AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue; An end of the world, just like the others

Aller en bas 
AuteurMessage
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 29 Mar - 2:30



    Le paysage montagneux de Virginie n'a jamais été aussi calme alors que le soleil vient peu à peu le border. C'est encore l'hiver. C'est un ciel de neige comme diraient les plus anciens. Les cris d'animaux résonnent dans le paysage verdoyant alentours tandis qu'une brise légère vient remuer les feuilles des chênes centenaires, presque avec tendresse. Tout semble si paisible en ce glacial après-midi d'hiver. Pourtant en un seul instant, l'atmosphère se charge d'électricité, contraignant au silence les êtres vivants et le vent retombe: le calme avant la tempête.

    Peu à peu une longue plainte mugissante s'élève au loin et d'innombrables nuages noirs s'amoncellent, lourds de menaces. Les derniers passants de Babylon se dépêchent de retrouver la sécurité rassurante du foyer. Les habitants ferment avec précipitation leurs vieux volets de bois en jetant un regard suspicieux au ciel. Bientôt, le village, la forêt proche, les montagnes environnantes sont désertes, comme mortes.

    Un éclair zèbre le voile sombre couvrant du ciel et quelques grosses gouttes de pluie commencent à venir abreuver la terre déjà bien nourrie d'humidité des chemins. Progressivement, elles sont de plus en plus nombreuses et l'averse fait couler des torrents de larmes. Des éclairs déchirent les airs dans des cris deséspèrés appelant au calme.

    En plein milieu de la Shenandoah Forest, la pluie tombait en abondance sur la clairière située juste au pied des montagne. Le ciel d'un gris sombre déversait son trop plein de manière régulière et intense, provoquant un bourdonnement ahurissant qui résonnait contre les hautes montagnes toutes proches. Ce n'était pas vraiment un temps pour sortir et les habitants de Babylon l'avaient bien compris, ils étaient tous bien au chaud chez eux.

    Et pourtant, un nombre plutôt impressionant de silhouettes immobiles se tenaient en plein milieu de cet espace découvert. L'eau du ciel coulaient le long de leurs vêtements détrempés, mouillaient leurs longs cheveux et s'écoulaient le long de leur cou sans provoquer le moindre frissonnement ou encore le moindre premier signe de crève qu'ils attraperaient s'ils restaient dans les environs encore longtempe. Réparties en trois groupes, ils s'observaient.

    Finalement, trois silhouettes se détachèrent de la masse. Inévitablement, il s'agissait des hautaines têtes pensantes des Ragnärok. Aaron au milieu des deux premières femmes des végétariens, Pernille et Vilde. La tête haute, fiers et imbus d'eux, ils se refusent à baisser les yeux devant des clans qu'ils considèrent comme barbares et primaires. Ils étaient peut être de la même espèce, mais assurément pas du même monde. Les règles de la guerre, c'était leurs amis Kongsang qu'ils les avaient instaurés. Au moins restait-il quelque chose d'eux après la débâcle subi pendant leur première mise en pratique face aux Black Blood. Mais cette fois-ci ce serait différent. Les Ragnarök ne commettraient pas la même erreur. Aaron plongea son regard bleu électrique dans celui du bras droit de leurs ennemis intimes. Aucune pitié ne serait de mise.

    Un grognement soudain s'échappa du rang des Sang Noirs, et Declan Wayne Bowden intima à Draven de se calmer. Tous ses sens étaient en alerte, les muscles de ses bras et de son torse nu étaient bandés au maximum, et il avait soif, soif de mort et de bataille, mais ce n'était pas encore le moment. Il fallait attendre. Les lois des vampires étaient strictes et il les respectaient malgré que se soit des stupides végétariens qui les avaient mise en place. Il s'avança d'un pas décidé en direction de ses ennemis. Il ne sentit pas la froideur du sol sous ses pieds nus, fixant droit dans les yeux Pernille, la plus teigne des trois blonds.

    Du côté des Cruor, l'agitation était à son comble. Les nouveaux-nés sentaient la bataille imminente, et il avait fallu beaucoup de patience et de détermination à Lisbeth et Dwight, les deux O'Connor, pour calmer leur congénères. Il y avait plus vieux qu'eux au sein du clan certes, mais les deux jeunes gens avaient plus la tête sur les épaules que certains. Et d'autres qui auraient pu se proclamer chef, restaient délibèrement en arrière, principalement comme Alister Moses, plus spectateur qu'acteur.

    Parfois, lorsque la tension se retrouve à son maximum de cette façon. Un fil tendu prêt à rompre à chaque instant. Il suffit d'un trois fois rien pour que tout s'enchaîne et n'entraîne le chaos dans l'immobilité présente. Il suffit d'un battement d'ailes, d'un oiseau s'envolant d'un des arbres environnant. Le calme plat et la furie. Telle un tsunami, elle arrive sans prévenir et ravage tout sur son passage. Et peu de choses peut encore tenir debout après ce désastre.


ordre; Livia S. Hagebak. Norman Fitzpatrick. Vilde Agnarsson. Lisbeth O'Connor. Tenessee Raleigh. Emery R. McHunt Linoa Drew Masen
D'autres personnes pourront se rajouter par la suite. Pour l'instant, la bagarre à proprement dite n'a pas commencé, les chefs discutent au milieu de la prairie. Babylon interviendra pour dire quand ça dégènère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Mar 7 Avr - 20:50

Livia n’était clairement pas une combattante. Bien qu’elle fasse encore partie officiellement des nouveaux nés, n’ayant pas dépassé le siècle d’existence vampirique, elle avait perdu de la force de ses débuts. Et quand bien même, elle possédé, ça n’aurait pas changé grand-chose. Elle était intelligente mais ne l’utilisait pas pour le combat. Durant les presque 40 ans qu’elle avait partagés avec Norman et Alister, elle n’avait jamais éprouvé le besoin de se battre –si ce n’était dans ce bal dansant en France mais elle avait agi plus par jalousie stupide et aveugle qu’autre chose -. Les deux vampires avaient toujours fait de leur possible pour la protéger et si jamais il devait y avoir du grabuge, c’était eux qui s’en chargeaient tandis que de son côté, elle attendait que ça se passe. Une fois qu’elle les eut quittés, elle n’avait pas eu davantage l’occasion de tels affrontements. Elle ne les cherchait pas et à partir du moment, où elle avait rejoint le clan Ragnarök, elle s’était retrouvée à nouveau protégée au sein d’une famille qui prendrait soin d’elle. Outre le fait qu’elle n’était pas une guerrière émérite, pour preuve les marques qui abîmaient sa peau de part et d’autres de ses traits, elle ne l’était pas davantage dans l’âme. Pacifiste convaincue, elle souhaitait tant que tout se résolve par des paroles, des serrements demain et était adepte du fameux précepte de faire l’amour pas la guerre. Encore qu’elle ne le faisait pas avec n’importe qui. C’est la raison pour laquelle elle se sentait tellement à côté de la plaque en lisière de cette clairière qui allait bientôt voir se déchaîner la fureur vampirique.

Tapie dans la végétation environnante, la vampire était en retrait par rapport à ses chefs qui s’avançaient fièrement au milieu de cette dernière pour venir en pourparlers avec les chefs des clans voisins, décider du moment de l’assaut. Selon les règles, ceux qui s’entredéchierraient dans la minute devait se saluer avec toute la bienséance. Alors qu’elle observait les leaders des sanguinaires Sangs-Noirs s’approchaient du trio nordique, Livia eut un feulement d’instinct et amorça une avancée menaçante, bientôt arrêtée par Billy qui se tenait à ses côtés et veillait à ce qu’elle ne provoque pas une précipitation fatale pour leur clan. Elle avait reconnu aux côtés du chef des Black Bloods la cause de tous ses tourments. Celui qui avait assassiné lâchement toute une famille et ne l’avait épargné que par mégarde. Un sentiment de douleur intense mêlé à de la tristesse incommensurable s’empara de sa gorge et il lui fut bientôt difficile de déglutir. Elle se laissa alors aller contre Billy et détourna le regard. Il serait bientôt assez temps de lui régler son compte. Dut-elle y laisser sa vie.

Elle jeta un furtif coup d’œil sur Tennessee qui ne se trouvait pas davantage éloigné et son cœur se serra davantage. Il lui faisait tant penser à son frère aîné. Pourtant, il n’y avait rien en lui que ce soit son physique ou son caractère qui puisse être un écho à Ludvig. Et pourtant, parfois, elle se trompait de nom en s ‘adressant à lui. Il ne devait pas mourir lui non plus. Elle ne voulait perdre aucun des membres de sa nouvelle famille. Que ce soit ses chefs qui agissaient comme de véritables parents à l’encontre de ces brebis égarées. Ou alors ses camarades, enfermés dans les atrocités qu’ils avaient pu être amené à commettre sans pouvoir lutter contre. Finalement, elle laissa son regard errer sur la foule dense et compacte des autres adversaires. Tout sauf Draven. Et elle se figea très légèrement en croisant le regard de feu que lui lançait Norman de l’autre côté. C’était donc ainsi. Comme un réflexe, elle s’éloigna docilement de Billy et baissa les yeux vers le sol, incapable de supporter cet incendie.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Mer 8 Avr - 21:02

    Tous les muscles de Norman étaient bandés. L'adrénaline semblait lui piquer les veines, bien qu'il savait pertinemment que ça n'était plus le cas depuis qu'il avait vécu sa transformation. Il était en position d'attaque plus que de défense, comme la majorité de ses camarades à ses côtés et la plupart grondaient en sachant ce qui les attendait, se stimulant mutuellement pour la bataille à venir. Norman laissa échapper un son rauque de sa gorge, uniquement parce qu'il trouvait que la parlotte entre les chefs étaient trop longue. Il avait toujours trouvé cette règle stupide. La "loi" stipulait qu'il fallait se causer avant de se taper dessus. C'était tout bonnement ridicule. Et l'attente se faisait trop longue.

    Il avait en effet hâte de se battre. Hâte de laisser éclater sa rage et ses émotions contenues depuis sa rencontre avec Livia. En parlant de ça, il jeta un regard noir dans la direction des Ragnaröks et tomba, comme par hasard sur ses yeux à elle. La colère qui bouillonnait en lui, pas qu'à cause d'elle d'ailleurs, ne s'échappa pas de ses prunelles rouges. Il la vit baisser la tête impuissante et ne décocha même pas de petit sourire satisfait. De toute manière, il ne lui avait pas pardonné. Il ne l'avait pas tuée non plus, qu'elle considère la chose comme un honneur. Si elle mourrait aujourd'hui... il secoua vivement la tête pour se remettre les idées en place. Il n'avait certes pas envie qu'elle meure, mais il refusait de se faire son ange gardien. Ce temps-là était révolu. Si à l'époque, il volait à son secours de bonne grâce, maintenant, ça n'était plus le cas. Il laissait son cœur à l'écart, ne l'écoutait plus. Refusait de ressentir ne serait-ce qu'une pointe d'amour.

    Un des membres de son clan se rua en avant, trop impatient de se jeter sur leurs ennemis, et Draven fut le premier à réagir. Il le stoppa net et lui délivra une gifle qui, si elle ne le blessa pas, l'humilia grandement. La seconde d'après, le bras droit des Black Blood se tenait à côté de leur chef, comme si de rien n'était. L'incident eut au moins l'avantage de recentrer Norman sur la bataille à venir. Qu'il avait envie de foncer dans le tas lui aussi. Mais il patientait, ses muscles tremblants n'attendant que le moment où il pourrait sauter à la gorge d'un ennemi. Il hésitait encore: Ragnarök ou Cruor?

    Il s'attaquerait sans doute en premier lieux à un nouveau né. Histoire de se mettre en forme et de calmer leur fougue. Il était certes difficile de se battre contre un vampire encore jeune et fougueux mais à force, Norman commençait à avoir l'habitude. De plus, il avait quelque chose en plus par rapport à la majorité d'entre eux: il était malin. Et c'était aussi un très bon soldat. Declan l'avait immédiatement mis au courant dès qu'il avait su qu'une offensive se préparait. Norman n'en avait été que plus ravi. Et désormais, sous la pluie battante, le vampire ne souhaitait qu'une chose: répandre la mort et le chaos.

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Ven 10 Avr - 22:09


    Les silhouettes irréelles des vampires scandinaves s’étaient avancées au centre, alors que la pluie s’acharnait à tomber d’un ciel noir et furieux. L’eau coulait sur le visage de Vilde, laissant de fines traces sur ses joues, comme si toutes les larmes qu’elle retenait depuis neuf cents ans s’étaient enfin mises à couler. Ses longs cheveux d’un blond presque blanc dansaient dans sa nuque à cause d’une faible brise qui s’était levée, brise qui dessinait des formes géométriques dans la pluie. Malgré l’obscurité et les trombes d’eau qui transformaient la terre en boue, Vilde distinguait clairement chacun des autres vampires présents. Ses yeux dorés, signe du choix de végétarisme qu’elle avait fait voilà tant de siècles, fixaient successivement leurs ennemis mais néanmoins autres membres d’une seule et même espèce. Elle sentait la tension qui montait peu à peu, à mesure que les chefs des Ragnarök mettaient un pied l’un devant l’autre. Les Black Blood s’étaient agités, rêvant sans doute de sauter à la gorge de leurs adversaires de toujours, devenus principaux opposants depuis la disparition des Kongsang. Ils se calmèrent instantanément dès que leur chef en intima l’ordre. Si rapidement qu’un autre vampire moins expérimenté que Vilde aurait pu croire avoir rêvé. En revanche, du côté des Cruor Ac Corpus, l'excitation était plus manifeste. Les nouveaux-nés participaient souvent à leur première grande bataille d’envergure et ils étaient impatients de goûter à la chair vampirique et de tester leur force exceptionnelle. D’ailleurs, Vilde ne comprenait pas comment ils contrôlaient leurs pulsions meurtrières pour le moment. Ils se devaient de respecter les lois vampiriques mais le plus souvent ils ne le faisaient pas. Que les Cruor puissent patienter dans un calme relatif était étonnant mais Vilde ne montrait pas ses sentiments. Néanmoins, elle sentait bien que cet équilibre n’était pas durable. L’un d’entre eux attaquerait et ce serait le début.

    Le début de la fin peut-être. Mais Vilde se refusait à y penser. Depuis la création du clan, celui-ci n’avait jamais subi une seule défaite et cela ne devait pas commencer aujourd’hui. Le vieux vampire avait confiance en sa famille qui patientait à l’écart pour le moment mais prête à tout pour défendre les R. et leurs idéaux. Vilde sentait une vague pitié l’envahir quand elle vit les tout jeunes Cruor ou des individus qu’elle avait déjà vus en d’autres lieux, d’autres années, d’autres vies, prêts à se battre ou à mourir une seconde fois. Ils étaient sur le mauvais chemin, ils étaient persuadés qu’on ne pouvait pas vivre autrement qu’en assassinant les humains et qu’en étant des monstres. Ils étaient égarés et refusaient la voie de secours qu’on leur offrait. Profiter de cette seconde vie, de cette éternité inespérée pour se comporter de manière civilisée. Leur ignorance et leur aveuglement allaient les perdre.

    Un grondement monta des rangs des Ragnarök lorsque les chefs ennemis s’approchèrent. C’était uniquement de la prévention pour le moment. Ils étaient assurés que s’ils voulaient outrepasser les règles en tuant le trio, ils seraient poursuivis par le reste du clan jusqu’à leur propre disparition. La tension était alors à son comble. Instinctivement, Aron se tourna vers ses compagnes qui l’entouraient dans une position censée montrer leur sérénité, contrairement à tous les autres vampires qui maintenaient une attitude défensive, comme si les scandinaves se croyaient invulnérables. Les yeux d’Aron croisèrent ceux de Vilde puis Pernille jeta à son tour un regard à sa cousine. Ils se comprenaient sans avoir besoin de parler ce qui était arrangeant dans une situation comme celle-ci où des vampires à l’ouïe perçante les entouraient. Seule Pernille eut quelques mots dans un vieux dialecte viking qu’ils étaient les seuls à comprendre qui signifiaient quelque chose comme « que les dieux nous aient en leur garde ». Vilde pensa que si elle mourait maintenant, le Walhalla l’accueillerait peut-être.

    Vilde n’était pas une guerrière et préférait éviter les affrontements autant que possible, privilégiant la raison et la discussion. Mais on était arrivé au point de non-retour. Il fallait désormais tuer ou mourir. Protéger jusqu’au bout les membres de son clan, sa famille, ses enfants. Frapper ou être frappé. Un plan avait été mis en place par le trio en cas de dérèglement de la situation. Elle savait que ses compagnons d’éternité y pensaient maintenant. Aron prit la parole le premier. Il était le plus vieux de tous et ses connaissances étaient si étendues que chacun se devait de le respecter. Silencieuse, le visage sévère et dur, Vilde patienta, attendant que l’on se salue, espérant que la bataille pouvait être évitée tout en sachant que ce ne pouvait pas être le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Mar 14 Avr - 21:06

    Ils y étaient enfin, après tant de tergiversions, de discussions sans fin. De colère, de cris, de pertes, de frustrations. Les trois clans se tenaient enfin les uns face aux autres dans la prairie de Babylon près à en découdre. Les hautes têtes blondes du clan des Ragnarök fixaient la masse avec un air de supériorité qui agaçait la jeune vampire. Tous fiers de leur régime, qu'il prétendait au dessus des basses lois animales que suivaient les autres vampires, ils étaient pourtant les plus faibles physiquement. Ils avaient de longues années d'expérience derrière eux, de longues années d'errance et d'apprentissage, cependant ils n'avaient pas de sans humain dans leurs veines pour décupler leurs forces. Les Black Blood étaient ceux que redoutaient le plus Lisbeth. Ils étaient emplis de haine, avaient une soif de sang intarissable étaient souvent plus gourmands que les membres de son propre clan de ce point de vue là. Ils étaient dangereux, et Lisbeth le savait.

    Le clan des Cruors quant à lui, était empli de tension, tous à l'affut d'une gorge sur laquelle sauter. Ils étaient forts. Surement les plus forts physiquement, leur sang humain développant leurs capacités au maximum, mais ils n'avaient pas de technique, pas de tactique. Et surtout une impulsivité qui les déservait souvent. Réputés pour être des brutes épaisses sans ruse, Lisbeth et Dwight s'étaient bien décidés à surprendre les autres d'une bien mauvaise manière. Pendant quelques semaines, ils s'étaient rassemblés dans leur QG, avaient évités tout conflit afin de s'entraîner de la meilleure façon possible. Pas sur le plan physique mais sur des plans de tactique, ce qui était leur plus gros défaut. Lisbeth jeta un coup d'oeil à Alister, qui se tenait dans le fond et lui adressa un sourire rassurant. Dans la quête de discipliner les Cruors, il avait été d'une grande aide et de bons conseils.

    Ils s'étaient entraînés intensément. Se divisant en deux équipes pour améliorer leur tactique, Dwight avait mené la moitié des troupes et Lisbeth l'autre. Ils s'affrontaient sans aucune réserve à part celle de tuer un membre de leur clan. Ils avaient appris à être plus rusé et moins précipités. Pourtant Lisbeth avant d'arriver ici leur avait intimé la prudence. S'ils étaient nombreux, ils avaient eut le plus grand nombre de perte également, et la jeune femme ne désirait pas que d'autres de ses amis trouvent la mort dans ce champ. Elle jeta un regard aux gens autour d'elle. Dwight, son cousin, le regard rivé sur ses ennemis, Calypso étrangement calme, Julian les poings serrés, Emery excédé d'avoir eu à sortir de son trou, et Tristan, prêt à se jeter dans l'arène d'une seconde à l'autre. Dwight leur intima de rester calme et s'avança vers le milieu du champ afin de respecter les règles de combat et de discuter avec les autres chefs. Lisbeth lui emboîta le pas, et ils se retrouvèrent tout deux face aux autres. A leurs ennemis.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Jeu 16 Avr - 4:05

    Combattre ? Très peu pour Tennessee Raleigh. Enfin, il ne se combat par pour le plaisir de la bagarre. À moins d'en être implicitement obligé , À moins que des vies risquent d'être en péril, Tennessee Raleigh préfère ne pas se battre, surtout après ce qu'il s'est déroulé avec sa femme. Suite à un évènement majeur d'où Tenessee n'a pas pu sauver son épouse, il daigne d'oublier qu'il n'a pas tout fait de son possible afin de la sauver. L'image de son épouse ne disparaît pas de ses souvenirs. Ce visage noyé de sang, ces yeux fermés... Ce corps inerte dans les bras du vampire. Ces images, aussi cruelles et douloureuses qu'elle puisse être ne quittent pas le vampire pour autant. Jour comme nuit, le visage de sa femme lui est dessiné dans sa tête... Et lorsqu'il ferme les yeux, c'est elle qu'il voit. « Si on ne se revoit plus, je veux que tu gardes ça en mémoire de moi », a-t-il prononcé à la petite humaine qui a réussit à s'installer dans une petite partie de son coeur de pierre. Le bras tendu vers elle, il se souvient lui avoir déposé un bracelet en cuir dans la main, signe qu'elle se souvienne toujours de lui. Carolyn. Peut-être qu'en protégeant cette humaine, qui ressemble incroyablement à sa défunte épouse, peut-être en la conservant en vie, sa conscience peut alors se reposer sur le fait du meurtre de sa femme. Pourtant, c'est le visage de son épouse qu'il voit, à présent. Debout, les bras croisés, il regarde Aron, Pernille et Vilde, les têtes du clan des Ragnarök, discuter avec les autres chefs . .

    Il les regarde sans les regarder... Son esprit voyageant dans le temps. Et s'il avait réussit à sauver sa douce? Serait-elle restée encore quelque temps à ses côtés avant qu'il ne devienne... Un monstre? Un meurtrier? ... Serait-il devenu un vampire? Et elle? Le serait-elle devenue aussi afin qu'ils vivent sous leurs voeux de mariages « Jusqu'à ce que la mort nous sépare » ? Ce jeu du « Et si jamais » ne lui a jamais quitté l'esprit, et ce, même s'il est devenu vampire depuis plusieurs années. Plusieurs diront que ce n'est que l'acte du Destin. Par contre, pour Tennessee Raleigh, à quoi bon le destin? « Ce qui s'est déroulé, s'est déroulé. Un point, c'est tout » tente-t-il de se dire pour essayer d'effacer ces images déstabilisantes de son esprit. Pourtant, même en se disant toutes ce genre de phrases, le vampire n'y arrive pas. Comment oublier la femme de sa vie? Et, sans oublier d'ajouter, comment oublier la femme de sa vie qui est morte dans tes propres bras et à qui cette mort pouvait potentiellement être évitée? Difficile, même très difficile, de cesser d'y penser .

    Enfin, de retour maintenant de « Memory Lane », Tenessee est debout, les muscles bien figés et le corps raide. Ses bras sont croisés fermement, sa tête haute et droite, regardant les autres clans de hauteur, prêt à bondir à n'importe quel moment. Il ne faut pas oublier que, même si Tenessee et contre le fait de se battre pour prouver un point ou pour se montrer supérieur aux autres,le vampire ferait tout de son être afin de défendre les membres de son clan. Or, on peut clairement dire que l'adrénaline joue son rôle malgré son air totalement calme au visage.le vampire ferait tout de son être afin de défendre les membres de son clan. On peut clairement dire que l'adrénaline joue son rôle malgré son air totalement calme au visage. Tennessee n'a pas toujours eu la chance de se combattre, préfèrant toujours de garder son calme par dessus tout, mais quand il lui arrive l'occasion, il s'y donne pour le bien-être de tous. Soit, les bras croisés et le regard maintenant sur les autres clans, il ne peut s'empêcher de les regarder avec une touche de dégoût. De l'autre côté, il y a les Sangs-Noirs... Qui ont l'air d'avoir retenu une rage depuis des centaines d'années et n'attendent plus que ce jour afin que cette rage ne se manifeste sur les clans opposés. D'un autre côté, les Cruors Ac Corpus, ou autrement dit, les nouveaux nés.

    Son regard légèrement dégoûté ,mais neutre, se pose sur ces vapires qui ont plus l'air d'être excités d'être sur un champs de bataille plus que d'autre chose. Alors ils ont si hâte que ça d'y céder leur vies?... Ils n'en ont pas eu assez, la première fois? Dommage. Émettant un léger hochement négatif de sa tête, il fixe ces deux clans aléatoirement, refusant de baisser les yeux et de montrer de la peur, de l'hésitation et encore moins de l'obéisance face à ces êtres qui, même s'ils sont comme lui, ne vivent pas le même mode de vie. Mode de vie qui, soit dit en passant, est l'un des meilleurs selon les membres du clan des Ragnarök. Épargner le plus de vies humaines possible...Immobile, Tennessee sent soudain un regard posé sur lui. C'est à ce moment que son regard doré se pose sur Livia. La petite blondinette a toujours eu tendance à prendre Tennessee pour son défunt frère, Ludvig. Sachant bien que Livia le fait involontairement, Tennessee ne s'est jamais senti irrité par le fait d'être pris pour le frère de cette dernière. Même le fait qu'elle aie tendance à l'appeler par le prénom de son aîné n'a pas du tout mis Tennessee mal en point. Même que Tennessee aime bien le fait d'être prit pour le grand-frère à Livia... Au moins, dans ce cas-là, il sait pertinement qu'il sert à quelque chose pour quelqu'un... L'ombre d'un sourire de traçant sur ses fines lèvres, Tennessee regarde Livia et elle peut tout comprendre d'un regard, comme si le regard du vampire peut parler. « Nous sommes une famille, nous allons pouvoir les combattre. Tout se passera bien, tu verras » tente-t-il de lui transmettre. Reposant son regard ensuite sur les chefs qui discutent, Tennessee se tient patiemment, les gouttes d'eau lui tapant sur son corps de marbre, l'eau ruisselant le long de ses cheveux, son visage, son corps. C'est comme si dame nature avait tout prévu d'avance.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Mar 21 Avr - 23:16

    La guerre est un concept étranger à la vie d’Emery McHunt. Toute sa vie, il l’a passé dans un certain cocon. On ne peut pas dire qu’il ait eu beaucoup de problèmes. C’est même tout le contraire. Il a vécut dans une prison dorée ; bâtissant des projets d’avenir tous plus ambitieux les uns que les autres. Qu’en restait-il ? Rien. Même son humanité s’était envolée, laissant une carcasse désabusée, forcée à mener une existence qui le répugne au plus haut point. Et aujourd’hui, il devait la défendre. C’est pour cela, quand on l’avait tiré de son antre, il n’avait eu de cesse que de montrer son mécontentement par la suite. Se battre ? Cela ne faisait pas partie de ses projets, pourtant, il se trouvait là, dans cette plaine, parmi tous ces vampires. La guerre frappait où elle voulait, ravageant les êtres, les conduisant à se montrer bestiaux, inhumains. Quoi de plus logique en somme pour une bande de monstres comme eux. Emery se trouvait donc, parmi tous les autres cruors, excédé par cette mascarade. Il ne cherchait pas la bagarre, il ne désirait pas se battre sans y être réellement forcé. Ce qui le poussait avant tout à faire acte de présence, trouvait son sens dans l’expression : instinct de survie. On voulait le tuer, mettre fin à son existence et son être se révulsait à cette idée. Lui ou les autres. Des inconnus pour la plupart, des figures habituelles pour d’autres. Lisbeth, compagnon de chasse silencieuse, Dwight, le seul ami véritable sur qui, il savait pouvoir compter. Et tous les autres. « Braves devant l'ennemi, lâches devant la guerre, c'est la devise des vrais généraux » pensa-t-il, en se rappelant de son cours de littérature. Est-ce que cela se passera comme cela ? On déclare la guerre et après, on laisse les vampires subalternes se tuer entre eux ? Tant pis pour les pertes, on trouvera toujours moyen de renflouer les effectifs ? Emery se questionnait sérieusement sur la suite des événements.

    Son regard balaya l’assistance. Dans le clan des Black Blood, une certaine tension se propageait. Un des vampires semblait vouloir se jeter dans la bataille avant de se faire vertement remettre en place par ce qu’il voyait comme son leader. De l’autre côté, des êtres blonds, scrutant l’assistance avec une certaine suffisance et hauteur qu’il compara à la haute bourgeoisie –de celle qu’il avait fréquentée dans son ancienne vie. Puis eux. Divisé en deux groupes. Celui de Lisbeth et celui de Dwight. Combien de vampires allaient mourir ? « On va tous mourir, divine justice. De tels monstres ne peuvent exister » poursuivit-il pour lui-même, en son fort intérieur. Emery laissait avec plaisir la diplomatie se jouer dans les hautes sphères. La seule envie qui le tiraillait était de retourner dans son refuge, sa chambre, et de faire comme si de rien n’était. Lâche ? Peut-être. Le jeune homme fringuant, impétueux et charismatique avait cédé la place à quelqu’un de plus tourmenté et passif. Et toute cette comédie l’ennuyait profondément.

    Personne ne voulait y mettre fin et parler ? Ou alors se jeter dans la bataille ? Ses nerfs n’allaient pas tenir encore longtemps. Au fond de lui, la créature encore soumise à ses instincts les plus vils rêvait de s’exprimer. Les O’Connor leur avait pourtant intimé la prudence mais Emery pouvait voir que certains nouveaux nés s’agitaient quelque peu. Lui-même n’avait de cesse de faire tourner ses poignets ou encore de serrer et desserrer ses poings. Agacé, il plongea ses mains dans les poches de son pantalon, tentant avec un succès relatif, de conserver cette indifférence et cette distance qui le caractérisaient tant. Enfin les deux O'Connor s'approchèrent des autres chefs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 26 Avr - 13:45

    « Allons chasser, demain sera une journée importante » Tous les membres du clan suivirent sans protester, se doutant bien de quoi il s’agissait. Ces dernières semaines de nombreux bouleversements se sont fait sentir au sein du monde des vampires sans arrêt mouvementé de combats divers. La paix ne tenait plus qu’à un fil tant les conflits s’intensifiaient, il était donc temps de mettre les choses au point une bonne fois pour toute : Continuer ce semblant de trêve ou entrer en guerre.

    La jeune femme avait le regard rivé sur le ciel chargé de lourds nuages gris, de temps à autres déchiré par un éclair. La pluie glacée tombait de plus en plus fort, trempant jusqu’aux os les vampires présents dans la clairières tandis que le vent, qui commençait peut à peut à se lever, leur léchait la nuque. Le temps semblait être à l’image de cette journée qui marquerait sans aucun doute un grand tournant pour les différents clans de vampires présent à Babylon. Linoa affichait comme à son habitude un grand sourire et semblait tout à fait détendue malgré la tension présente et palpable dans l’air. Mais la jeune vampire ne trompait personne et était, comme les autres, prête à bondir au moindre signe de son chef.

    Soudain une tâche de couleur se détacha vivement du groupe, fonçant droit devant mais très vite intercepté par Draven qui lui assena sans retenu une claque magistrale. Ce geste eut l’effet escompté et l’impatient se replaça furieusement dans les rangs écrasé par la honte. Tous les membres du clan s’agitèrent quelque peut ne supportant pas de rester inactif face à leur ennemis. Un grondement sourd s’échappa des lèvres crispées de Draven alors que les différents chefs commençaient à s’avancer au centre de la clairière. Pendant que Declan le calmait d’un regard, Linoa soupira et vint poser sa main dans son dos juste avant que les deux hommes s’avancent à leur tour. La jeune femme échangea un regard avec son amie qui se tenait à ses côtés et comprit aussitôt se qu’elle ressentait. Becca et Linoa partageaient en cet instant les même sentiments : Fierté, amour, colère et anxiété.

    Alors que le dialogue débutait, la jeune femme se concentrait aussi bien sur ce qui était dit que sur les membres présents dans la clairière. Linoa les dévisageait tous sans retenu et sans se cacher, un à un, observant leurs expressions et leur gestes avant de revenir inévitablement sur la silhouette de Draven. Elle continua son manège inlassablement, encore et encore, Linoa interprétait et veillait en même temps à ne pas être surprise par un imprévu. C’est comme cela qu’elle remarqua le regard de Livia destiné à Draven, son sourire disparut et elle émit un léger sifflement à son encontre. Il était rare, très rare que Linoa se mette dans une colère pareille, tous ceux qui la connaissait le savaient. La jeune femme se surprit à espérer le combat.

    Linoa n’était pas du tout du genre inconsciente et pourtant elle ne pouvait envisager une défaite si le combat venait à éclater. Dans les divers scénarios qui lui venaient en tête à aucun moment les Black Blood ne faisaient face à une disparition d’un des membre du clan. Cette assurance lui venait du fait que les Ragnärok étaient des vampires pacifistes qui répugnaient à se battre. Quand aux Cruoc, ils disposaient peut être de leur force mais pas de l’expérience, à la vue du sang ils risqueraient fort de partir dans tous les sens et leur organisation ne tiendrait plus qu’à un fil. Cependant, tout reste possible. Les Black Blood ne pouvaient en aucun cas perdre. C’est ce que se répétait Linoa en boucle, elle en avait besoin pour se rassurer et montrer de l’assurance. Elle croisa les bras sur sa poitrine tandis que son sourire revenait.
Revenir en haut Aller en bas
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 26 Avr - 19:07

    Les salutations furent froides, les chefs de chaque clan se toisant d'un mauvaix oeil. L'on sentait parfaitement la tension qui les animait, le désir de tuer celui ou celle qui se tenait en face. Ils s'échangèrent de pures formalités qui agacèrent les reprèsentants des Black Blood, mais aussi ceux des Cruor Ac Corpus. Les trois Ragnarôk, eux, semblaient prendre plaisir à faire durer ce moment, comme un honneur pour leurs anciens amis, les Kongsang.

    « Declan. » La voix ampoulée d'Aron résonna dans la clairière. Toujours aussi froid, toujours aussi solennel, il salua de la tête les chefs du clan onnis. Il les tenait particluièrement en grippe. D'un côté comme de l'autre, ils n'avaient aucun point commun. Les Black Blood se complaisaient dans l'alimentation qu'ils estimaient des plus naturelles et saines. Ils aimaient la violence et les plaisirs indicibles qu'elle pouvait procurer. Les Ragnarök, quant à eux, s'entêtaient à maintenir les liens avec une humanité depuis longtemps défunte. Ils étaient certes des pacifistes mais contrairement aux Kongsang, leur élimination par les sanguinaires seraient plus ardus. Ils étaient loin d'être des idéalistes et n'hésitaient pas à utiliser les recours ultimes, traitrise comprise.

    Le célèbre Declan répondit d'un grognement avec un agacement certain. Trève de bavardage. Il sentait son clan derrière en train de s'agiter. Les coups de tonnerre, la pluie battante n'aidait pas forcément à calmer les esprits. L'orage n'était plus seulement proche et maintenir la soif de violence des Black Blood n'était pas des plus aisés. Cela faisait tellement longtemps qu'il attendait un peu d'action et surtout de se confronter à leurs ennemis ancestraux. Deux conceptions basiques qui s'affrontaient enfin pour la première fois. Il n'avait aucun doute sur le sujet : son clan allait massacrer les végétariens comme ils l'avaient fait de leurs alliés il y a de cela des décennies.

    Pendant ce temps, les deux égéries vikings observaient de haut l'attitude des Cruors ac Corpus. Lisbeth et Dwight ne semblèrent pas apprécier ce dédain évident et un feulement s'échappa d'eux en choeur, causant une agitation extrême dans leur clan qu'ils ne prirent pas la peine de calmer au début. Ce fut Alister qui, connaissant parfaitement les règles en vigueur, les interrompit d'un feulement sans appel. Malgré leur jeunesse, ils avaient parfaitement conscience que les deux autres clans les sous-estimaient, les cataloguaient comme insectes gênants mais sans plus pour les Black Blood et comme enfants perdus pour les vétégariens. Mais les nouveaux-nés avaient pour eux l'effet de surprise. Peut être soumis à leurs émotions certes, mais avec à leur tête des chefs efficaces. Oui, ils allaient créer la surprise. Se redressant légèrement, tout en gardant sa position défensive, Lisbeth leur envoya un sourire dévoilant ses dents prêtes à les déchiqueter. Babylon était leur territoire.

    « Mettons en place les règles. » poursuivit Aron. « Le clan vainqueur domine Babylon. S'il reste des survivants chez les perdants, miséricorde ne leur sera accordée que s'il change de continent et retourne dans leur lieu d'origine.» Bien que ne se faisant pas prier pour se battre, les Ragnarök oeuvraient pour la rédemption de chacun. Pour preuve était la présence en nombre d'anciens sanguinaires dans leur clan. Chacun avait droit à sa seconde chance après tout.

    « Non, les survivants seront massacrés. » répliqua Declan. Les Black Blood n'étaient pas réputés pour faire de quartier à l'instar des Cruors, qui de toute manière n'aurait su se contenir.

    Derrière les chefs qui tenaient les rênes grâce à leur bras droit des plus efficaces, l'agitation ne faisait que grandir de secondes en secondes. Pendant encore combien de temps devraient-ils subir ces parlotes ? C'en était assez. Le temps n'était plus aux discussions mais à l'action. Malheureusement, les clans ne semblaient pas s'entendre sur la résolution du conflit. De toute manière pensaient les Black Blood et les Cruor, il n'y aurait pas de survivants.

    A cet instant précis, n'y tenant plus, un des nouveaux nés se laissa emporté par sa fougue et sa passion. Dwight et Lisbeth ne purent intervenir que trop tard. Il avait attaqué un membre des Ragnarök proche de lui et le temps de se retourner pour voir de quoi il s'agissait la masse entière des Cruor avaient foncé sur le reste du clan. La bataille avait bel et bien commencé. L'heure n'était plus du tout à la discussion. Et c'est avec une joie non dissimulée que les sanguinaires sansgs-noirs se jetèrent dans la bataille.


Voyez par MP avec la personne contre laquelle vous souhaitez vous battre. Merci de l'envoyer aux admins pour qu'on puisse l'indiquer ici. Pour rappel, on ne tue pas 30 vampires en un seul post. Z'êtes pas des surhommes. Et faites bien attention, l'issue de la bataille changera entièrement Babylon. L'ordre de post reste inchangée.
Livia / Linoa
Norman / Lisbeth
Vilde / Emery
Lisbeth / Norman
Tennessee / Declan
Emery / Vilde
Linoa / Livia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 26 Avr - 21:36

Clairement, Livia n’était pas bien. Et si elle tremblait de tout son être, ce n’était pas à cause de la pluie battante qui venait inonder et assombrir ses longs cheveux blonds. Ce n’était pas à cause du froid glacial qui se faisait l’écho de la peau des êtres immortels qui se faisaient face en silence émaillé par quelques feulements hargneux de part et d’autre de la clairière. C’était la peur. Elle avait le sentiment que rien ne serait plus jamais comme avant après cette bataille. Non, rien ne le serait jamais. Qu’en seraient-ils des survivants ? Y en auraient-ils seulement ? Le regard que lui lança Tennessee lui permis de reprendre plus ou moins confiance en elle, à retrouver la foi dans leur clan, tout comme la présence proche à ses côtés de Billy. Elle avait toute confiance en eux mais il demeurait qu’elle n’avait pas la moindre idée si elle les retrouverait vivants ou pas. Se mordillant la lèvre jusqu’à faire perler le sang noir qui peuplait ses veines, elle se contint tant bien que mal, évitant le regard de Norman sur elle, luttant pour ne pas passer à l’attaque à cet instant précis alors que Linoa venait de la défier justement en ce sens.

Elle aurait tellement préféré qu’ils puissent parvenir à un accord sans en venir aux mains. Elle aurait souhaité convertir tous les membres des clans adverses à son mode de vie. Avaient-ils oublié ce qu’ils avaient été par le passé ? Avaient-ils oublié qu’ils avaient également connu l’horreur qu’ils infligeaient aux êtres humains ? Comment pouvait-on se débarrasser d’un passé encore présent dans toutes les mémoires et auquel renvoyait chaque minute de leur éternelle existence ? Elle se secoua la tête suite aux propos murmurés par Billy. « Où tu es Liv ? » Ce n’était pas le moment de se perdre à l’infini dans des réflexions intérieures. Franchement pas le bon moment de se poser des questions philosophiques. Elle se concentra alors sur la bataille imminente qui ne devrait pas tarder à débuter et se mit en position défensive. Il ne fallait pas trop lui en demander. Si elle avait suivi ses désirs, elle serait restée à Babylon et aurait entrepris de protéger les humains contre les éventuels débordements de la lutte vampirique.

Et soudain, tout s’accéléra. Le temps était véritablement bien choisi, masquant le vacarme des attaques les uns contre les autres. N’écoutant que sa solidarité familiale à l’attaque d’un des siens par un nouveau né, Livia se précipita à ses côtés pour l’aider mais peine perdue, cet acte irraisonné sembla ébranlé toutes les forces en présence. Ils étaient si nombreux qu’il était difficile pour elle d’éviter le moindre affrontement. Se laissant guidée, ne réfléchissant plus, elle se dirigea logiquement vers cette odeur honnie. Si elle devait tuer un vampire, elle voulait que ce soit lui. Son créateur, son maître, celui par qui le malheur était arrivé sans qu’elle ait jamais rien demandé. Dans le tumulte ambiant, elle ne voyait que lui, ne sentait que lui. Elle voulait sentir sa chair sous ses canines implacables, le déchiqueter en petits morceaux et jeter les restes dans les brasiers alentours qui étaient en train de s’élevaient dans l’arène au fur et à mesure des corps en morceaux, des coups d’éclairs venant les menacer de leur tonnerre tonitruant.

Mais l’abstraction dans laquelle elle s’était trouvée au début des échauffourées ne lui permit pas de se rendre des vampires alentours. Alors qu’elle s’apprêtait à attaquer Draven qui occupé avec un Cruor ne la voyait pas venir, elle se sentit arrêtée par une douleur incommensurable qui l’arrêta nette. Portant la main à son épaule noire de sang, elle jeta un regard courroucé sur le vampire qui l’avait empêché d’atteindre son but et reconnut instantanément celle qui avait feulé à son encontre quelques instants plus tôt. A son tour, elle lui rendit la monnaie de sa pièce. Cela devait être la petite amie de son maître. Elle avait dû mal à croire qu’un tel individu pouvait attirer quelqu’un et se faire aimé. En connaissait-il seulement la signification ? Non, bien sûr que non. Et elle pas davantage. Les sentiments aussi nobles que l’amour n’avaient pas cours à l’égard des bêtes de leur acabit. Inconsciemment, elle scanna l’assistance pour trouver trace de Norman à cette pensée. Il était en train de se battre. Pas encore blessé. Elle fut rassurée mais se reconcentra immédiatement sur son assaillante :


« Laisse-moi faire ce que j’ai à faire. » grogna-t-elle menaçante avant de se jeter sur elle, la projetant de toute ses forces contre un des arbres centenaires bordant la clairière. Sous la violence du choc et la dureté du corps, ce dernier s’effondra dans un fatras assourdissant. Se lançant à sa poursuite, s’éloignant par la même de la masse indéfinie des vampires, elle se mit en tête de se débarrasser de cet être. C’était même mieux que ce qu’elle avait pensé. Elle retirerait à Draven l’être aimé comme lui l’avait fait. Mais plus miséricordieuse, elle le tuerait ensuite coupant court à la douleur qui ne manquerait pas de surgir. Le fait qu’elle avait peu d’expérience en combat n’allait certainement pas jouer pour elle mais sa rage décuplait sa force déjà impressionnante au regard de celle des vampires plus âgés. Sur le papier, elle était encore un nouveau né, en perte de vitesse il est vrai.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Norman Fitzpatrick
Infréquentable non-négociable.
avatar

Féminin Nombre de messages : 611

Age : 28
Votre Prénom/Pseudo : Lee
Multi-Comptes : Léandre H. Altar

Nourriture : Toute chair tendre et odorante...
Humeur : Enragé!
Date d'inscription : 20/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 24 ans, ou 162, au choix
● Citation: On tient, on étreint la vie comme une maîtresse, on se fout de tout brûler pour une caresse...
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Mar 28 Avr - 16:57

    L'impatience du combat à venir rendait Norman nerveux. Tout autour de lui, les membres de son clan étaient dans un état à peu près similaires, tous pressés qu'ils étaient de se jeter à corps perdus dans la bataille. Leur assurance était leur point fort, leur expérience aussi. Ils se savaient plus forts que les végétariens et plus malins que les nouveaux-nés. La majorité d'entre eux se voyaient déjà victorieux, et Norman était plutôt d'accord bien qu'il conservait une petite réserve quand même. A trop être sûrs d'eux, ils pourraient y perdre la face. Declan avait affirmé que l'issue du combat serait décisive pour motiver les troupes, mais le sens aigu de la compétition des Black Blood était suffisant pour qu'ils aient envie de tout détruire. Tout ennemi qui se présenterait face à eux aurait du fil à retordre.

    Les bavardages commencèrent et Norman n'y prêta d'ailleurs aucune attention. Il était trop occupé à s'intimer de se calmer, de garder ses forces et sa rage pour les minutes à venir. Et puis de toute manière, Norman était convaincu que les civilités hypocrites n'y changeraient rien, le combat serait terrible, sanglant, violent et chaque vampire se jetterait avec férocité sur tout camarade qui aurait mal choisi son clan.

    L'heure vint bien avant que ce que les Ragnaröks avaient visiblement prévus. Ils s'attendaient peut-être à ce que ça se passe comme dans l'antiquité, trois lignes ennemis en triangle puis un signal et hop? Et bien non, c'était sans compter l'impatience flagrante d'un Cruor qui ne sut se retenir. Ne disposant pas d'un Draven dans leurs rangs, les Cruors ne purent garder intact leur rang et la bataille commença dans un désordre innommable. Norman était déjà parti depuis l'instant où il avait compris que tout ça venait bel et bien de commencer.

    Norman se jeta sur un végétarien au premier abord. Celui ci semblait dévoré par une rage étrange qu'il n'aurait jamais cru pouvoir lire chez un Ragnarök. Ce qui lui arracha un sourire. Il allait enfin pouvoir s'amuser avec un scandinave, voilà qui risquait d'être intéressant. Mais voilà qu'un nouveau-né vint tout troubler et se propulsa vers l'adversaire que Norman avait déjà commencé à mordre, lui arracha son combat et faisant monter en lui une colère sourde. Il lui ferait payer, mais plus tard.

    Énervé par ce Cruor qui lui avait volé la vedette, à peine en sang pour le moment, il se précipita vers le premier ennemi qui se trouvait sur sa gauche et essaya de lui sauter à la gorge. Alerte, son adversaire l'esquiva et se posta face à lui, en position d'attaque. Norman, par instinct, adopta la même posture et reconnut alors celle à qui il s'était attaquée. C'était Lisbeth Dwight, une des chefs des Cruor. Ainsi, il allait se frotter à un nouveau-né... L'idée était alléchante. Ils avaient du pep's, étaient de bons adversaires. Et Declan serait plus que ravi de voir un chef ennemi décimé.

    - Lisbeth, nous n'avons pas encore eu l'occasion de nous rencontrer...


    Il lui lâcha un sourire malsain et attendit qu'elle attaque la première cette fois. Les nouveaux-nés se précipitaient souvent trop et commettaient des erreurs. Et puis, de l'avis de Norman, laisser son adversaire attaquer le premier permettait de constater les faiblesses de celui-ci. Son esprit était complètement focalisé sur l'affrontement dans lequel il venait de s'engager. Ses sens occultaient tout le reste, les bruits, la pagaille, les hurlements et les grondements. La pluie formait un sol boueux extrêmement glissant et qui risquait de causer quelques revirements de situation. Il analysait tout. Il était tellement concentré qu'on aurait le bousculer sans qu'il s'en rende compte.

    Allez viens ma belle, que je te règle ton compte...

_______________________________



      @ melcappa


    Mais je sais qu'un jour elle viendra
    Alors je ne baisserai pas les bras.
    En attendant je fais les cent pas
    Et finis par me dire tout bas:
    « Laisse courir la rumeur... »

    La rumeur - Christophe Maé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 3 Mai - 21:32

    Le trio scandinave avait gardé un calme imperturbable tout le temps que durèrent les civilités, observant avec un mélange de curiosité et de mépris l’impatience grandissante des adversaires. Seul Aron s’était exprimé, désirant imposer ses propres règles de jeu aux autres clans mais les Black Blood n’avaient pas l’intention de s’en laisser compter de cette manière. Vilde sentit alors un changement dans l’atmosphère et eut la certitude que ce combat allait changer leurs vies à tous. Ils ne pourraient pas rentrer tranquillement chez eux en pensant leurs blessures. Un clan allait vaincre et allait massacrer les autres. Le vieux vampire ne comptait pas sur la pitié des Sangs noirs. Il ne la désirait même pas, plutôt finir son existence ici que de survivre, vaincu, dans la honte, sous l’œil goguenard des ennemis. Mais Vilde rejeta cette idée de son esprit. Les Ragnarök n’avaient pas le choix. Il devait gagner pour venger les Kongsang, pour prouver à tous les vampires la supériorité de leur mode de vie. Certes, ils ne se nourrissaient pas de sang humain, ils préféraient la paix à la guerre, mais lorsqu’il fallait se jeter dans la mêlée, leurs idéaux les soutenaient et décuplaient leur puissance. L’amour qu’ils se portaient les uns envers les autres et la fidélité qu’ils éprouvaient envers le clan étaient plus forts que toutes les haines, vengeances et cruautés. Quant à ceux qui pensaient que les R. seraient plus faciles à battre que les Kongsang, ils seraient déçus. Aron, Pernille et Vilde, pour se défendre, étaient capables d’absolument toutes les horreurs.

    Les vampires voulaient en découdre. Mais Vilde ne se tourna pas vers son clan. Ils savaient se maîtriser et attendraient le signal du commencement. Signal qui ne se fit pas attendre en réalité. Un nouveau-né ne pu en supporter davantage et attaqua un Ragnarök. Dès lors, l’attitude des trois chefs de file des végétariens se métamorphosa. Un rictus de rage déforma la bouche de Vilde et elle se jeta en arrière pour éviter le coup d’un ennemi proche. Ce fut en cet instant qu’ils montrèrent que leur flegme n’avait été qu’apparent. Ils avaient été prêts à bondir à chaque seconde et les événements leur avaient donné raison. La jeune femme s’accorda un instant de pause alors que les Cruor chargeaient de tous les côtés. Elle leva la tête et croisa le regard d’Aron qui était déjà aux prises avec un Black Blood. Celui-ci lui fit l’effet d’un coup de poing. La férocité se lisait dans le visage de son compagnon d’éternité. Ses yeux s’adoucirent sous la vision de Vilde et il sembla à celle-ci qu’il lui disait qu’ils étaient tous les trois et que tant qu’ils seraient trois, rien ne pourrait leur arriver. Mais cela ne dura que quelques centièmes de secondes. Vilde jeta alors un coup d’œil à sa cousine qui rassemblait ses troupes et criait des imprécations dans un vieux dialecte viking. Une vague de sauvagerie envahit son cœur et elle poussa un hurlement perçant et effrayant. Tout ceci n’avait duré que quelques secondes. Quand son cri se fût éteint, elle se jeta contre les troupes ennemies.

    Son rôle était simple. Elle devait contourner la bataille du côté des Cruor tandis que Aron faisait de même avec les Black Blood. Quant à Pernille, elle devait garder la position de départ sans laisser un pouce de terrain. Le but de ce plan était évidemment de laisser nouveaux-nés et sangs noirs les uns contre les autres dans l’espoir qu’ils s’entretueraient, ainsi que de ne pas laisser les vampires s’échapper en maintenant la pression sur eux. La difficulté était que les membres du clan n’étaient sans doute pas assez nombreux pour pouvoir être pleinement efficaces. Dans la folie de la bagarre, Vilde ne parvenait pas à distinguer la réussite ou non du plan mais elle espérait que les autres Ragnarök avaient eu la présence d’esprit, au moins, de ne pas se mettre au milieu des autres clans. Elle eut le sombre pressentiment que le combat allait se transformer en vaste champ de guerre sans rationalité mais parvint à se convaincre que son pessimisme était du au fait qu’elle était séparée de ses âmes sœurs. C’était la première fois qu’ils ne combattaient pas côte à côte dans une bataille d’envergure. Vilde n’avait pas le temps de s’appesantir sur leur manque.

    L’heure était à la confusion. Personne ne savait qui allait prendre l’avantage ni comment. Toutes les pensées de Vilde en cet instant étaient fixées sur ses gestes et ceux des vampires qui tentaient de l’atteindre. S’étant déjà occupée de nouveaux-nés, Vilde parvenait assez bien à éviter leurs coups et leurs crocs. Elle était néanmoins surprise de voir qu’ils dominaient leurs pulsions et qu’ils parvenaient à combattre non comme des aveugles comme de véritables nouveaux-nés mais comme des vampires ayant suivis des enseignements de vampires plus âgés. Elle grimaça. La tâche n’en serait que plus compliquée. Mais elle ne pouvait se décourager. La jeune femme ressentit soudainement un déchirement sur son bras droit. On venait de la griffer avec violence et malgré elle, elle se sentit projetée en avant par la force incroyable d’un Cruor. Furieuse, sentant son humeur à l’égal des nuages noirs amoncelés au dessus de la clairière, elle vit arriver son adversaire, feinta pour le surprendre et frappa un grand coup avec son bras valide, de toute son énergie. Il lui sembla que la tête de l’ennemi s’était détachée pour rouler à terre mais elle n’en était pas sûre car son attention se focalisa sur un nouveau danger. Un Cruor s’était planté devant elle et s’apprêtait à frapper. Mauvaise, Vilde poussa un sifflement préventif.
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth B. O'Connor
Admin |A woman's face is her work of fiction.
avatar

Féminin Nombre de messages : 2743

Age : 26
Votre Prénom/Pseudo : Margaux
Nourriture : Rhésus positif.
Humeur : A jouer à pile ou face.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 25 ans. En parait 17.
● Citation: When other little girls wanted to be ballet dancers I kind of wanted to be a vampire.
● Relations:

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Sam 16 Mai - 18:19

    Le silence c'était fait entre les chefs de clan, le vent seul ponctuait la scène. Tous étaient tendu, bien conscient de la gravité de l'instant, et des conséquences qui en résulteraient. Ils combattraient tous, jusqu'à leur dernier souffle sans exception. Lisbet ne s'intéressa pas vraiment aux paroles d'Aron, qui tentait de mettre en place des règles de combat. Totalement inutile, ce serait l'apocalypse aujourd'hui, et rien ne viendrait entraver la volonté propre du moindre vampire présent. Declan mit rapidement fin aux espoirs des Ragnarok. Les survivants seraient tous massacrés. La tension monta encore d'un cran dans les rangs de vampires, et certains émirent des sifflements approbateurs. Dwight restait droit et fier face aux autres, il l'impressionnait par son calme. Lisbeth se retournait souvent pour surveiller leurs troupes. Ils montraient tous les crocs mais obéissaient à leurs ordres pour l'instant. Cela n'allait pourtant pas durer, il leur fallait du sang...

    La jeune femme jeta un coup d'oeil à son cousin et à leurs ennemis rapidement. La tension se faisait sentir pour elle aussi, et elle préférait le corps à corps à cette attente insoutenable. Ce qui se passa dans les secondes qui suivirent, arriva trop vite pour qu'elle puisse avoir une chance de l'arrêter. Un nouveau né, trop audacieux, répondit à une provocation en sautant sur un ennemi. Le combat s'enclencha. Les chefs, restés au milieu, se dispersèrent rapidement, sautant sur les proies qui passaient sous leurs crocs. Bientôt ce ne fut plus qu'une mêlée de corps et de sang. Lisbeth n'arrivait pas à se concentrer sur une cible à la fois. Son cerveau était encombré par beaucoup trop de pensées parasites. Ses yeux se portaient tour à tour sur Dwight et Emery, pour vérifier qu'ils s'en sortaient. Parfois son ouïe se concentrait sur Calypso et Blake, pour savoir s'ils n'avaient besoin d'aide. Et pendant ce temps, elle répondait aux coups sans grande précision. Un black blood lui sauta rapidement dessus, avec une emprise terrible et la projeta brutalement au sol. Elle ne du son salut qu'à l'intervention à la dernière seconde de Dwight qui lui jeta un regard sévère.

    DWIGHT - Concentre toi sur le combat Lisbeth! Je ne vais pas toujours te couvrir !

    Elle acquiesça mollement et se redressa, les yeux rivés sur la mêlée. Son cousin avait raison, la seule solution pour sauver ses amis, c'était se battre avec ferveur pour que le combat tourne à leur avantage. Parmi la foule, une nouvelle proie se détacha des autres. Et elle le reconnu comme un membre du clan d'Angus. Percevant un cri sur sa gauche, elle se désintéressa de lui pour sauter sur un végétarien, qui avait emprisonné un nouveau né entre ses bras. Mauvaise tactique puisque le Black Blood lui sauta à la gorge et elle ne l'empêcha de la tuer qu'avec sa force de jeune vampire.

    NORMAN - Lisbeth, nous n'avons pas encore eu l'occasion de nous rencontrer...

    Si elle connaissait l'existence de Norman, c'est parce qu'à plusieurs reprise elle l'avait observé en compagnie d'Angus près du repère des Black Blood. Elle l'observa quelques secondes. Il devait surement être un adversaire redoutable, mais avec de la concentration, elle devrait pouvoir rivaliser. Il resta immobile en face d'elle un petit moment, un sourire mesquin sur le visage, attendant qu'elle ne l'attaque de front pour qu'il puisse facilement la maîtriser. Un des conseils qu'elle avait retenu des leçons d'Alister, c'était qu'il ne fallait jamais exposer la puissance de sa force au premier coup et qu'il valait mieux passer pour faible, afin que l'ennemi s'enorgueillisse et perde sa vigilance. L'orgueil de son adversaire avait l'air déjà bien conséquent, et Lis n'aurait pas de mal à mettre au point cette technique. Avec un sourire carnassier, elle fit une légère courbette face à son ennemi avant de cracher doucement quelques paroles.

    LISBETH - Tout le plaisir est pour moi...

    Avant de s'attaquer à lui, elle fit un bond de côté afin de planter ses crocs dans la gorge d'un vampire égaré. Le combat pouvait commencer.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude-to-dawn.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Dim 17 Mai - 13:38

    Does anybody know what we are looking for ?
    Another hero, another mindless crime



    La bataille finale s’annonçait violente, inhumaine et pour Emery R. McHunt, effrayante. Il observait tous les visages tendus des vampires, prêts à mener une bataille qui les dépassait. Une question de territoire des plus idiotes selon l’écossais. Il était prêt à leur donner, à faire comme si de rien était mais on ne lui laissait guère le choix. Qu’était-il amené à faire ? Tuer ou être tué ? Sa survie en dépendait. On aurait pu croire qu’Emery se laisserait faire. Après tout, il ne supportait pas sa nouvelle existence, se traitant de monstre, snobant les vampires pour leur nature. Alors pourquoi se trouvait-il dans ce champ ? Un regard vers Dwight, Lisbeth, tous ses proches. Il pouvait voir Declan, Leandre, Siam. Tous les vampires étaient là et pour cela, lui aussi. Il voulait se battre pour sa survie et non vivre dans une existence retranchée. La culpabilité ne devait avoir de place dans sa vie. Il portait déjà un fardeau suffisamment lourd. Au fond de lui, au-delà de la terreur, résonnait un appel bestial. Sa nature profonde et ténébreuse réclamait ce combat, comme s’il était « né » dans cet unique but. Être un suceur de sang signifiait-il : affrontement, lutte, violence, mort ?

    La tension montait crescendo dans cette plaine, devenant lourde pour Emery. Ses poings se serraient et se desserraient par intermittence, sans qu’il ne contrôle ce geste. Il était près d’hurler pour qu’on mette fin à cette attente devenue vaine. A quoi servait de parler, de négocier. La guerre était inévitable alors autant mettre fin à son calvaire le plus tôt possible. Un Cruor à ses côtés grogna sa fureur et le vampire s’en écarta. Dans leur aveuglement, les nouveaux nés seraient capables de s’entre-tuer entre eux, comme à leur habitude. Puis, ce fut comme si tout se déroula dans un ralenti insoutenable. A sa droite, le Cruor susnommé peu avant perdit le contrôle et s’élança vers un Ragnarök pour le blesser. Ce geste déclencha les hostilités, et plusieurs vampires s’élancèrent dans la bataille. Lui, regardait désespéré les autres combattre. Toute cette violence le dégoutait mais un Black Blood l’interrompit dans ses pensées. Une sourde douleur lui arracha un feulement agressif alors qu’il sentit les crocs de son assaillant s’enfoncer dans son épaule. D’un coup de coude dans l’estomac du vampire, Emery se dégagea de son emprise avant de se retourner et de lui sauter dessus. Chacun de ses gestes était dicté par son instinct de survie et par sa nature vampirique. Toute sa puissance de nouveau né fut décuplée par la peur de mourir. Alors qu’il allait décapiter le vampire, il se sentit propulsé à quelques mètres de là. Une vampire le protégeant. Un autre Cruor se lança dans la bataille, alors qu’Emery se trouvait à terre.

    Le vampire du toutefois se relever avant d’être une nouvelle fois attaqué par un autre. Une longue bataille se joua entre eux avant qu’il n’arrive à en sortir vivant, grâce à l’intervention de Dwight. Malheureusement la fine équipe du se séparer, tant les adversaires arrivaient de tous les côtés. C’est ainsi qu’il se retrouva devant cette femme blonde comme le soleil. Une Ragnarök à coups sûrs. Emery s’apprêtait à attaquer, l’une des meilleures défenses mais un feulement de cette vampire le stoppa. « Je suis désolé ! Je ne veux pas mourir » souffla-t-il avant de lui sauter dessus, prêt à la mordre. Il disait vrai, il était vraiment désolé mais il n’avait pas le choix. C’était elle ou lui, lui ou elle. L’un des deux devait périr et il ne comptait pas être cette personne. La bataille s'enclencha entre les deux vampires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Jeu 21 Mai - 22:19


Play with me ; Livia and Linoa
vol4tica & cookiescene


    Le sourire doux et enfantin qu’affichait habituellement Linoa avait cette fois-ci disparut pour de bon et ne réapparaitrait pas d’aussi tôt. Du moins pas avant d’avoir régler le problème avec Livia. Un simple humain aurait été choqué et effrayé de constater que le masque de beauté naturel d’un vampire, s’effaçait avec tant de facilité dans les moments de haine, moment où leur véritable nature est dévoilée au grand jour. La jeune femme, le visage déformé par la colère, observait avec méfiance la vampire qui lui faisait face, des questions sans réponse se bousculant dans sa tête. Linoa avait tout à fait conscience de la rivalité présente entre les Black Blood et les Ragnärok, deux clans diamétralement opposés aussi bien dans leurs actions que dans leur manière de penser, mais elle ne comprenait pas pourquoi Livia semblait en vouloir tout particulièrement à Draven. Et ce détail qui lui échappait l’agaçait tout particulièrement, elle allait donc profiter de l’occasion pour découvrir le fin mot de l’histoire.

    Livia laissa échapper un grognement d’avertissement « Laisse-moi faire ce que j’ai à faire. » , très impressionnant mais pas suffisant pour faire renoncer Linoa qui campait sur ses positions. « Désolée mais tu ne te débarrasseras pas de moi comme cela. » Toute l'hostilité que Linoa portait à l'égard de Livia était palpable à travers sa réponse. A peine avait-elle finit sa phrase que la vampire nullement intimidée se jeta sur elle la projetant contre un arbre qui céda aussitôt sous la violence du choc. Alors la Ragnärok s’écarta aussi vite qu’elle s’était approchée et risqua un coup d’œil en direction de Draven. Linoa siffla et décida de l’entraîner au cœur de la forêt, elle l’a voulait pour elle seule, hors de question qu’elle s’échappe ou que quelqu’un d’autre ne s’en occupe. « Il ne te reste plus qu’une solution, m'affronter. » Avec toute l’agilité et la grâce d’un félin, voir plus encore, la jeune femme bondit et atterrit en douceur sur une branche à quelques mètres de là où elle se tenait il y a une seconde à peine. « N’est pas peur, je ne vais pas te manger » Susurra t-elle avec une étonnante douceur dans la voix qui sonnait plus comme une invitation obscène à bien y réfléchir. Alors sans un regard pour les membres de son clan, Linoa s’éloigna sans se presser, convaincu que tout se passerait bien pour eux. Elle plaçait une confiance quasi aveugle dans son clan, elle était persuadée de leur victoire et pourtant cela ne l’empêchait pas de ressentir un petit pincement au cœur. Un cœur qui n’avait plus battu depuis 200 ans. Linoa fut satisfaite d’entendre un bruissement derrière elle, cela signifiait que Livia avait accepté son défit et la suivait de près. Bien. La vampire était loin de se douter des réelles intentions de la Ragnärok.

    La nature s’ouvrit entièrement à Linoa qui avait à ce moment précis conscience de tout ce qui l’entourait. Ses sens beaucoup plus développés que ceux des humains enregistraient le moindre son que produisaient la pluie, les animaux et même les arbres. Ce sentiment étonnant de contrôle, de puissance, parcourait son corps comme un frisson agréable de la tête jusqu’au bout des doigts de pieds. Linoa n’était toujours pas habituée et savait que cela n’arriverait jamais, c’était un des aspects dans sa nature de vampire qu’elle appréciait énormément. Soudain, Livia se lança et apparut sans prévenir dans le dos de la vampire prête à frapper. La jeune femme se retira in-extrémiste, le poing de la Ragnärok fendit le tronc d’un arbre qui s’abattit lourdement sur le sol et avant qu’elle puisse se redresser complètement Linoa la tira par le bras et l’envoya s’écraser un peut plus loin. Le combat débuta, de plus en plus violent, les coups de plus en plus puissant, le sang de plus en plus présent. Le temps passa sans que les jeunes femmes ne s’en préoccupent, entièrement concentrées sur son adversaire et si la tempête qui sévissait depuis quelques temps gênait les deux vampires elles ne le montraient pas. Au bout d’une heure peut être, difficile de donner une approximation quand le temps ne compte plus, les deux jeunes femmes se séparèrent et se placèrent à une distance prudente sans se quitter des yeux. Une trêve peut être ? Entre une Black Blood et une Ragnärok ? Sûrement pas ! Une pause serait le mot plus approprié, un moyen de déterminer le degré de fatigue de l’autre et à quel point elle était blessée. Après une rapide inspection Linoa conclut que Livia était dans le même état qu’elle, les deux vampires étant de force égale, le combat risquait de durer plus longtemps que prévus. La jeune femme se tenait le bras, essayant d’empêcher son sang de couler à flot sans grand succès, sa robe aux motifs fleurit en était maculé lui donnant l’air de sortir tout droit d’un film d’horreur. Enervée, elle grogna de plus belle répondant au sifflement rageur de Livia qui n’était pas en reste côté blessure. « Et maintenant ? »


Dernière édition par Linoa Drew Masen le Jeu 4 Juin - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Babylon

avatar

Nombre de messages : 164

Votre Prénom/Pseudo : Le grand méchant maître du jeu.
Nourriture : Vampire. Loups-Garous. & Humains bien évidemment.
Humeur : Machiavélique.
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   Lun 25 Mai - 20:58

La pagaille régnait en maitre sur le champ de bataille. Plus aucune des règles anciennes n'était respectée. Ce n'était que corps qui s'entrechoquaient dans d'intenses bruits mats et durs, pierres contre pierres. Tels des animaux enragés, chaque vampire, la vue brouillée par le sang nécrosé des morts, grognait et mordait tout ce qui passait à portée de crocs. La fureur était présente aux quatres coins de la clairière et déjà de nombreux immortels jonchaient le sol. Des membres sans tronc se baladaient à la recherche de leurs propriétaires. Une tête, appartenant à un nouveau-néroulait au milieu du champ de bataille tout en criant des encouragements aux membres de son clan.

- Attention derrière-toi, Rowan ! cria t-elle, la bouche en sang avant qu'un sang noir ne donne un coup de pied dedans sous le choc d'un coup qu'il venait de recevoir, l'envoyant valser dans la fôret.

Declan se releva péniblement en essuyant le coin de sa bouche, Tenessee était un adversaire redoutable malgré sa frêle carrure. Il était rapide et le chef des sanguinaires, malgré toute son expèrience avait du mal à contrer certaines attaques. Cela dit, il se remit rapidement en selle et attaqua de nouveau lorsqu'il entendit un grognement famillier, celui de Becca, cette dernière étant aux prises avec un Cruor Ac Corpus.

Comme prévu, les nouveaux-nés étaient pour le moins épars, totalement soumis à leurs émotions. La tactique n'était pas au rendez-vous chez eux, causant de nombreuses défaites dans leur camps. Malgré tout, ils se battaient avec une telle hargne et une telle force qu'elle impressionait leur adversaire quand elle ne permettait pas de les éliminer tout simplement. Julian se trouvait en difficulté avec un Ragnarök au regard déterminé. Elle était plus grande que lui et plus forte mais elle était incapable de se maîtriser. Et George, ancien Black Blod, maîtrisait les arts du combat comme personne.

- Alister !! appela-t-elle le membre de son clan dont elle avait tant cherché le secret. Mais ce dernier, après avoir fait un geste en sa direction se retourna brutalement vers la forêt et disparut dans cette dernière, partant à la suite des membres des clans adverses. La jeune vampire n'eut pas le temps de réagir face à cet acte. George l'acheva dans la seconde avant d'être à son tour exterminé par Angus l'attaquant dans le dos, sans se soucier des formules de politesse.

Dans ce déferlement de furie, le trio de leader des Ragnarök n'était pas en reste non plus. Ils étaient agiles et vifs. Ils fonctionnaient comme un seul et même être avec une grâce infinie qui mêlée à leur froideur légendaire ne faisait qu'en rajouter. Malheureusement pour eux, ils étaient en sous nombre. Les membres de leur clan se battaient vaillement mais loyalement. Tout l'inverse de leur adversaire. A armes égales, la traîtrise semble faire pencher la balance.

- Déployons-nous ! ordonna Aaron à ses deux compagnes. Ses dernières grognèrent en signe de mécontentement, mais Aaron insista. Il savait qu'il fallait imiter l'ennemi pour mieux réussir, mais il savait aussi que tout seul, il était beaucoup plus faible. Les trois têtes blondes faisaient tout à trois, toujours en accord, se séparer n'était pas dans leurs habitudes. Et les ennemis en tirèrent parti.

Ils se retrouvèrent rapidement débordés. Et l'issue de la bataille se faisait chaque instant plus précise.

Le trio des Ragnarök, à présent séparé pour la première fois depuis leur rencontre, se fit rapidement submergé. Et tandis que Vilde et Aron se battait avec une rage insoupçonnée sous leur faciès de glace, ils perdirent Pernille, attaquée par deux Black Blood. Vilde eut un hoquet et tenta de lui venir en aide mais Aron fut le plus rapide et fit de la charpie de des assaillants d’une partie de son âme. Il fut à son tour attaqué par un nouveau né. Il n’en réchappa pas. Devant la débâcle que subissait tant le clan des Ragnarök que celui des Cruor ac Corpus, ces derniers prirent la fuite.

Les seconds se retranchèrent dans les ténèbres abyssales de la forêt, poursuivis par les sanguinaires. Les seconds par contre, sous la houlette de Vilde, se dirigèrent vers le village de Babylon. Ils voulaient récupérer leurs affaires avant de repartir vers leurs contrées nordiques. Mais les sanguinaires, emportés par la bataille, les suivirent. Parvenus à l’orée des lieux, les loups-garous qui veillaient sur les habitants humains sortirent les crocs sans réfléchir aux conséquences qu’une bataille de cette ampleur allait nécessairement causé. Il fallait protéger les humains de ces êtres sanguinaires.

S’ensuivit un chaos inimaginable. Certains êtres humains sortirent et tentèrent de s’échapper. Beaucoup, parmi eux tombèrent. Mais leur sort était enviable par rapport à ce qu’allaient devenir ceux qui rester terrés chez eux. Le maire de la ville, le premier, sortit et intima à sa fille de rentrer se cacher. Il fut l’un des premiers à tomber sous les coups de Norman. Lorsque la nuit fut enfin tombée, le calme envahit soudain Babylon et ses alentours. Ne perçaient que les cris de supplications des malheureux humains à propos duquel discutaient âprement leurs geôliers. Dans la forêt, les survivants avaient trouvé refuge auprès des loups qui veillaient sur eux du mieux qu'ils pouvaient. Les clans de vampires perdant quant à eux pansaient leurs blessures et leur orgueil mis à mal.

Rien ne serait plus jamais comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue; An end of the world, just like the others   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue; An end of the world, just like the others
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: GO TO THE PAST. :: FLASHBACK :: ▬ Saison Une & Deux; RP-
Sauter vers: