AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|

Aller en bas 
AuteurMessage
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|   Ven 10 Oct - 22:36

***






IDENTITY


Nom : Hagebak.
Prénom(s) : Livia Sigrid
Surnom : Norman et Alister l'appellaient Lili et Little Star.
Âge : 77 ans mais elle en paraît 21, l'âge qu'elle avait à son décès.
Date & Lieu de Naissance : Le 7 septembre 1895 à Stockhölm, Suède.
Date & Lieu de Décès : Le 8 juillet 1916 à Mariehamn, îles d'Aland.
Clan : Clan Ragnarök. Douce, Livia n'a jamais voulu se repaître un seul moment du sang humain. Même lorsque sa vie était en jeu. Et au moment où elle était la plus vulnérable, Vilde, Pernille et Aron ont su être présent, sans doute par accident. Ayant la même conception qu'eux, elle ne réfléchit pas longtemps avant d'accepter de rejoindre leur clan. Elle sen sent bien comme jamais depuis une paire d'année.

SECRET WORDS


Anatomie :
    Douceur | Il est difficile d’ignorer Livia. Il se dégage d’elle un tel charme et un tel magnétisme qui transcende totalement sa taille quelque peu réduite. En effet, si elle n’est pas petite, la jeune fille dépasse difficilement le mètre 70. Ce qui compte tenu des membres de son entourage la fait toujours paraître plus menue mais dans un même temps tout aussi douce et attendrissante. Bien proportionnée, tout en elle rappelle l’existence humaine raffinée et faite dans le luxe qu’elle a eu. Des mains fines qui n’ont jamais eu d’autres travaux que ceux de la peinture sur aquarelle, des jambes élancées qui ont suivi l’entraînement exigeant de la danse classique, une peau blanche qui encore aujourd’hui, accentué par son état vampirique lui donne un air de poupée de porcelaine délicate et qui pourrait se briser au moindre souffle de vent. Tout en elle renforce cette impression de douceur et d’évanescence. En effet, elle a de longs cheveux aussi blonds que les blés qui s’intensifient au même regard que sa peau, scintillante sous les rayons bienveillants du soleil. Ses yeux d’un bleu pâle surprenne et laisse prisonnier quiconque s’y laisse piéger, ne pouvant plus s’en échapper, ne pouvant plus s’en détourner. Un nez aquilin, des lèvres fines et douces complètent son anatomie.

Style vestimentaire :
    Hippie floral | Livia a toujours été une jeune fille particulièrement attachée à ce qu’elle projetait sur les autres. C’est sans le moindre conteste son éducation qui se cache derrière cette tendance à faire davantage attention aux regards extérieurs qu’à sa propre appréciation. Depuis sa plus tendre enfance, elle a ainsi été totalement sous l’influence de la mode mais en lui donnant sa petite touche personnelle. Privilégiant toujours les couleurs douces et claires, elle est consciente que par ce fait, au-delà de l’image erronée d’innocence qu’elle peut renvoyer, elle tente de se racheter une conduite. Ne serait-ce qu’en apparence. A l’heure actuelle, elle s’est entièrement appropriée le look hippy épuré qui fait fureur. Alternant robes blanches mouvantes et jean pattes d’éléphant clairs, elle y mêle habilement des fleurs que ce soit brodées ou placés dans les quelques tresses qui parcourent ses longs cheveux blonds.

Psychologie :
    Douce | La première caractéristique qu'on emploie pour décrire la suédoise est son incroyable douceur. En effet, Livia a toujours été d'une tendresse inégalée et qui détonne singulièrement dans l'univers qui est le sien depuis 56 ans. Pourtant, elle le demeure, faisant toujours oeuvre de pondération et de délicatesse, issue de son éducation favorisée et privilégiée. Elle a tendance à ne pas s'énerver et à ne jamais avoir un mot plus haut que les autres, s'exprimant avec des paroles délicates pour éviter de froisser qui que ce soit. Il est très difficile de la mettre en colère mais lorsque c'est le cas, elle redescend rapidemment.
    Idéaliste | Son père a élevé Livia dans un concept d'idélalisme et d'espoir qu'elle continue encore à appliquer quand bien même tout ait été détruit autour d'elle. Profondément humaniste, elle veut croire encore en la bonté naturelle des hommes et est persuadée que les membres de son espèce arriveront un jour à vivre en harmonie avec les êtres humains. C'est la raison pour laquelle elle a toujours refusé de boire une goutte de l'elixir suprême même lorsque sa vie était en jeu. Elle n'a dérogé à cette règle qu'une seule fois et elle en paie encore aujourd'hui le repentir.
    Fidèle | Lorsque Livia donne sa confiance à quelqu'un, lorsqu'elle offre son amitié, c'est toujours définitivement. Elle est une personne sur laquelle on peut compter et à laquelle on peut tout demander. Jamais il ne lui viendra à l'idée de trahir quelqu'un qu'elle aime ou qu'elle apprécie simplement. Quoi qu'on puisse faire, quoi qu'on puisse dire, elle aura toujours tendance à protéger les autres au détriment d'elle même et à faire passer le bonheur des autres plutôt que le sien. Elle est également fidèle à elle même en ce qu'elle a des valeurs et des positions arrêtées, elle les défendra farouchement, quitte à y perdre.
    Joyeuse | Malgré les apparences et les étoiles tristes qui s'illuminent dans le regard azur de Livia, celle-ci est une vampire joyeuse et appréciant chaque instant de la seconde vie qui lui a été offerte. Prenant le côté positif de chaque chose, elle évolue, légère à travers les décennies, riant dès qu'on lui en offre l'occasion et plaisantant lorsque le cas se présente. Par ailleurs, inconsciente du regard amusé qu'on pourrait posé sur elle, elle passe son temps à danser et à chanter, même en traversant la rue.

    Révoltée | Comme précisé plus avant, Livia est une idéaliste et en conséquence, un rien la révolte dès lors que tout ne se passe pas comme prévu. Certes, elle est douce et sensible mais elle aimerait tant le changement de l'ordre actuel des choses qu'elle a tendance à utiliser des extrêmes pour aboutir à ce qu'elle estime comme la mailleur chose qui pourrait arriver. Elle ne suporte pas l'ordre établi lorsqu'elle l'estime mauvais et va tout mettre en oeuvre pour le faire sauter.
    Tétue | Elle a beau être douce et délicieuse, il n'en reste pas moins que Livia a un sacré caractère et ne s'en laisse pas compter. Incroyablement têtue, lorsqu'elle a une idée dans la tête, on a du mal à l'en déloger. Estimant qu'elle a raison, même et surtout lorsqu'elle a tort, elle aura toujours du mal à admettre qu'elle a tort et pour l'entendre faire des excuses, il faut se lever tôt. En 77 ans d'existence, elle n'en a jamais faite, malgré les sermons de ses parents sur le sujet et des remontrances de Pernille. Mais après tout, c'est faire acte de faiblesse que reconnaître ses erreurs, non ? Et elle semble déjà assez fragile en apparence pour ne pas en rajouter.
    Juge | Malheureusement pour elle mais surtout pour les autres, Livia est une jeune vampire qui juge assez rapidemment les gens qu'elle rencontre du haut de ses valeurs qu'elle estime inébranlable et immensément supérieure par rapport aux autres. Pas un geste déplacé, pas une parole à ne pas prononcer ne passera le cap et sa sentence tombera comme un couperet. En ce sens, elle peut paraître pédante à l'égard des autres mais elle ne s'en formalise pas pour autant.
    Rancunière | Un autre défaut de taille à souligner chez Livia est qu'elle est particulièrement rancunière. Même si elle fait semblant d'accepter des excuses et de passer l'éponge, les souvenirs ne s'évadent pas et la poursuivent comme un chien enragé, la transformant de la même manière. Une fois qu'on lui a causé du mal, elle ne tirera jamais un trait dessus et le fera payer tôt ou tard. Comment elle l'ignore certainement mais les traîtres ne couperont pas au couteau entre les yeux car à leur contraire, elle n'agit jamais dans l'ombre.

Goûts :
    La danse | Dès son plus jeune âge, ses parents ont inscriptes la jeune fille à la danse classique. Persuadée que ça serait une bonne façon d'appréhender son corps et de le rendre le plus distingué possible pour la haute société. A l'inverse de sa soeur aînée, la jeune Livia démontra rapidemment un talent certain en la matière et devint rapidemment une des meilleures élèves de sa classe. Pour autant, il ne lui vint jamais à l'esprit d'en faire professionnellement. Il y avait bien trop de scandales attachés aux danseuses classiques. Et danser à moitié nue devant des adultes qu'il n'étaient pas les parents ou ceux de vos amis étaient totalement inconvenant. Par la suite, elle apprécia toute les autres danses qui furent à la mode notamment dans le Berlin et le Paris des années folles.
    Le chant | Une autre chose pour laquelle Livia est douée est le chant. Non seulement, elle adore chantonner et passe son temps à fredonner à n'importe quel moment de la journée et de la nuit mais qui plus est, elle a un joli filet de voix qui s'aggrave par rapport à celui qu'elle utilise pour parler de manière courante. Plus d'une fois, elle a su charmer les invités de ses parents et même après sa transformation, elle continuait d'enchanter les oreilles de ses compagnons de route.

Manies/Phobies :
    Aquaphobe. Auparavant lors de sa vie d'humaine, Livia aimait les larges étendues glacées que proposait son pays. Elle aimait par dessus tout partir en vacances avec ses parents à Mariehamn pour y plonger dans l'eau, se laisser porter par cette dernière et rêver en plongeant son regard dans le ciel azur. Mais depuis sa transformation, l'idée de se retrouvée encerclée d'eau la terrifie. Elle oublie alors qu'elle sait nager et qu'elle n'a pas besoin de respirer pour laisser la panique la submerger. Si personne ne vient la sortir de là, elle pourrait y rester pour l'éternité.

Autres : R.A.S.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.


Dernière édition par Livia S. Hagebak le Dim 19 Oct - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|   Jeu 16 Oct - 17:34

STORY LEFT BEHIND


Famille :
    Parents |
  • Filip Hagebak était un membre éminent de la haute société suédoise. Imbu de sa personne, travaillant au ministère de la santé, il n'en était pas pour autant un homme profondément attaché à sa famille et humaniste qui travaillait pour le bonheur de l'humanité. Cet espérance sans borne, il la transmis à Livia qui prit exemple sur son père qu'elle aima toujours par dessus tout. Très proche de lui, elle faisait toujours en sorte de lui plaire et de remplir ce qu'il attendait d'elle. Sans jamais se poser la question de savoir si c'était exactement ce qu'elle voulait ou non. Mais la société à cette époque était faite ainsi.
  • Josefine Hagebak, née Norling, était une très belle femme brillante et brillant en société par son intelligence et sa vivacité d'esprit. Eminement cultivée, elle voulait que ses enfants qu'elle aimait profondément soient la parfaite représentation de ce que la haute société exigeait à cette époque. Souhaitant plus que tout la complaire, Livia, sans être aussi proche d'elle qu'elle ne l'était de son père ou de Ludvig, faisait en sorte de répondre à ses aspirations en restant la petite fille modèle qu'elle avait toujours représenté. Ce n'était pas par fierté ou supériorité. C'était juste son caractère altruiste qui était ainsi.

    Frère et soeurs |
  • Ludvig Hagebak. De trois ans son aîné, et seul héritier mâle de la famille, Ludvig était la personne dont Livia était la plus proche dans sa famille et de manière générale à vrai dire. Beau et séduisant, Ludvig était le stéréotype du fils de bonne famille qui brûlait sa vie par les deux bouts grâce aux moyens considérables mis à disposition par papa et maman. Un lien particulier les unissait, le jeune homme, rebelle et menant une vie qui pouvait choquer ses parents de temps à autres, protégeait sa petite soeur au delà du raisonnable et s'aparentait pour elle à une sorte de lumière hypnothisante et éclatante. Réciproquement cependant, la jeune Livia n'hésitait pas à le couvrir pour ses sorties nocturnes ou demandait des choses pour lui à son père, étant plus sûre d'obtenir le but escompté.
  • Agnes Hagebak. Etrangement alors qu'Agnes était le membre de la famille qui était le plus proche de Livia en âge et en physionomie, Livia était loin d'être proche d'elle, bien au contraire. On peut même aller jusqu'à dire que parfois, une haine concurrentielle s'installait entre les deux jeunes femmes. La raison était évidente : l'une avait tout ce que l'autre ne pourrait jamais avoir malgré ses efforts. Grâce, intelligence, culture, affection, charme. Livia devait même se marier alors qu'Agnes n'avait jamais connu l'amour et allait certainement finir vieille fille.
  • Tova Hagebak. De cinq ans plus jeune que Livia, Tova est l'archétype de la petite soeur turbulente et collante qui vous suit partout, vous prend comme modèle et veut à tout prix tout faire avec vous. Si dans un premier temps, Livia acceptait de bonne grâce cette admiration sans borne, elle ne tarda pas à voir ses limites souffrir et le lui fit remarquer assez brusquement. Tova se réfréna alors quelque peu et l'âge aidant, elle se construisit une vie et une personnalité bien à elle, non plus calquée sur celle de Livia. Les relations se réchauffèrent dès lors.
  • Elina Hagebak. Elina était celle que Livia connaissait le moins. Neuf ans plus jeune qu'elle, la cadette de la famille était la petite favorite de leur mère et savait pertinnement en jouer. Il y avait de toute manière trop de différence d'âge entre Livia et elle pour qu'elles soient proches. Livia la regardait comme une bête curieuse de loin, imaginant parfaitement que dans un avenir proche, elle aurait à son tour un enfant avec qui Elina pourrait jouer mais ce n'était pas à elle de le faire.

Vie antérieure :
    C'est au moment où le soleil vint toucher de ses premiers rayons le toit du bâtiment de Danderyd que la jeune Livia poussa son premier cri d'éveil à la vie. Et il y avait de quoi montrer son mécontentement après tout. D'un refuge douillet, chaud et confortable, elle était projeté dans une lumière froide et glaciale qui coupait court à tout ce qu'elle avait vécu jusqu'à présent. Ne pouvait-on jamais rester ainsi dans cette symbiose parfaite ? A l'abri des agressions extérieures du dehors, inconscient de ce dernier ? Il fallait croire que non. Et bientôt cette jeune enfant, parfaite représentation du beau bébé aux cheveux fins et blonds et aux yeux aussi bleu que le laissait entrevoir le ciel sans nuage de Suède devint l'attraction principale de l'hôpital. La famille, les amis, les collègues se pressaient pour admirer le divin enfant dont on assurait un avenir radieux à l'abri du besoin. Tout ça sous le regard envieux et jaloux de ses frère et soeur que l'on forçait à approcher pour admirer le nouveau membre de sa famille. Si Ludvig fut rapidement à l'aise malgré son jeune âge avec sa petite soeur, on ne pouvait pas dire qu'Agnes fut aussi enthousiaste. Ne la surprit-on pas à voler les biberons, les tétines et autres ours en peluche de sa cadette une fois qu'elle fut rentrée à la maison ? La jalousie avant d'être déchirure d'adulte est le jeu favori des enfants.

    Par la suite, Livia se développa en harmonie et en parfaite adéquation avec l'attente de ses parents et de la bonne société par là même. Elle continua à représentait la jeune fille de bonne famille idéale, à la douceur et à la grâce admirable. Toujours serviable, elle ne s'énervait pas facilement et si jamais on venait lui prendre les jouets avec lesquels elle s'amusait, il était rare qu'elle parte dans une crise de larmes incontrôlées et incontrôlables. Au contraire, elle les prêtait volontiers et allait s'amuser avec d'autres. Agnes profita largement de sa bonté d'âme et s'il n'y avait eu Ludvig pour y mettre un frein, dans son statut de grand frère protecteur, il y eut fort à parier que cela aurait été en s'empirant. Tout en grandissant, Livia s'éveilla à la société autour d'elle. Avide de culture et d'apprentissage, elle accepta toujours les propositions de ses parents pour telle ou telle chose et constitua encore un modèle à suivre dans les relations entre les familles.

    A un âge où les jeunes filles en fleur se préoccupent de leur tenue de soirée et où les demandes en mariage devaient commencer à venir auprès de son aîné, c'est sur Livia que l'attention fut portée. Parmi ses prétendants, l'un d'entre eux retint son attention pendant le traditionnel bal de Noël. Il s'appelait Anders Kierkegaard. Il travaillait à l'ambassade du Danemark et de manière indirecte avec le père de la jeune femme. Il eut ce qu'on appelle communément un coup de foudre pour la jeune demoiselle. Lorsqu'on apprit à cette dernière la volonté du danois à son égard, elle fut surprise dans un premier temps. Modeste et attendant patiemment son tour, elle estimait qu'elle ne devait penser au mariage qu'après sa soeur et elle ne le connaissait pas après tout. Mais à force d'une cour assidue et patiente, Livia finit par accepter la proposition et par même éprouver des sentiments profonds d'attachement qu'elle estimait être de l'amour avec la naïveté inhérente à son jeune âge. Le mariage était prévu au moi de Mai 1917. Mais un évènement aussi soudain que brutal vint tout réduire à néant.

La morsure :
    Comme tous les étés, comme tous les ans, bien avant la naissance de Livia et inconditionnellement depuis, la famille Hagebak était partie profiter du soleil estival dans la résidence d'été situé dans la charmante station balnéaire de Mariehamn, située sur les îles d'Aland. Les domestiques s'étaient évertués les jours précédents à réveiller l'agréable villa en bordure de mer afin qu'elle accueille les propriétaire dans un déluge de soleil et de senteurs agréables et florales. Le voyage avait été fatiguant pour ces enfants qui connaissaient si peu l'air du large et son usure inhérente. Pourtant la jeune fille, encore perdue dans ses rêves de mariage, avait observé la traversé, ses yeux mélancoliques se perdant sur l'horizon où le bleu profond de la mer rejoint le bleu azur du ciel. Elle aimait passer ses vacances là-bas, loin de l'agitation de la ville et où la famille pouvait se resserrer entre elle, où son père ne partait pas au travail tôt le matin pour ne revenir que tard le soir. Il n'était pas particulièrement faux de dire que l'année entière était tendue vers ce but.

    Elle se souvenait encore de ce qu'elle faisait lorsqu'elle a entendu le premier cri. C'était quelque chose qui vous glaçait le sang et qui allait la poursuivre pour le reste de sa vie et ce qu'elle allait appeler son après-vie. Elle était dans sa chambre à l'étage. Après avoir jeté un coup d'oeil sur le soleil pâle et terne qui entamait sa courbe descendante, elle avait récupéré ses affaires pour les installer. Bien sûr, c'était aux domestiques d'éxécuter pareille tâche mais ça ne gênait pas la jeune femme de le faire. Et une valise était tellement intime qu'elle avait du mal à admettre qu'on puisse y toucher. Après tout, on ne mettait dedans que les éléments de notre existence qu'on pensait être indispensable à notre vie. Il n'y avait rien de plus personnel que le contenu d'une valise. Lorsque le cri horrifié et horrible de sa mère résonna et se repercuta sur la maison à peine éveillé, Livia était en train de poser son ours en peluche, Odin, qui ne la quittait jamais, sur son lit. Aussitôt, elle voulut se précipiter sur le palier mais un bruit la gela sur place. Un gargouillis. Comme si un animal se repaissait en bas. Et toujours ces sanglots et ces cris. N'y tenant plus, elle s'avança à son tour avec toute précaution requise, la peur au ventre, lui tordant les entrailles. Elle ne remarqua même pas une silhouette penchée sur son frère aîné dans la chambre lorsqu'elle passa devant. Elle était trop occupée et hypnotisée par ce qu'elle avait peur de découvrir en bas. dans sa vision périphérique, elle remarqua cependant au dernier moment la silhouette massive du vampire puis son visage et l'instant d'après, le noir total.

    Lorsqu'elle reprit connaissance, c'était pour contempler le noir le plus absolu une fois de plus. La nuit était tombée. Et elle était allongée dans un lit qu'elle ne connaissait pas. Mais elle ne s'en formalisa pas. La douleur était beaucoup trop aigue pour qu'elle puisse avoir deux pensées cohérentes. De sa transformation, du moins de ses premières heures, il ne lui reste que des bribes et des cauchemars où elle voyait encore et encore sa famille massacrée, le visage du responsable couvert de sang, les traits animaux et le mal brillant dans ses yeux pâles. Progressivement, ses états de conscience se rapprochèrent et s'allongèrent. Elle se rendit rapidement compte de la situation. Elle n'était pas morte, du moins pas totalement. Elle avait été transformée lui assura-t-on et d'ici quelques jours, elle s'en sortirait si elle suivait leurs directives. Eux, ses anges gardiens. Elle ne les avait jamais vu mais à partir de cet instant, un lien indestructible les unirait. Ils la soignèrent et tentèrent de la réconforter du mieux qu'ils pouvaient. C'était difficile à admettre pour une jeune fille comme elle. Sa famille en entier avait été décimée et elle se transformait en vampire ? Elle qui avait toujours écouté les histoires que son frère racontait à ses soeurs pour leur faire peur avec un certain détachement et scepticisme ?

    Semblable à elle même, elle refusa d'admettre l'implacable vérité. La douleur, si atroce qu'elle l'empêchait même de respirer, son sang de s'écouler, symptômes futiles de la condition d'être humain, l'aidait en ceci qu'aucune argumentation fut possible avec Livia. La transformation était à un tel point que les deux vampires qui s'occupaient d'elle et dont elle n'allait comprendre les noms que par la suite craignèrent qu'elle ne lui soit irrémédiablement fatale. Ils en vinrent à la convaincre de s'abreuver de sang humain pour survivre. L'elixir était le plus puissant qu'ils connaissaient. Il rendait plus fort et constituait le remède pour toute transformation se passant mal comme en l'espèce, Livia combattant de tout son être pour ne pas devenir l'un d'entre eux. Norman alla jusqu'à convaincre un marginal de se faire croquer, bien évidemment en omettant de préciser qu'il ne s'en sortirait pas et qu'il ne se transformerait pas non plus. Un nouveau né est beaucoup trop avide pour laisser une once de vie. Mais Livia refusa catégoriquement dans son demi-réveil. Alister, comprenant vraisemblablement mieux la jeune femme, détourna son interdiction et lui apporta un cygne. Vaincue par la douleur et par l'odeur de sang vivant, elle se laissa finalement faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Livia S. Hagebak
SWEET ADMIN | Take these broken wings and learn to fly.
avatar

Nombre de messages : 3641

Age : 34
Votre Prénom/Pseudo : Hélène.
Nourriture : Manger du daim, c'est manger sain.
Humeur : gotta a feeling that tonight's gonna be a good night.
Date d'inscription : 08/10/2008

TELL ME EVERYTHING.
● Âge Du Perso: 79 ans. En paraît 21, l'âge de son décès.
● Citation: Vous avez tort. J’entends les cris, je vois l’effroi, l’horreur, le sang, la mer, les fosses, les mitrailles. Je blâme. Est-ce ma faute enfin ?
● Relations:

MessageSujet: Re: Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|   Dim 19 Oct - 19:41

Après la morsure :
    Quarante ans. C'est le temps qu'elle resta en la compagnie de ses deux anges gardiens. Ce furent certainement les meilleurs moments de son existence. Bien sûr, elle avait perdu beaucoup cette chaude soirée de juin mais tant Norman qu'Alister lui avaient tant apporter depuis que la douleur, lancinante, se faisait chaque jour moindre à leurs côtés. Malgré leur côté vampirique et la tendance de Livia à se laisser gagner par la mélancolie et la tristesse, ils passèrent du bon temps ensemble. Toujours ensemble. Ils faisaient tout ensemble ... ou presque. Les deux vampires étaient deux facettes de la personnalité de Livia qu'elle aimait. L'un, libertin, drôle et qui prenait sa condition à la légère, s'amusant à jouer avec l'esprit des humains, à exercer sur eux son magnétisme inhérent à sa nature, ce qui avait le don d'agacer prodigieusement Livia. L'autre, calme et mesuré, au sang froid, qui savait certes s'amusait mais était parfaitement bien placé pour comprendre Livia et ce qu'elle ressentait de temps à autres. Très rapidement par ailleurs, la suédoise leur imposa un régime alimentaire stricte. Elle refusait de faire subir aux humains ce par quoi sa famille était passée et en conséquence, quiconque partageait sa vie devait s'y soumettre. Et leur existence s'écoula sans d'autre souci que s'amuser. Que ce soit dans les cabarets berlinois de l'entre deux guerres, dans les bals dansants en France ou encore dans les soirées mondaines de Londres, ils ne manquaient jamais une occasion de passer un agréable moment. Et l'on peut dire qu'Alister et Norman l'éveillèrent à un monde qu'elle ne connaissait, n'imaginait même pas jusque là.

    Et ils auraient pu continuer ainsi pendant des siècles. Livia n'imaginait pas son après-vie sans la partager avec eux. Elle les aimait. A sa manière. Ensemble. Mais pas séparément. Elle n'aurait su dire quel fut l'élément déclencheur. C'était davantage une usure de leur part. Ca s'était installé progressivement. Et Livia essaya d'y remédier du mieux qu'elle put, à défaut de l'ignorer. Comment ne pas voir les regards noirs échangés dans le creux du lit au réveil ? Comment prétendre l'inexistence des violentes diathribes lancés à l'un comme à l'autre et la prise de la suédoise comme arbitre de ces conflits. Comment assumer ignorer les coups parfois portés lorsque ça allait trop loin ? Et un matin, vint soudainement le cruel dilemne qu'on lui opposait. Il fallait choisir. Ils ne pouvaient pas continuer ainsi. Ils ne pouvaient plus se la partager. Ils n'avaient rien compris. L'amour idéal n'était qu'à trois. Il lui était impossible de faire un choix. Alors, ce soir là, elle se tut et resta au coin du feu, attendant une réponse qui ne viendrait pas. Le matin, elle avait emporté ses souvenirs d'avant : son ours en peluche Odin, le pendantif qu'ils lui avaient offert, la plume du cygne qu'elle avait bu pour la toute première fois. Et elle était partie. Juste comme ça. Laissant quelques mots sur le piano où Alister jouait un récital des anges quand l'envie lui en prenait. « Choisir serait nous trahir. Adieu. »

    Pendant ce ménage à trois bien particulier, elle mit de côté ce qui lui tenait à coeur. Ne voulant pas gâcher leur relation par une quelconque vengeance malvenue, elle se laissa submergée dès lors qu'elle n'eut plus Alister et Norman pour l'encadrer. Elle n'avait pas oublier son visage et encore moins ce qu'il avait fait. Et même si elle avait vécu des décennies d'insouciance et de bonheurs imprévus grâce à lui, elle ne lui pardonna jamais. Elle se mit alors en quête de celui qui avait fait d'elle, sans le vouloir certainement, une vampire, une personne identique à lui. Elle suivit des pistes sanglantes mais jamais elle ne parvint à se retrouver face à l'ogre de ses cauchemars. Tout au plus, apprit-elle son nom. Draven Van Helling. Ey il sembla qu'il ne l'avait pas assez fait souffrir. Elle était jeune et seule, c'était sa seule excuse. Elle était obsédée par l'idée de retrouver son tortionnaire inconscient. Elle en oubliait de manger. Et lorsqu'elle s'en rendit compte, ce fut trop tard. Un simple accident. Un enfant qui chahute trop et s'écorche le genou. Livia passant derrière le muret où il inspecte sa blessure en soufflant dessus. Et l'horreur dans toute sa splendeur.

    Après cet incident, qu'elle vécut comme un véritable drame, Livia se retrancha une fois de plus sur elle. Elle se réfugia dans un coin reculé, les conséquences de son acte battant encore dans sa mémoire et dans ses souvenirs, faisant l'écho à ce qu'avait vécu sa famille de la plus horrible manière qui soit. Elle était devenue un monstre comme celui qui avait été la cause de son malheur. Elle se serait laissée une fois de plus dépérir si elle n'avait pas fait acte de volonté. Elle avait fauté une fois ? Elle se repentirait deux fois plus. Elle ne pouvait pas abandonner sa famille et ce qui lui restait de sa vie. Elle pouvait peut être aider à améliorer la race vampirique en leur faisant prendre conscience que ce qu'ils faisaient était mal. Que leur nature ne devait pas forcément être sanguinaire. C'est en retournant au pays, comme une sorte de pélerinage qu'elle rencontra Vilde, Pernille et Aron. Ils lui offrirent une nouvelle famille sans aucune contrepartie et lui apprirent qu'on pouvait vivre sans faire de mal à qui que ce soit. Avec eux depuis 6 ans, un battement d'aile de papillon dans son après-vie, elle les suit où qu'ils aillent. Parce qu'elle a le sentiment de devoir le faire. Parce qu'elle a enfin trouver sa place. Et parce qu'elle se sent enfin bien depuis la perte d'Alister et de Norman.


WHAT ARE YOU HIDING ?


Prénom/Pseudo : Hélène.
Age : Top secret.
Sexe : F.
Présence sur le forum : 7/7, pour le moment.
Code du règlement : //
Nom et prénom de l'avatar : Evan Rachel Wood.
Comment avez vous découvert le forum ? : Margaux m'a embarqué dans cette folle aventure.
Multi-comptes : //.

_______________________________



©️ collapsingnight
Living is easy with eyes closed, misunderstanding all you see. It's getting hard to be someone but it all works out. IT DOESN'T MATTER MUCH TO ME.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viva-vegas.forumsactifs.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Livia S. Hagebak | Un miroir à deux faces |Admin|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PRELUDE.TO.DAWN :: A STEP FORWARD. :: DO YOU DARE ? :: ▬ Welcome in Babylon-
Sauter vers: