pour la première fois, il désirait se battre, faire preuve de violence. Pourquoi? Pour se protéger de Leandre. Chaque mot qu’il prononçait lui faisait mal dans le sens où ils exprimaient la plus stricte vérité. Oui, il ne voulait pas de cette guerre, il ne se sentait pas concerné. Babylon était une ville comme les autres pour lui. Pis, elle représentait sa mort. S’ils la désiraient, tant mieux pour eux. Alors oui, il était perdu dans ce monde qu’il ne comprenait pas, qui le dégoûtait. « Non » prononça-t-il dans un souffle rauque. Il devait se reprendre, ne pas laisser le Ragnarök avoir de l’emprise sur lui. « Quel âge as-tu, Emery? Depuis combien d'années es-tu coincé dans ce corps adolescent si parfait? Depuis combien de temps es-tu privé du bonheur de grandir? ».


    Qu’il arrête ! Il ne devait pas user de ce ton avec lui ! Ne pouvait-il vraiment pas agir comme les autres vampires? « ARRÊTEZ ÇA ! Ne me parlez pas comme si j’étais un gamin, je.. Je.. » bafouillât-il en se reculant. Emery lui jeta un regard troublé, perdu, comme un enfant le serait devant un adulte. « Ne prenez pas ce ton paternaliste avec moi ! Je vous déteste, JE VOUS HAIS ! » lui cria-t-il au visage avant de lui sauter dessus, les faisant lourdement tomber au sol. Emery ne se contrôlait plus, il laissa sa colère, sa tristesse prendre le dessus, frappant aveuglement le vampire sous lui. Il voulait le massacrer, le tuer, tout pour ne pas ressentir cette émotion qu’il faisait naître dans son âme. Son regard croisa furtivement celui de Leandre, le clouant sur place. Aussitôt, les coups s’arrêtèrent, son visage se tordit sous le remord. Cet homme ne l’avait pas attaqué, il ne lui avait rien fait. « Je suis un monstre » souffla-t-il avant de se dégager , pour se réfugier, cinquante mètres plus loin, contre un rocher. Les jambes contre son torse, il se balançait d’avant en arrière. Leandre n’avait pas le droit. Il ne devait pas. A contre cœur, il s’entendit répondre, d’une voix basse et rauque. « Je suis désolé ! Je ne voulais pas vous frapper.. » puis après un long moment de silence, « On m’a tué quand j’avais 18 ans.. C’était il y a 8 ans de cela ».
Revenir en haut Aller en bas
Leandre H. Altar
I used to be someone happy...
avatar

Féminin Nombre de messages : 231

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Norman Fitzpatrick

Nourriture : Lapins, chevreuils, pumas à l'occasion
Humeur : Troublé, étrangement...
Date d'inscription : 28/01/2009

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 143 ans. J'avoue, je ne les fais pas...
● Citation: Si j'avais su que j'aurais autant de peine, si j'avais su, je t'aurais aimée quand même...
● Relations:

MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Mar 5 Mai - 0:01

    Léandre avait beau déployer tous les efforts possibles, Emery restait hermétiquement fermé à toute tentative d’approche. S’il semblait entendre ce que le végétarien disait, il ne paraissait pas écouter vraiment le sens des paroles. Ou bien peut-être le faisait-il, mais il préférait alors se cacher derrière son animosité plutôt que de faire face à quelque chose qu’il ne comprenait pas, en l’occurrence la douceur de Léandre. Emery fit de nouveau référence aux vagues de tuerie à l’encontre des Cruors et Léandre fut lassé d’entendre ce même argument. Lui-même n’était pas particulièrement d’accord avec cet effet de masse qui consistait à massacrer les nouveau-nés pour la simple raison qu’ils étaient trop sanguinaires et incontrôlables. Tout vampire était passé par ce stade après tout, et les Black Blood pouvaient se montrer bien plus dangereux. Preuve en était, les nombreuses cicatrices qui recouvraient son corps à cet instant.

    Le plus injuste, c’était que Léandre n’avait jamais tué aucun autre vampire jusqu’à présent. Il savait que l’heure viendrait prochainement, surtout qu’une bataille se profilait à l’horizon et que tous les vampires étaient sollicités. Mais jusqu’à présent, il avait toujours agi avec ruse et compassion. C’était d’autant plus vexant d’entendre Emery le mettre dans le même sac que les autres alors qu’il était lui-même irréprochable à ce niveau-là. Mais Léandre savait bien que lui répondre ne ferait qu’accentuer sa tension et prit donc le parti d’ignorer sa remarque étrange et enchaîna dans sa tirade pour attendrir le jeune garçon. Pourtant, il sembla que ses mots avaient l’effet contraire lorsqu’il remarqua la lueur écarlate qui commençait à brûler dans les pupilles d’Emery. Visiblement, il était en colère contre lui, et Léandre ne comprenait pas bien cette réaction. Après tout, il ne l’insultait pas, les rapprochait tout au plus. Peut-être d’ailleurs que c’était là le problème, que Emery ne voulait pas être associé à un végétarien. Pourtant, il semblait que c’était autre chose. Pourtant, la lueur rouge flamboyante semblait grandir chaque seconde un peu plus.

    Pour autant, Léandre n’avait pas peur de lui et de la rage qui semblait monter dans son corps mort trop jeune. Il préféra juste emprunter une autre voix, plus calme, plus compatissante encore mais Emery sembla n’en être que plus énervé encore. Léandre décida de se taire et d’observer la réaction d’Emery, bien qu’il craignait un peu que ce dernier n’agisse mal. Au départ, il sembla déboussolé et il recula, mettant à mal les efforts que Léandre avait fournis pour se rapprocher de lui. Il semblait à la limite de la panique et reprocha à Léandre de lui parler comme à un enfant. Le Ragnarök en fut surpris et déduisit aussitôt qu’Emery était en grande détresse affective. Si pour lui, ce ton était « paternaliste » pour le reprendre, c’est que personne ne faisait preuve de tendresse et de compassion à son égard. C’était triste, mais Léandre s’efforça de concentrer tous ses sens sur Emery qui semblait devenir un peu plus incontrôlable.

    Jusqu’à ce que celui-ci ne lui saute à la gorge.

    Léandre s’était attendu à tout, même à ça. Mais il n’avait jamais cru qu’Emery irait jusque là. C’était une simple éventualité, un futur possible et non envisageable. Et voilà qu’il avait été trop naïf et qu’il était désormais plaqué au sol avec un vampire nouveau-né au-dessus de lui, qui le rouait de coups. Décidément, cela faisait un peu beaucoup pour une simple journée qui devait l’aérer. Voilà qu’il se faisait battre une nouvelle fois alors qu’il avait emprunté la voie de la diplomatie. C’était trop pour ses pensées qui s’envolèrent un peu plus à chaque coup de poing d’Emery. Son esprit était vide et tout son cerveau se concentrait sur la douleur qui l’envahissait. Emery ne se contentait pas de le frapper, il réveillait aussi les blessures que Norman lui avait infligées.

    Léandre prit alors conscience que la crainte à l’encontre des nouveau-nés était fondée. Ils étaient beaucoup plus forts, puissants et manquaient de contrôle, ce que Emery lui rappelait en lui brisant les os. Il entendait chaque craquement sans pouvoir rien y faire, et fermait les yeux d’impuissance, serrant les dents à s’en briser la mâchoire. Emery était bien plus fort que lui et dans quelques instants, il serait mort d’avoir voulu bien faire. Ca lui apprendrait.

    Alors qu’il se sentait de plus en plus faible et que chaque partie de son corps le faisait horriblement souffrir, il ouvrit les yeux et croisa le regard furieux d’Emery, qui s’arrêta à cet instant précis. Son changement d’expression fut fulgurant et alors qu’il venait de stopper sa rafale de coups, une douleur encore plus forte l’assaillit alors qu’il était sous l’emprise du regard d’Emery. Il grimaça sous le poids de cette souffrance avant qu’Emery ne lâche une phrase qu’il ne comprit pas tant il avait mal, puis ce dernier s’éloigna et Léandre resta allongé au sol, les yeux ouverts, la mâchoire crispée de douleur. Il n’avait jamais autant senti son corps qu’à ce moment précis, tant chaque centimètre carré de sa peau lui faisait mal. Quand à l’intérieur, il craignait d’avoir quelques hémorragies internes. Chose confirmée quand il dut pencher la tête sur le côté pour recracher un flot de sang noir qui venait d’il ne savait où. Les poumons peut-être. Il essaya de respirer pour voir, et n’y parvint pas. Heureusement que ça ne lui était plus vital.

    Il mit un fameux moment avant de reprendre vraiment ses esprits. Il se souciait peu de ce qu’il était advenu d’Emery à cet instant, il ne songeait qu’à lui-même. A côté de ce qu’il venait de vivre, Norman lui avait fait de gentilles caresses. Une fois que tout son cerveau fut focalisé sur l’instant présent, il essaya de se relever et y parvint avec une grande difficulté. Il constata alors qu’il avait une cheville brisée mais son agilité vampirique lui permit de tenir debout tout de même. Il attrapa un bout de bois et s’en servit comme béquille. Déjà, le tout devait cicatriser et dans deux jours, il n’y paraîtrait plus. Mais pour le moment, son os cassé ne le soutenait plus. Il remboita tout seul son épaule gauche qui avait été démise. Et il entendit un souffle un peu plus loin, à quelques dizaines de mètres de là. C’était Emery qui visiblement, regrettait.

    N’y vas pas…

    Sa raison avait beau hurler comme une damnée, Léandre était un homme de coeur et avait plutôt tendance à écouter ce que ses émotions lui dictaient. Et à l'instant, elles étaient mises à mal, mais clémentes envers Emery. Il s'efforça de réfléchir tout en se dirigeant vers le nouveau-né, car il savait déjà sa décision prise. Il mit un certain temps avant de le rejoindre.

    Il ne l'a pas fait exprès après tout, c'est un gosse. Il a eu une pulsion et l'a suivie, combien de fois ça t'es arrivé Léandre, quand tu étais un jeune vampire? Tu as tué des dizaines d'humains. Il a eu peur et t'a foncé dessus, c'est tout. Laisse-lui sa chance.

    Sa tête n'était pas du tout d'accord, mais c'était trop tard. Il avait maintenant dans son champ de vision le pauvre garçon assis par terre, se balançant comme un gamin qui sait qu'il a fait une énorme bêtise. Il fut attendri par le tableau, et attristé aussi. Il savait bien qu'il était trop gentil en faisant ça, mais il oublia de laisser une distance de sécurité et s'approcha près d'Emery, s'abaissant à sa hauteur tandis qu'il répondait à sa question que Léandre avait posé il y avait maintenant de longues minutes.

    18 ans...

    C'était abominable. Léandre s'efforçait de croiser le regard d'Emery mais ce dernier évitait soigneusement de lever les yeux vers lui.

    - Emery...


    Voyant que parler n'attirait pas plus son regard, il lui attrapa le menton et le força à le fixer dans les yeux. Ce devait être dur d'être ainsi confronté aux dégâts qu'il avait causé, mais ça n'était pas pour ça que Léandre cherchait à croiser ses pupilles de carnivores. Il voulait lui prouver sa sincérité.

    - Celui qui t'a fait ça est un monstre. Toi, tu n'y es pour rien. Il t'a arraché ta jeunesse, ta vie et t'a damné. C'est un salaud, et toi, tu n'es qu'un jeune homme coincé dans un corps adolescent.

    Si pour certains, cette perspective était un rêve, ça n'était pas le cas pour tous les gens qui accédaient vraiment à l'immortalité. Enfin, Léandre était bien placé pour savoir de quoi il parlait. Il avait souhaité se donner la mort, et avait raté un nombre incalculable de fois. Mais sa famille était morte avant le drame. Pour Emery, c'était sûrement pire. Ses proches étaient sans doute encore en vie, et il les verrait tous tomber les uns après les autres.

    Les deux visages des vampires n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. L'un était meurtri, blessé mais avec le regard plein d'assurance, l'autre lisse, parfait, sublime mais avec les yeux emplis d'incertitude. Le contraste était flagrant et pourtant, Léandre savait qu'ils avaient beaucoup en commun.

    - Tu sais que j'ai raison, tu n'as juste pas l'habitude qu'on te parle comme ça depuis ta transformation parce qu'ils te voient comme un monstre. Ils généralisent. Mais tu n'es pas comme eux. Tu n'es pas obligé d'être un animal, tu n'es pas obligé d'être livré à toi-même. Tu n'es pas obligé d'endurer ça tout seul Emery.

    Je suis là pour toi...

_______________________________



    @ bloomyicons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Mar 5 Mai - 19:21

    Emery se déchainait sur Leandre, il ne voyait, ni ne distinguait plus rien dans sa fureur. Ni les gémissements de douleurs du vampire, ni le bruit des os brisés. Il ne restait que sa colère, sa peur et son désarroi. Chaque coup qu’il portait devenait salutaire pour lui. Le Ragnarök n’y était pour rien, il voulait simplement se débarrasser de cette existence, de ne plus voir ce vampire devant lui. Qu’il ne lui apporte plus ce réconfort auquel il aspirait tant. Le Cruor ne contrôlait plus rien, il se déchainait sur le vampire de plus en plus affaibli jusqu’au moment où son regard croisa celui de sa victime. Ainsi les coups s’arrêtèrent de pleuvoir. Durant un laps de temps qui parut une éternité pour Emery, il resta au-dessus de lui, le poing en l’air, prêt à tomber mais rien ne se passa. Le regard fou, l’écossais peinait à distinguer les traits du vampire. Ils étaient désespérément flous. « Je suis un monstre » murmura-t-il avant de fuir comme un lâche, à quelques mètres de lui. Adossé à un rocher, il n’avait de cesser de se balancer, les bras enserrant ses jambes. Emery avait tout d’un gamin perdu, choqué par sa violence. Quel monstre était-il devenu pour agir de la sorte ? Pour mordre la main tendue. A cet instant précis, le vampire souffrait à un point inimaginable. Non pas d’une douleur physique mais psychologique, qui le broyait sans lui laisser une once de chance de s’en sortir. Il n’aurait jamais du quitter sa chambre. Son refuge.

    « Emery ! Emery c’est moi maman, on m’a raconté ce qu’il vient de se passer. Que t’arrive-t-il ? Tu sais que tu déranges tout le monde ? Qu’est-ce que tu cherches ? Jusqu’où tu vas aller ? Pourquoi tu te comportes comme ça ? Est-ce que ça t’amuse de me faire de la peine ? Pourquoi tu ne m’as pas dit qu’on te persécutait ? Pourquoi tu as fugué ? Pourquoi ce silence ? » Résonna la voix de sa mère dans son esprit. Il se souvenait de cet épisode. Il était encore petit et venait de rentrer à l’école. Des plus vieux l’avait pris pour cible car il possédait un physique chétif, et manifestait un comportement d’enfant gâté. Durant les premiers mois, Emery avait subit des moqueries, des coups. Du haut de son jeune âge, il s’était enfermé dans son monde, ne parlant que très peu. Il lui avait fallu tout son courage pour oser relever la tête, pour avancer. Ce fut aussi à cette période qu’il développa cette envie d’être toujours le meilleur, de montrer sa réussite, de ne plus se laisser marcher sur les pieds. Or, en devenant vampire, il avait l’impression d’avoir fait machine arrière. D’être cet enfant perdu et persécuté dans un monde dont il ne comprend pas les règles. Le vampire se prit la tête entre ses mains, dans un feulement plaintif. Mère lui manquait atrocement. Sa douceur, sa protection. Comme il aurait tant aimé pouvoir être dans ses bras. Il avait peut-être vingt six ans aujourd’hui mais il n’en était pas moins un gamin paumé. Tout ce qu’il y a de plus paumé. Et Leandre en avait subit les conséquences. Il aurait été si aisé de se confier, de prendre cette main tendue. Le Ragnarök lui faisant penser à sa mère, d’un point de vue douceur et protection.

    Alors peut-être qu’il lui était impossible de faire le pas qui le séparait de lui. Peut-être craignait-il sa réaction. Emery était inquiet, il avait peur, très peur. Il ne voulait pas qu’on le voit souffrir, de montrer cette faiblesse à qui que ce soit, pas même à Dwight, son meilleur ami. Alors il faisait le brave, de le cacher, que ça se sache. Le vampire se sentait misérable, il avait honte. Et plus que tout, il avait peur que Leandre le rejette à son tour, comme a pu le faire cette humaine. Aussi, Emery s’isolait, pour réfléchir et il a fini par être tout seul, sans personne pour l’aider. Peut-être que l’écossais n’avait pas trouvé la force ni le courage pour dire ces choses là, ces mots qu’il rêvait de prononcer à Leandre : Aide-moi ; car la plus grande douleur, le pire qui puisse vous arriver, ce qui fait le plus souffrir, c’est d’être rejeté par ceux qu’on aime. D’une faible voix, presque un murmure inaudible, il répondit à la question de Leandre. La tête baissée, il se refusait de croiser le regard de celui qu’il avait presque battu à mort. Il avait si honte. Néanmoins, il du le faire sous la pression des doigts de Leandre, qui plongea son regard dans le sien. Dans quel état l’avait-il mis ? « Celui qui t'a fait ça est un monstre. Toi, tu n'y es pour rien. Il t'a arraché ta jeunesse, ta vie et t'a damné. C'est un salaud, et toi, tu n'es qu'un jeune homme coincé dans un corps adolescent. » Lui dit-il avant de poursuivre « Tu sais que j'ai raison, tu n'as juste pas l'habitude qu'on te parle comme ça depuis ta transformation parce qu'ils te voient comme un monstre. Ils généralisent. Mais tu n'es pas comme eux. Tu n'es pas obligé d'être un animal, tu n'es pas obligé d'être livré à toi-même. Tu n'es pas obligé d'endurer ça tout seul Emery. »

    On dit que pour être accepté des autres, il faut s’aimer. Que personne ne peut aimer quelqu’un qui ne s’aime pas. Une philosophie à vomir. Apprendre à s’aimer, cela veut dire quoi au juste se demandait Emery alors que son visage était si près de celui de Leandre. Nos qualités comment les trouver ? Le vampire avait plus tendance à trouver ses défauts qu’autre chose, ce qui était justement la raison pour laquelle, il ne s’aimait pas. Non, ce n’était pas comme ça que ça marche. C’est quand quelqu’un nous aime, qu’il nous témoigne son affection, sa tendresse, que l’on peut enfin réussir à s’aimer soi-même. C’est en se sentant accepter par quelqu’un, tel que l’on est, que l’on peut arriver à se pardonner, et à s’aimer un peu. Timidement, Emery hocha la tête avant de se rapprocher du vampire et de se blottir contre lui, comme le ferait un lionceau contre sa mère. « Aidez-moi » prononça-t-il dans une supplique muette. Toute sa bestialité lui faisait honte, si bien qu’il força gentiment Leandre à s’asseoir à ses côtés avant de disparaître comme s’il avait le diable aux trousses. Quelques minutes plus tard, peut-être dix ou quinze, il revenait avec un animal inconscient dans les bras qu’il déposa aux pieds de Leandre. « Pour vous.. Vous devez reprendre des forces » balbutia-t-il en détournant son regard. Il ne savait pas sur quel pied danser. Le rejeter ou suivre cette impression de sécurité qu’il lui offrait ? La guerre aurait-il raison de cette fragile union ? Emery ne le savait pas mais peut-être que l’espace de quelques heures, il pouvait oublier tout cela et n’être qu’une âme perdue attirée par une lumière d’espoir.

    Toutefois, le vampire sentit la présence de deux autres congénères qui s'approchaient. A coups sûrs des Ragnarök. Lançant un regard à Leandre, Emery se décida à partir. Il préférait rester loin de tout conflit pour l'instant. Si jamais, on le prenait pour le responsable des blessures du vampire, il ne donnait pas très cher de sa peau. « On se reverra Leandre.. Je le souhaite de tout cœur » prononça-t-il avant de s'enfuir. Néanmoins, dans l'ombre, il resta à distance afin de voir si jamais son "père" n'avait pas besoin de lui. Rassuré, il s'en alla, le cœur un peu plus léger mais l'esprit, plus tourmenté.


Dernière édition par Emery R. McHunt le Lun 25 Mai - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Declan W. Bowden
Devil Admin | Not a Monster. Just a Villain.
avatar

Féminin Nombre de messages : 3882

Age : 29
Votre Prénom/Pseudo : Maëva
Nourriture : Humains.
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 247 ans
● Citation:
● Relations:

MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Lun 25 Mai - 20:10

Le topic peut-il être adapté à la saison 2 ou souhaitez-vous le continuer dans le passé, ou bien l'abandonner ?
Suivant la réponse, le topic sera déplacé dans la partie adéquate et les messages effacés.

_______________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   Lun 25 Mai - 22:45

Topic édité et terminé comme convenu avec Lee =)
Voilaa !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Praying For A Vampire [PV Leandre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Praying For A Vampire [PV Leandre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vampire en avril
» Je recherche Vampire L'âge des ténèbres
» Crypte du Vampire Dupyr [2.0]
» Tournoi de cartes -Vampire- à Montauban le 30 mars
» Campagne Vampire, de Dark ages à ère victorienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK :: ▬ Saison Une & Deux; RP-
Sauter vers: